Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: le président Bongo est mort, Libreville “pas au courant”

Auteur/Source: · Date: 7 Juin 2009
Catégorie(s): Politique

Le président gabonais Omar Bongo Ondimba, au pouvoir depuis 41 ans et doyen des chefs d’Etat africains en exercice, est mort à l’âge de 73 ans, a annoncé dimanche à l’AFP une source proche du gouvernement français.

L’information n’a pas été confirmée officiellement à Libreville.

Le Premier ministre gabonais Jean Eyeghe Ndong a affirmé à la télévision nationale qu’il n’était “pas au courant” de ce décès.

Le site internet de l’hebdomadaire français Le Point avait annoncé initialement la mort du président Bongo, information confirmée à l’AFP à Paris par une source proche du gouvernement français.

Toutefois, les autorités françaises ont démenti “être à l’origine de l’information relative à l’éventuel décès du président Bongo dont elles ne sont pas informées”, selon un porte-parole du Quai d’Orsay.

Omar Bongo avait été hospitalisé à Barcelone en mai, et même si les autorités gabonaises ont longtemps tenté de dissimuler la gravité de son état, la probabilité d’une issue funeste était évoquée avec insistance.

Le 6 mai déjà, alors qu’il n’avait plus été vu en public depuis plusieurs jours, la présidence avait annoncé à la surprise générale qu’il suspendait ses activités pour se reposer et faire le deuil de son épouse, Edith Lucie, décédée le 14 mars.

M. Bongo était hospitalisé dans une clinique privée. Selon les autorités gabonaises, le chef de l’Etat gabonais y avait été admis pour un simple “bilan de santé”. D’autres sources interrogées par l’AFP avaient au contraire indiqué qu’il se trouvait dans un état “grave”, soigné pour un cancer.

Après 41 ans de pouvoir sans partage, la succession de ce dinosaure s’annonce d’autant plus difficile que le président n’a jamais désigné de successeur, dans une situation économique et sociale mauvaise.

Selon la Constitution gabonaise, le président du Sénat, actuellement Mme Rose Francine Rogombé, doit assurer la transition jusqu’à un scrutin à programmer au plus tard 45 jours après le constat de la vacance du pouvoir.

Jadis considéré comme un petit eldorado pétrolier africain, le Gabon, exportateur de matières premières et importateur de biens manufacturés, est touché de plein fouet par la crise, victime de longues années d’une gestion sans diversification de l’économie, et gangrené par la corruption.

Les mouvements de grève dans la fonction publique se sont multipliés ces derniers mois, avec un possible risque d’explosion sociale.

Sur le plan ethnique, le Gabon est composé d’une constellation de petites ethnies dont la plus importante est celle des Fangs (40%). Le président Bongo avait réussi à instaurer un savant équilibre des pouvoirs entre ces ethnies, et sa mort risque de changer la donne même si, selon les experts, des violences ethniques sont peu probables.

Omar Bongo était l’un des symboles de la “Françafrique”, cette relation complexe entretenue entre Paris et ses anciennes colonies d’Afrique, où se mêlent raison d’Etat, lobbies et réseaux politico-affairistes.

Si Jacques Foccart, à l’époque le tout puissant secrétaire général de l’Elysée aux affaires africaines, avait mis en place Bongo à la mort du président Léon Mba à la fin 1967, selon des historiens, la France devrait cette fois rester éloignée de la bataille de succession.

En coulisses, le mot d’ordre est “laisser faire”, selon des sources diplomatiques françaises.

Ces dernières années, les relations s’étaient tendues entre le dirigeant gabonais et l’ancienne puissance coloniale. Le président Bongo, qui se targuait d’avoir connu personnellement tous les présidents français depuis son arrivée au pouvoir, n’avait pas apprécié les déclarations de la présidence française promettant la fin de la “Françafrique”.

Mais, surtout, il acceptait mal à la fois les révélations de la presse sur son patrimoine immobilier en France, et la procédure engagée par des ONG l’accusant d’avoir financé ses biens avec de l’argent public détourné.


