Socialisez

FacebookTwitterRSS

Nous voulons un Gabon en paix, une élection transparente, une révision du fichier électoral sans embuche et une cohésion sociale exemplaire sans effusion de sang á base ethnique ou clanique. par OSSOGO NZE Alexandre

Auteur/Source: · Date: 14 Juin 2009
Catégorie(s): Opinion

Gabonais, Gabonaises,

Tous les yeux sont tournés vers le Gabon suite à ce décès, car la plupart des gens pensaient à une prise de pouvoir par la force, les Gabonais ont prouvé le contraire, c’est bien l’application de la constitution qui est en marche, j’en suis vraiment fier de cette première étape.
La prochaine étape sera l’organisation des élections présidentielles sous 45 jours selon la constitution, cela soulève également de nombreuses inquiétudes quand à la façon dont le pouvoir avait l’habitude de faire : les listes électorales ne sont jamais à jour, il n’y a jamais égale répartition du temps de parole des candidats aux médias d’état, les ressources financières pas contrôlées, l’impartialité des institutions n’est jamais garantie,il y avait toujours la politique de la terreur, de l’intimidation, etc. Les choses seront peut-être différentes suite à ce départ tant attendu, soyons optimistes tout en restant très vigilants pour éviter de replonger dans l’obscurité des 42 ans du pouvoir moribond et nauséabond.
J’interpelle les dirigeants actuels d’aller jusqu’au bout de leur bonne volonté en mettant tout en oeuvre pour que le Gabon serve d’exemple d’alternance et de démocratie en Afrique et dans le monde, car tout le monde s’attend à ce que notre pays rentre dans une destruction finale.
Chers compatriotes, c’est un tournant historique et une chance unique que nous allons avoir dans les jours à venir, nous avons eu 42 ans une famille qui fait partie des plus grandes fortunes du monde et nous sommes les populations les plus pauvres, il est hors de question que cela continue, le pays est pour tous et non pour cette famille. La famille Bongo n’a plus besoin de pouvoir pour être heureuse et riche, des générations pourront vivre tranquillement au Gabon ou ailleurs sans avoir besoin de travailler, car Bongo à TOUT pillé. Il y a dans ce pays d’autres Gabonais aptes, capables, compétents, patriotes pour diriger cette nation, laissons les faire la démonstration que l’on peut faire mieux ce que Bongo n’a pas fait en 42 ans de pouvoir sans partage.
Il faut que les autorités laissent chaque Gabonais (vivant au Gabon ou ailleurs) remplissant les critères de se présenter librement, cela ne fera que grandir notre nation

Nous voulons un Gabon en paix, une élection transparente, une révision du fichier électoral sans embuche et une cohésion sociale exemplaire sans effusion de sang á base ethnique ou clanique. Les yeux du monde sont tournés sur nous. Quoique l’on dise, dés que que Bongo est mort une nouvelle page s’est tourné dans l’histoire du Gabon meme si il y a encore des pédégistes, c’est inéluctable, ce sont des gabonais avant tout malgré les lourdes fautes de leur part. Quiconque gouvernera les associera forcément á la nouvelle donne, c’est du fair-play politique que tout grand état pratique. Et un régime de 41 ans aura la peau dure á s’évaporer aussi facilement. Ils font partie d’une solution au developpment du Gabon tout comme l’opposition qui, cette fois-ci, se fera entendre.

