- Bongo Doit Partir - https://www.bdpgabon.org -

Gabon: La France enquête sur le patrimoine d’Omar Bongo

Un juge d’instruction de Paris a décidé d’ouvrir une information judiciaire pour “recel de détournement de fonds publics” concernant le patrimoine détenu en France par trois présidents africains en exercice. Parmi eux, le Gabonais Omar Bongo.

C’est contre l’avis du parquet que la doyenne des juges du pôle financier de Paris, Françoise Desset, a décidé mardi d’ouvrir une information judiciaire pour “recel de détournement de fonds publics” concernant le patrimoine détenu en France par trois personnalités influentes, trois présidents africains de pays producteurs de pétrole : le dirigeant du Congo-Brazzaville Denis Sassou-Nguesso, celui de Guinée équatoriale Teodoro Obiang et le Gabonais Omar Bongo.

La juge d’instruction française a en fait accepté la plainte déposée par l’association Transparency International France alors qu’une requête similaire avait valu de la prison à un Congolais dans son pays. Le procureur de Paris a pour sa part encore la possibilité de faire appel.

Le “trésor” au cœur de cette bataille juridique est composé de logements fastueux, de voitures de luxe et de centaines de comptes bancaires appartenant aux trois présidents africains dans la ligne de mire de la justice française. L’épouse d’Omar Bongo, fille de Denis Sassou-Nguesso, a par exemple acheté un hôtel particulier près des Champs-Elysées pour 18,8 millions d’euros. Teodoro Obiang, et ses proches, ont eux acheté des limousines pour plus de 4 millions d’euros à Paris. Les trois présidents africains visés nient toute malversation.  