SUR LE MÊME SUJET
Le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, qui a assisté ce dimanche, aux côtés de près d’une dizaine d’autres chefs d’Etats, notamment de son homologue Thomas Yayi Boni, aux festivités commémorant le cinquantenaire de l’accession du Bénin à la souveraineté internationale, a regagné la capitale gabonaise, en fin d’après midi. Comme d’autres pays qui ont traversé le cap du cinquantenaire cette année 2010, le Bénin a également tenu à marqué son étape, ce 1er août, d’une pierre blanche avec des manifestations grandeurs nature, et la participation de plusieurs chefs d’Etats du continent, ainsi que des délégations d’autres pays. Dans ce ...
Lire l'article
Le gouvernement de la République a pavoisé la capitale gabonaise, ce mardi 8 juin, avec des photos souvenir à l’effigie du défunt président Omar Bongo Ondimba, soutenu par des messages forts tels que « n’oublions pas que si le courage fait les vainqueurs, la concorde les rend invincibles », à l’occasion de la célébration du premier anniversaire de la disparition du deuxième président gabonais, décédé le 8 juin 2009 à Barcelone, en Espagne. Dans les rues de la capitale gabonaise, l’on peut lire sur de nombreux panneaux qui servent généralement à l’affichage publicitaire:« 365 jours, papa, tu es dans nos cœurs toujours et à ...
Lire l'article
Ali Bongo Ondimba et André Mba Obame sont tous deux candidats pour l’élection présidentielle anticipée du 30 août. Leur alliance depuis les années 2000, s’est-elle effritée ?. Amis de longue date, Ali Bongo Ondimba et André Mba Obame ont animé le courant des rénovateurs à l’intérieur du Parti démocratique gabonais (PDG-au pouvoir) mais ne semblent plus vibrer en phase. Ecarté du ministère de l’Intérieur lors du remaniement ministériel du 19 juin, Mba Obame s’est vu confier le portefeuille de la Coordination et du Suivi de l’Action gouvernementale. En 2001, les rénovateurs du PDG avaient perdu du terrain. André Mba Obame qui était ...
Lire l'article
Après le décès du président Omar Bongo Ondimba annoncé le 8 juin, le gouvernement gabonais «devoir travailler immédiatement» à l'organisation de l'élection présidentielle. «La présidente (par intérim, Rose Francine Rogombé) a quand même indiqué au gouvernement de prendre des dispositions en vue de l'organisation de l'élection présidentielle. Le gouvernement va devoir travailler immédiatement», a affirmé le premier ministre gabonais Jean Eyeghé Ndong à la sortie du conseil des ministres vendredi. Ce conseil avait officiellement pour unique ordre du jour l'organisation des obsèques du président. Selon la Constitution, la présidente par intérim, investie mercredi, a 45 jours au plus après sa prise de fonction ...
Lire l'article
Le député Noël Mamère (Verts) a affirmé aujourd'hui qu'"on ne va pas pleurer sur une crapule de plus qui disparaît de la planète" au lendemain de la mort du président du Gabon Omar Bongo, "symbole" selon lui de "la Françafrique". "On ne va pas pleurer sur une crapule de plus qui disparaît de la planète. Tous ceux qui sont attachés à la démocratie ne pleureront pas la mort du président Bongo", a déclaré M. Mamère, interrogé sur France Inter. Selon lui, Omar Bongo "était le symbole de tout ce que nous dénonçons depuis 30 ans, c'est-à-dire la Françafrique, ces relations incestueuses, mafieuses ...
Lire l'article
Même s'il ne représentait pas à lui seul la "Françafrique", la disparition du président gabonais marque la fin d'une certaine relation franco-africaine. Avec la mort d'Omar Bongo Omdimba, c'est un pilier de la "Françafrique" qui s'effondre. C'était l'une des figures les plus emblématiques de l'Afrique post-coloniale. Il a été l'interlocuteur privilégié des présidents français depuis plus de 40 ans, même si les relations avec Paris se sont récemment crispées. Doyen des chefs d'Etats africains, son influence tenait avant tout à son ancienneté: 41 ans de pouvoir. Agé de 73 ans, il avait accédé au pouvoir en 1967, avec l'aval de la France. ...
