Socialisez

FacebookTwitterRSS

Appel du Dr. Daniel Mengara au peuple gabonais et aux candidats de l’opposition véritable : Il est encore possible de sauver le Gabon du bongoïsme: Organisons à Rio, ce vendredi 28 août, le « Sit-in de la Vérité », en vue de la libération nationale immédiate

Auteur/Source: · Date: 27 Août 2009
Catégorie(s): Communiqués BDP

Le Dr. Daniel Mengara, qui se trouve actuellement à Libreville depuis le 25 août, a fait parvenir une série de courriers (voir lettre ci-dessous aux états-majors des candidats et leaders de l’opposition les conviant à organiser un meeting dit “de la Vérité” à Rio en vue de la libération nationale.
Voici le contenu des documents envoyés par le Dr. Mengara aux candidats.

BONGO DOIT PARTIR
——————-
Bureau du Président
——————

OBJET : Entrevue en vue de la Discussion du document ci-joint

Monsieur,

Au vu de l’urgence de la situation politique du Gabon, je porte à votre connaissance le document ci-joint que je vous prie de lire attentivement et dans son entièreté.
Je sollicite, par la même occasion, et ceci de la manière la plus urgente possible, une entrevue avec vous aux fins de discuter, stratégiquement, de son contenu en vue de la libération nationale immédiate.
Dans l’attente, je vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations distinguées.

Fait à Libreville, le mercredi 26 août 2009

Dr. Daniel Mengara
Président, BDP-Gabon Nouveau


Voici le contenu du document distribué


Chers compatriotes,
Chers candidats à la présidence de la République,
Au moment où je me retrouve de nouveau au Gabon, étant arrivé hier mardi 25 août dans ce cher pays dont on me priva d’entrée pendant de nombreuses années du vivant d’Omar Bongo, il ne fait aucun doute à mes yeux que l’heure est grave. Il me semble, hélas, qu’encore une fois, le peuple gabonais et les leaders politiques censés se battre pour ce peuple font de nouveau preuve de la naïveté habituelle, celle qui consiste à croire que le simple fait de participer à une élection perdue d’avance suffit à faire triompher le résultat des urnes, surtout quand aucun des candidats n’est nulle part engagé ouvertement dans la préparation des populations à la contestation.

Or, si l’histoire du Gabon, et même du monde, peut nous enseigner quelque chose, cette chose est que c’est avant l’élection qu’il faut contester l’élection et non après. Autrement dit, une fois que le régime en place aura proclamé sa victoire le 30 août 2009, il sera difficile de défaire cette victoire pourtant frauduleuse, surtout si des pays comme la France déclarent, comme à leur habitude, que l’élection s’est bien déroulée au Gabon. Si 1993, 1998 et 2005 peuvent nous servir de démonstration quant à la futilité qui consiste à espérer le miracle après que le vote du peuple a été bafoué, il faut impérativement conclure que la seule manière de sauver le Gabon d’un coup d’état électoral de trop consiste, au cours de cette élection bâclée, à organiser une contestation pré-électorale en vue du report en bonne et due forme de l’élection et l’établissement d’une transition démocratique digne des aspirations démocratiques des Gabonais. L’histoire ne trompe pas et en histoire comme en physique, les mêmes causes mènent toujours aux mêmes effets. Ce qui a causé les défaites électorales de l’opposition au cours des 20 dernières années est encore en train de se produire : nous avons au Gabon des leaders politiques et un peuple qui croient que le changement se passe par miracle.

Certains, se fiant à la supposée popularité de leurs candidats, et même aux illusions que vendent ces candidats qui leur font croire qu’ils ont la victoire en main, croient que la popularité d’un tel candidat, dans notre Gabon pourtant bongoïsé à outrance, sera suffisante pour défaire l’appareil de fraude que le régime bongoïste a mis en place depuis 42 ans. Quelle naïveté !

D’autres encore persistent à croire qu’une candidature unique de l’opposition face à Ali Bongo serait suffisante pour remporter une élection bâclée et organisée dans la fraude la plus totale, alors même que le souvenir de 2005 est encore frais dans nos mémoires pour démontrer que candidature unique de l’opposition ou pas, quand une élection est frauduleuse, l’opposition ne peut la gagner. La défaite de Mamboundou en 2005 face à Omar Bongo dans une élection où il n’y avait que trois candidats est, à ce titre, suffisante pour montrer que cette élection, qui a une pléthore de candidats, ne se gagnera pas par les urnes. C’est à croire que le peuple que nous sommes et les candidats disant se battre pour ce peuple, n’arrivent toujours pas à tirer les leçons que l’histoire ne cesse pourtant, élection après élection, de nous enseigner. Or, il serait difficile aujourd’hui d’imaginer Pierre Mamboundou se retirant pour laisser la place à André Mba Obame ou André Mba Obame acceptant de se retirer pour Pierre Mamboundou, Paul Mba Abessole ou Jules Bourdès Ougouliguendé. Du moment que cette possibilité de candidature unique est impossible à envisager, surtout parmi les poids lourds qui se donnent tous un destin présidentiel, il faut l’exclure comme option car ce serait poursuivre l’illusion.

