Socialisez

FacebookTwitterRSS

L’Afrique attend toujours la rupture

Auteur/Source: · Date: 6 Mai 2009
Catégorie(s): Monde

Deux ans après l’élection de Nicolas Sarkozy, les espoirs de justice qu’il a suscités pour l’Afrique se sont envolés. La Françafrique est toujours bien présente et Omar Bongo, toujours en cour. Le président français, Nicolas Sarkozy, fête ses deux ans de présence à l’Elysée. Déjà ! Le temps passe si vite ! Car on se souvient comme d’hier de la cérémonie d’investiture, du brillant discours qu’il a prononcé pour l’occasion, dans lequel il affichait sa ferme volonté de changement, d’innovation et de rupture. A l’époque, et vu d’Afrique, il forçait l’admiration. Mais, deux années plus tard, les Africains n’affichent plus les mêmes convictions et, surtout, ne nourrissent plus les mêmes ambitions. Car, quelque part, Sarko les a déçus. La rupture annoncée n’a pas eu lieu. Et si elle a eu lieu, elle ne s’est pas opérée dans la direction que l’on l’attendait. Les pontes africains de la désormais célèbre Françafrique sont toujours là, plus que jamais solidement installés, agrippés à des fauteuils présidentiels [africains] presque synonymes de pouvoir à vie. Les démarches judiciaires que l’on osa entreprendre contre certains d’entre eux, au regard de leurs fortunes colossales, si elles n’ont pas été balayées d’un revers de la main, ont néanmoins fini sous l’éteignoir. Plus que jamais, la Françafrique règne. Peuples africains, tremblez de tous vos os !

Mais il y eut aussi le désormais fameux “discours de Dakar”, discours au cours duquel l’Africain réalisa avec stupéfaction qu’il n’était pas entré dans l’Histoire. La petite phrase serait restée inaperçue si elle avait été prononcée par un quidam. Mais, venant de la part du chef de l’Etat français, elle avait de quoi surprendre et valait sans doute son pesant de supputations. L’un des tout premiers chefs d’Etat à être reçu par le nouveau locataire de l’Elysée sera le Gabonais Omar Bongo. Et la toute première visite du président français fraîchement élu se fera en terre… gabonaise. On prend acte, mais le plus douloureux dans cette affaire, c’est qu’on ne peut même pas qualifier de “gaffes” ces faits et gestes de Sarkozy. Ils traduisent les options et les convictions d’un homme qui sait ce qu’il fait, agit à bon escient et choisit librement ses amis. Tant pis pour ceux qui, sur le continent noir, en attendaient autre chose. Les crises politico-diplomatiques sont légion : l’Algérie, la Côte-d’Ivoire, Djibouti, le Mali, le Rwanda. Ce dernier pays, sous la houlette de l’intrépide Kagame, ira jusqu’à renoncer à la francophonie pour frapper à la porte du Commonwealth. Plus qu’une crise de confiance, on constate aujourd’hui comme un sentiment de lassitude qui se traduit par un sentiment antifrançais dans certains pays africains.

Paradoxalement, l’ère Sarkozy se présente comme du pain bénit pour bon nombre de chefs d’Etat africains. Preuve s’il en fallait que l’officiel est souvent à mille lieues du populaire. La France de Sarkozy est plus que jamais présente sur le continent africain avec ses argentiers et ses multinationales. De juteux contrats s’établissent avec la bénédiction de gouvernants africains, qui traitent et signent au nom de leurs pays. Les tout-puissants groupes Bolloré, Bouygues, Total, Elf sont désormais ancrés sur le continent au point qu’on finit par se demander s’ils le quitteront un jour.

Et c’est là aussi que le paradoxe choque et révolte. La rupture annoncée n’aura imposé que l’immigration choisie, privant de nombreuses contrées de la manne indispensable à la nécessaire survie. En contrepartie, les nations africaines devront subir le choix de lourdes multinationales qui n’ont comme critères que le profit et la rentabilité financière. A sa décharge, on peut le dire, Sarkozy a été élu par des Français pour des Français. Devait-on s’attendre à le voir mettre en place une politique qui vise essentiellement au bien-être de l’homme africain ? On peut se permettre d’en douter. Bien au contraire, les Africains seraient bien inspirés de prendre l’initiative de la vraie rupture, celle qui conduit à choisir, diversifier ses amis, relations et partenaires. Que l’ancienne métropole ne le voie pas d’un bon œil ne regarde qu’elle, en définitive.