Lire l'article
Le président gabonais Omar Bongo Ondimba, au pouvoir depuis 41 ans et doyen des chefs d'Etat africains en exercice, est mort lundi à l'âge de 73 ans en Espagne, ont annoncé les autorités du Gabon, dont les frontières ont été fermées dans la foulée. Omar Bongo, hospitalisé depuis début mai, est mort lundi en début d'après-midi, selon un message du Premier ministre gabonais Jean Eyeghe Ndong remis aux journalistes à Barcelone après une journée d'incertitudes. "C'est à 14H30 (12H30 GMT) que l'équipe médicale m'a informé, ainsi que les officiels et membres de la famille présents, que le président de la République, ...
Lire l'article
Ali Ben Bongo, ministre de la Défense et fils du président Omar Bongo, lui même hospitalisé à Barcelone, est de retour au Gabon et a présidé vendredi des réunions à son ministère, selon des images diffusées au journal de la chaîne de télévision publique gabonaise RTG1. Ali Ben Bongo avait été brièvement hospitalisé en fin de semaine dernière à l'hôpital américain de Neuilly, près de Paris, voyage qui avait généré d'importantes rumeurs au Gabon alors que son père est toujours hospitalisé à Barcelone. Les images de la RTG1 ont montré le ministre de la Défense en train de présider une réunion d'une ...
Lire l'article
L'ancien président tchadien Hissène Habré, en exil à Dakar et poursuivi pour crimes contre l'humanité a été condamné à mort par contumace vendredi 15 août par la Cour criminelle de N'Djamena. Réfugié au Sénégal depuis 1991, Hissène Habré, qui a dirigé le Tchad de 1982 à 1990, est poursuivi pour crimes contre l'humanité, crimes de guerre et actes de torture. Une "commission d'enquête sur les crimes et détournements" commis durant les années Habré, créée après sa chute, a estimé à plus de 40 000, dont 4 000 identifiées nommément, le nombre de personnes mortes en détention ou exécutées au cours ...
Lire l'article
Le président du parti démocrate de l'Arkansas (sud), victime mercredi d'une fusillade, est mort des suites de ses blessures, ont annoncé Bill et Hillay Clinton dans un communiqué. "Nous sommes profondément attristés par la mort de Bill Gwatney", a indiqué dans un communiqué le couple Clinton. Bill Gwatney, victime d'une fusillade dans le local du parti démocrate de l'Arkansas à Little Rock, était un ami personnel des Clinton. L'ancien président américain a été gouverneur de l'Arkansas et Mme Clinton avait bénéficié de son soutien pendant la campagne des primaires démocrates. Bill Gwatney avait été touché de plusieurs balles peu avant midi (17H00 GMT) ...
Lire l'article
Le président Ali Bongo a regagné Libreville après les festivités du cinquantenaire de l’indépendance du Bénin
Omar Bongo Ondimba / Un an déjà: Libreville pavoisée d’affiches et de flyers à l’effigie du défunt président
Gabon : Que reste-t-il du courant des rénovateurs ?
Après la mort de Bongo, le Gabon prépare la présidentielle
Bongo: “une crapule disparaît”(Mamère) Le député Noël Mamère (Verts) a affirmé aujourd’hui qu'”on ne va pas pleurer sur une crapule de plus qui disparaît de
La mort du président gabonais signe-t-elle la fin de la “Françafrique” ?
Le président du Gabon, Omar Bongo Ondimba, est mort
Hospitalisation Bongo: le fils du président gabonais de retour à Libreville
L’ex-président tchadien Hissène Habré condamné à mort à N’Djamena
Etats-Unis: mort du président du parti démocrate d’Arkansas, victime d’une fusillade

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 7 Juin 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*