Il reste alors la seule option viable, celle qui consiste à obtenir, par tous les moyens possibles, le report de cette élection la pire de toute l’histoire de la République. C’est là un objectif qui, au moins, peut fédérer tous les leaders de l’opposition, surtout si, au bout, l’on aboutit à une réforme constitutionnelle susceptible de ramener l’élection à deux tours qui, seule, est susceptible d’unir, au deuxième tour, toute l’opposition par un report naturel des voix au bénéfice du candidat de l’opposition le mieux placé au premier tour. S’il y a donc une bataille électorale à mener, c’est celle de l’obtention d’un deuxième tour d’élection qui, seul, garantirait la victoire de l’opposition dans le contexte d’une élection transparente.
La question que je me pose, et que je pose à nos candidats illusionnistes, est la suivante : qu’est-ce qui a changé depuis 1993, puis 1998, puis 2005, puis 2009, qui soit de nature à rassurer les Gabonais sur la crédibilité du scrutin présidentiel actuel ? Il me semble pourtant que, élection après élection, le peu de démocratie commencée en 1990 suite à la conférence nationale s’est peu à peu évaporé sous le coup des modifications constitutionnelles arbitraires qui ont supprimé l’élection à deux tours et entériné la présidence à vie, avec comme effet pervers la monarchisation actuelle du pouvoir présidentiel au Gabon !?

Or, de l’aveu même des candidats, rien dans cette élection ne peut garantir sa transparence. Qu’il s’agisse 1) de la transition bâclée actuelle par laquelle Rose Rogombé et Madeleine Mborantsuo ont illégalement suspendu la Constitution pendant 30 jours pour imposer un deuil national dont les Gabonais n’avaient que faire, 2) des délais électoraux ridicules qui font du Gabon le seul pays au monde à se croire capable d’organiser, sans préparation, une élection entière en 45 jours, 3) de la non publication du décret de convocation du collège électoral conformément à la loi, 4) du dépassement par la Cour constitutionnelle actuelle de sa durée de mandat, 5) du conflit d’intérêt né du fait que Madeleine Mborantsuo, qui a fait des enfants avec Omar Bongo, soit juge et partie du processus électoral en siégeant sur le résultat des élections, 6) de l’inégalité d’accès au médias d’état actuellement accaparés par Ali Bongo, 7) du détournement de 200 milliards d’argent public par la machine PDG dans le financement de la campagne frauduleuse d’Ali Bongo, ou 8) des listes électorales truquées et fermées trop tôt qui ne reflètent en rien l’électorat gabonais, nous avons en place aujourd’hui au Gabon les ingrédients qui feront la pire élection jamais organisée au Gabon.

Même sous Omar Bongo, aucune élection ne fut aussi bâclée et Rose Francine Rogombé aura la distinction d’avoir, en seulement deux mois, fait pire sur le plan du bafouement de la Constitution qu’Omar Bongo en 42 ans. Alors qu’elle avait l’opportunité unique d’utiliser ses pouvoirs présidentiels pour affirmer sa personnalité et accompagner la renaissance démocratique du Gabon, Rose Rogombé a préféré se soumettre au dictat des bongoïstes qui veulent enfoncer Ali Bongo dans la gorge des Gabonais. Elle portera sur elle la responsabilité historique de la mort du Gabon si ce pays sombre dans la violence. Elle est, à ce titre, une ennemie du Gabon au même titre que le fut Omar Bongo.
Quelle preuve, donc, faut-il encore à nos candidats et au peuple gabonais pour comprendre que quand une élection comporte autant de faux, le résultat ne peut être que faux, et que, dès lors, participer à une élection truquée ne peut se terminer qu’avec l’entérinement de la fraude qu’Ali Bongo, Rose Rogombé et Madeleine Mborantsuo sont en train d’orchestrer en vue de la monarchisation du pouvoir politique au Gabon ?

Pourtant, Paul Mba Abessole et Pierre Mamboundou eux-mêmes, dès 1998, avaient conclu que le changement au Gabon ne serait plus possible par les urnes. Pourquoi donc cet empressement à poursuivre l’illusion ?
Ce que moi, depuis mes 11 ans d’opposition radicale en exil aux Etats-Unis, j’ai retiré comme maximes des 42 ans de bongoïsme que notre pays a jusque-là subi se résume à ceci :

1) Maxime 1 : Rien de bon ne peut se passer au Gabon tant que le régime bongoïste est au pouvoir. Le progrès du Gabon dépend donc de l’évincement du régime en place, par tous les moyens possibles. Cela était vrai à l’époque de Bongo. Cela est encore vrai aujourd’hui au moment où les forces du mal s’apprêtent de nouveau à prendre en otage notre pays.

2) Maxime 2 : Le changement ne viendra pas au Gabon par le bon vouloir du régime bongoïste. Il faudra que les Gabonais et les leaders de l’opposition se mettent à l’évidence du fait que pour que le Gabon change et se démocratise, il faudra forcer ce changement. Or, il n’y a pas mille manières de changer le Gabon, mais seulement trois.

