Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Le frère du Dr. Daniel Mengara échappe à un assassinat politique?

Auteur/Source: · Date: 10 Sep 2009
Catégorie(s): Communiqués BDP,Politique
mengara_lbv.jpg

Dr. Daniel Mengara, lors de sa déclaration de candidature à Libreville le 22 juillet dernier

Le grand-frère de Daniel Mengara aurait, selon des sources familiales, échappé de justesse à un assassinat politique. Le Dr. Daniel Mengara, leader du mouvement “Bongo Doit Partir”, qui a quitté le Gabon mardi soir par un vol de Air France et arrivé sain et sauf aux USA mercredi, a appris ce jeudi matin que son grand frère, avocat bien connu à Libreville, qui ne fait pourtant pas de politique et chez qui le Dr. Daniel Mengara demeurait lors de son séjour au Gabon, a été agressé mercredi soir par des militaires.

Les militaires, selon la description du grand frère du Dr. Mengara, circulaient dans un véhicule militaire de type Jeep immatriculé 15088653 ou 15088683 (les deux derniers chiffres 53 ou 83 étant incertains au vu de l’heure tardive). Les immatriculations commençant par le numéro 150 au Gabon sont celles de l’armée.

Le grand-frère du Dr. Mengara décrit une situation assez étrange où, se rendant chez lui à Nzeng Ayong vers 22 heures, il se serait engagé dans une ruelle utilisée comme raccourci pour échapper aux embouteillages du feu de Nzeng Ayong. C’est alors que derrière lui, au niveau du Collège Saint George, un véhicule venant de derrière lui fait un jeu de phares. Croyant à quelqu’un de pressé qui lui demandait de le laisser passer, le grand-frère se met de côté et laisse passer le véhicule. Mais le véhicule, tout de suite, s’arrête devant lui pour lui bloquer le passage et quatre militaires en sortent, dont deux en civil, qui viennent le tirer de sa voiture de marque Pajero et le rouent de coups. Si ce n’était la présence de riverains venus assister à l’altercation, la vie du grand-frère aurait été mise en danger. Il s’en est sorti avec un visage tuméfié et une lèvre fendue, couvert de sang. Il a été conduit dans un hôpital de Libreville où un certificat médical a été établi. Le grand-frère du Dr. Mengara a eu la présence d’esprit de noter le numéro d’immatriculation dudit véhicule, dont il est sûr des 6 premiers chiffres 150886, les deux derniers étant incertains (53 ou 83, sans être sûr).

De sérieuses questions sont à poser face à cette agression. Les militaires qui filaient le grand-frère du Dr. Daniel Mengara croyaient-ils Mengara dans le véhicule? Croyaient-ils que Daniel Mengara était encore à Libreville? Qu’est-ce qui se serait passé si Daniel Mengara n’était pas rentré mardi soir et se serait trouvé ce mercredi soir dans le véhicule en compagnie de son frère? Visaient-ils Daniel Mengara ou son grand frère qui, pourtant, ne fait pas de politique?

Ce qui est sûr c’est que cette agression coincide étrangement avec l’interdiction de sortie du territoire national faite aux opposants aujourd’hui même par le gouvernement gabonais. En effet, selon RFI ce matin, “Les leaders politiques gabonais sont interdits de sortie du territoire. Une décision du gouvernement, justifiée, selon les autorités gabonaises, par les besoins de l’enquête sur les émeutes postélectorales à Port-Gentil.”

Ne croyant pas du tout à cette élection, Daniel Mengara s’était rendu au Gabon le 25 août dans une tentative de dernière minute de rallier les candidats de l’opposition à l’idée d’une contestation pré-electorale en vue du report de l’élection, mais l’idée d’un tel report n’a pas semblé recueillir l’assentiment des principaux leaders. Après l’élection, Daniel Mengara s’est également activé dans les coulisses, en gardant profil bas, dans une tentative de convaincre Pierre Mamboundou et André Mba Obame de faire cause commune en s’accordant sur la victoire et en organisant, par la suite, des contestations post-électorales durables en vue de créer une situation d’ingouvernabilité au Gabon face au coup d’état électoral d’Ali Bongo. Il avait à cet effet adressé une lettre aux deux candidats le 5 septembre les appelant à former un Comité de Crise commun en vue de la contestation de l’élection. Cette lettre faisait suite à celle du 31 août appelant à un “Front Commun” en vue de la résistance. Le Dr. Mengara avait également rencontré un certain nombre de leaders politiques de l’opposition parmi les plus importants du pays en vue de discuter de la possibilité de contestations d’envergures nationales et internationales.

Il semble donc que, en rentrant aux USA mardi soir, le Dr. Daniel Mengara ait de justesse échappé non seulement à l’agression des militaires contre son frère, mais également à l’interdiction de sortie du territoire national. Il semble en effet étrange que cette interdiction de sortie du territoire ait coincidé avec cette agression qui semblait clairement commanditée, Mengara ayant, sans le savoir, pris de court les autorités gabonaises en sortant du Gabon juste quelques heures avant la mise en place officielle de ces mesures d’interdiction de sortie.

