Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le scandale des « biens mal acquis » perdure

Auteur/Source: · Date: 25 Juin 2009
Catégorie(s): Françafrique

Les chiffres dans l’affaire des « biens mal acquis » (lire encadré)

sont impressionnants. Entre 105 et 180 milliards de dollars (75 à 130 milliards d’euros) ont été détournés par une trentaine de dictateurs, selon le rapport du Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD) publié hier, intitulé « Biens mal acquis, à qui profite le crime ? ». Au « palmarès » des dirigeants ayant détourné le plus d’argent figurent l’Irakien Saddam Hussein (entre 7,2 et 28,8 milliards d’euros), le dernier chah d’Iran, Mohammed Reza Pahlavi (25,2 milliards), le dictateur indonésien Suharto (entre 12,6 et 25,2 milliards), l’ancien président ivoirien Félix Houphouët-Boigny (entre 5 et 7 milliards) et l’ex-chef d’Etat philippin Ferdinand Marcos (entre 3,5 et 5 milliards).

Le CCFD avait déjà publié un rapport sur la question en 2007. Deux ans plus tard, « en dépit des promesses répétées de guerre à la corruption, seuls 1 à 4 % des avoirs détournés ont été restitués aux populations volées », note le nouveau rapport. La Suisse, soucieuse de changer son image de paradis fiscal pour dictateurs, est le pays qui a rendu le plus de fonds depuis une douzaine d’années. La France, elle, « n’a quasiment pas bougé le petit doigt, alors qu’elle se pose parfois en porte-parole du monde en développement », dénonce le CCFD. En cause, ses nombreux intérêts économiques à l’étranger. A titre d’exemple, le rapport revient sur la réticence de la France à enquêter sur les « biens mal acquis » de l’ancien chef d’Etat gabonais Omar Bongo. « Certains intérêts français auraient beaucoup à perdre si Paris lâchait un allié aussi fidèle que le clan Bongo », affirme le document, qui détaille ensuite les activités d’entreprises telles que Total, Areva, France Télécoms, Veolia, Bolloré, la Société générale ou BNP Paribas au Gabon. Jean Merckaert, l’un des auteurs du rapport, estime de son côté que depuis 2007, « l’indignation s’est généralisée [dans l’opinion publique française] et la complaisance envers les dictateurs n’est plus d’actualité ».

Le constat global n’est toutefois pas très encourageant. Le gouvernement irakien a ainsi épinglé l’attitude de Paris, « qui refuse toujours de restituer aux autorités de Bagdad 23,48 millions d’euros bloqués à la Banque de France depuis la chute de Saddam Hussein », selon le CCFD. Seul un yacht du dictateur a été rendu aux Irakiens en juillet 2008. W