Parmi ces trois manières de changer le Gabon, une seule est pacifique et non violente. Autrement dit, pour que le Gabon change dans la paix, il faudrait que ce soit le régime Bongo dans son entièreté qui, un beau matin, touché par la grâce divine, décide tout seul, sans y être forcé, et par son bon vouloir, de quitter le pouvoir ou de démocratiser pleinement le pays avec comme conséquence immédiate son évincement du pouvoir par les urnes. Mais vous conviendrez avec moi que ce serait pure utopie que de croire à un tel miracle. La preuve est visible dans la fraude systématique que le régime est actuellement en train de mettre en place pour voler, une fois de plus, une fois de trop, le vote du peuple. Il convient, dans ce cas, de conclure que le Gabon ne peut changer que de deux autres manières qui sont toutes deux violentes, c’est-à-dire soit par un coup d’état libérateur, soit par une insurrection populaire en bonne et due forme. Pour ceux qui croient que la violence est évitable et que le Gabon peut changer par miracle, il suffit de se référer à la récente manifestation pacifique organisée par le collectif des candidats. Malgré la nature pacifique de cette marche, le régime en place n’a pas trouvé mieux que de mater la manifestation dans la violence. Une manière de dire que le changement ne viendra pas au Gabon sans sacrifices car, même quand le peuple voudra affirmer ses droits par des manifestations et marches pacifiques et non violentes, le régime en place utilisera toujours la violence pour mater les aspirations citoyennes. Qu’on le veuille donc ou pas, la violence est inévitable.

Après avoir pris le temps d’observer les candidats pendant la première semaine de campagne, et de réfléchir, j’ai décidé de rentrer au Gabon aux fins d’interpeller à la fois les candidats et le peuple gabonais et leur faire comprendre que cette élection est, probablement, le seul moment de vérité pour notre pays. Si Ali Bongo passe, le Gabon est perdu à jamais. Etant convaincu qu’il n’y a aucun moyen pour Ali Bongo de gagner une élection transparente au Gabon, il était impératif que je revienne au Gabon interpeller les candidats de l’opposition à la nécessité d’empêcher un passage en force d’Ali Bongo.

Quelle est ma proposition?
Je propose que tous les candidats qui se réclament de l’opposition véritable et qui veulent le changement immédiat appellent à Rio, ce vendredi 28 août 2009, à midi, le peuple gabonais au plus grand meeting politique de toute l’histoire du Gabon.

Ce meeting de Rio, que nous appellerons « Sit-in de la Vérité », aura comme but principal de réunir, en un seul lieu, au moins 100.000 Gabonais, qui s’assembleront sans discontinuer jusqu’à l’obtention du report des élections. Il s’agit, par ce moyen, d’organiser ce que j’appelle un référendum populaire spontané sur la question électorale actuelle en y associant directement le peuple et les candidats en vue du report de l’élection. Par ce référendum populaire permanent, par lequel les 100.000 Gabonais resteront assemblés à Rio nuit et jour à partir de vendredi midi, il s’agira, au travers d’un ultimatum populaire lancé aux autorités, de donner le choix aux trois ennemis du peuple que sont Ali Bongo, Rose Rogombé et Madeleine Mborantsuo entre accepter immédiatement le report de cette élection ou être chassés du pays et mis en exil.

Cet ultimatum, plus précisément, s’articulera de la manière suivante : Vu que le « Sit-in de la Vérité » commencerait vendredi dès midi, si, samedi à midi, l’élection n’est pas reportée, les 100.000 Gabonais assemblés à Rio marcheront vers la présidence de la République demander la démission de Rose Rogombé et celle de Madeleine Mborantsuo, avec comme exigence immédiate de les mettre, en compagnie d’Ali Bongo, dans le premier avion en direction de la France pour un exil qui durera le temps de la transition que les Gabonais pourront, dès lors, organiser en leur absence sur base démocratique et patriotique. Le trio diabolique pourra revenir au Gabon uniquement une fois la transition mise en place et Ali Bongo, s’il le veut, pourra alors présenter sa candidature à la présidence de la République, mais dans un contexte non contrôlé par le système bongoïste actuel.

Ce meeting serait, à ce titre, un sit-in non violent durant lequel l’on demandera au peuple de ne rien casser ni rien brûler, mais d’être tout simplement présent au meeting avec comme seule arme à la main une feuille ou une branche de palmier. Par ce symbole, le peuple montrera au monde entier que ce meeting se veut non seulement pacifique, mais également citoyen car, de par ce rassemblement, le peuple prend enfin sur lui d’affirmer sa souveraineté trop longtemps confisquée.
Par l’ultimatum lancé au trio diabolique de représente Ali Bongo, Rose Rogombé et Madeleine Mborantsuo, l’exigence du peuple sera que ces trois personnages qui veulent tuer le Gabon devront, pour éviter l’exil, accepter le report immédiat des élections ou voir le peuple, dès midi samedi, marcher vers la Présidence de la république pour obtenir le départ de Rose Rogombé et établir une présidence intérimaire capable d’organiser des élections transparentes conformément au désir du peuple.

Au cœur du « Sit-in de la Vérité » seront intronisées un certain nombre d’exigences, notamment la nécessité d’un report immédiat de l’élection avec comme conséquences immédiates :
– la mise en place immédiate d’une transition d’un an avec un gouvernement de transition sans exclusive chargé, avec l’ONU, d’organiser des élections libres et crédibles, et ce après un recensement général de la population et l’informatisation sur le plan national d’un ficher électoral à base biométrique.

– une révision de la Constitution par les forces vives de la nation qui, entre autres réformes, ramènerait l’élection à deux tours, la limite des mandats à deux mandats consécutifs maximum, le retour du mandat présidentiel de 5 ans, tout cela entériné par un référendum devant être organisé au sixième mois de la transition. Le peuple étant souverain, le référendum permettra d’entériner la nouvelle constitution, contournant ainsi la limitation actuelle qui empêche la modification de la constitution en période intérimaire.