Des sources familiales bien informées voient, en tous cas, un lien direct entre cette agression du grand-frère, l’activisme de Daniel Mengara sur le terrain et l’interdiction de sortie du territoire national faite aux opposants. La coincidence semble en effet trop forte, surtout quand on sait que la candidature du Dr. Daniel Mengara est la seule à avoir été rejetée arbitrairement par la Cour constitutionnelle gabonaise en juillet dernier, sans doute parce que le régime redoutait son radicalisme et son discours cinglant au cours d’une élection qui, finalement, était faite pour valider la monarchisation du Gabon.

Une chose semble désormais certaine: Ali Bongo est prêt à instaurer au Gabon un état policier pire que celui que son père avait mis en place, un régime qui n’hésite pas à s’en prendre aux familles des opposants alors que ces familles ne sont pas responsables de l’engagement politique des uns et des autres. En quoi le frère de Mengara, qui ne fait pas de politique, doit-il être agressé alors qu’il n’a jamais exprimé un quelconque engagement politique?

Il faut, donc, plus que jamais, barrer le chemin à Ali Bongo à tous prix et par tous les moyens possibles.

De plus amples renseignements sur cette agression aux allures de tentative d’assassinat politique seront communiqués dans les temps qui viennent.

BONGO DOIT PARTIR (BDP-Gabon Nouveau)
P.O. Box 3216 TCB
West Orange, New Jersey 07052, USA
Tél/Fax (USA): (+1) 973-447-9763


