Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Eyéghé Ndong, «il y a eu tentative de coup d’Etat»

Auteur/Source: · Date: 23 Août 2009
Catégorie(s): Politique

L’ancien vice-président du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) et dernier Premier ministre du défunt président Bongo Ondimba, Jean Eyéghé Ndong, se débat depuis le 15 août dernier pour briguer les suffrages des Gabonais au milieu du brouhaha électoral des 22 autres candidats au fauteuil présidentiel. Dans une interview accordée le 22 août dernier à RFI que nous publions in extenso, le candidat indépendant a fustigé les magnigances «dans les coulisses du pouvoir» et l’organisation «partisane» de l’élection présidentielle, avec un fichier électoral peu crédible de plus de 810 000 votants, soit près de 60% de la population, dont la majorité ne serait pas en âge de voter.

Vous vous présentez comme candidat indépendant, mais est-ce que ce n’est pas un handicap face à des adversaires comme Ali Bongo Ondimba, qui sont soutenus par des partis donc par de grosses machines électorales ?

«Je ne pense pas qu’être candidat indépendant aujourd’hui au Gabon soit un handicap parce que les partis politiques on les connaît, notamment le PDG d’Ali Bongo Ondimba. Il s’agit d’avoir à la tête du pays des personnalités de qualité qui sont soucieuses de l’avenir du pays et non pas de jeunes politiciens des partis.

Mais un parti c’est utile pour l’implantation dans toutes les localités du pays ?

Bien sûr. Sans parti cela peut paraître comme un handicap mais nous faisons tout pour que notre message soit entendu et les populations gabonaises qui ont l’habitude des partis politiques, elles savent très bien que ce ne sont pas les partis politiques qui les nourrissent.

Vous prônez le changement, mais vous avez été le dernier Premier ministre d’Omar Bongo ces trois dernières années. Quelle est votre crédibilité pour changer de politique ?

Ma crédibilité repose sur l’attitude que j’ai toujours eue. Je ne me suis jamais fourvoyé, je ne me suis jamais compromis dans des pratiques qui sont dénoncées aujourd’hui par les Gabonais. Les Gabonais le savent, d’ailleurs c’est pour cela qu’ils n’ont pas été surpris de m’entendre dénoncer les mauvais coups qui se préparaient nuitamment au lendemain du décès du président. Donc les Gabonais me connaissent.

Et alors, ces mauvais coups qui se préparaient la nuit étaient-ce des tentatives de coup d’Etat ?

En tout cas il y a eu tentative de coup d’Etat, je peux vous le dire. Il y a aussi eu un comportement plutôt inattendu de la part de trois personnalités gabonaises qui se sont rendues chez madame Rogombé, le président de la République par intérim, pour lui demander de changer le gouvernement. Je dis bien la nuit, c’est un comportement inadmissible et anti- républicain. Alors que nous étions en train de pleurer le président qui venait de rendre l’âme. Voici trois personnalités de haut rang, des grands responsables du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) en dehors des fonctions de l’Etat qu’elles occupent. C’est là un comportement tout a fait blâmable et indigne.

Est-ce qu’Ali Bongo faisait partie de ces trois personnalités ?

Ecoutez, je suis responsable, il y a certains détails que je ne peux pas vous donner au téléphone.

Ali Bongo vient de dire à Jeune Afrique, que «si j’avais vraiment voulu faire un coup d’Etat je n’aurais pas eu beaucoup de mal à le faire, mais tel n’était pas mon désir».

Bon c’est une déclaration qu’il fait. Moi je ne l’accuse pas personnellement d’avoir voulu faire un coup d’Etat militaire, mais ce qui est sûr c’est que j’ai été Premier ministre, je sais qu’il y a eu des tentatives de coup de force, cela au moins je peux l’affirmer, même si je ne peux pas accuser quelqu’un de manière personnelle et de manière formelle.

Est-ce que vous pensez que le scrutin du 30 août sera transparent ou pas ?

Nous souhaitons que le scrutin soit transparent, mais tel que les choses se présentent, j’ai des raisons de m’inquiéter. Vous savez, le Gabon est peuplé de 1,5 millions d’habitants en comptant les étrangers, alors il est curieux d’avoir une liste électorale de plus de 810 000 électeurs, C’est quand même extraordinaire. J’aimerais savoir où nous sommes allés chercher ces compatriotes.

Le ministre de l’Intérieur affirme que les doublons ne représentent pas plus de 10% des électeurs inscrits.

Moi, la question que je pose est comment pouvons-nous avoir une liste électorale composée de plus de 60% de la population, c’est quand même extraordinaire ça ! Nous savons que nous avons beaucoup plus de jeunes de moins de dix huit ans au Gabon que d’adultes. Cela nous amène tout droit vers un mur. Maintenant si nous sommes tous animés de bonne volonté, je veux parler du gouvernement et de l’ensemble de la classe politique gabonaise, il est temps que l’on se retrouve pour regarder et examiner ce problème de manière sérieuse.