– Appel à l’ONU pour aider le Gabon à organiser cette élection au douzième mois de la transition au plus tard, avec prise en mains de tout le processus électoral par l’ONU, depuis le recensement général de la population jusqu’à la tenue de l’élection.

Cela ne coûte rien à cette nation nôtre de procéder de cette manière. L’établissement d’une démocratie véritable dans ce pays passe par la volonté de tous de profiter de la mort d‘Omar Bongo et de l’opportunité de libération nationale que cette mort a offert au peuple pour refaire, une bonne fois pour toutes, le Gabon. La classe politique actuelle a donc le devoir non seulement de prendre le temps de bien faire les choses en s’imposant une transition digne de ce nom qui ne soit pas bâclée, mais, en même temps, d’affirmer l’émergence d’une démocratie réelle au Gabon qui soit de nature à permettre la stabilisation, sur base démocratique, des institutions politiques au Gabon en vue du développement durable.
Rater cette occasion de remettre, une bonne fois pour toutes, les pendules du Gabon à l’heure aux fins de moderniser et de réformer ce pays gangréné par le bongoïsme quadragénaire serait, à mes yeux, une trahison nationale.

Le blocage de l’élection en vue de son report aurait été mon objectif de campagne si ma candidature n’avait pas été arbitrairement rejetée par la Cour constitutionnelle. C’est ce que j’avais déjà exprimé dans une lettre à Pierre Mamboundou le 3 juillet dernier. N’étant donc plus candidat, mais simple citoyen, j’interpelle les candidats et autres leaders politiques au seul acte citoyen qui soit de nature, si solidairement mené par tous, à non seulement sauver le Gabon de la prise en otage permanente par la famille Bongo, mais également à introniser durablement la démocratie au Gabon. Cet acte nous est autorisé par la Constitution gabonaise actuelle qui, en reconnaissant la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 dans son préambule, autorise le peuple gabonais à la résistance contre l’oppression.
J’ose donc espérer que les leaders politiques gabonais qui disent combattre le système en place, de Pierre Mamboundou en passant par Paul Mba Abessole, André Mba Obame, Jean Eyegue Ndong, Casimir Oye Mba, Jules Bourdès Ougouligeundé et tous les autres, adhéreront au principe de ce « Sit-in de la Vérité » pour dire, sans ambiguïté, et en communion avec le peuple, que c’est ce samedi 29 août 2009, exactement à 12 heures tapantes, que, au terme de l’ultimatum lancé aux ennemis du peuple, le Gabon changera. Cette élection, qui passera comme la pire élection de toute l’histoire du Gabon, ne doit tout simplement pas avoir lieu.

Fait à Libreville, le mercredi 26 août 2009
Dr. Daniel Mengara
Président, BDP-Gabon Nouveau

Ampliations :
– Médias
– Ambassades (USA, France, Afrique du Sud, etc.)
– Candidats à l’élection présidentielle anticipée (Pierre Mamboundou, Paul Mba Abessole, Casimir Oye Mba, Jules Bourdès Ougouliguendé, Jean Eyegue Ndong, Bruno Ben Moubamba, André Mba Obame, etc.).


