Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : La SOGARA rouvre les vannes

Auteur/Source: · Date: 8 Avr 2009
Catégorie(s): Economie

Après deux semaines de grève qui ont mis la capitale gabonaise en panne sèche, les agents de la Société gabonaise de raffinage (SOGARA) ont repris le travail le 6 avril, permettant de nouveau l’écoulement normal des produits pétroliers sur le marché gabonais. Alors qu’ils entament ce 7 avril de nouvelles négociations avec la direction générale, les employés de la SOGARA ont expliqué qu’il s’agit essentiellement de garantir la survie de l’entreprise en coupant dans les charges de sous-traitance superflues pour renflouer les caisses et mettre en place les réformes sociales réclamées par les agents.

La pénurie de produits pétroliers qui avait commencé à inquiéter les populations le 6 avril dernier a trouvé une issue grâce à la reprise du service par les employés de la Société gabonaise de raffinage (SOGARA).

Entrés en grève le 23 mars dernier suite au préavis déposé par l’Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP) le 13 mars pour l’application des accords passés avec la tutelle lors des précédentes négociations de 2007 et 2008, les agents de la SOGARA ont repris le travail le 6 avril suite à la satisfaction de trois des quatre préalables qu’ils avaient fixés.

«Nous dénonçons la non-application par l’administration du protocole d’accords signé par les deux parties en conflit au palais présidentiel en novembre», avait indiqué un responsable de la SOGARA à Port-Gentil, en référence au protocole d’accord signé le 21 mai 2007 et au procès verbal du 8 septembre 2008.

Ces négociations avaient notamment abouti à des mesures sur le calcul de l’Indemnité de service rendu (ISR) ainsi que sur la situation des agents en pré retraite qui ne bénéficiaient plus des augmentations liées au coût de la vie.

Au-delà des revendications sur leurs conditions de travail et de traitement, la grève des agents de la SOGARA visaient à pousser la direction générale à prendre des mesures drastiques pour sauvegarder la société sous le joug de la crise économique, avec son cortège de plans sociaux, de vagues de pré retraites et de départs négociés qui pointent à l’horizon.

Les syndiqués de l’ONEP proposent notamment la réduction des sociétés prestataires de services pour la mise à disposition, le service et la sous-traitance, qui grèveraient lourdement les charges de l’entreprise.

D’après les représentants des employés syndiqués, à titre d’exemple, les 23 employés des 13 sociétés de mise à disposition absorberaient 300 millions de francs CFA par an à la SOGARA.

Au chapitre des entreprises de sous-traitance, le porte-parole des employés, Mbolo Oye, estime que «sans avoir les chiffres sous la main, je suis sûr que ce sont des milliards de francs CFA que la SOGARA leur verse chaque année», ajoutant qu’«avec leur suppression la société fera des bénéfices».

Il précise qu’il ne s’agit pas d’écarter toutes les entreprises prestataires de services, mais d’éliminer celles qui sont superflues à la survie de la société, expliquant que «nous avons ici, à titre d’exemple, 10 à 30 sociétés qui font pratiquement la même chose : l’une plante les fleurs, l’autre les arrose, la troisième assure leur entretien, etc.,…».

«Notre mouvement n’est pas lié aux revendications salariales mais à la survie de l’entreprise afin qu’elle puisse servir d’autres générations», a-t-il affirmé.

Les représentants des employés ont entamé ce 7 avril de nouvelles négociations avec la direction générale sur 12 points concernant notamment les résultats des audits de Total Gabon, la refonte de la grille salariale, la réorganisation de la société ou encore le départ à la retraite des employés de plus de 55 ans.

La paralysie de la SOGARA avait entraîné une pénurie de produits pétroliers, notamment de gaz butane qui faisait déjà défaut à Libreville le 6 avril dernier. Cette situation avait amené Petro Gabon à faire venir à Libreville le même jour un conteneur de gaz butane pour satisfaire les besoins de première nécessité en attendant la sortie de crise.  


