Socialisez

FacebookTwitterRSS

LA HONTE DE L’AFRIQUE

Auteur/Source: · Date: 27 Avr 2009
Catégorie(s): Afrique

Pouvoirisme, affairisme, refus de l’alternance, coups d’Etat militaire, prise de pouvoir par la force, transmission du pouvoir par hérédité, éternisation au pouvoir, dictature , parodie de démocratie, républiques bananières, parricides, homicides, génocides commandités, intrigues de tout genre, coup bas, manipulation politique, démocratie de façade, mis en scène électorales, partage de pouvoir irrationnel et absurde (Zimbabwe, Kenya) « l’Afrique noir est mal partie » Disait René Dumont ou pour dire mieux « l’Afrique noir n’est même pas partie ».

De la Guinée en Mauritanie, du Congo, au Togo, du Zimbabwe au Soudan, du Kenya à Madagascar, de l’Est à L’Ouest, du Centre au Sud, c’est la cacophonie mêlée de violences. Est-ce une malédiction, un sort ou tout simplement le fruit du laxisme et de la démission de l’élite africaine ? L’élite, quelle élite ? La bourgeoisie nationale ou la ventrocratie politicienne ? Les profiteurs de la république, pilleurs et corrompus ? Les maîtres incontestés des cercles vicieux et occultes ?

Et les intellectuels où sont-ils ? Tous ou presque, prise en otage par le politique, ils ne parlent et ne respirent qu’au rythme du battement du cœur du chef suprême de la mangeoire publique. Partout c’est la désolation, la misérabilisation extrême des peuples. C’est une situation paradoxale pour un continent doté d’une si grande richesse naturelle, mais peuplé des familles les plus pauvres de la terre.

Semez le chaos partout en Afrique, tyrannisez le peuple, appauvrissez, paupérisez, tuez, servez les intérêts supérieurs des métropoles. Mais, dirigeants africains, sachez qu’ « on peut tromper une partie du peuple tout le temps mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps ». Comme des abeilles sur une ruche mielleuse, les « détenteurs du bouton de mise à mort » ont pris les grands gisements africains en otage, au Congo (Katanga), au Niger, au Burkina Faso, les forêts de l’Afrique centrale.
Certains défenseurs de la médiocrité qui trouvent leurs comptes dans cette situation chaotiques, soutiennent que la même chose se passe en Moldavie, en Ukraine, au Bangladesh pour ne citer que ceux-là. Mais ils ignorent que nous n’avons ni la même histoire ni le même destin, leur révolte produisent le plus souvent des résultats (la révolution orange) tandis qu’en Afrique la révolte appelle toujours à une réplique militaro policière hyper violente.
Pendant ce temps les opposants où sont-ils, en tout cas le philosophe Nono Emmanuel soutenait l’idée selon laquelle « le mensonge des politiciens n’engage que ceux qui y croient »

Fuite des cerveaux, émigration clandestine accélérée, l’Afrique se vide de ses enfants les plus valeureux. Que vont-ils chercher chez les autres en si grand nombre ? Et si tout le monde s’en va qui va rester ? Qui viendra un jour résoudre les problèmes des Africains, lorsque tout le monde serait parti ? Peut-être donneront-ils le continent en location aux chinois qui sont en manque d’espace habitable et de débouchés ? Notre situation actuelle est-elle fatale ? Pourquoi tout le monde pense à s’en aller ? Aller où ? En occident. Pourquoi en occident ? Parce que l’occident est bien organisé, bien structuré, on y gagne un peu plus qu’en Afrique. Mais qui a bien organisé et bien structuré l’occident ? Est-ce l’occident qui viendra bien organiser nos sociétés ? Cette situation est la honte de l’Afrique.
Et l’élite extérieures ou la diaspora, que fait-t-elle ? Elle se cherche dans les méandres juridico-judiciaire et administratifs du séjour à l’étranger. La diaspora est à l’image de samba Diallo dans L’aventure ambigüe de cheikh Hamidou Kane. Elle est à la croisée de plusieurs problématiques à résoudre : elle navigue entre l’urgence de la survie personnelle à celle du maintien en métropole, elle s’efforce aussi de plus en plus dans le sens d’une organisation susceptible de faire rentrer des fonds pour l’assistance des familles laissez sur place et le développement du pays. Dans ce cas l’exemple du Mali a marqué les esprits par la quantité des fonds rapatriés au service du développement de leur pays.
Plusieurs révoltes, plusieurs révolutions, plusieurs contestations, les violences et même les guerres n’ont pu rien y faire car le système néocolonial est bien installé et bien huilé et surtout bien entretenu par les « meilleurs élèves ». Les peuples sur le continent noir crient, se plaignent, se lamentent, mais aucune issue favorable n’a encore été envisagée.