Est-ce que le départ du gouvernement d’Ali Bongo est un bon signe pour la suite ou pas ?

C’est un bon signe. Nous avons demandé à madame le président de la République de le sortir du gouvernement, et il est sorti du gouvernement, c’est déjà pas mal. Mais disons que cela a attendu un peu longtemps.

Il y a trois semaines, on vous a interdit de sortir du territoire, est-ce que vous pouvez circuler aujourd’hui ?

Tout à fait, je peux circuler. J’ai un nouveau passeport avec la mention ancien Premier ministre, c’est un incident passager, je n’en fais pas un problème particulier.

Que répondez-vous à ceux qui disent que vous n’avez peut-être pas la notoriété d’un Ali Bongo ou d’un Oyé Mba ou d’un Mamboundou et que ce sera plus difficile pour vous que pour d’autres ?

La notoriété où ? Au Gabon ? La notoriété auprès des populations gabonaises qui ont besoin d’avoir un président crédible ? Qui ont besoin d’avoir un président qui prône la justice sociale ? Cette notoriété il faut aller la chercher à l’étranger, c’est la notoriété à l’étranger qui fait voter le Gabonais au Gabon.

Mais est-ce que tous les autres candidats ne promettent pas aussi la justice sociale ?

Certains, comme par surprise, parlent de la justice sociale aujourd’hui. Mais quand j’étais au gouvernement, j’en ai toujours parlé, je n’ai pas commencé à parler de la justice sociale depuis que je suis Premier ministre ou depuis que je suis candidat.

Quand j’ai été député en 2001, j’en parlais déjà. Quand j’ai été ministre simple j’en parlais, et devenu Premier ministre je n’ai pas oublié la justice sociale, puisque dès que Bongo m’a nommé Premier ministre, ma première chose a été de chercher à maintenir le pouvoir d’achat en demandant au président de la République de relever le SMIG, ce qui a été fait.

Et pendant que j’étais Premier ministre, je me suis battu contre les forces d’inertie au sein du pouvoir gabonais pour améliorer l’administration de notre pays parce qu’il y a des bloquages et cette mauvaise gestion était le fait de certains, qui aujourd’hui tout à coup découvrent la nécessité de pratiquer une justice sociale».