Car cette France-là, sous Sarko, a fini de faire la preuve que de Gaulle avait raison : elle n’a pas d’amis, elle n’a que des intérêts. Vu d’Afrique, la rupture promise par Sarkozy se fait toujours attendre. Et elle risque sans doute de jouer pour toujours l’Arlésienne. Les peuples de ce continent espéraient de la fermeté contre les dictateurs, ainsi qu’une promotion réelle de la véritable et saine démocratie. Ils ont dû déchanter. Ils n’auront vu à la place que des cautions apportées à des régimes totalitaires et impopulaires, justifiées par la recherche effrénée d’un partenariat gagnant-gagnant avec des dictatures qui règnent de manière éhontée et gèrent à leur profit les misères de leurs peuples. Les Africains l’auront sans doute compris : le second sommet de La Baule n’aura pas lieu sous Sarko. Plus, ils auront découvert qu’il leur faut se prendre en charge et assumer courageusement leur destin. Malheureusement, ils devront le faire sans aucune aide de bon nombre de leurs dirigeants. Car ces gouvernants aiment et apprécient ce qui se passe. Ils ont sans doute leurs raisons. Et ils n’entendent pas du tout changer des équipes qui gagnent, fussent-elles mauvaises. Mais c’est déjà un gain de le savoir.