SUR LE MÊME SUJET
Devant l’urgence de la dictature montante au Gabon, le BDP invite l’UN à un « Sommet de la Libération Nationale » à Paris ou à Washington
Communiqué de Presse, pour diffusion immédiate Pour obtenir la version PDF de ce document: Cliquez ici. Au lendemain du meeting et de la marche organisés par l’Union Nationale (UN) le samedi 18 décembre 2010 à Libreville, le BDP-Gabon Nouveau se réjouit du changement de ton adopté par les dirigeants de cette formation politique face à Ali Bongo et son parti-état, le PDG. Le BDP-Gabon Nouveau constate notamment avec grande satisfaction que son slogan habituel, « Bongo Doit Partir », a été utilisé et repris de façon explicite par l’UN lors de ce rassemblement. Ce qui laisse penser que l’UN a enfin compris qu’il faut se montrer ...
Lire l'article
Dans une série de vidéos de “Conversations avec le peuple gabonais” diffusées du 22 juillet au 17 août 2010 sur le site “Bongo Doit Partir”, Daniel Mengara rompt le silence et parle
Sur le site du mouvement "Bongo Doit Partir" se trouve en page d'accueil une image très parlante qui dit ceci: "En 2009, les ennemis du peuple ont gagné une bataille: Mais le combat continue". Ce constat reflète très clairement la position qui a été celle du Dr. Daniel Mengara depuis la débâcle électorale qu'a subie l'opposition gabonaise aux élections présidentielles du 30 août 2009. De nombreux Gabonais auront sans doute remarqué le "silence assourdissant" du Dr. Daniel Mengara pendant toute la période de la mi-septembre 2009 (suite à l’échec électoral de l’opposition) à ce jour. C'est qu'en fin stratège politique, et en ...
Lire l'article
La militante du parti de l'opposition de l'ancien vice-Premier ministre Paul Mba Abessole, "enlevée", selon ses termes vendredi à Libreville par des inconnus, a été interpellée par des policiers en civil et libérée samedi, a déclaré lundi l'intéressée. "J'ai été arrêtée vendredi et libérée samedi", a affirmé à l'AFP Geneviève Assangolo Olui, responsable des femmes au sein du Rassemblement pour le Gabon (RPG). "C'étaient des hommes de la Brigade de Recherches (BR) mais ils n'avaient aucun papier, aucun document officiel prouvant qu'ils étaient gendarmes. Leur voiture n'était pas une voiture officielle. J'ai refusé de les accompagner", a raconté Mme Assangolo. "Ils m'ont alors ...
Lire l'article
Selon nos informations et le site du mouvement BDP-Gabon Nouveau (Bongo Doit Partir pour un Gabon Nouveau », Daniel Mengara Minko, le « président-fondateur » dudit mouvement devait arriver au Gabon aujourd’hui 20 août 2009 à 17 heures (heure de Libreville), avec la ferme détermination, souligne-t-il, de « barrer le chemin au bongoïsme ». « C’est lors de son séjour au Gabon que le Dr. Daniel Mengara donnera des consignes de vote non seulement aux militants et sympathisants bédépistes, mais également aux Gabonais, en vue de barrer le chemin au bongoïsme au Gabon, pour que plus jamais le Gabon n’ait à ...
Lire l'article
La fête nationale des cultures, l’un des événements culturels le plus attendu de l’année, dans sa 10ème édition sera lancée ce vendredi à Libreville par des manifestations qui auront lieu sur les différents sites retenus à cet effet. Outre la participation active de l'ensemble des communautés étrangères vivant au Gabon et qui se poigneront aux autochtones, la particularité de cette 10ème édition réside dans l’organisation des conférences-débats qui viennent renforcer le côté pédagogique de cette célébration. Selon les organisateurs, l'événement a pour objectif primordial de promouvoir la culture au Gabon et de favoriser les échanges interculturels entre autochtones et les pays ...
Lire l'article
Communiqué : Le BDP-Gabon Nouveau condamne le terrorisme d’état au Gabon et exige la libération immédiate de Marc Ona Essangui et des leaders de la société civile incarcérés
C'est avec consternation et révolte que le BDP-Gabon Nouveau constate, une nouvelle fois, l'arrestation arbitraire de Marc Ona Essangui et de ses collègues de la société civile gabonaise par le régime dictatorial d'Omar Bongo. Le BDP-Gabon Nouveau, mouvement de résistance et de libération nationale en exil,  condamne sans détour et avec vigueur cet énième forfait du régime terroriste d'Omar Bongo contre le peuple gabonais, peuple qui depuis 41 ans subit le terroriste d'état d'une mafia criminelle, incapable et  incompétente. C'est ce matin 31 décembre que Messieurs Marc Ona Essangui et ses collègues de la coalition Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) et ...
Lire l'article
La cérémonie de prestation de serment des membres de la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite aura lieu vendredi à la Cité de la démocratie de Libreville, a-t-on appris jeudi auprès des agents de cette structures.Cette structure a été Créée en 2003 par décret présidentiel, dans un contexte marqué par deux constantes dont une gestion peu orthodoxe des deniers publics et une pratique presque encouragée de l’impunité. La commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite se veut un instrument au service de la bonne gouvernance, cette dernière est malheureusement confrontée à l’abstention des dépositaires de l’autorité de l’Etat qui refusent ...
Lire l'article
Le ministre gabonais de l'Education nationale, Michel Menga, va procéder vendredi prochain à l'installation d'une cinquantaine d'agents promus à l'issue du Conseil des ministres du 21 août dernier. Ces installations concernent la promotion des inspecteurs délégués d'académiques, inspecteurs pédagogiques qui devront couvrir l'ensemble du territoire national. Une installation qui intervient trois semaines avant la rentrée administrative, prévue en principe, le 22 septembre prochain. A travers ces nominations, le ministère gabonais de l'Education veut impulser une nouvelle dynamique dans l'éducation au Gabon. Rappelons que le baccalauréat au Gabon cette année a été entaché de cas de fraude massive.
Lire l'article
L’audition à l’Assemblée nationale, par la Commission des Finances, du Budget et de la Comptabilité Publique, mercredi, du ministre délégué à l’Economie, aux Finances, au Budget et à la Privatisation, Charles Mba, en lieu et place du titulaire de ce département ministériel, en la personne du ministre d’Etat Paul Toungui en mission au Japon (TICAD IV), sur l’Ordonnance portant modification de certaines dispositions de la loi créatrice du Code des Participations, à cause desquelles le Patronat a longtemps attaqué ce texte jugé désuet par les opérateurs économiques depuis l’entrée en vigueur, en janvier 1995, du Traité relatif à l’Harmonisation du ...
Lire l'article
Document important à lire absolument et à distribuer de toute urgence aux Gabonais de l'étranger comme à ceux de l'intérieur.  Si vous préférez imprimer la version PDF de ce document, pour une lecture plus élégante et plus claire, cliquez ici. Vous pouvez visualiser ou imprimer le schéma du modèle organisationnel des cellules clandestines en cliquant ici pour le PDF ou sur ce lien pour la version image. Prière de faire passer ce message partout où besoin sera. Dr. Daniel Mengara, Président du BDP-Gabon Nouveau Dr. Daniel Mengara Président BDP-Gabon Nouveau (Montclair, 17 juillet 2006) De nombreux compatriotes et patriotes se posent sans doute la question de savoir ...
Lire l'article
Devant l’urgence de la dictature montante au Gabon, le BDP invite l’UN à un « Sommet de la Libération Nationale » à Paris ou à
Dans une série de vidéos de “Conversations avec le peuple gabonais” diffusées du 22 juillet au 17 août 2010 sur le site “Bongo Doit Partir”,
Gabon: libération samedi de la militante de l’opposition arrêtée vendredi
Mengara au Gabon « pour barrer le chemin au bongoïsme »
Gabon: La fête nationale des cultures s’ouvre ce vendredi à Libreville
Communiqué : Le BDP-Gabon Nouveau condamne le terrorisme d’état au Gabon et exige la libération immédiate de Marc Ona Essangui et des leaders de la
Gabon: La Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite prête serment vendredi
Gabon: Installation vendredi prochain d’une cinquantaine de promus à l’Education nationale
Gabon: Code des Participations : l’opération vérité du gouvernement à l’Assemblée nationale, fin du long conflit entre l’Etat et le Patronat
Points forts de la résistance: Réflexions personnelles du Dr. Daniel Mengara sur la lutte de libération nationale du BDP-Gabon Nouveau

