Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Le «moustique tigre» vecteur de la Dengue et du Chikungunya

Auteur/Source: · Date: 30 Mar 2009
Catégorie(s): Santé

Les chercheurs du Centre international de recherches médicales de Franceville (CIRMF), en collaboration avec l’Institut de recherche et de développement français (IRD), viennent de découvrir le réservoir commun du Chikungunya et de la Dengue. Ces recherches ont été menées sur la base des prélèvements réalisés au Gabon en 2007 lors de la double épidémie de ces deux virus, premier phénomène de ce type survenu en Afrique. Ils ont permis de découvrir que le «moustique tigre» était capable de transmettre les deux virus à une même personne en une seule piqûre.

Une seule piqûre de l’Aedes albopictus, appelé aussi «moustique tigre», peut transmettre les virus du Chikungunya et de la Dengue. Les chercheurs du Centre internationale de recherches médicales de Franceville (CIRMF), dans le Sud-Est du Gabon, en collaboration avec l’Institut de recherche et de développement français (IRD) viennent de découvrir le réservoir commun de ces deux virus, qui constituent l’un des problèmes de santé publique majeur des pays du Sud.

Dans l’étude qu’ils viennent de publier, les chercheurs de l’IRD et leurs collègues gabonais apportent la première démonstration moléculaire que le moustique Aedes albopictus peut transmettre les deux virus lors de la même piqûre sanguine.

Ces travaux ont notamment été menés à partir d’observations entomologiques et de prélèvements biologiques effectués entre mars et août 2007, lors d’une double épidémie de Chikungunya et de Dengue survenue au Gabon, premier phénomène de ce type observé en Afrique.

Provoquée par Aedes albopictus, qui est parvenu dans ce pays à supplanter le moustique traditionnellement tenu responsable de la transmission de ces virus, Aedes aegypti, cette épidémie avait touché près de 20 000 personnes.

Les chercheurs ont par ailleurs isolé la souche des deux virus et caractérisé entièrement leur génome. Il apparaît ainsi que le virus du Chikungunya retrouvé au Gabon présente une mutation génétique caractéristique que l’on retrouve depuis peu sur les souches virales des îles de l’océan Indien (Réunion, Maurice et Madagascar).

On l’avait également retrouvée lors d’une petite bouffée épidémique observée en 2007 en Italie. Pour les chercheurs de l’IRD, l’apparition d’une même mutation dans différentes régions du monde suggère que le virus est parvenu à s’adapter au «moustique tigre» devenu, ainsi, son principal vecteur.

Cette information apporte un nouvel éclairage sur les mécanismes et la dynamique de la transmission à l’homme de ces deux agents pathogènes. Elle apporte aussi de nouveaux arguments quant à la nécessité d’intensifier la destruction des populations de moustiques, unique moyen de prévention dans les pays concernés.

Au cours des vingt dernières années, le Chikungunya et la Dengue ont causé de graves épidémies dans plusieurs pays tropicaux. En 2006, le Chikungunya a touché près d’un tiers de la population de l’île de la Réunion, l’épidémie frappant d’autre part des milliers de personnes en Inde et dans l’ensemble de l’océan Indien.

La Dengue, quant à elle, touche chaque année environ cent millions de personnes à travers le monde. Ces deux maladies sont rarement mortelles, mais le nombre élevé de cas, les symptômes (fièvre, douleurs articulaires, maux de tête, signes cutanés) et les possibles séquelles font qu’elles sont considérées aujourd’hui comme des problèmes majeurs de santé publique dans de nombreux pays d’Afrique, d’Amérique du Sud et d’Asie.

Les deux virus ont été pour la première fois isolés dans les années 1950, en Afrique de l’Est pour le Chikungunya et en Asie du Sud-Est pour la Dengue. Un demi-siècle plus tard, aucun vaccin préventif n’a encore été mis au point.