SUR LE MÊME SUJET
Je salue la posture politique nouvelle que vient d’adopter Daniel Mengara dans le combat pour l’essor politique du Gabon, notre pays. La création éventuelle du parti politique annoncée est une bonne chose pour le débat et pour la lutte politique que nous menons depuis plusieurs années. J’y suis moi-même engagé depuis près de vingt-deux ans. Contrairement à bien des partis politiques constitués, dans la foulée de l’autorisation du multipartisme politique, la perspective de M. Daniel Mengara apporte un souffle nouveau. La lutte politique est pour ce compatriote une bataille idéologique pour l’avancement du Gabon et non une lutte de positionnement ...
Lire l'article
Daniel Mengara Parle (4/Part1): Mes Rencontres avec Mba Obame et Richard Moulomba
« Conversation 4 : Mes rencontres avec Richard Moulomba, secrétaire général de l’UPG et avec André Mba Obame » (Partie 1): Dans cette conversation en 7 parties de 20 minutes chacune, Daniel Mengara parle de ses rencontres avec Richard Moulomba, secrétaire général de l’UPG, dont le leader Pierre Mamboundou revendiquait la victoire, et André Mba Obame, qui lui aussi revendiquait la victoire. Ici, la substance de ces rencontres sera livrée, ainsi qu’une analyse objective de la situation post-électorale et de l’échec qui fut celui du Dr. Daniel Mengara de convaincre ces deux hommes de s’unir en vue d’une revendication ...
Lire l'article
Daniel Mengara Parle (4/Part2): Mes Rencontres avec Mba Obame et Richard Moulomba
« Conversation 4 : Mes rencontres avec Richard Moulomba, secrétaire général de l’UPG et avec André Mba Obame » (Partie 2) : Dans cette conversation en 7 parties de 20 minutes chacune, Daniel Mengara parle de ses rencontres avec Richard Moulomba, secrétaire général de l’UPG, dont le leader Pierre Mamboundou revendiquait la victoire, et André Mba Obame, qui lui aussi revendiquait la victoire. Ici, la substance de ces rencontres sera livrée, ainsi qu’une analyse objective de la situation post-électorale et de l’échec qui fut celui du Dr. Daniel Mengara de convaincre ces deux hommes de s’unir en vue d’une ...
Lire l'article
Daniel Mengara Parle (4/Part3): Mes Rencontres avec Mba Obame et Richard Moulomba
« Conversation 4 : Mes rencontres avec Richard Moulomba, secrétaire général de l’UPG et avec André Mba Obame » (Partie 3): Dans cette conversation en 7 parties de 20 minutes chacune, Daniel Mengara parle de ses rencontres avec Richard Moulomba, secrétaire général de l’UPG, dont le leader Pierre Mamboundou revendiquait la victoire, et André Mba Obame, qui lui aussi revendiquait la victoire. Ici, la substance de ces rencontres sera livrée, ainsi qu’une analyse objective de la situation post-électorale et de l’échec qui fut celui du Dr. Daniel Mengara de convaincre ces deux hommes de s’unir en vue d’une revendication ...
Lire l'article
Daniel Mengara Parle (4/Part4): Mes Rencontres avec Mba Obame et Richard Moulomba
« Conversation 4 : Mes rencontres avec Richard Moulomba, secrétaire général de l’UPG et avec André Mba Obame » (Partie 4): Dans cette conversation en 7 parties de 20 minutes chacune, Daniel Mengara parle de ses rencontres avec Richard Moulomba, secrétaire général de l’UPG, dont le leader Pierre Mamboundou revendiquait la victoire, et André Mba Obame, qui lui aussi revendiquait la victoire. Ici, la substance de ces rencontres sera livrée, ainsi qu’une analyse objective de la situation post-électorale et de l’échec qui fut celui du Dr. Daniel Mengara de convaincre ces deux hommes de s’unir en vue d’une revendication ...
Lire l'article
Daniel Mengara Parle (4/Part5): Mes Rencontres avec Mba Obame et Richard Moulomba
« Conversation 4 : Mes rencontres avec Richard Moulomba, secrétaire général de l’UPG et avec André Mba Obame » (Partie 5): Dans cette conversation en 7 parties de 20 minutes chacune, Daniel Mengara parle de ses rencontres avec Richard Moulomba, secrétaire général de l’UPG, dont le leader Pierre Mamboundou revendiquait la victoire, et André Mba Obame, qui lui aussi revendiquait la victoire. Ici, la substance de ces rencontres sera livrée, ainsi qu’une analyse objective de la situation post-électorale et de l’échec qui fut celui du Dr. Daniel Mengara de convaincre ces deux hommes de s’unir en vue d’une revendication ...
Lire l'article
Daniel Mengara Parle (4/Part6): Mes Rencontres avec Mba Obame et Richard Moulomba
« Conversation 4 : Mes rencontres avec Richard Moulomba, secrétaire général de l’UPG et avec André Mba Obame » (Partie 6): Dans cette conversation en 7 parties de 20 minutes chacune, Daniel Mengara parle de ses rencontres avec Richard Moulomba, secrétaire général de l’UPG, dont le leader Pierre Mamboundou revendiquait la victoire, et André Mba Obame, qui lui aussi revendiquait la victoire. Ici, la substance de ces rencontres sera livrée, ainsi qu’une analyse objective de la situation post-électorale et de l’échec qui fut celui du Dr. Daniel Mengara de convaincre ces deux hommes de s’unir en vue d’une revendication ...
Lire l'article
Dans un article publié le 26 mai, L'AGP fait état du programme de société du candidat Ali Bongo, qui annoncerait, comme Daniel Mengara, une augmentation du SMIG à 150.000 F CFA. Seul problème, c'est Daniel Mengara qui a été le premier à offrir sur son site de campagne une augmentation du SMIG à... 150.000 F CFA. Ali Bongo est non seulement un candidat kidnappeur de ses adversaires politiques (il a fait sequestrer Daniel Mengara à Libreville), mais aussi un pompeur de programme politique. Décidément, cet homme manque d'inspiration... Source: BDP-Gabon Nouveau
Lire l'article
Le président du mouvement ‘’ Bongo Doit Partir’’ (BDP), Daniel Mengara, au cours d’un point de presse ce mercredi à Libreville, a annoncé sa candidature à l’élection présidentielle du 30 août prochain. « Cette candidature n’est pas pour moi. Elle est celle des Gabonais connus et inconnus qui ont souffert du dédain et de l’irresponsabilité de ceux qui ont dirigé pendant 42 ans », a déclaré Daniel Mengara.
Lire l'article
Alerte! Daniel Mengara recherché à Minvoul par le gouvernement gabonais?
Des nouvelles remontant de Minvoul dans le Nord du Gabon font état du fait que le gouvernement gabonais avait dispatché des soldats dans la petite ville de Minvoul pour y rechercher Daniel Mengara. Minvoul est la ville natale de Daniel Mengara. Il semblerait que le gouvernement gabonais ait eu vent d'une rumeur faisant état du fait que Daniel Mengara serait passé par le Cameroun pour entrer clandestinement au Gabon. Arrivés à Minvoul à bord de deux camions contenant des soldats, dont certains blancs (des Français?), lesdits soldats ont fait des perquisitions dans la maison de la vieille mère de Daniel Mengara, ...
Lire l'article
M. Bruno Ben Moubamba, M. Daniel Méngara et Mme. Paulette Oyane-Ondo, bravo pour l’amorce du débat politique à venir
Daniel Mengara Parle (4/Part1): Mes Rencontres avec Mba Obame et Richard Moulomba
Daniel Mengara Parle (4/Part2): Mes Rencontres avec Mba Obame et Richard Moulomba
Daniel Mengara Parle (4/Part3): Mes Rencontres avec Mba Obame et Richard Moulomba
Daniel Mengara Parle (4/Part4): Mes Rencontres avec Mba Obame et Richard Moulomba
Daniel Mengara Parle (4/Part5): Mes Rencontres avec Mba Obame et Richard Moulomba
Daniel Mengara Parle (4/Part6): Mes Rencontres avec Mba Obame et Richard Moulomba
Ali Bongo est non seulement un kidnappeur, Il pompe aussi le programme de société de Daniel Mengara
Gabon: Dr Daniel Mengara annonce officiellement sa candidature à la présidentielle du 30 août prochain
Alerte! Daniel Mengara recherché à Minvoul par le gouvernement gabonais?