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 27 Août 2009
Catégorie(s): Communiqués BDP
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

19 Réponses à Appel du Dr. Daniel Mengara au peuple gabonais et aux candidats de l’opposition véritable : Il est encore possible de sauver le Gabon du bongoïsme: Organisons à Rio, ce vendredi 28 août, le « Sit-in de la Vérité », en vue de la libération nationale immédiate

  1. obom

    31 Août 2009 a 11:13

    Ecoutez le nouveau morceau d’ALI LE KALABA ” coute que coute,vaille que vaille je serais président,j’y tiens tellement que je suis prêt à tuer,c’est ma classique d’une comedie politique, aujourd’hui on tu des gens pour gouverner demain.
    Dans mon régne, plus besoin d’école pour devenir ministre(réf cursus de papa bongo ) ainsi mon pays se portera bien.
    La sagesse,c’est la crainte de Dieu, l’intelligence c’est s’éloigner du mal,l’immoral au dessus de la morale.
    On justifie l’injustice par les moyens,la politique utilise le pauvre, la vérité a beau rêgné, elle s’inclinera toujours devant la force.
    Alors dégagez, c’est la faute à qui si vous êtes derniers de la classe sociale.
    Brûler , violenter, gémir, viciferer, revendiquer,gréver,aprés ma victoire, n’arrangera pas votre situation.

  2. wanshitong

    29 Août 2009 a 23:01

    CHAQUE GABONAIS PEUT ALERTER LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE DEPUIS SON PORTABLE

    La plateforme internet Ushahidi a été mise en place pour couvrir l’élection et l’après élection au Gabon.

    INFORMEZ EN DIRECT LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE (FRAUDES – VIOLENCES – CE QUI SE PASSE BIEN – MENACES – ACHATS D’ELECTEURS, ETC) :

    ENVOYEZ VOS SMS :

    Depuis le Gabon : 04 12 88 86
    Depuis la France : 00 241 04 12 88 86

    ENVOYEZ UN MAIL : gabonelection@gmail.com

    ENVOYEZ UN TWEET SUR #gabon09

    Les informations apparaissent en direct sur la page http://www.lesangesgardiensdugabon.com/ushahidi/

    FAITES CIRCULER CES COORDONNEES DANS TOUT LE GABON ET DANS LE MONDE

    ————-

    Da zhaohu,

    Wànshìtong

  3. Mong y'adzè

    29 Août 2009 a 13:23

    J’ai soutenu mr OYE MBA et j’ai mené des actions à Rennes (comme bcp d’autres gabonais en France) pour demander des élections transparentes. La conclusion tirée est que les gabonais veulent bien de la démocratie, mais ils veulent qu’elle leur soit servie sur un plateau. Comme on ne s’est pas battu pour l’indépendance, on ne sait pas se battre pour l’intérêt commun. Les égos sont conservés même quand le pays est en danger. “ali bongo aime le Gabon sans les gabonais” et se langui des querelles de leader ship qui ont lieu dans le camps adverse. J’irai voter pour Mr OYE MBA et pour les qualités qu’on lui connait tous; malgré les irrégularités de ce scrutin, malgré les 300 km à faire pour choisir mon bulletin de vote et le valider en sanctionnant ce régime à mon échelle. mais je vous garanti que si ce TUEUR passe démocratiquement parce que les gabonais n’arrivent pas à s’entendre à cause de raisons aussi puériles qu’être fang, munu, téké, miénè; comme s’il fallait être du sud pour développer ou favoriser le sud (franceville en est un exemple flagrant d’un président gabonais qui n’a rien alors là rien apporté à son peuple altogovéen);j’irai donc quelques jours après annuler ma nationalité gabonais et montrer ma honte d’appartenir à un pays de CONS, d’INCAPABLES et d’EGOÎSTES: … Tous de beaux parleurs, et juste courageux quand il faut voler des sac-à-main ou brûtaliser une vieille personne sans défense dans les rues de mont-bouet.

    Sinon, bon vote! Et surtout TOUS CONTRE BONGO!

  4. liberte

    29 Août 2009 a 04:34

    Je suis tout à fait ‘accord avec la demarche mais c’est un peu trop tard. j’ai l’impression que c’est soit disant oposant se sont foutus de la guele des gabonais. Il serait necessaire que l’on se radicalise car trop c’est trop. je suis pour que l’on tue tous ces pedegiste un en un en silence dans les quartiers. Au bout de cinq ans on aura tout netoyé ceci est donc le future programme populaire pour le gabon.

    je suis tres tres enervé.

