Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le pouvoir est-il vacant à Libreville ? par Aristote Nkoyi

Auteur/Source: · Date: 4 Juin 2009
Catégorie(s): Lamentations

Que de mystères autour de la santé d’el Hadj Omar Bongo Ondimba. Est-il vivant ou mort ? Faut-il croire la communication officielle de la présidence gabonaise qui le dit, presque, en pleine forme à contrario du ministère des affaires étrangères espagnol pour lequel il est au plus mal ? De fait tout cela importe désormais assez peu face à la situation légale. Le fauteuil présidentiel qu’il a dû laisser libre pour se rendre en soins en Espagne est vacant depuis le 6 mai, date à laquelle on apprenait qu’il décidait de  ” suspendre de façon momentanée ” toutes ses activités liées à ses fonctions de Président de la République.

La constitution gabonaise du 26 mars 1991, modifiée par les lois du 18 mars 1994, du 29 septembre 1995 du 22 avril 1997 et du 11 octobre 2000, qui a été rappelons-le forgée et modifiée par et pour lui-même, précise en son ARTICLE 9 – Le Président de la République est élu pour cinq ans au suffrage universel direct. Il est rééligible une fois. Le papi est pourtant là depuis 41 ans.

Elle dit aussi en son ARTICLE 13 – En cas de vacance de la présidence de la République, pour quelque cause que ce soit, ou d’empêchement définitif de son titulaire constatés par la Cour constitutionnelle saisie par le gouvernement et statuant à la majorité absolue de ses membres, ou à défaut, par les bureaux des deux chambres du Parlement statuant ensemble à la majorité de ses membres, les fonctions du Président de la République, à l’exception de celles prévues aux articles 18, 19 et 116, alinéa 1er, sont provisoirement exercées par le Président de l’Assemblée nationale ou, en cas d’empêchement de celui-ci dûment constaté par la Cour constitutionnelle saisie dans les mêmes conditions que ci-dessus, par le Président du Sénat ou, si ce dernier à son tour est empêché, par le premier vice-Président de l’Assemblée nationale.
L’autorité qui assure l’intérim du Président de la République, dans les conditions du présent article, ne peut se porter candidat à l’élection présidentielle.
En cas de vacance ou lorsque l’empêchement est déclaré définitif par la Cour constitutionnelle, le scrutin pour l’élection du nouveau Président a lieu, sauf cas de force majeure constatée par la Cour constitutionnelle, trente jours au moins et quarante-cinq jours au plus après l’ouverture de la vacance ou de la déclaration du caractère définitif de l’empêchement.
La constitution omet, malheureusement de définir les cas de vacance et le délai de latence avant qu’on puisse considérer cette vacance comme effective.

Nous savons qu’une lutte de succession bien âpre est engagée dans le premier cercle et le successeur, prétendument désigné, Ali Bongo, fils du président Bongo jouit d’une santé précaire, il se trouve en soins au Val de Grâce à Paris. Ce fait laisse la place à de nombreuses convoitises, mais à preuve du contraire la République Gabonaise est une démocratie pluraliste et bien qu’elle semble en présenter bien des caractères, elle n’a pas encore été transformée en monarchie héréditaire. Des élections libres et transparentes devraient donc logiquement être organisées. Ce type de logique est-elle africaine ? On peut en douter quand on voit qui sont ceux qui ont succédé à Laurent Désiré Kabila ou à Gnasimbé Eyadema [1].

Des journalistes de France 24, munis de visas établis en bonne et due forme à Kinshasa, se sont vus refuser l’accès au territoire gabonais où ils désiraient faire un reportage sur les éventuels préparatifs à la succession du Chef. La transparence n’est donc pas le souci premier des autorités. Bongo totalise 41 années de pouvoir ininterrompu, durant lesquelles il a bénéficié d’un soutien inconditionnel de la France, qui rappelons-le possède à Libreville sa plus importante base stratégique de la sous région. Aujourd’hui, paradoxe, l’opinion gabonaise félicite de manière quasi unanime le refoulement des journalistes français. Les uns, la majorité présidentielle, conspuant la République Française de demander à Bongo de se justifier de ses avoirs sur le sol hexagonal ; les autres, l’opposition, la vilipendant pour le soutien qu’elle a apporté par le passé au second président du pays.
Politique fiction

Nous soupçonnons, à tort ou à raison, que Sassou Nguesso espérait, en plaçant sa fille aînée dans la couche du doyen, la voir succéder à son vieux mari. La mort est venue contrarier ce rêve impérial. Le dessin final de Sassou étant de pouvoir, en cas de difficulté politique avec le sud Congo, se préparer la possibilité de décréter la sécession du nord Congo et son unification avec le Gabon qui lui aurait offert un débouché maritime sans passer par le sud Congo.