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 1,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 10 Sep 2009
Catégorie(s): Communiqués BDP,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

33 Réponses à Gabon: Le frère du Dr. Daniel Mengara échappe à un assassinat politique?

  1. Dr Njoh Elombo

    26 Nov 2009 a 12:23

    Depuis son retour des déconvenues électorales au GABON,chacun voit
    très clairement encore une fois que Dr Daniel Mengara ne dort pas.
    Il aurait très bien pu prendre un coup très dur au moral,ou conti-
    nuer à gesticuler avec des scénarios complètement loufoques de
    “grève de la faim” comme M.André Mba Obame.
    Bien au contraire notre ami se repositionne plutôt cou-
    rageusement.La lettre présentant la situation politique du
    Gabon qu’il vient d’adresser à 15 Sénateurs Américains est
    un acte particulièrement héroïque.Sur 15 Sénateurs contactés,
    trois lui répondent déjà.C’est très bien.Une lettre ouverte
    et pertinente comme celle-ci ridiculise complètement toute la
    classe politique gabonaise.Elle ridiculise la France,car le
    moindre Sénateur d’une Amérique par rapport à laquelle la
    France depuis le Général De Gaulle essaye toujours de se com-
    parer,le sait désormais très clairement:l’Hexagone a toujours été un nain économique et politique .Les magouilles que Paris
    entretient par conséquent dans les colonies de l’Afrique
    Noire Francophone ne sont pas du tout des épiphénomènes.
    C’est la réaction d’un petit pays qui veut jouer les géants
    sans avoir les moyens et qui,pour cela,impose ailleurs un
    néocolonialisme indispensable à sa propre survie. Bravo
    donc encore une fois au Dr Daniel Mengara ,de déballer sur
    la place de Manhattan la tanière des voleurs et complices
    de la Françafrique !!!

  2. le Gabonais

    4 Oct 2009 a 06:41

    venez échanger, débattre avec nous, participons au changement de notre pays. soyons acteurs et pas simplement spectateurs….
    Gabon, notre pays!

  3. gabonais

    1 Oct 2009 a 08:51

    participez à l’actualité de notre pays sur http://www.le-gabonais.com

  4. gabonais

    1 Oct 2009 a 08:50

    participez à l’actualité de notre pays.

  5. Jean-félix N.

    18 Sep 2009 a 16:03

    chers compatriotes, nous sommes vraiment dans un très mauvaise situation.Ali BONGO est un vrai sanguinaire et ça tout le monde le sait. Ce démon va asseoir son pouvoir par la dictature la plus répugnate,et beaucoup de Gabonais vont morfler. Les Gabonais méritent un peu cette situation. Les blancs ont remarqué que le tribalisme était prédominant pendant la campagne électorale, les Fangs soutenaient MBA OBAME , les Ndzébi soutenait MYBOTO, et les PUNU soutenaient MAMBOUNDOU. Et c’est avec ça que l’on voulait montrer au monde entier que l’on voulait le changement dans notre pays. Les opposants savaient pertinemment qu’Ali BEN préparait un coup d’état électoral, et ils auraient du mettre en place une stratégie commune, notamment soutenir un seul candidat pour en finir avec le bongoïsme, mais chacun s’est plu à rêver d’occuper le siège présidentiel. Nous Gabonais sommes responsables de ce qui nous arrive. Je prie à Dieu de faire en sorte que le coeur de pierre d’Ali BEN soit changé en coeur d’ange pour laisser la place à une vraie démocratie dans notre pays. Le seul opposant capable de prévénir les coups durs d’ali BEN c’est MENGARA, et c’est pour cela qu’il a été écarté d’entrée de jeux. MAMBOUNDOU avec de nombreuses années d’expérience dans l’opposition a manqué de discernement. MBA OBAME ne lui a pas facilité les choses. ET curieusement ils se retrouvent tous après coup. Je ne vois pas vraiment ce que les opposants peuvent faire aujourd’hui face à l’armée d’Ali BEN.
    En tout cas l’avenir nous le dira . Que Dieu bénisse le Gabon

  6. Le gabonais en colère

    17 Sep 2009 a 17:53

    Arrestations arbitraires, exécutions extrajudiciaires, torture, menaces, intimidations, la liste est longue, répression accrue de l’opposition voici là le quotidien des gabonais ces derniers jours. Les compatriotes sont soumis quotidiennement à des tracasseries et menaces diverses entretenues par les hommes du pouvoir. Depuis la mort d’Omar Bongo, père putatif d’Ali Ben Bongo, le Gabon tout entier vit sous le règne de la terreur. Les mots et les noms tels que : « opposition, alternance, changement, dictature, MAMBOUNDOU, Front du refus etc … » doivent être prononcé avec précaution au risque d’être confondus à un dangereux rebelle voulant s’attaquer à la République et d’être arrêter par la Direction Générale des Recherches (DGR) ou des services spéciaux du palais du Bord de Mer. La psychose a atteint son paroxysme au point où tout un chacun devient prudent même lorsque l’on est au téléphone avec un parent, un ami ou une connaissance avec la crainte d’être sur écoute téléphonique. Cette atmosphère digne d’un régime communiste s’est installée dans les quartiers, les marchés, les administrations aussi bien publiques que privés au Gabon. Le seul endroit où l’on se sent réellement en sécurité et où l’on peut s’exprimer librement est internet. Là au moins on ne risque pas de se faire tabasser par des militaires.