    Bne chance mes freres

  5. Frank

    28 Août 2009 a 21:50

    Alors Vendredi est passe? Et cette demonstration? Tu as pu avoir les 100,000 personnes? Fallait organiser les manifestations plus tot, mengara toi aussi, tu n’avais aucune strategie, c biend dommage, j’avais confiance en toi.

  6. LE PATRIOTE

    28 Août 2009 a 17:55

    C’est une excellente idée encore une fois du Dr Mengara,que Dieu
    puisse en sorte faire ques ces pseudos opposants comprennent une bonne fois que l’heure est grave,et qu’ils ne peuvent ps battre la machine bongo par les urnes.
    Le trio: ROSE FRANCINE ROGOMBE, MADELAINE MBOURANTSAO, ALI BONGO
    PERSONNES à E-L-I-M-I-N-E-R physiquement par tous les moyens possibles. S’ils le pouvaient eux, ils n’hésiteront pas à atomisé tout le peuple gabonais pour continuer leurs crimes contre notre patrie.
    LE S-A-N-G VA C-O-U-L-E FORCEMENT, C’est la seule et l’unique façon de se débarrassé de tous les ennemis de l’intérieur comme de
    l’extérieur du GABON

    ” AU COMBAT,TU AGIS SANS PASSION ET SANS HAINE,TU RESPECTES LES ENNEMIS VAINCUS, TU N’ABANDONNES JAMAIS NI TES MORTS,NI TES BLESSES NI TES ARMES.

    LEGIO PATRIA NOSTRA

  7. papoun

    28 Août 2009 a 15:44

    la logique n’est pas toujours les lois et les lois des fois logique comme vous le faite l’ un ou l’autre suivant les besoin de la cause
    encore une fois réaction vraie mais tardive ne prôner pas les
    extrêmes , faite voir aux concitoyens l’erreur qu’il vont commaitre , la seule chose sensée à faire

  8. Bhenen

    28 Août 2009 a 13:49

    Ni l’égoïsme, ni l’égocentrisme ne doivent être de mise. Le processus électoral ne peut plus être arrêté, surtout pas à 48 heures du scrutin. Il appartient aux leaders politiques anti-Bongo de se prononcer en faveur d’un regroupement de l’opposition pour éviter l’émiettement des voix opposées au système PDG. Ramener l’opposition, au PDG, à sa simple personne contredit la conviction que nous avions de nous débarrasser du système bongoïste que le Fils Ali voudrait perpétuer en s’imposant à la tête du pays par tous les moyens illégaux. Débarrassons nous d’abord du bongoïsme et nous réglerons ensuite nos problèmes “familiaux” en famille.

    QUE LE CAMP DE MBA OBAME SOIT REALISTE, IL FAUT QU’IL LAISSE LES RALLIES ANNONCER EUX-MÊME LEUR NOUVELLE POSITION AVANT, OU EN MEME TEMPS, QUE LE CONFIRMERAIT LEUR CANDIDAT AMO. IL N’APPPARTIENT PAS AUX COLLABORATEURS DE MBA OBAME D’ANNONCER, EN PREMIER, DES RALLIEMENTS DES AUTRES OPPOSANTS POUR EVITER CETTE CACOPHONIE DE DEMENTIS…

  9. xxx

    28 Août 2009 a 10:19

    tu disparais et réapparait qque jours avant l’ élection?
    Cette reflexion sensée, il fallait l’ affirmer avant avec le peuple et mener les actions idoines; pas maintenant. C’est trop tard.
    Il ne nous reste encore que de voter pour que le systeme pdg plie bagage. Advienne que pourra. Que Dieu libère et protège les gabonais.

  10. wanshitong

    28 Août 2009 a 09:29

    Tout d’abord, je pense que ce MESSAGE aurait – c’est qu’il n’a pas – eu PLUS d’IMPACT s’il avait ete annonce par le biais, NON SEULEMENT du web, mais EGALEMENT par une CONFERENCE DE PRESSE. L’homme de “la rue” n’est pas assis devant un micro-ordinateur en train d’attendre les messages de “Mengara”…

    Anyway, c’est MAINTENANT que l’on aurait enormement EU besoin du M-A-M-B-A pour RASSEMBLER et SENSIBILISER le peuple. Le peuple est APTE de comprendre ce qui se passe, il faut seulement le SENSIBILISER, aller dans les QUARTIERS pour RASSEMBLER les gens, distribuer des TRACTES etc.

    C’est seulement comme cela que l’on peut SE PASSER de tous ces C-A-N-C-R-E-S se disant “opposants” politiques (?). Ce n’est plus de la NAIVETE c’est tout simplement de la S-T-U-P-I-D-I-T-E ABSOLUE. Penser aller gagner au “Blak Jack” dans un Casino d’escros et y investir tous ses biens ne releve plus de l’ENTENDEMENT et du BON SENS mais du REVE ou de la SCHIZOPHRENIE. Certains se font transporter dans des tipoyes, d’autres clament une popularite existante seulement dans leur IMAGINAIRE pendant que les “autres” ont deja redige le discours a pronner au soir du 30 aout 2009 !

    Maintenant, vous comprenez pourquoi “ils” ont A TOUT PRIS ecarte “Daniel Mengara” de la course !

    Ah, pauvre Gabon !

    Da zhaohu,

    Wànshìtong

  11. akok

    28 Août 2009 a 08:59

    C’EST DES Fénéants tous.