OSSOGO NZE Alexandre


SUR LE MÊME SUJET
Léconi, chef lieu du département des plateaux, en proie à des querelles intestines et fratricides a conduit le Président de la République, Ali Bongo Ondimba en visite officielle dans cette ville à monter au créneau pour interpeller les populations sur la nécessité d’être ensemble pour promouvoir la cohésion sociale. Lors de cette tournée républicaine qui l’a conduit dans toutes les localités de la province du Haut Ogooué, le président de la République a prôné le message de paix et de cohésion sociale, appuyé par le développement tout azimut. Ainsi, fustigeant toutes les dérives constatées dans ces villes de la province, ...
Lire l'article
Le ministre gabonais délégué à la Santé, M. Nziengui Miyindou, a appelé les populations gabonaises à faire un don de sang aux établissements sanitaires du pays, à l'occasion de la 8ème journée mondiale du don de sang, célébrée mardi prochain sur le thème: "Plus de sang, c'est plus de vie". "A chaque seconde qui passe, quelqu’un dans le monde a besoin de sang pour sa santé, donc pour sa vie. Dans notre pays, chaque jour, la santé et la vie de nos concitoyens malades ou accidentés repose sur la transfusion d’une poche de sang", a déclaré ...
Lire l'article
Dans une tribune libre publiée ce mardi dans L’Union, l’un des deux quotidiens gabonais, l’ancien premier ministre Casimir Oyé Mba a estimé utile de lancer un appel à « un vrai dialogue, large, sans complexe et sans idées préconçues (…) un dialogue adulte, responsable » devant la situation qui prévaut actuellement dans le pays et « c’est au pouvoir qu’il revient de prendre cette initiative, de tendre la paix », devait -t-il préconiser. Sous le titre « On fait quoi maintenant ? » en s’adressant à « Monsieur le président Ali », Casimir Oyé Mba –candidat qui avait ...
Lire l'article
Le Collège d'enseignement secondaire (CES) d'Avorbam, une localité du département du Cap Estérias, au nord de Libreville, ne possède ni toilettes ni eau courante, a constaté un journaliste de l'AGP. Les élèves de cet établissement sont montées au créneau mardi pour exiger l'installation des sanitaires et l'adduction d'eau dans leur établissement. "Nous voulons des toilettes et de l'eau dans notre établissement", a lancé Amélie, une élève de 11 ans en classe de 6ème. Faute de toilettes dans leur établissement, les élèves et même les enseignants vont se soulager dans la broussaille environnante d'où se dégage une odeur pestilentielle qui va jusqu'à ...
Lire l'article
Alexandre Vilgrain, le président du Conseil français des investisseurs en Afrique (Cian) et PDG du groupe Somdiaa, évoque avec Jeune Afrique, les mesures économiques introduites par le nouveau président gabonais pour favoriser l'émergence. JEUNE AFRIQUE : Avez-vous été surpris par la rapidité des mesures économiques prises depuis l’arrivée au pouvoir d’Ali Bongo Ondimba et par ce « nationalisme gabonais » ? ALEXANDRE VILGRAIN : Non. Après avoir été élu, un président dispose de cent jours pour engager les réformes. C’est valable partout à travers le monde. Le président gabonais a donc bien fait d’avancer rapidement. Par ailleurs, à partir du moment où le nationalisme consiste ...
Lire l'article
Le district de Mpaga, ancien village du Canton Ogooué, situé à environ 115 kilomètres de la Port-Gentil (Ogooué-Maritime, sud-ouest), la capitale économique est un exemple réussi de brassage ethnique où se côtoient en toute harmonie Urungu, Nkomi, Eshira, Fang. Cette sous-préfecture compte environ 600 habitants, repartis sur une cinquantaine de villages qui bénéficient gratuitement de l'eau et de l’électricité, d'une école, d'un Collège d'enseignement secondaire (CES) et d'un centre médical financés par la Fondation Espace Afrique. Très active sur place, la Fondation Espace Afrique de Samuel Dossou Aworet, reconnue d'utilité publique en 1996, multiplie investissements et œuvres caritatives. C’est ainsi qu’en 1993 cette ...
Lire l'article
Quelques heures après l’annonce de sa victoire au scrutin présidentiel par le ministre de l’Intérieur, Ali Bongo Ondimba, dans sa première allocution à la Nation a déclaré qu’il sera «toujours le Président de tous les Gabonais et de toutes les gabonaises». Il a invité les Gabonais à mettre en commun leurs intelligences, leurs forces et leurs capacités pour que le Gabon «aille toujours plus haut vers le bonheur et la prospérité, dans la paix et la sécurité». © Static/gaboneco-Ali Bongo Ondimba, nouveau président de la République Gabonaise Gabonaises, Gabonais, Le ministre de l'Intérieur ...
Lire l'article
A quatre jours du scrutin présidentiel, la question du vote ethnique est plus que d’actualité. Elle cristallise les énergies au sein des Etat-majors des candidats autant qu’elle fait naître dans l’opinion la peur du repli identitaire. Pourtant, même si chaque groupe votait pour son représentant, le poids du vote ethnique serait relatif. © gaboneco ; Les neuf éthnies du Gabon se métissent à Libreville Depuis la déclaration de leurs candidatures à la présidentielle du 30 août, les 23 candidats en lice pour ce scrutin dénoncent chacun à sa manière le repli ...
Lire l'article
Gabon : Alexandre Barro Chambrier au chevet des sinistrés d’Akébé
A la suite de l’incendie qui avait ravagé sept habitations au quartier Akébé le 18 mars dernier, le député du Parti démocratique gabonais (PDG) du 1er siège du quatrième arrondissement de Libreville, par ailleurs ministre délégué à l'Economie forestière, Hugues Alexandre Barro Chambrier, a fait don le 3 avril dernier de matériaux de construction au principal sinistré Michel Obiang Ndong, propriétaire des habitations incendiées. Un don en matériel de construction a été remis au sinistré de l’incendie d’Akébé du 17 mars dernier par Hugues Alexandre Barro Chambrier, député du Parti Démocratique Gabonais (PDG) au 1er siège du quatrième arrondissement ...
Lire l'article
Plus de 1000 adhérents venus de l’ensemble du territoire national prennent part depuis le 15 mars dernier à Port-Gentil aux assises du 5ème conseil nationale de l’Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP) pour faire le bilan de l’exercice 2007 et prendre des mesures pour le renforcement de l’action syndicale pour les mois à venir. La capitale économique abrite depuis le 15 mars dernier les assises du 5ème Conseil national de l’ONEP auxquelles prennent part plus d’un millier d’adhérents venus faire le point des activités de l’année écoulée et élaborer un programme d’activités pour la nouvelle année. Dans la perspective ...
Lire l'article
Le Chef de l’Etat appelle à la cohésion sociale à Léconi
Les Gabonais appelés à faire don de leur sang à l’occasion de la 8ème journée mondiale du don du sang
Politique / Situation au Gabon: « J’en appelle à un vrai dialogue, large, sans complexe et sans idées préconçues », Casmir Oyé Mba, ancien PM
Un collège sans toilettes et sans eau dans le nord de Libreville
Gabon: Alexandre Vilgrain : “Passer du sous-développement à l’émergence est difficile mais pas impossible”
Mpaga, un exemple de brassage ethnique réussi
Gabon : Ali Bongo Ondimba appelle à la cohésion nationale
Gabon : Qui a peur du vote ethnique ?
Gabon : Alexandre Barro Chambrier au chevet des sinistrés d’Akébé
Gabon : Renforcer la cohésion syndicale des employés du pétrole

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 14 Juin 2009
Catégorie(s): Opinion
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

3 Réponses à Nous voulons un Gabon en paix, une élection transparente, une révision du fichier électoral sans embuche et une cohésion sociale exemplaire sans effusion de sang á base ethnique ou clanique. par OSSOGO NZE Alexandre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*