Heureusement, fort heureusement, que tout n’est pas que désolation dans ce continent séculairement meurtri par la haine des colons et néocolons agrippés à l’Afrique comme un champignon à son arbre tuteur.
Du point de vue politique, courageusement quelques rares Nations comme le Ghana, le Mali et l’Afrique du Sud tiennent le flambeau de l’alternance du pouvoir et sont en bonne voix dans la marche vers la démocratisation véritable.

Les ressources humaines sont de plus en plus qualifiées et nombreuses. Les nouvelles technologies sont de plus en plus maîtrisées faisant ainsi des formations à distances une réalité. On n’est plus obligé d’aller en occident pour se former comme ingénieur, pour avoir un Master ou un Doctorat. Les filières qui n’existaient pas sur le continent sont proposées aujourd’hui en ligne et les formations sont de haut niveau.

Au plan économique beaucoup reste à faire pour stopper ou réduire la saignée frauduleuse du sous-sol africain, du bois et des produits d’exportations. La résolution des problèmes de tutorat monétaire et des taxes du trésor français pour l’Afrique Francophone

source:  Cameroun link


SUR LE MÊME SUJET
La présidente de la fédération nationale des parents d’élèves du Gabon (Fenapeg), Christiane Bekale, a reconnu, mardi au cours d’un entretien avec la presse, que les responsabilités de cet échec sont partagées. La présidente de la fédération nationale des parents d’élèves du Gabon (Fenapeg), Christiane Bekale, que nous avons rencontrée, hier à son lieu de travail, a réagi sur les mauvais résultats enregistrés cette année en affirmant que ‘’ce taux d’échec était prévisible. Il fallait s’y attendre, compte tenu des perturbations enregistrées, durant la période scolaire par les enseignants, suite à leurs revendications’’. ‘’Ces résultats sont une catastrophe, une honte pour ...
Lire l'article
Par Olivier Fourt Avec la réorganisation des bases militaires françaises, et notamment les fortes réductions d'effectifs à Dakar au Sénégal, il y a aura bientôt moins de 5 000 millitaires français en Afrique contre 30 000 en 1960. Toutefois, l'armée française reste bien présente, dans le domaine du conseil et de la formation avec un objectif affiché: renforcer les capacités africaines de maintien de la paix....
Lire l'article
Les bruits faits autour de ce qu’il est convenu d’appeler « cinquantenaire des indépendances » de quelques pays africains en ce début d’année 2010, ramène dans le débat public, la lancinante question du statut effectif d’Etat souverain des anciennes colonies trop vite déclarées affranchies. Sans doute faudrait-il rappeler, que même après moult habillages et abus de langage juridique, les faits demeurent têtus, et exposent tout optimiste à une cruelle humiliation. Le procès engagé devant les tribunaux français suite aux commentaires légitimes sur sa main mise sur les économies africaines, exprime mieux que toutes les démonstrations et étalage de preuves, la ...
Lire l'article
message publié sur le forum le 12 juin 2008 et toujours d'actualité, dans l'article, il faut juste remplacer Omar Bongo par Ali Bongo. Les images de réussite des émirats pétroliers du golfe persique nous montrent à quel point nous sommes damnés. « Damnés de la terre » comme l’avait décrit Frantz Fanon de son vivant. Ces images flamboyantes témoignent de la Richesse, de la Grâce et de cette Liberté que n'ont malheureusement pas tous ces conducteurs d’hommes qui ne sont pas pénétrés par la lumière divine, et qui rament à vue dans le noir de leur inconscience. Depuis 1967, Bongo accepte de garantir ...
Lire l'article
Après avoir démissionné de ses fonctions de Premier Ministre et de 1er vice président du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir), vendredi dernier pour se positionner candidat à la présidentielle du 30 août prochain, Jean Eyeghé Ndong, a déclaré ce mardi à Libreville, lors d’une conférence de presse, entre autres, que « « Je n’ai pas honte de vous dire que j’ai eu chaud pour diriger le gouvernement ».
Lire l'article