SUR LE MÊME SUJET
Contre l'avis du parquet, un juge d'instruction de Paris a décidé mardi d'ouvrir une information judiciaire pour "recel de détournement de fonds publics" concernant le patrimoine détenu en France par trois présidents africains de pays producteurs de pétrole, a-t-on appris mardi auprès du bureau du procureur. Contre l'avis du parquet, Françoise Desset, la doyenne des juges d'instruction du pôle financier de Paris, a décidé d'ouvrir une information judiciaire pour recel de détournement de fonds publics concernant le patrimoine détenu en France par trois présidents africains de pays producteurs de pétrole et leurs proches: Omar Bongo, président du Gabon (à gauche), Teodoro ...
Lire l'article [1]
Une juge française a déclaré mardi recevable une plainte visant les présidents du Gabon, du Congo et de la Guinée-Equatoriale soupçonnés de posséder en France des biens immobiliers financés par de l'argent public détourné. Les ONG Sherpa et Transparence-International (TI) ont enregistré mardi une victoire. Une juge française a déclaré recevable leur plainte visant trois chefs d'Etats africains soupçonnés de posséder en France des biens immobiliers financés par de l'argent public détourné. Sont concernés le président congolais Denis Sassou Nguesso, son homologue gabonais Omar Bongo et leur homologue de Guinée Equatoriale Teodoro Obiang. Dans son ordonnance, la juge Françoise Desset a estimé ...
Lire l'article [2]
Le parquet de Paris s'est opposé officiellement à l'ouverture d'une enquête sur le patrimoine immobilier en France de plusieurs chefs d'Etat africains, dont les présidents gabonais Omar Bongo et congolais Denis Sassou Nguesso, a-t-on appris lundi au cabinet du procureur. Dans un réquisitoire écrit versé au dossier et demandant un "refus d'informer", le procureur estime que les plaignants, les associations Transparence International France et Sherpa, ainsi que le citoyen gabonais Grégory Gbwa Mintsa, n'ont pas juridiquement qualité à agir. C'est la juge d'instruction financière Françoise Desset qui prendra la décision finale d'ouvrir ou non une information judiciaire. Elle n'est pas tenue par ...
Lire l'article [3]
Le parquet de Paris va s'opposer à l'ouverture d'une information judiciaire après une plainte visant trois chefs d'Etat africains soupçonnés de posséder en France des biens immobiliers financés par de l'argent public détourné, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Déposée le 2 décembre par les associations Transparency International France (TI) et Sherpa ainsi qu'un ressortissant gabonais, cette plainte avec constitution de partie civile concerne les chefs de recel de détournement de fonds publics, de blanchiment, d'abus de bien social, d'abus de confiance et de complicités. Elle vise "les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en ...
Lire l'article [4]
Le président gabonais, Omar Bongo, possède un grand nombre de propriétés en France, et des doutes existent sur la manière avec laquelle elles ont été acquises.(Georges Gobet/AFP/Getty Images)PARIS – Un avocat français empêché de se rendre au Gabon pour défendre son client emprisonné après avoir porté plainte contre Omar Bongo a demandé, le 9 janvier 2009, aux autorités françaises de lever cette mesure qu'il juge illégale. Me Thierry Lévy, qui avait obtenu un visa pour se rendre au Gabon afin de défendre un acteur clé dans l'affaire qui porte sur le patrimoine immobilier ...
Lire l'article [5]
Gabon – ONG: Conférence de presse à Paris : Pour une enquête sur le patrimoine de Bongo Ondimba
L’ONG gabonaise, "Brainforest", a demandé lundi à Paris, la création par le parlement gabonais, d’une commission d’enquête pour faire "toute la lumière" sur le patrimoine immobilier acquis en France par le président gabonais Omar Bongo Ondimba. "On ne peut pas opposer le mépris aux informations parues récemment dans la presse et attribuant au président Bongo un énorme patrimoine immobilier. Pour nous, la création d’une commission d’enquête parlementaire est nécessaire pour démêler le vrai du faux", a déclaré Marc Ona Essangui, président de "Brainforest", une ONG spécialisée dans la défense de l’environnement. S’exprimant lors d’une conférence de presse, M. Essangui a critiqué la ...
Lire l'article [6]
L’ONG gabonaise, "Brainforest", a demandé lundi à Paris, la création par le parlement gabonais, d’une commission d’enquête pour faire "toute la lumière" sur le patrimoine immobilier acquis en France par le président gabonais Omar Bongo Ondimba. "On ne peut pas opposer le mépris aux informations parues récemment dans la presse et attribuant au président Bongo un énorme patrimoine immobilier. Pour nous, la création d’une commission d’enquête parlementaire est nécessaire pour démêler le vrai du faux", a déclaré Marc Ona Essangui, président de "Brainforest", une ONG spécialisée dans la défense de l’environnement. S’exprimant lors d’une conférence de presse, M. Essangui a critiqué la ...
Lire l'article [7]
L’ONG gabonaise, "Brainforest", a demandé lundi à Paris, la création par le parlement gabonais, d’une commission d’enquête pour faire "toute la lumière" sur le patrimoine immobilier acquis en France par le président gabonais Omar Bongo Ondimba. "On ne peut pas opposer le mépris aux informations parues récemment dans la presse et attribuant au président Bongo un énorme patrimoine immobilier. Pour nous, la création d’une commission d’enquête parlementaire est nécessaire pour démêler le vrai du faux", a déclaré Marc Ona Essangui, président de "Brainforest", une ONG spécialisée dans la défense de l’environnement. S’exprimant lors d’une conférence de presse, M. Essangui a critiqué la ...
Lire l'article [8]
Reporters sans frontières dénonce la suspension pour trois mois du bimensuel privé Tendance Gabon ordonnée le 11 mars 2008, après que le journal a publié un article du quotidien français Le Monde sur le luxueux patrimoine immobilier du président Omar Bongo en France, ainsi qu'un éditorial critiquant des décisions inéquitables du Conseil national de la Communication (CNC, organe de régulation de la presse gabonaise). "Cette sanction cache mal une décision très politique et très complaisante envers le chef de l'Etat gabonais, Omar Bongo. Tendance Gabon est injustement puni, en s'appuyant sur un argumentaire maladroit, pour un crime de lèse-majesté envers le ...
Lire l'article [9]
Le ministère des affaires étrangères du Gabon a protesté, dans un communiqué publié mercredi 5 mars, contre un reportage de France 2 sur les biens immobiliers détenus en France par le chef de l'Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba, et « réfléchit à la suite à donner aux relations franco-gabonaises ». Le gouvernement gabonais a « convoqué » l'ambassadeur de France pour lui exprimer son « étonnement sur la diffusion » de ce reportage. « Dans ce contexte », le Gabon « se réserve désormais le droit de réagir contre cet acharnement médiatique (...) conformément aux principes de réciprocité », a ajouté le ...
Lire l'article [10]
Gabon: Enquête en France sur les biens de trois présidents africains
Gabon: La justice française enquête sur la fortune d’Omar Bongo
France – Afrique: Le parquet s’oppose à une enquête sur Bongo et Sassou Nguesso
France – Afrique: Biens de présidents africains en France: le parquet opposé à une enquête
Imbroglio entre la France et le Gabon sur le patrimoine de Bongo
Gabon – ONG: Conférence de presse à Paris : Pour une enquête sur le patrimoine de Bongo Ondimba
“Brainforest” demande une enquête sur le patrimoine de Omar Bongo Ondimba
Gabon: Une ONG réclame une enquête sur le patrimoine de Bongo Ondimba
Gabon: Un journal suspendu pour avoir reproduit un article du Monde sur le patrimoine immobilier du président Omar Bongo en France
Protestation après un reportage sur le patrimoine de Bongo

1 Comment (Open | Close)

1 Comment To "Gabon: La France enquête sur le patrimoine d’Omar Bongo"

#1 Comment By OBAMIKO On 6 Mai 2009 @ 11:49

ENCORE UNE FOIS UNE AFFAIRE QUI SERA CLASSEE SANS SUITE COMPTE TENUE DES RELATIOS Ô COMBIEN PRIVILEGIEE ENTRE LE GABON ET LA FRANCE. MAIS BRAVO QUAND MÊME A LA JUSTICE FRANCAISE. LES GABONAIS VONT DEVOIR PORTER UNE REFLEXION SUR LA GOUVERNANCE DE LEUR MESSIE QUI S’APPRETE D’AILLEURS A PASSER COMME DE BON ALOI LE FLAMBEAU A SON FILS; TOUT CELA EST BIEN TRISTE POUR UN PEUPLE FATALISE PAR TANT NEPOTISME TANT DE GABEGIE TANT D’INDECENCE. MAIS S’IL EST VRAI QUE TOUT PEUPLE A LE DIRIGEANT QU’IL MERITE, ALORS PEUPLE GABONAIS COURAGE FACE A VOTRE DESTIN.