Edith Lucie Bongo Ondimba, née Sassou Nguesso disparue, le maître de Mpila a-t-il encore un rôle à jouer sur l’échiquier gabonais ?
Une certitude

L’après Bongo sera difficile et il y a fort à parier que bien peu d’individus, sur le million d’habitants que compte ce petit pays, auront la possibilité de faire entendre leur voix.


SUR LE MÊME SUJET
Dans un communiqué de la présidence de la République gabonaise parvenu à la Rédaction de GABONEWS, le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, a fermement condamné la tentative de coup d’Etat et d’assassinat visant le président démocratiquement élu du Niger, Mahamadou Issoufou. GABONEWS livre en intégralité le communiqué de la présidence de la République. « Une tentative de coup d’Etat s’est perpétrée le 26 juillet 2011 au Niger, visant à renverser les institutions démocratiques, et notamment le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Mahamadou ISSOUFOU Le Président de la République Gabonaise, Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Ali ...
Lire l'article
Pierre Mamboundou, le leader de l’Union du peuple gabonais (UPG-Opposition), a déclaré vendredi à Libreville à la Radio télévision gabonaise (RTG) avoir engagé des négociations avec le pouvoir. « Nous sommes bien en négociation avec le pouvoir mais nous ne signerons pas la charte de la majorité républicaine pour l’émergence. Nous sommes des partenaires de la majorité », a déclaré Pierre Mamboundou. « L’accord est presque prêt. Nous devrons être impliqués dans toutes les structures de l’Etat, ministères, société, institutions etc. Mais nous garderons notre libre arbitrage. Si les choses ne vont pas dans le bon sens, nous en tirerons les conséquences. ...
Lire l'article
Plusieurs ONG et syndicats représentant la société civile gabonaise ont appelé jeudi dans un mémorandum de 85 pages le pouvoir et l'opposition à faire des concessions pour sortir de "la crise" actuelle. Alors que l'oppposant André Mba Obame est réfugié dans une agence onusienne après s'être autoproclamé président de la République le 25 janvier, la société civile demande notamment à l'opposition de reconnaître le président Ali Bongo tout en demandant au pouvoir de faire des efforts. "L'installation définitive d'un nouvel ordre démocratique requiert un certain nombre d'exigences parmi lesquelles la capacité d'organiser des élections libres et transparentes tout comme celle des dirigeants ...
Lire l'article
Dans la perspective de la commémoration du premier anniversaire de la prestation de serment d’ Ali Bongo Ondimba, en tant que chef de l’Etat gabonais, un semi-marathon dit de l’« émergence », devant regrouper des athlètes des neuf provinces du Gabon, sera organisé le 16 octobre prochain à l’initiative de l’Organisation non gouvernementale « Ong Vision 2050 ». La course sera organisée sur un parcours de 21km100 et traversera plusieurs quartiers du 5ème, 3ème et 4ème arrondissement de la commune de Libreville. Elle est ouverte à toutes les catégories des coureurs (minimum, amateur, international, militaire Etc.). L’âge minimum requis pour participer ...
Lire l'article
Le siège de sénateur du département de la Mvoung dans la province de l’Ogooué-Ivindo (nord-est) qu’occupait, l’ancien ministre délégué aux Affaires étrangères, Noël Nelson Messone a été déclaré vacant par la Cour constitutionnelle suite à une requête du président du Sénat, Rose Francine Rogombé, a révélé mardi le quotidien de l’AGP Gabon Matin. Selon le journal, l’élu de ce siège aurait demandé à être déchargé de son mandat d’élu des élus. Toutefois, selon des informations dignes de foi recueillies ici et là, le président du Sénat, Rose Francine Rogombé, n’a fait qu’enclencher le processus de la constatation de vacance, a indiqué l’auteur ...
Lire l'article