Publié le 30-03-2009 Source : lemonde.fr  


SUR LE MÊME SUJET
Les rongeurs sont connus comme de véritables réservoirs des maladies transmissibles à l’homme, selon le chercheur français Jean Marc Duplantier de l’Institut de recherche pour le développement (IRD),qui a soutenu en 1982, une thèse sur les rongeurs myomorphes forestiers du nord-est du Gabon. Rats, souris, taupes, ragondins, mulots, fouines, larots, loirs et autres campagnols sont des bestioles nuisibles aussi bien pour l’homme que pour les animaux domestiques en ce qu’ils souillent les aliments, véhiculent des maladies et détériorent l’environnement immédiat (...), a indiqué M. Duplantier dans le cadre d’un séminaire sur la reconnaissance et l’identification des rongeurs, ...
Lire l'article
Une formation sur la reconnaissance et l'identification des principales espèces de rongeurs, animée par le chercheur français, Pr Jean Marc Duplantier s’est ouvert mardi dernier au Centre international de recherches médicales de Franceville (CIRMF), a-t-on appris ce mercredi de source officielle. Ce séminaire de formation dispensée à l’intention des chercheurs et des étudiants gabonais en Master constitue un véritable appui pour les chercheurs de l’institution travaillant dans le domaine de la virologie. Les rongeurs sont connus comme des réservoirs de maladies transmissibles à l’homme. De ce fait, le Pr Jean Marc Duplantier a souligné avoir aidé les participants à identifier ceux ...
Lire l'article
L'épidémie de chikungunya déclarée en avril au Gabon s'atténue, sans décès signalé dans les deux régions touchées, l'Ogooué-Lolo et le Haut-Ogooué (sud-est), a-t-on appris lundi auprès du Centre international de recherches médicales de Franceville (CIRMF). "L'épidémie n'est pas encore éteinte, mais elle baisse", a déclaré à l'AFP Norbert Mouyabi, responsable de la Communication de ce centre de référence basé dans le chef-lieu du Haut-Ogooué. Le CIRMF a traité un total de 1.948 prélèvements en provenance des deux régions affectées entre le 3 mai et le 27 juin, d'après des calculs de l'AFP sur la base d'un rapport directeur général du centre, Dr ...
Lire l'article
Le directeur général de la Santé du Gabon, Emile Khouilla, a annoncé vendredi soir à la télévision nationale une recrudescence des l'épidémies du chikungunya et de la dengue dans le sud-est du pays. «Sur 616 prélèvements analysés par le Centre international de recherche médical de Franceville (CIRMF), 303 cas se sont révélés positifs au virus du chikungunya, 84 cas au virus de la dengue et 15 cas de deux maladies. Pour l'instant, aucun cas de décès n'a été signalé depuis la déclaration de ces épidémies en avril dernier», a- t-il déclaré. Pour faire face à la situation, les autorités sanitaires du pays ...
Lire l'article
Des épidémies de Chikungunya de Dengue ont été déclarées dans le sud-est du Gabon, notamment dans les régions du Haut-Ogooué et de l’Ogooué-Lolo, a appris APA jeudi de source proche du ministère gabonais de la Santé. Selon le directeur général du ministère de la Santé, Dr Damascène Khouilla, 402 cas ont été enregistrés concernant ces deux maladies sur un échantillonnage de 616 personnes consultées. La confirmation a été faite suite aux analyses effectuées au Centre international de recherche médicale.
Lire l'article
Des nombreux cas de Chikungunya et de Dengue ont été enregistrés dans les provinces du Haut-Ogooué et de l’Ogooué-Lolo (sud-est), a affirmé mardi dernier, à Libreville, le directeur général du ministère gabonais de la Santé, le docteur Jean-Damascène Khouilla. S’exprimant lors d’une conférence de presse, M. Khouilla, a indiqué que sur 616 prélèvements analysés par le Centre international de recherche médical de Franceville (CIRMF), 303 cas se sont révélés positifs au virus du Chikungunya, 84 cas au virus de la Dengue et 15 cas de co-infection aux deux maladies. Pour l’instant aucun cas de décès n’a été signalé depuis la déclaration de ...
Lire l'article
Le Centre international de recherches médicales de Franceville (CIRMF) a annoncé le 28 mai qu’une épidémie de chikungunya et de fièvre dengue sévissait depuis le mois d’avril dernier dans les provinces de l’Ogooué-Lolo et du Haut-Ogooué, qui n’a toutefois causé aucun décès. Les populations du Sud-Est du Gabon sont exposées depuis le mois d’avril dernier à une épidémie de chikungunya et de fièvre dengue a affirmé le 28 mai le Centre international de recherches médicales de Franceville (CIRMF) à l’AFP. C’est au début du moi d’avril que les premiers cas de chikungunya se seraient déclarés dans l'Ogooué-Lolo, se propageant fin avril ...
Lire l'article
Une épidémie de chikungunya s'est déclarée en avril dans le sud-est du Gabon, où ont également été enregistrés des cas de fièvre dengue, qui n'ont provoqué aucun décès, a-t-on appris vendredi auprès du Centre international de recherches médicales de Franceville (CIRMF). Les premiers cas de chikungunya se sont manifestés début avril dans la région de l'Ogooué-Lolo puis fin avril dans le Haut-Ogooué, dont Franceville est le chef-lieu, a expliqué Dr Eric Leroy, chercheur au CIRFM où des prélèvements ont été analysés à la demande des autorités sanitaires. Selon lui, sur 608 prélèvements étudiés au total en trois semaines (3-23 mai) pour la ...
Lire l'article
Problèmes de santé publique majeurs en Asie, en Amérique du Sud et en Afrique, les maladies de la dengue et du chikungunya représentent de réels fléaux, même si elles sont rarement mortelles. Ainsi, d’après l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), des milliers de personnes en Inde et dans tout l’océan indien ont déjà été infectées par le chikungunya. En 2006, il toucha près d’un tiers de la population réunionnaise. N’ayant rien à lui envier, on estime qu’environ 100 millions de personnes contractent la dengue chaque année à travers le monde. En partenariat avec d’autres équipes scientifiques, des chercheurs issus de ...
Lire l'article
Pour la première fois, des chercheurs ont observé qu’un moustique pouvait être porteur en même temps de deux virus. Du point de vue du moustique tigre, ces dernières années sont le récit d’une success story : ce moustique originaire d’Asie s’est répandu sur tous les continents, profitant des transports de pneus pour voyager et des réserves d’eau stagnante à sa disposition pour proliférer. Il est devenu célèbre en en 2006 à l’île de la Réunion en tant que principal vecteur du virus du chikungunya, qui a infecté près de 300.000 personnes en quelques mois. Aedes albopictus, de son nom latin, gagne ...
Lire l'article
Les rongeurs, réservoirs des maladies transmissibles à l’homme, selon un chercheur français
Société / Une formation sur la reconnaissance et l’identification des rongeurs se tient à Franceville
Gabon: l’épidémie de chikungunya s’atténue
Recrudescence du chikungunya et de la dengue au Gabon
Des épidémies de Chikungunya et de Dengue déclarées dans le sud-est du Gabon
Des cas de Chikungunya et de Dengue signalés dans le Haut-Ogooué et l’Ogooué-Lolo
Gabon : Le chikungunya et la dengue sévissent dans le Sud-Est
Epidémie de chikungunya et cas de dengue dans le sud-est du Gabon
Epidémies simultanées de dengue et de chikungunya au Gabon
Un moustique, une piqûre, deux virus


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 30 Mar 2009
Catégorie(s): Santé
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*