La directrice du département Afrique du Fonds monétaire international (FMI), Antoinette M. Sayeh a appelé jeudi dans une vidéo conférence depuis Washington le Gabon et tous le pays africains producteurs de pétrole, confrontés au problème de la baisse du prix du pétrole à s’ajuster à cette nouvelle réalité et apporter plus de transparence dans la gestion de leurs ressources. Le FMI a octroyé près de 102 millions de dollars au titre d'accord de confirmation au Gabon afin de soutenir son programme économique, sur une période de 14 mois, gage de la signature d'un accord final de 3 ans. Un premier décaissement ...
Lire l'article
Selon le Dr Maria Neira, l’Afrique sub-Saharienne enregistre par an, environ 40 000 morts à cause des fumées dues à la combustion des bois dans le chauffage et la cuisine. Le Dr Maria Neira l’a souligné pendant la conférence internationale sur la santé et l’environnement en Afrique qui s’est tenu du 26 au 29 août derniers à Libreville. « 77 % de la population africaine utilisent les combustibles de biomasse et le charbon pour la cuisine et le chauffage d'espace. L'incendie des combustibles solides sur les cuisinières traditionnelles cause de hauts niveaux de fumée en salle, un mélange complexe de ...
Lire l'article
Discours / La réorganisation du dispositif militaire français en Afrique, annoncée par Nicolas Sarkozy lors de sa visite en Afrique du Sud fin février, provoque des inquiétudes chez les chefs d’Etat africains concernés. Mais l’Elysée se veut rassurant : le processus ne sera pas effectif avant 2011-2012. Juste avant de s’en aller batifoler, à la plus grande gêne de ses conseillers, dans la réserve du Kruger en Afrique du Sud, le bon président Sarkozy s’est quand même fendu, fin février, d’un discours devant les parlementaires locaux, au Cap. Un discours bien moins polémique que son précédent laïus de Dakar et salué ...
Lire l'article
Chaque fois que les Africains tentent de démontrer aux yeux du monde leur volonté de ne pas sombrer dans le chaos des conflits et de la précarité socioéconomique, ce sont leurs dirigeants qui se donnent en spectacle. Et quel triste spectacle que ce qui s'est passé au Kenya et ce qui se passe au Tchad, au Zimbabwe, au Cameroun, au Burkina Faso... Au Tchad, Idriss Deby a profité des attaques rebelles du 3 février 2008 pour essayer d'anéantir son opposition en réduisant ses leaders au silence. Si l'on sait aujourd'hui où se trouvent Lol Mahamat Choua et Ngarlejy Yorongar, c'est l'incertitude ...
Lire l'article
Omar Bongo, président auto-proclamé et ignare du Gabon, a dans l'après-midi du 15 septembre 2005, pris la parole devant l'Assemblée Générale de l'ONU pour vendre au monde l'image d'un Gabon en besoin de développement et d'aide au développement. MAIS, c'est de honte qu'Omar Bongo, totalement impréparé, a couvert le Gabon lors de cette illustre assemblée. Une humiliation nationale qui mérite la démission immédiate du dictateur gabonais. En effet, Omar Bongo s'est totalement emmêlé les pédales dans sa communication, ne retrouvant plus la séquence normale des papiers qui composaient son discours. Et c'est là que le monde découvrit avec stupeur le caractère ...
Lire l'article
Education: Madame Christiane Bekalé estime que ces résultas sont “une honte pour tout un pays”
« Gabon, Cameroun, Centrafrique : l’armée française au cœur de l’ Afrique »
Afrique: Le cinquantenaire de la honte devrait induire des scènes de deuil public
La France et Bongo n’ont pas honte par Bruno Vécarte
Gabon: « Je n’ai pas honte de vous dire que j’ai eu chaud pour diriger le gouvernement », Jean Eyeghé Ndong (ex-Premier Ministre)
Afrique: La directrice Afrique du FMI appelle les pays africains producteurs de pétrole à apporter plus de transparence dans la gestion des ressources
Gabon: Santé / Environnement en Afrique: la fumée responsable de plus de 40 000 morts en Afrique sub-Saharienne
Afrique : le nouveau Cap de Sarko
Politique en Afrique: le miroir de la honte
Omar Bongo, en français petit nègre, fait honte au Gabon à l’ONU: “Pétrole y en a assez”

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 27 Avr 2009
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*