SUR LE MÊME SUJET
L’avocat Robert Bourgi entendu dans l’affaire des « biens mal acquis »
Par RFI. Interrogé, le 22 septembre 2011, par les policiers de la brigade financière dans l'enquête préliminaire ouverte après ses accusations de financement occulte de politiciens français par des chefs d'Etat africains, l'avocat franco-libanais est à nouveau entendu ce jeudi 6 octobre 2011. Cette fois, c'est le juge chargé de l'instruction du dossier des « biens mal acquis » qui doit l'auditionner. Trois chefs d'Etat, ainsi que plusieurs membres de leurs familles, sont visés par cette procédure judiciaire dite des « biens mal acquis » : le Congolais Denis Sassou Nguesso, l'Equato-Guinéen Téodoro Obiang Nguema, et feu le Gabonais Omar Bongo. Ils ...
Lire l'article
La chaîne publique France 24 a retiré une vidéo potentiellement embarrassante de son site internet, à la demande d'une ambassade africaine, et sans en informer ses internautes. S'agissait-il d'une parodie, comme le suggère l'explication officielle donnée en interne, ou d'un cas classique de pression diplomatique sur la « voix de la France » ? Les internautes auraient mérité une explication… Cette vidéo est liée à l'affaire dite des « biens mal acquis », c'est-à-dire l'utilisation de l'argent de la corruption par des chefs d'Etat africains pour acheter des biens immobiliers en France. L'affaire, lancée par des associations (Sherpa, Transparence international (TI) ...
Lire l'article
Le dossier sensible des « biens mal acquis » a été confié à deux juges d’instruction français. Leur mission est d’enquêter sur le patrimoine en France de trois présidents africains : le Gabonais feu Omar Bongo Ondimba, l’Équato-Guinéen Teodoro Obiang Nguema et le Congolais Denis Sassou N’Guesso. Les juges d’instruction Roger Le Loire (doyen des juges d’instruction parisiens) et René Grouman ont été choisis pour prendre en main l’enquête sur les conditions dans lesquelles des biens ont été acquis en France par plusieurs familles de chefs d’État africains, a-t-on appris vendredi 3 décembre. La Cour de cassation de Paris a autorisé le ...
Lire l'article
Les juges d'instruction Roger Le Loire et René Grouman ont été désignés pour enquêter sur l’affaire des biens mal acquis. Un dossier brûlant qui concerne les conditions d'acquisition d'un important patrimoine en France par les chefs d'État du Congo, de Guinée équatoriale et du Gabon. On connait désormais les juges qui auront la lourde tâche de faire la lumière sur l’affaire des biens mal acquis. Il s’agit des juges d'instruction parisiens Roger Le Loire et René Grouman qui enquêteront sur le patrimoine en France de trois présidents africains, Denis Sassou Nguesso (Congo), Teodoro Obiang Nguema (Guinée équatorial), le défunt chef ...
Lire l'article
La décision devrait faire grand bruit, notamment dans quelques palais africains : la Cour de cassation a donné son feu vert, mardi 9 novembre, à une enquête judiciaire visant le mode d'acquisition, en France, par trois chefs d'Etat africains d'un imposant patrimoine composé notamment d'immeubles et de voitures de luxe. La plus haute juridiction française a cassé un arrêt de la cour d'appel de Paris qui, le 29 octobre 2009, avait déclaré irrecevable la plainte de l'organisation Transparency International-France pour "recel de détournement de fonds publics" et empêchait de ce fait l'ouverture d'une instruction. La Cour ordonne le renvoi du ...
Lire l'article
Biens mal acquis: “Une grande victoire pour les peuples spoliés”
En jugeant recevable ce mardi la constitution de partie civile de l'association Transparence International France dans l'affaire dite des biens mal acquis, la cour de cassation a ouvert la voie à une enquête sur le patrimoine dans l'Hexagone de trois présidents africains. C'est une nouveauté. Pour la première fois en France, une enquête sur l'origine du patrimoine d'un chef d'Etat étranger va être ouverte à la demande d'une association, Transparence International. Cette décision va permettre la désignation d'un juge d'instruction et l'ouverture d'une information judiciaire pouvant mettre en cause plusieurs présidents africains. Tout commence en 2007, lorsque le rapport "Biens mal acquis" ...
Lire l'article
JUSTICE - L'avocat de l’ONG Transparence International, qui a été déboutée de sa plainte contre trois chefs d’Etat africains, réagit... C’est non. La cour d’appel de Paris a refusé ce jeudi matin qu’un juge d’instruction se saisisse de l’affaire biens mal acquis par les présidents du Gabon, du Congo et de Guinée Equatoriale et leur entourage. La chambre de l’instruction estime que la plainte, déposée en décembre 2008 par l’ONG Transparence International et à laquelle une juge d’instruction avait donné son feu vert en mai, n’est pas recevable. Selon elle, l’organisation n’a pas juridiquement intérêt à agir. Pourvoi en cassation «Ce soir, les ...
Lire l'article
L'ONG Transparence internationale avait porté plainte en 2008 concernant les biens acquis en France par Omar Bongo du Gabon, Denis Sassou Nguesso du Congo, Teodoro Obiang de Guinée Equatoriale. Clos avant d’être ouverte ? La Cour d'appel de Paris a refusé jeudi qu'un juge d'instruction lance une enquête sur l'affaire dite des «biens mal acquis» présumés par les présidents du Gabon, du Congo et de Guinée équatoriale et de leur entourage, a-t-on appris de source judiciaire et auprès de l'un des avocats. La chambre de l'instruction de la cour d'appel a jugé irrecevable la plainte de l'ONG Transparence International, spécialisée dans la ...
Lire l'article
La justice française va enquêter sur les biens acquis en France par trois chefs d'Etat africains. Un juge d'instruction a en effet décidé d'instruire la plainte déposée notamment pour "blanchiment" par une association, Transparence internationale France, a-t-on appris mardi de source judiciaire. "C'est une décision sans précédent. C'est la première fois qu'une enquête est possible s'agissant de chefs d'Etat en exercice", s'est félicité Me William Bourdon, l'avocat de Transparence internationale France. L'avocat se dit confiant, en dépit d'un probable appel du parquet. "Le droit est l'allié des plaignants depuis le début de cette affaire. Cet appel sera perçu comme une tentative politique ...
Lire l'article
Les biens, ils sont en France, des dizaines de comptes bancaires, des collections de voitures de luxe et des propriétés de rêve… Ils appartiennent à trois dirigeants africains : le Congolais Denis Sassou N'Guesso, le Gabonais Omar Bongo et le président de Guinée Equatoriale, Teodoro Obiang. Il y en a pour des millions d’euros. Au départ un rapport sorti en mars 2007 du CCFD, le Comité catholique contre la Faim et pour le Développement. Son titre : "Biens mal acquis... profitent trop souvent". On y apprend qu'en quelques décennies, des dirigeants, des dictateurs, du monde entier, ont détourné au bas ...
Lire l'article
L’avocat Robert Bourgi entendu dans l’affaire des « biens mal acquis »
« Biens mal acquis » : France 24 trappe une vidéo « off »
Biens mal acquis : deux juges d’instruction pour trois présidents
Justice : Les juges de l’affaire des biens mal acquis connus !
L’arrêt sur les biens mal acquis ouvre des perspectives pour les ONG anticorruption
Biens mal acquis: “Une grande victoire pour les peuples spoliés”
Biens mal acquis: «Ce soir les grands corrompus vont sabler le champagne»
Biens mal acquis : la justice refuse l’ouverture d’une enquête
“Biens mal acquis”: le juge décide d’instruire sur les biens de chefs d’Etat africains
Les biens mal acquis de 3 dirigeants africains en France

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 25 Juin 2009
Catégorie(s): Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*