    La Constitution de la République gabonaise en son Article premier définit clairement les droits et libertés individuelles dont jouit le peuple gabonais. Ces droits et libertés sont nécessaires pour l’émancipation politique, socioculturelle et économique du Gabon. La liberté de conscience, de pensée, d’opinion, d’expression, de communication sont garanties par à tous, sous réserve du respect de l’ordre public. Nul ne peut être humilié, maltraité ou torturé, même lorsqu’il est en état d’arrestation ou d’emprisonnement. Mais c’est avec désolation que l’on se rend compte que nos amis du camp d’en face violent les lois fondamentales de notre pays sans se préoccupés du devenir de la nation. La démocratie au Gabon fait un bond en arrière depuis qu’un groupuscule de personnes a décidé que notre pays devenait leur propriété et que son peuple leur bétail.

    Lorsque le peuple décide de revendiquer ce qui doit “être”, c’est l’armée, la police et la gendarmerie que l’on envoie dans la rue pour tirer à balle réelle sur la population. Tirer pour tuer est la nouvelle devise de nos forces de sécurité et de défense. Pour mieux régner, les hiérarques du Parti Démocratique Gabonais ont installé un climat de terreur au Gabon. Les arrestations arbitraires sont devenues monnaie courante dans les villes de Port-Gentil et de Libreville. Il n’est pas rare de croiser des éléments des forces de l’ordre puissamment armé sillonnant les artères de la capitale gabonaise nuitamment.

    Pour mieux asservir le peuple, le pouvoir en place passe par la désinformation grâce à aux médias publiques et aux médias proches du régime en place. La Radio Télévision Gabonaise (RTG) ne fait l’apologie que d’un seul homme et que d’un seul parti. Vous l’avez compris très vite, seules les activités de bébé Zeus et du PDG ont le droit d’être diffusé aussi bien à la radio qu’à la télévision. Aucun média publique gabonais ne s’est véritablement penché sur la situation alarmante que traverse le pays. Le gabonais lambda regardant le journal de 20h a comme l’impression que le pays se porte à merveille alors que tout va de travers.

    Et lorsque que par un “hasard imprévu”, les différentes rédactions de ces médias décident de parler de l’opposition, c’est pour que cette dernière soit vilipender. C’est ces mêmes médias qui vont croire que le seul objectif de l’opposition est celui d’apporté l’instabilité et la guerre au Gabon. Il fautdrait pour qu’une guerre éclate dans un pays qu’aux moins deux camps soient armés. Dans la configuration actuelle des choses, il y a une armée d’assassins et de criminels face à un peuple sans armes désirant voir le pays changé.

    Les médias privés gabonais sont réduits à ne rien faire et à ne rien dire. Et lorsque ces chaînes privées essayent d’aller dans le sens inverse en diffusant des émissions critiquant le parti au pouvoir, le Conseil National de la Communication (CNC) se met en action en censurant purement et simplement le média incriminé. A défaut du CNC il existe bien d’autres pratiques pour dissuader la presse privée. Cela passe par des menaces de mort envoyées aux journalistes, les arrestations, la destruction du matériel de travail etc…C’est le cas le la chaine privé TV+ appartenant au candidat Mba Obame qui a vu ses émetteurs volés en éclat après l’intervention d’un commando armé de fusils automatiques.

    Ali Ben et ses sous-fifres se livrent à une guerre psychologique sans précédent qui se traduit entre autres par l’interdiction d’accès des partis politiques aux medias d’Etat, mais aussi et surtout les atteintes à la dignité des citoyens de toutes catégories sociales tels les agents de l’administration, opérateurs économiques, investisseurs étrangers et mêmes les diplomates. Il est étrange de constater que dans un pays qui se veut être démocratique, les lois les plus élémentaires soient bafouées juste pour satisfaire l’ego démesuré d’un seul individu. Ali ne supporte aucun courant d’idées contraire au sien et est un frein à l’alternance au Gabon.

  7. Terminator

    15 Sep 2009 a 09:50

    J’ai envoye le message ci-dessous a 15 Senateurs americains. Trois de ces senateurs m’ont repondu.

    Voici la totalite du message:

    MILITARY COUP IN GABON

    Dear Sir,

    Gabon is a country located in West-Africa, south of Cameroon and west of Congo. Gabon has an official population of 1.5 millions inhabitants and has been producing about 300,000 barrels of oil per day, for the last 20 years. Two months ago, the president of Gabon, called Mr. Omar Bongo, died after spending 42 years in power. This long stay in power does not mean that this president was supported by the population. It can be explained only by the fact that during these 42 years in power, Mr. Omar Bongo was organizing fraudulent elections, during which he was always declared the winner. His long stay in power can also be explained by the fact that he was supported by the different French governments (as most of the Gabon economy is dominated by French companies such as Total, Areva, Bollore, etc.). One clear indication of the French support to Mr. Bongo, is the fact that France has a strong military base in Gabon. During his 42 years in power, Mr. Omar Bongo did not do anything to develop the country, in such extend that today the population of Gabon Republic is one of the poorest population in the World, despite the fact that this country is an oil producer. Instead, during his 42 years in power, Mr. Omar Bongo spent his time stealing the public money, buying big and luxurious properties in France (the French judicial court is dealing with this specific matter right now), putting the members of his family as managers of most of the companies and banks operating in Gabon (his daughter is Vice-President of Total Gabon, his son was the minister of defense), promoting his mistresses as Ministers of the government or as Heads of important institutions (one of his mistresses, called Mrs. Mborantsouo, with whom he had two children, is still the Head of the Constitutional Court, in charge of validating fraudulent elections), corrupting some French political people to get support, corrupting or killing his political opponents. The people of Gabon were expecting that at least after his death, proper and honest elections will be organized in the country and that somebody else will have a chance to become the new president of Gabon. Unfortunately this did not happen. Indeed on August, 30th 2009 (two months after the death of President Omar Bongo), a presidential election was organized in Gabon. During that election, there were 18 candidates including the son of former president Omar Bongo, called Ali Bongo. At the end of this presidential election Mr. Ali Bongo was declared the winner, while in reality the true winner of this election is called Mr. Pierre Mamboundou (a former opponent to the former president Omar Bongo). In reality Mr. Ali Bongo was coming at the third position in this election. The Gabonese government whose all the members belonged to the old party of Mr. Omar Bongo (the name of the ruling party is PDG), organized the election and decided to treak the results of this election by moving their candidate Mr. Ali Bongo from the third position to the first position, in order to declare him as the winner of the election. Indeed during this presidential election, a lot of dirty treaks were used by the government to change the results of the vote, as described below:
    1. Instead of publishing the results of the vote during the night following the day of the vote (i.e. August, 30th 2009), the governmental body in charge of election, called CENAP (and whose most of the members belonged to the ruling party PDG), decided to wait for 4 days before giving the results of the vote. This CENAP found a lot of excuses to justify these 4 days of delay, such as the difficulty to gather all the ballots from different part of the country, the need for them to count and recount the ballots. All these excuses are not true, as the gathering and the counting of ballots for a small population like the one of Gabon (i.e. 1.5 millions people), DOES NOT require 4 days. This can easily be done in half a day or in ONE DAY, as a maximum. A lot of people (including myself), have strong evidence that instead, during these 4 days, the CENAP people spent their time (behind close doors, in the absence of the representatives of the opposition parties), in modifying the figures and numbers mentioned in the different voting reports issued immediately after the vote and after the public counting. The CENAP people just forgot that a copy of each voting report (with the true results of the vote) was officially signed (by the representatives of all the candidates) in each voting office and kept by the representatives of the different candidates, including the candidate of the ruling party (i.e. Mr. Ali Bongo).

    2. Instead of sitting down with the representatives of all the different candidates in order to compare the figures mentioned in the voting reports previously signed and kept by each candidate party (this report comparison meeting is clearly recommended by the law), the CENAP people refused to do that and instead they prepared a final voting report on their own and they asked the representatives of the other candidates to sign it. The representatives of the other candidates refused to sign this fraudulent “final voting report”. However this did not prevent the Manager of the CENAP (who is a member of the ruling party) to consider that unsigned “final report” as valid and to declare Mr. Ali Bongo the winner of the election. This “final voting report”, mentioning Mr. Ali Bongo as the winner, was fraudulent because all the other summary reports prepared by all the other 17 candidates, after compiling all the official signed voting reports issued in each voting office, were all CONSISTENT and in AGREEMENT and showing that Mr. Pierre Mamboundou (a former opponent to former president Omar Bongo) was the winner of the election with about 41%, followed, in second position, by another opponent called Mr. Andre Mba Obama, with about 28%. Mr. Ali Bongo was only coming in third position with 25%. The reason why the CENAP people refused to hold a “voting report comparison meeting” with the representatives of the other candidates, is because they knew that Mr. Ali Bongo WAS NOT the true winner of the presidential election. This declaration of Mr. Ali Bongo as the winner of the presidential election y the CENAP, should therefore be considered as an ELECTORAL COUP (a bit like a military coup).

    3. Two hours before allowing the CENAP to declare Mr. Ali Bongo as the winner of the election, the government ordered the army to go and attack a large crowd of people, including the opposition candidates themselves, who gathered in front of the CENAP main office and who were waiting for day and night for the results of the vote to be published (it was a way to put pressure and force the CENAP to publish the results, instead of dragging their feet). During this brutal attack by the army a lot of people were wounded including Mr. Pierre Mamboundou, the true winner of the election, who was waiting for the results of the vote with the crowd. The use of the army to intimidate the population before announcing fraudulent vote results is an indication that this electoral coup is also a MILITARY COUP.

    4. Just after Mr. Ali Bongo was fraudulently declared the winner of the election by the manager of the CENAP, there were a lot of angry demonstrations by people in different towns of the country, including in a town called “Port-Gentil”, the economical capital of the country. The government decided to send, once again, the army (not the police), to crush these angry demonstrations. In Port-Gentil the army used live ammunitions (fired true bullets) against the population and killed more than 20 people, although the government (which wants to hide this killing) declared that there were only 3 people killed (not by the army but by “bandits”, you wonder which “bandits” they are talking about). This other attack of the army is another indication that this fraudulent declaration of Mr. Ali Bongo as the winner of the presidential election is in fact a MILITARY COUP.