SUR LE MÊME SUJET
Rupture momentanée de production à la Sogara
L’unique raffinerie de pétrole du Gabon, gérée par la Société gabonaise de raffinage (SOGARA), va suspendre son activité durant un mois. Ce qui, à priori, ne devrait poser aucun problème au niveau de la distribution Pierre Reteno Ndiaye, directeur général de la Société gabonaise de raffinage (SOGARA), a annoncé, le 3 février à la faveur d’une conférence de presse, la fermeture de cette raffinerie durant un mois pour des besoins de maintenance. Des «dispositions sont prises pour qu’il n’y est pas une pénurie des produits pétroliers dans le pays» a assuré le directeur de la raffinerie, cité par l’agence Xinhua qui fait ...
Lire l'article
La Société gabonaise de raffinage (Sogara) vient d’annoncer une production record de 926 000 tonnes pour le compte de l’année 2011. Le directeur de la Société gabonaise de raffinage (Sogara), Pierre Reteno Ndiaye, vient d’annoncer une production de 926 000 tonnes en 2011 contre 900 000 tonnes en 2010. Le patron de la Sogara a également annoncé un objectif de 950 000 tonnes en 2012. La SOGARA produit du fuel, du bitume, du gasoil, de l’essence, du kérosène et d’autres hydrocarbures comme le pétrole lampant et le gaz. 80% de sa production est destinée au marché national dont les besoins sont ...
Lire l'article
Gabon : La SOGARA a atteint son record de production avec 926 000 tonnes en 2011
Le directeur général de la Société gabonaise de raffinage (SOGARA), Pierre Reteno Ndiaye a récemment annoncé à son personnel que la société avait atteint son record de production en 2011 avec 926 000 tonnes contre 900 000 tonnes en 2010. La SOGARA qui envisage de raffiner 950 000 tonnes d’hydrocarbures en 2012 a toutefois rencontré courant 2011 des difficultés d’ordre technique, notamment avec des outils de production vieillissants. La SOGARA qui produit différents hydrocarbures, possède un capital de 1,2 milliard de francs CFA réparti entre Total (43,84%), l’Etat gabonais (25%), Portofino Assets Corporation (16,99%), Petro Gabon (11,67%) et l’Italien ENI International (2,50%). La ...
Lire l'article
La société gabonaise de raffinage (SOGARA) envisage de porter sa production à 1.000.000 de tonnes en 2011 contre 900.000 en 2010, a annoncé son directeur général, Pierre Reteno Ndiaye, au cours d’une conférence de presse, tenue au siège de l’entreprise à Port-Gentil (Ouest). Pour atteindre cet objectif, M. Reteno Ndiaye a indiqué que la société va notamment fiabiliser les équipements en vue de l’intégrité et de la sécurité des investissements, augmenter le rendement par produit, développer des compétences de la société et réintroduire les droits de douane dans la structure des prix de l’entreprise. La SOGARA compte ...
Lire l'article
Le chef de l‘Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba qui séjourne depuis mardi à Port – Gentil (capitale provinciale de L’Ogooué-Maritime), où il va présider jeudi son premier Conseil des ministres hors de Libreville a entamé mercredi par la Société Gabonaise de Raffinage, une série de visites au sein des entreprises implantées dans la cite économique du pays, a constate GABONEWS. A la SOGARA, le chef de l’État accompagné de quelques membres du gouvernement a été accueilli par  le Premier  ministre, Paul Biyoghe Mba  et les différents responsables de cette société. Bien qu’aucune information relative à cette visite n’ait été livrée, ...
Lire l'article
Le groupe Samsung, qui opère dans le secteur de l’électronique, de l’électroménager et de des télécommunications, s’est dit intéresser, mardi lors de l’audience que le ministre des Mines, du Pétrole et des Hydrocarbures Julien Nkoghé Bekalé, par la reprise de la société gabonaise de raffinage (Sogara). Au cours de cet échange, le patron du département des Mines, a exhorté ses interlocuteurs de procéder à la démarche réglementaire en la matière, notamment par une proposition d’offre technique ou financière fiable à soumettre le moment venu au Gouvernement. La Sogara, qui traîne un déficit de l’ordre de 22 milliards de Fcfa, a besoin ...
Lire l'article
La société sud africaine Imbani a signé le 18 décembre avec les autorités gabonaises un protocole d'accord pour un partenariat qui doit permettre le redressement de la Société gabonaise de raffinage (SOGARA). Ce protocole d'accord prévoit notamment l'amélioration de la production, la construction d'une nouvelle aux standards internationaux ou encore la formation des agents locaux. Le ministre gabonais des Mines, Julien Nkoghe Bekale, a signé le 18 décembre dernier à Libreville avec le président directeur général de la société sud africaine Imbani, Briss Mathabate, un protocole d'accord pour le redressement de la Société gabonaise de raffinage (SOGARA). «Nous avons reçu les ...
Lire l'article
La capitale économique est en panne sèche depuis le 30 mars dernier en raison d’un mouvement de grève des agents de la Société gabonaise de raffinage (SOGARA) lancé le 27 mars dernier pour l’amélioration de leurs conditions de travail. Les habitants de Port-Gentil sont confrontés à une pénurie de carburants et de gaz butane qui commence à causer un handicap sérieux à l’activité économique de la localité, notamment au niveau des transports urbains et des entreprises. La grève déclenchée par les agents de la Société gabonaise de raffinage (SOGARA) à Port-Gentil le 27 mars dernier est à l’origine d’une importante ...
Lire l'article
Les agents de la Société Gabonaise de Raffinage (SOGARA) observent effectivement un mouvement de grève depuis mardi dernier, conformément à un préavis déposé le 13 mars du mois en cours dans lequel ils réclament de meilleures conditions de travail tout en dénonçant la non application par l’administration du protocole d’accords signé par les deux parties en conflit, a rapporté ce mercredi la chaîne de télévision privée gabonaise TV+.L’une des clauses dudit protocole mentionnerait l’intégration, par un contrat de travail à durée indéterminée, des travailleurs d’entreprises de sous-traitance industrielle et de services ayant déjà totalisé plus de deux ans au poste, ...
Lire l'article
La tension monte à la Société gabonaise de raffinage (SOGARA), où les employés ont récemment menacé d’entrer en grève si la direction refusait l’intégration des travailleurs en sous-traitance conclue dans le protocole d’accord signé avec les partenaires sociaux. La SOGARA reconnait la légitimité de cette revendication mais elle est fortement handicapée par la crise. La Société gabonaise de raffinage (SOGARA) est entrée dans un équilibre fragile, ballotée entre la baisse de la demande due à la récession économique mondiale, le coût des exigences écologiques des institutions internationales et le poids des réformes sociales exigées par les employés. Le ...
Lire l'article
Rupture momentanée de production à la Sogara
Gabon : Production record de 926 000 tonnes à SOGARA
Gabon : La SOGARA a atteint son record de production avec 926 000 tonnes en 2011
La SOGARA table sur une production de 1.000.000 tonnes en 2011
Ali Bongo Ondimba à SOGARA pour s’enquérir des reformes enclenchées
Economie : Le groupe Samsung intéressé par la reprise de Sogara
Les Sud Africains à la rescousse de la SOGARA
Gabon : Les grévistes de la SOGARA assèchent les pompes de Port-Gentil
Gabon: Grève des agents de la SOGARA depuis mardi à Port-Gentil
Gabon : La SOGARA marche sur le fil de la crise


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 8 Avr 2009
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*