  12. ONDO NDONG

    28 Août 2009 a 08:37

    Je partage entièrement l’idée d’un report des élections présidentielles pour une période ultérieure et aussi l’avis indispensable d’un référendum qui permettra justement une élection libre et transparente dans notre pays. J’espère que les candidats de l’oppostion prendrons en compte ce conseil national que tu viens d’insuffler non seulement à eux, mais aussi au peuple gabonais. En tous cas bonne démonstration de ta cause patriotique. Pour ce qui s’agit de ta candidature, tu pourras te présenter, si tout ce que tu as eu à dire se réalisait, je crois qu’à ce moment là, tu pourras avoir l’aval du peuple derrière toi. Ceci dit, bon courage à toi et observe mieux le climat politique en étant sur place au Gabon, car cela te donnera plus d’idée et surement modifier un certain nombre de tes approches théoriques sur l’art de faire la politique hors de ton pays.

  13. Lebron

    28 Août 2009 a 08:04

    C’est vrai que quand c’est trop long,ca donne pas envie d’aller jusqu’au bout quand bien même le thème est interessant,moi perso j’aime pas lire les textes sont longs.Alors M.mengara un résumé de vos discours devrait s’imposer si nécessaire,ou mieux faites une vidéo

  14. wanshitong

    28 Août 2009 a 00:55

    C’est MAINTENANT que l’on aurait plus que besoin du MAMBA pour RASSEMBLER et SENSIBILISER le peuple. Le peuple est APTE de comprendre ce qui se passe, il faut seulement le SENSIBILISER, aller dans les QUARTIERS pour RASSEMBLER les gens, distribuer des TRACTES etc.

    C’est seulement comme cela que l’on peut SE PASSER de tous ces C-A-N-C-R-E-S se disant “opposants” politiques (?).

    Ce n’est plus de la NAIVETE c’est tout simplement de la S-T-U-P-I-D-I-T-E ABSOLUE. Penser aller gagner au “Blak Jack” dans un Casino d’escros et y investir tous ses biens ne releve plus de l’ENTENDEMENT et du BON SENS mais du REVE et de la SCHIZOPHRENIE aigue. Certains se font transporter dans des tipoyes, d’autres clament une popularite existante seulement dans leur IMAGINAIRE, pendant que les “Autres” ont deja redige le discours a reciter au soir du 30 aout 2009 !

    Maintenant, vous comprenez pourquoi “ils” ont A TOUT PRIS ecarte “Daniel Mengara” de la course !

    Ah, pauvre Gabon !

    Da zhaohu,

    Wànshìtong

  15. yves

    27 Août 2009 a 20:01

    PUNAISE CETTE IDÉE DE MENGARA EST MERVEILLEUSE ET MOI J’IRAI MEME PLUS LOIN.QUE CE GENRE DE CHOSE SE PASSENT LE MEME JOUR DANS TOUTES LES GRANDES VILLES DU PAYS: LIBREVILLE PORT-GENTIL, LAMBARENE, MOUILA OYEM BITAM TCHIBANGA. NE RATONS PAS CETTE OCCASION DE PROUVER AU MONDE QUE LES GABON VEUT CHANGER VÉRITABLEMENT.

  16. yves

    27 Août 2009 a 19:17

    Chers frère pour vous amenez à faire le bon choix au cas où nos opposants ne se mettraient pas d’accord je vous propose de nous aligner sur le candidat qui suscite beaucoup plus d’émotions et qui est le plus soutenu par les populations dans ses tournées: c’est à dire Pierre Mamboundou.

    ALLEZ RETIRER VOS CARTES D’ÉLECTEURS.MÊME SI VOUS NE LES AVEZ PAS ET QUE VOS NOMS SONT SUR LES LISTES, MUNISSEZ VOUS DE VOS PAPIERS D’IDENTITÉS NATIONALE(PASSEPORT ET/OU CARTE D’IDENTITÉ), LA LOI ÉLECTORALE DIT QUE VOUS POUVEZ VOTER(faites circuler important).

    Je vous laisse en compagnie de ces images de POG un peu comme partout où il est passé c’était le cas.Ne dispersons pas nos voix.

    Partie1: http://www.youtube.com/watch?v=9Z5iUxnDBLw

    Partie2: http://www.youtube.com/watch?v=PTiMzzJmVrY

    Yves carlin Boulambou

  17. mouss

    27 Août 2009 a 18:00

    Il n’y a pas d’opposants dans ce pays. Ils attendent d’aller à nouveau former un gouvernement d’union national.

  18. realiste_politique

    27 Août 2009 a 16:42

    ET BEN MOUMAMBA dans tout ça; cela va bientôt faire quinze jours qu’il montre au gabonais son amour de la nation.
    Son acte AVANGARDISTE pour les gabonais est certainement L’IMAGE de ce Gabon de demain et dont nous rêvons tous: LE BIEN COMMUN;L’INTERËT GENERAL passant avant tout autre considération.
    Comme toi mais pour des raisons différentes(je suis apolitique), je suis pour un report de cette mascarade électorale.
    J’espère déjà que tu te rendras au chevet de BEN MOUBAMBA qui traduit aujourd’hui ta pensée en action.

  19. zorro

    27 Août 2009 a 13:56

    Toi aussi tes discours sont trop long. Certes tu dis des bonnes choses, mais quand c’est trop long c’est décourageants. Mais bon on est habitués

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*