Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Ndongou, «force est à la loi, et force sera à la loi»

Auteur/Source: · Date: 28 Août 2009
Catégorie(s): Politique

Le ministre de l’Intérieur, chargé de la Défense nationale, Jean François Ndongou, a averti le 27 août les leaders politiques que des consignes strictes seraient données aux forces de l’ordre pour garantir la sécurité et prévenir les émeutes post-électorales. Dans un message à la presse, il a notamment rappelé l’interdiction des manifestations non autorisées, et exhorté les électeurs à ne pas s’attrouper aux alentours des bureaux de vote et à attendre «sagement» les résultats chez eux.

© D.R. – Le ministre de l’Intérieur, chargé de la Défense nationale, Jean François Ndongou

La tension monte autour de l’élection présidentielle du 30 août, pour laquelle les autorités ne cessent d’élever des garde-fous face à la pression populaire pour la transparence et la crédibilité du scrutin.

Alors que le gouvernement adoptait le 26 août dernier des mesures restrictives d’accès et d’occupation des bureaux de vote, interdisant notamment l’accès prolongé aux bureaux de vote aux électeurs et aux journalistes, le ministre de l’Intérieur, chargé de la Défense nationale, Jean François Ndongou, a rappelé le 27 août dernier avec «fermeté» qu’il appliquerait «la loi et toute la loi».

«Nous appliquerons avec la fermeté que nécessiteront les événements la loi, rien que la loi, toute la loi (…). Pour vivre en paix dans une société de divergences de toutes sortes, (…) j’affirme avec force et vigueur que ceux qui ne se soumettront pas à la loi seront sanctionnés par la loi», a déclaré monsieur Ndongou.

Concernant l’interdiction formelle des manifestations non autorisées par son ministère, le ministre a lancé «à ceux qui ont menacé d’organiser des manifestations non autorisées au lendemain de l’élection ou à la proclamation des résultats, j’en appelle à leur sens élevé des responsabilités pour reconnaître et accepter que force est à la loi, et force sera à la loi».

Il a ajouté qu’il n’est «pas indiqué qu’il y ait des attroupements autour des bureaux de vote. Ce qui pourrait nous amener à faire le dépouillement dans un autre lieu», alors que la plupart des candidats invitent leurs électeurs à rester dans les bureaux de vote pour prévenir la fraude au dépouillement.

Pourtant l’article 103 de la loi électorale stipule que «le scrutin étant clos, le président du bureau procède publiquement à l’ouverture de l’urne au lieu du vote, en présence des autres membres du bureau et des représentants des candidats», et l’article 104 que «le dépouillement est public. Il est effectué sans interruption au lieu du vote par les membres du bureau en présence des représentants des candidats ou des listes de candidats».

L’article 108 de cette même loi stipule encore «les résultats sont immédiatement annoncés au public par le président du bureau de vote qui remet séance tenante un exemplaire du procès-verbal au représentant de chaque candidat ou liste de candidats», ce qui suggère qu’il y ait un public aux abords des bureaux de vote.

«Il est normal que les compatriotes restent sagement dans leur résidence et attendent le résultat qui leur sera donné en temps opportun», a-t-il enfin ajouté, sans toutefois indiquer la date à laquelle seront communiqués les résultats.

Le ministre de l’Intérieur a encore fustigé les tentatives d’intimidation des électeurs, en rappelant que «les partis politiques ont été invités à manifester leur opinion», mais que «l’exercice de cette liberté ne saurait se transformer en attaque personnelle en agression de toutes sortes».

«Certains citoyens isolés ou rassemblés dans le cadre de partis politiques s’illustrent encore par des menaces physiques ou verbales envers d’autres qui auraient le malheur de ne pas partager les mêmes opinions que ces derniers», a-t-il déploré.

«Certaines communautés amies ont également fait l’objet des mêmes menaces», a-t-il enfin poursuivi, évoquant notamment les Nigérians, accusés publiquement de participer à une éventuelle fraude électorale.

L’accumulation des dispositions sécuritaires pourrait entraîner un sentiment de frustration chez les électeurs, qui manifestent un grand engouement pour cette élection présidentielle, la première où l’alternance paraît envisageable.
 