    5. Before the Election Day a French specialist in vote rigging and manipulation, called Mr. Robert Bourgi came to Gabon and helped the CENAP to manipulate the voting tallies and modify the voting reports (behind close doors). It is believed that this French specialist was mandated by the French President Mr. Sarkozy, although Mr. Sarkozy denied it. But the strange thing is that, even before the CENAP did it in Gabon, the French government announced that Mr. Ali Bongo was the winner of the election and congratulated him for that, while the population was still waiting for the results in Gabon. This is an indication that this Military coup was supported by France (or the French government), which preferred to have a dictatorship in Gabon, in order to protect its economical interest.

    The reason I am writing to you, is to ask you to help the population of Gabon in order to get a democratically elected president (at least once after 42 years) and to live in a DEMOCRATIC COUNTRY (and not a monarchy or a dictatorship). This is a call to protect democracy in Gabon and to prevent the continuity of dictatorship in that country (42 years in enough). This is also a call to discourage any other person in any other country to use electoral coup or military coup to get into power. More specifically I would like that you do the following:
    – Do not let the USA recognize Mr. Ali Bongo as the new president of Gabon.
    – Explain to the French Government that the election of a person outside the Bongo’s family as president of Gabon does not mean that the economical interests of France or of any other country will not be protected.
    – Ask to France and the French government if they consider that Gabon is still their colony, in which they can decide who should rule or who should not rule. If they think so, then they should say that openly and publicly. In that case, we the people of Gabon will request to France to give us the same rights and privileges as the ones enjoyed by the native French people living presently in France (including the rights to proper housing, proper education, and proper healthcare and so on).
    – Let the government of Gabon know that the USA is aware of the military coup going on in the country and that the USA is condemning that military coup.
    – Find a way to put pressure and force the government of Gabon to get the resignation of Mrs. Mborantsouo, Head of the Constitutional Court, in charge of validating the results of presidential elections and declaring the official winner of the elections, because this lady has spent more than the two terms in office recommended by the Constitution of Gabon and also because this lady is the mistress of the former president Omar Bongo, with whom she had two children. In fact this lady is not neutral in the time of invalidating fraudulent results of any vote.
    – Find a way to put pressure and to force Mr. Ali Bongo and the government of Gabon (including the CENAP body) to hold a proper “voting reports comparison” meeting with the representatives of the other candidates to the election. If after that “comparison” meeting Mr. Ali Bongo is found to be the winner then myself and the population of Gabon will probably accept it, but if Mr. Ali Bongo appeared to be the loser, after that meeting, then he should accept it as well and declined to be the new president of Gabon.

    Thank you very much in advance for your understanding, help and support.

  8. couvrefeu

    14 Sep 2009 a 16:26

    Expulsion en Espagne,l’europe veut nous voir comme ça

    http://www.videos.lalibre.be/video/iLyROoafMecf.html

  9. guevara

    13 Sep 2009 a 22:27

    Gabon : comment Ali Bongo a organisé sa prise du pouvoir et pourquoi évite- il la Guinée Equatoriale ?
    / Lundi 14 Septembre 2009

    Deux de ses enfants – l’aînée Pascaline Bongo, ancienne directrice du cabinet présidentiel, et Ali Bongo, ancien ministre de la défense et actuel Président de la république, en attente des éventuels recours de l’opposition – géraient le pays et, l’agenda du chef de l’Etat, Mme Rogombé, filtraient les visiteurs et conservaient les bulletins de santé paternels.

    En permanence au palais, Fidèle Andjoua, le frère aîné du président, et André Oyini, son neveu et ex-patron de la Garde présidentielle, assistés du cousin Thomas Souah, patron de la société de sécurité privée (SGS), veillent aux relations avec le village profond.

    Ali à la défense et Pascaline aux finances. Porté à la vice-présidence du Parti démocratique gabonais 2008, Ali Bongo s’activait sur tous les fronts (armée, gouvernement, confessions religieuses, etc.). S’étant, officiellement réconcilié avec sa sœur Pascaline, Ali Bongo s’est présenté comme candidat de son parti à la dernière élection présidentielle dernière et déclaré vainqueur avec 41,73%.

    Son image restant très mitigée au sein de la population, il a compté sur l’armée pour assurer son élection. Il a ainsi favorisé l’accession de ses hommes à des postes sensibles :

    •Jean-Claude Ella Ekogha, un Fang d’Oyem, qui rêve d’être son ministre de la défense, est où n’est plus le chef d’état-major général de l’armée ;
    •Abel Sougou a été promu à la tête de la gendarmerie ;
    •Jean-Philippe Ntumpa Lebani, ancien attaché militaire à l’ambassade du Gabon à Paris, pilote le Conseil national de sécurité (CNS) et Coordinateur des services de renseignements ;
    •et Abel Oyiba contrôle, depuis décembre 2008, la DGCISM (B2, renseignement militaire).