Publié le 23-08-2009 Source : RFI Auteur : gaboneco  


SUR LE MÊME SUJET
Le gouvernement bissau-guinéen a annoncé mercredi la mise en place d'une commission d'enquête pour faire la lumière sur l'attaque contre l'armée lundi qu'il a qualifiée de tentative de coup d'Etat et faire juger ses auteurs. La formation de cette commission d'enquête a été annoncée alors que le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Jean Ping, s'est rendu mercredi matin à Bissau où les violences qui ont suivi le coup de force ont fait deux morts. Des orientations ont été données pour qu'une commission d'enquête soit créée pour éclaircir la situation et identifier les auteurs, qui doivent tous bénéficier de la ...
Lire l'article
Guinée-Bissau : arrestations suite à une tentative de coup d’État, un militaire tué pendant les recherches
Lundi 26 décembre, la Guinée-Bissau a assuré avoir déjoué une tentative de coup d'État, et arrêté plusieurs officiers de l'armée, parmi lesquels, le chef de la marine. Lors d'une opération de recherche des suspects, un militaire a été tué et deux autres ont été blessés. Dans la nuit de lundi à mardi 27 décembre, suite à la tentative de coup d'État en Guinée-Bissau, l'armée a lancé une opération pour retrouver des suspects. Au cours des recherches, une unité militaire a échangé des tirs avec un groupe d'individus armés. Selon une source militaire, un militaire a trouvé la mort et deux autres ...
Lire l'article
Le vice président de l’Union nationale (UN, opposition), Jean Eyéghé Ndong, a adressé le 14 décembre une lettre aux présidents des groupes parlementaires PDG à l’Assemblée nationale et au Sénat, en réponse à leur courrier conjoint, relatif à son adresse aux députés sur la révision constitutionnelle. Honorable et Vénérable, c’est avec plaisir que j’accuse réception de votre correspondance du 13 décembre 2010, par laquelle vous avez donné une suite à ma lettre aux parlementaires qui, somme toute, je le note, a retenu votre attention : c’est l’essentiel. Regardant l’avenir, en mes qualités d’homme politique et de citoyen gabonais, j’ai cru devoir ...
Lire l'article
Dans une correspondance datée du 1er décembre et adressée à tous les députés, l’ancien premier ministre et député de l’Union nationale(UN), Jean Eyeghe Ndong, a appelé l’attention de ses collègues sur les risques de durcissement du régime qu’induirait la révision constitutionnelle décidée par l’Exécutif. La réponse du Parti démocratique gabonais(PDG, au pouvoir), formulée par les présidents des groupes parlementaires PDG à l’Assemblée nationale et au Sénat, que nous publions in extenso, juge la démarche du vice-président de l’UN malhabile, gorgée de mépris et de condescendance. Le préavis que vous lancez au début de votre adresse, nous invitant à adopter une ...
Lire l'article
Ancien Premier ministre, vice-président de l’Union nationale, Jean Eyéghé Ndong confie à Jeune Afrique son analyse de la situation politique au gabon et des questions qui se posent au sein de la coalition de l'UN. JEUNE AFRIQUE : Comment va le Gabon ? JEAN EYÉGHÉ NDONG : Depuis la mort du président Omar Bongo, le Gabon se cherche. L’élection qui a suivi s’est déroulée dans des conditions déplorables. Le parti au pouvoir a planifié et exécuté un coup de force, en ce sens qu’un groupe de personnes a décidé d’imposer de nouveau son candidat aux Gabonais. Ce candidat a été déclaré élu par la Cour ...
Lire l'article
L'ancien Premier ministre, Jean Eyéghé Ndong, dissident du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) pour briguer le fauteuil présidentiel en indépendant, s'est prêté au jeu du débat avec d'autres candidats le 19 août dernier sur France 24. Répondant aux polémiques sur la fiabilité du processus électoral, le «candidat du courage» a estimé que face à la dégradation actuelle du consensus national sur l'organisation du scrutin du 30 août, le processus constitutionnel n'est plus apte à garantir une élection démocratique. Pour Jean Eyéghé Ndong «la population attend que le scrutin soit sincère, transparent et démoratique. (…) mais ...
Lire l'article
Devant la pression des enseignants qui réclament la régularisation sans délais de leurs situations administratives, le Premier ministre, Jean Eyéghé Ndong, a convoqué une importante réunion le 21 octobre au ministère de la Fonction publique pour remettre en question le fonctionnement du guichet unique. Au terme des travaux, le chef du gouvernement a assuré que le guichet unique allait redoubler d’efforts à compter de ce jour pour régulariser dans l’urgence au moins les trois quarts des dossiers des agents de l’Education nationale.Une profonde remise en question de l’appareil administratif a été engagée le 21 octobre dernier à Libreville, où le ...
Lire l'article
Les hauts fonctionnaires de l’Administration publique du pays ont été convoqués le 15 septembre à Libreville par le Premier ministre, Jean Eyeghe Ndong, qui a sévèrement mis en cause le comportement des responsables de l’administration dans les lourdeurs et les dysfonctionnements enregistrés dans l’appareil public. A quelques mois du bilan de la feuille de route du gouvernement, le Premier ministre a tenu à impliquer l’ensemble des hauts cadres de l’Administration dans la réalisation des objectifs inscrits dans le document cadre de la politique de l’Etat. La démarche inédite du chef du gouvernement a sonné comme un clairon dans les rangs de ...
Lire l'article
Le premier ministre, président d’honneur de l’Association des étudiants et jeunes diplômés du 2ème arrondissement (Elitis), Jean Eyeghe Ndong, a récompensé ce samedi au cours d’une cérémonie tenue à l’Ancienne Sobraga, les nouveaux bacheliers de sa circonscription politique. En effet, c’est en présence des élus locaux de la circonscription, des parents et amis que s’est déroulée cette cérémonie. Des attestations, des cadeaux, des félicitations et des encouragements ont été adressés aux 96 bacheliers session 2008 du 2ème arrondissement par le premier ministre et les élus locaux. Selon le recensement effectué par les membres de l’Elitis, l’arrondissement compte 28 bacheliers dans l’Enseignement technique et ...
Lire l'article
Le premier ministre et vice président du Parti démocratique gabonais (PDG), Jean Eyeghé Ndong, a donné le 24 avril une conférence de presse à l'hôtel Laico Okoumé Palace de Libreville pour éclairer l'opinion sur certaines zones d’ombre du processus électoral et les enjeux des élections locales du 27 avril prochain. Le chef du gouvernement a attendu la dernière semaine de la campagne pour s'adresser à l'opinion nationale sur les enjeux de ce scrutin et au passage remobiliser les troupes de son parti pour la dernière ligne de la campagne qui s'avère âpre dans plusieurs localités du pays. «J'ai pensé qu'il convenait que ...
Lire l'article
Bissau: vers une commission d’enquête sur la tentative de coup d’Etat
Guinée-Bissau : arrestations suite à une tentative de coup d’État, un militaire tué pendant les recherches
Gabon : Jean Eyéghé Ndong répond au PDG
Gabon : La réponse du PDG à Jean Eyeghe Ndong
Gabon: Jean Eyéghé Ndong : “Nous observons beaucoup d’amateurisme au pouvoir”
Gabon : Eyéghé Ndong : «l’intérêt supérieur de la Nation est au-dessus du fait constitutionnel»
Gabon : Eyéghé Ndong au front de la lenteur administrative
Gabon : Eyeghe Ndong rappelle l’Administration à l’ordre
Gabon: Jean Eyeghé Ndong récompense 96 nouveaux bacheliers de sa circonscription politique
Les “vérités” de Jean Eyeghé Ndong


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 23 Août 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

3 Réponses à Gabon : Eyéghé Ndong, «il y a eu tentative de coup d’Etat»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*