L'opposition au Gabon a dénoncé jeudi une "dérive autoritaire" et une "personnalisation du pouvoir" quelques jours après la formation d'un nouveau gouvernement et de changements importants dans les administrations du pays. En laissant "aux seuls soins du président de la République et du Premier ministre la compétence exclusive de la nomination des secrétaires généraux et des directeurs généraux des administrations, le Conseil des ministres viole la loi et consacre l'émergence d'une nouvelle caste de roitelets", a déclaré à la presse l'ancien Premier ministre et porte-parole d'une coalition de partis de l'opposition, Jean Eyéghé Ndong. Ces nominés, selon lui, n'auront de comptes à ...
Lire l'article
Le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) a remporté les élections sénatoriales du 18 janvier dernier en obtenant la majorité absolue avec 75 sénateurs sur les 102 que compte le Sénat gabonais, selon le résultats officiels du scrutins publiés samedi par le ministre gabonais de l'Intérieur André Mba Obame. Six autres partis et des indépendants se partagent les 27 sièges restants. Très loin derrière le PDG vient le Rassemblement pour le Gabon (RPG, majorité présidentielle) dirigé par Paul Mba Abessole avec six sénateurs, et l'Union gabonaise pour ...
Lire l'article
Le « Mouvement Omar Bongo Ondimba » célèbre depuis ce samedi les 41 ans de pouvoir du président gabonais par la remise d’un prix. Le prix, est une carte du Gabon et une corbeille entre deux mains. Selon Chantal Ondo, la présidente du mouvement, ce prix traduit l’action de rassemblement, d’unité nationale et du dialogue qui caractérise l’œuvre du Chef de l’Etat Gabonais, Omar Bongo Ondimba. Elle a également indiqué que ce prix symbolise le « dévouement et le développement de la nation Gabonaise », incarnés par Omar Bongo Ondimba. « Nous sommes ici pour vous témoignez notre gratitude », a déclaré Chantal ...
Lire l'article
La Cour constitutionnelle du Gabon, qui a constaté juridiquement, au cours de sa séance du 27 mai dernier l’incompatibilité entre le mandat électif de Jean Ping, à l’Assemblée nationale et ses nouvelles fonctions de président de la Commission de l’Union africaine (UA), a donné le feu vert lundi, au parlement pour pourvoir au siége de l’ancien vice-premier ministre des Affaires Etrangères. Sur décision rendue publique le 27 mai dernier par la Cour constitutionnelle, relative à la constatation de la vacance du siège de Jean Ping, l’Assemblée nationale a été saisie par la plus haute juridiction du Gabon en vue d’organiser, dans ...
Lire l'article
Gabon: L’opposant Mamboundou scelle son premier accord politique avec le pouvoir de Libreville
L’ancien opposant radical gabonais Pierre Mamboundou a, à la faveur des élections locales du 27 avril 2008, franchi le rubicond qui le séparait du régime, portant à son tour une estocade fatale à une opposition gabonaise à la dérive qui retrécit chaque jour comme peau de chagrin. Comme l’ont fait avant lui bien d’autres opposants considérés comme irréductibles mais qui aujourd’hui ont intégré le gouvernement et les hautes sphères du pouvoir, Mamboundou a amorcé son rapprochement avec le pouvoir. Le processus a été enclenché au sortir des élections présidentielle de décembre 2005. En fait, Mamboundou a cessé toute opposition radicale depuis sa ...
Lire l'article
Coopération /Tentative de coup d’Etat au Niger : le président Ali Bongo « condamne fermement ce moyen d’accession au pouvoir »
Gabon : Pierre Mamboundou négocie avec le pouvoir à Libreville
Gabon: la société civile appelle pouvoir et opposition à des concessions
Sport / Un semi-marathon de l’émergence pour commémorer l’an un d’Ali Bongo Ondimba au pouvoir
Politique : Le siège de sénateur du département de la Mvoung laissé vacant
Gabon: l’opposition dénonce une “personnalisation du pouvoir”
Gabon : le parti au pouvoir remporte les élections sénatoriales
Gabon: Politique : « le Mouvement Omar Bongo Ondimba » fête les 41 ans de son pouvoir
Gabon: La Cour constitutionnelle autorise le parlement à pourvoir au siège vacant de Jean Ping
Gabon: L’opposant Mamboundou scelle son premier accord politique avec le pouvoir de Libreville

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 4 Juin 2009
Catégorie(s): Lamentations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*