SUR LE MÊME SUJET
Les membres du bureau politique Jean François Ndongou et Jean Claude Mboumi Nzinzi, candidats investis par le Parti Démocratique Gabonais (PDG au pouvoir), ont devisé dans la nuit de lundi à mardi avec les militants de cette formation politique afin de définir les stratégies de campagne en vue de maximiser leur chance de remporter les différents sièges où ils sont candidats. De nombreux points étaient inscrits à l’ordre du jour parmi lesquels, le principal lieu de l’ouverture de la campagne et l’apport des cadres du parti afin de faire de cette campagne dans ce département une réussite totale et à ...
Lire l'article
Au lendemain du coup d’état électoral du jeudi 3 septembre 2009, des compatriotes prirent la décision de se réunir, au-delà de leurs différences politiques. Ceci, afin de mettre sur pied une association dont les bases seraient suffisamment solides pour que, sur le long-terme, elle puisse porter des projets et des ambitions crédibles aux yeux des Gabonais de la diaspora. Mais surtout, pour être entendue par un peuple dont les attentes sont ignorées depuis le 17 août 1960 et dont les espoirs, ont si souvent été sacrifiés sur l’autel des intérêts personnels. Ainsi, dans sa charte morale adoptée par l’Assemblée Fédérale du ...
Lire l'article
15 des 18 candidats à l'élection présidentielle du 30 août se sont réunis le 7 septembre à Libreville pour dénoncer la fraude électorale massive ayant conduit à la proclamation de la victoire d'Ali Bongo Ondimba, et la violente répression des autorités envers la population et les leaders de l'opposition. Dans un communiqué, que nous publions in extenso, les candidats appellent au recomptage des voix et à la mise en place d'une enquête internationale pour déterminer la gravité de la répression des émeutes post-électorales, dont ils affirment qu'elle serait bien plus importante que ne le relaient les informations officielles. ...
Lire l'article
17 des 18 candidats à l'élection présidentielle du 30 août se sont réunis le 4 septembre dernier au sein du Front de refus du coup de force électoral pour protester contre les résultats officiels proclamant Ali Bongo Ondimba, candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), président de la République élu avec 41,73% des suffrages. Dans le communiqué que nous publions in extenso, les candidats dénoncent un «hold-up électoral» du parti au pouvoir et les violences policières contre les populations et les candidats. © upg-gabon ; Les candidats marchent pour appeler Ali Bongo à la démission ...
Lire l'article
La Cour Constitutionnelle a publié le 29 août un communiqué qui stipule notamment que la présence des électeurs sur les lieux de vote pendant le dépouillement des urnes est autorisée. Cette mesure déjuge celles annoncées le 27 août dernier par le ministre de l’Intérieur, Jean François Ndongou, interdisant l’attroupement des populations autour des bureaux de vote après le vote le 30 août. © D.R., Madame Mborantsuo A la veille du scrutin du 30 août, le communiqué de la Cour Constitutionnelle confirme l'autorisation donnée aux électeurs de rester sur dans les bureaux ...
Lire l'article
Port-Gentil, le 30 août (GABONEWS) - Les 55920 électeurs attendus dans les bureaux de vote de Port-Gentil ne se bousculent pas encore ce dimanche matin pour accomplir leur devoir civique, a constaté GABONEWS. Les bureaux de vote des quatre arrondissements de la commune de Port-Gentil ne connaissent pas encore d’affluence ce matin, une grande affluence. Pour cause, les électeurs traînent les pieds pour accomplir leur devoir civique. Pour ceux qui se sont déplacés très tôt pour accomplir leur devoir civique, ils ont attendu une heure avant le démarrage de l’opération de vote. « Je suis là depuis 6 heures 30, ...
Lire l'article
Le ministre de l’Intérieur, chargé de la Défense nationale, Jean François Ndongou, a expliqué en fin de semaine dernière que les anomalies dénoncées sur la liste électorale définitive étaient dûes à une incapacité technique à vérifier le statut des électeurs inscrits. Il a par ailleurs expliqué que la présence d'urnes «pirates» sur le territoire national ne relevait pas «de la responsabilité du ministère de l'Intérieur». © D.R. - Le ministre de l’Intérieur, chargé de la Défense nationale, Jean François Ndongou Sous le feu de la critique depuis la fin du mois ...
Lire l'article
Jean François Ndongou, Ministre de l’Intérieur assurera également dès ce samedi les fonctions de ministre de le Défense nationale, en remplacement d’Ali Bongo Ondimba, candidat à la présidentielle et ce durant toute la période de la campagne électorale, a annoncé ce samedi à la télévision le premier ministre Paul Biyoghé Mba. Dans ce léger remaniement ministériel, Norbert Diramba, ministre de l’Aménagement du territoire et de l’Artisanat voit ses missions renforcées avec le portefeuille de ministre de l’Enseignement technique et professionnel après le départ de Pierre Claver Maganga Moussavou, l’un des candidats à l’élection présidentielle du ...
Lire l'article
Le ministre de l’Intérieur, Jean François Ndongou, a annoncé dans la soirée du 11 août dernier les modalités de protection des candidats à l’élection présidentielle du 30 août durant la campagne électorale qui débutera le 15 août prochain. Cette disposition, qui devra être sollicitée par les candidats, avait été dénoncée par près d’une dizaine de candidats en raison du maintien à la tête du ministère de la Défense nationale d’Ali Bongo Ondimba, également candidat à cette même élection. Les dispositions sécuritaires pour assurer la protection des candidats à l’élection présidentielle du 30 août ont été annoncées dans la soirée ...
Lire l'article
Le ministre de l'Intérieur, Jean François Ndongou et le président de la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP), René Aboghé Ella, ont été reçus le 27 juillet dernier par la présidente de la Cour Constitutionnelle, Marie Madeleine Mbourantsouo, pour faire le point sur la préparation de l'élection du 30 août prochain. Cette séance de travail a notamment permis de revenir sur les manquements de la révision des listes électorales, et l'ampleur logistique du cordon sécuritaire qui sera déployé par le ministère de la Défense pour la sécurité des 23 candidats pendant la campagne. A l'occasion des réunions hebdomadaires avec ...
Lire l'article
Politique / Jean François Ndongou peaufine la stratégie de campagne du PDG dans le département de Ndolou
Retour ves le futur: chronique d’un coup de force annoncé – si ce n’est pas avec l’un ce sera avec l’autre…-
Gabon : 15 candidats font bloc contre le “coup de force électoral“
Gabon : Les 17 candidats fondent le Front de refus du coup de force électoral
Gabon : Ndongou déjugé par la Cour Constitutionnelle
Gabon: Démarrage timide du Scrutin présidentiel à Port-Gentil
Gabon : Ndongou, «la perfection n’est pas de ce monde»
Gabon: Jean François Ndongou, Ministre de l’Intérieur assurera également les fonctions de chef de département de la Défense
Gabon : Ndongou organise la protection des candidats
Gabon : Le fichier électoral et la sécurité dans la marmite de Ndongou


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 28 Août 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*