SUR LE MÊME SUJET
Le vice-président de l’Union nationale, Bruno Ben Moubamba, a dénoncé ce matin dans la presse française le séjour gabonais du président Nicolas Sarkozy, qui ne remplirait pas ses promesses de rupture avec la Françafrique entretenue par ses prédécesseurs. Brandi en étendard par le président français lors de sa visite au Gabon, le renouveau des relations franco-gabonaises consacré par la série de nouveaux accords entre les deux pays ne fait pas l’unanimité au sein de la classe politique locale. Ce 25 février, la presse française publie une interview du vice-président de l’Union nationale (UN, opposition), Bruno Ben Moubamba, candidat malheureux à ...
Lire l'article
Quelle urgence avait Nicolas Sarkozy à se rendre une troisième fois au Gabon depuis son élection? A l’issue de sa courte visite sur place, la réponse n’est pas évidente. Pour l’essentiel, le chef de l’Etat a paraphé, ce mercredi, un nouvel accord de défense qui confirme le maintien de la base militaire tricolore à Libreville (au détriment de Dakar, qui sera fermée) et institue des rapports plus transparents entre les deux pays. Le document sera soumis au Parlement, puis rendu public, a promis le chef de l’Etat. Critiqué pour avoir renié ses promesses de rupture avec les usages de la Françafrique, ...
Lire l'article
Six accords de partenariat ont été signés ce 24 février à Libreville par le président français, Nicolas Sarkozy, et son homologue gabonais, Ali Bongo, pour un montant global de 56,33 milliards de francs CFA. Ces accords qui couvrent principalement les domaines économiques et militaires sont censés poser les bases de nouvelles relations plus transparentes et moins «paternalistes» entre la France et le Gabon. Au terme de sa visite éclair de 24 heures sur le sol gabonais, le président français Nicolas Sarkozy a signé ce 24 février à Libreville une série d’accords de partenariat avec son homologue gabonais, Ali Bongo. Le ...
Lire l'article
Nicolas Sarkozy est attendu au Gabon mercredi puis au Rwanda jeudi. A Libreville, le président de la République signera de nouveaux accords de défense avec le Gabon, censés incarner la "rupture" souhaitée par la France en Afrique. A Kigali, il s'agira avant tout d'une visite symbolique, supposée marquer la détente des relations franco-rwandaises. Deux visites déjà très commentées. La dernière fois qu'il s'est rendu en Afrique, c'était déjà au Gabon. Nicolas Sarkozy avait alors été sifflé par une dizaine de jeunes à son entrée dans le palais présidentiel de Libreville, où se tenaient les obsèques du président Omar Bongo, le ...
Lire l'article
Le 2 septembre doivent être proclamés les résultats de la présidentielle gabonaise. Jamais un scrutin n’aura été aussi serré. Mais à la fin des élections, au Gabon, on tire toujours le Bongo… Y a de la rupture dans l’air au Gabon. Et c’est un spécialiste qui le dit dans le Parisien du 1er septembre. Alain Joyandet, secrétaire d’Etat à la coopération initié aux mystères africains par Robert Bourgi, vétéran de la Françafrique et insatiable missi dominici entre les palais africains et l’Elysée. Le nouveau président gabonais « devra exercer un mandat de rupture ». De l’humour sans doute de la part ...
Lire l'article
Alors que l'opération d'inscription sur les listes électorales est close depuis le 22 juillet dernier, les listes n'avaient toujours pas été rendues publiques ce 3 août, accusant déjà deux jours de retard sur le calendrier officiel. Les autorités ne se sont toujours pas prononcées sur le rattrapage de ce retard dans le processus de vérification du fichier électoral, qui sera primordial pour conserver la crédibilité du scrutin de l'élection présidentielle du 30 août prochain. Alors que la constitution du fichier électoral est déjà l'objet de toutes les suspicions, le retard accusé par les autorités pour afficher les listes électorales ...
Lire l'article
Un an après un voyage éclair de six heures à Luanda, Nicolas Sarkozy renoue jeudi et vendredi avec l'Afrique pour un périple tout aussi minuté à Kinshasa, Brazzaville et Niamey conçu comme un exemple des liens rénovés qu'il veut instaurer avec le continent noir. En visite en Afrique du Sud en février 2008, le chef de l'Etat avait jeté les bases d'un nouveau "modèle de relations" franco-africaines, enfin débarrassé des outrances de la "Françafrique". Mais la rupture annoncée reste balbutiante, illustrée par le départ précipité il y a un an du secrétaire d'Etat à la Coopération, Jean-Marie Bockel. C'est donc avec ...
Lire l'article
La directrice du département Afrique du Fonds monétaire international (FMI), Antoinette M. Sayeh a appelé jeudi dans une vidéo conférence depuis Washington le Gabon et tous le pays africains producteurs de pétrole, confrontés au problème de la baisse du prix du pétrole à s’ajuster à cette nouvelle réalité et apporter plus de transparence dans la gestion de leurs ressources. Le FMI a octroyé près de 102 millions de dollars au titre d'accord de confirmation au Gabon afin de soutenir son programme économique, sur une période de 14 mois, gage de la signature d'un accord final de 3 ans. Un premier décaissement ...
Lire l'article
"L'armée française n'est pas là pour soutenir des régimes" en Afrique, a affirmé mercredi le président français Nicolas Sarkozy, qui s'est en revanche engagé à soutenir "les régimes démocratiques". Nicolas Sarkozy, qui s'exprimait à l'occasion de la 16e conférence des ambassadeurs, a renouvelé son engagement à réviser de manière systématique les accords de défense qui lient la France et les Etats africains. "J'ajoute que tous ces accords, je souhaite qu'ils soient publiés", a-t-il dit. "Nous voulons soutenir les régimes démocratiques", a cependant ajouté le chef de l'Etat français, citant en exemple l'action française en Mauritanie.
Lire l'article
Les électeurs de la localité de Mitzic dans la province du Woleu – Ntem ( nord), attendent toujours leur tour de voter, 24 heures après le déroulement du scrutin locale dans l'ensemble du territoire national. Les différentes têtes des listes dix (10) - PDG, RPG, MAD, PSD, FAR, PGCI, MSP et trois indépendants - de cette localité sont pour le moment en concertation, pour trouver un consensus sur la personnalité devant gérer le bureau de vote de cette localité. Les causes de ce désagrément qui ont provoqué le report du scrutin dans cette localité sont nombreuses. Il y a par exemple: les ...
Lire l'article
Gabon : Ben Moubamba dénonce la «fausse» rupture de Sarkozy
Au Gabon, Sarkozy rejoue l’air de la rupture
Gabon : La rupture à 56 milliards FCFA de Sarkozy
Afrique: La rupture selon Sarkozy
Un Gabon en pleine rupture
Gabon : On attend toujours l’affichage des listes électorales
Sarkozy de retour en Afrique pour y réaffirmer le virage de la rupture
Afrique: La directrice Afrique du FMI appelle les pays africains producteurs de pétrole à apporter plus de transparence dans la gestion des ressources
La France “n’est pas là pour soutenir des régimes” en Afrique, plaide Nicolas Sarkozy
Gabon: Locales 2008: Mitzic attend toujours son heure de vote

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 6 Mai 2009
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*