    Enfin, la Garde républicaine est commandée par son cousin, le général Grégoire Kouna. Dans les institutions du pays, Ali s’est appuyé sur le président de l’Assemblée, Guy Nzouba Ndama, son conseiller politico-constitutionnel, pour la suite du film…
    En tant que Pouvi-Nzébi, Nzouba Ndama était aussi chargé de rassurer sa communauté qui constitue – avec les Tékés – le socle du pouvoir. D’autres Nzébis, comme, le Secrétaire Général du PDG, Faustin Boukoubi, et le ministre des travaux publics, le général Flavien Nziengui Nzoundou, ont également mobilisé leurs “frères” face à l’opposant Zacharie Myboto.

    Si Ali Bongo s’est fait adouber à Paris, il est regardé de travers par deux de ses voisins : le Congo et la Guinée Equatoriale.

    Le Congolais Denis Sassou Nguesso – qui aspire à devenir le doyen de la sous région, suite au décès d’Omar, se sent à nouveau pousser les ailes en tentant de diviser pour mieux régner et voulait désormais le clan BONGO et les tékés, ses ennemis jurés de prendre la succession au Gabon.

    C’est ainsi qu’en bon prince machiavélien manœuvrier agissant dans l’ombre comme en son habitude, il a tiré les ficelles et milité activement pour l’installation au pouvoir du général Idriss NGARI, frère d’ armes comme lui.

    SASSOU ne voulait surtout pas voir Ali ben succéder à son père, pas même l’actuel compagnon de Pascaline BONGO, le totem de son père, Paul TOUNGUI et encore moins l’ex-mari de cette dernière, Jean PING, l’actuel parton de l’Union africaine.

    Pascaline Bongo demeurant pour sa part l’intendante de la famille et… du pays. Les titulaires successifs du ministère des finances ont toujours travaillé avec et pour elle. Le dernier en date est le grand argentier Blaise Louembé.

    Ainsi, pendant qu’il montrait des signes d’affection envers Pascaline BONGO au grand jour, SASSOU, comme un bon sorcier Mbochi, eh bien, dans l’ombre et très secrètement, il l’a poignardée dans le dos en militant pour le principal rival du clan BONGO, le général Idriss NGARI.

    Voilà qui ne doit pas faire plaisir à Claude GUEANT, à Robert BOURGI et aux réseaux françafricains qui ont milité pour voir Ali Ben BONGO ONDIMBA assurer la continuité de l’œuvre de défunt père. Une attitude qui risque de lui coûter très cher, lui qui ne cache pas son ambition de devenir le nouveau parrain africain de la Françafrique.

    Quant à l’Equato-Guinéen Teodoro Obiang Nguema qui n’a pas oublié le “raid” d’Ali Bongo en 2002 sur l’île contestée de Mbanié.
    Retour au pouvoir d’un Fang ? Malgré quelques incompréhensions, Ali Bongo espérait lié à sa cause, son “pote” André Mba Obame, ancien ministre de l’intérieur et devenu son adversaire politique.

    Détesté par la plupart des “parents” et cadres politiques du Haut Ogooué, dans sa stratégie, il pensait que M. Mba Obame allait rester l’un de ses principaux alliés chez les Fangs, imaginant qu’il était le seul capable de neutraliser son oncle Paul Mba Abessole, ex-opposant, ancien vice-premier ministre et leader des Fangs.

    Erreur, car celui- ci, a renoncé à se présenter au scrutin au profit de son neveu. Disposant néanmoins d’autres jokers fangs, comme, le ministre d’Etat François Engongah Owono, dit “Eboué”, natif d’Oyem, fils unique, n’ayant aucune légitimité à Oyem, guère apprécié par la population Fang. Il est considéré comme un ingrat, nombriliste.

    A Théophile Mba Andeme “Bibi”, petit-fils du défunt président Léon Mba, pour perpétrer l’alliance historique Léon Mba/Bongo. Quant à lui, devait aussi “marquer” son grand oncle, l’ancien premier ministre Jean Eyeghé Ndong, qui pouvait former un tandem avec Casimir Oyé Mba, ancien ministre d’Etat aux mines et au pétrole, peine perdue, les deux ont désisté, le premier, pour venir en support à la candidature de M. AMO et le deuxième, Casimir Oyé Mba ayant jeté l’éponge.

    Pourquoi Ali Bongo évite la Guinée et quel était le but du mystérieux voyage de Joyandet en Guinée Equatoriale ?

    Ils existe un réel différend entre les deux hommes. Il prend effet, dès 2002, date à laquelle, Ali Bongo, ministre de la défense, effectue un raid éclair sur l’île contestée de Mbanié.

    Par ailleurs, pour l’initier aux subtilités de la politique française en Afrique, Alain Joyandet, c’est lui aussi qu’on aurait suggéré à Sarkozy d’envoyer en Guinée Equatoriale peu avant l’élection présidentielle gabonaise. Ce voyage, effectué dans le plus grand secret, aurait eu pour objectif de convaincre le président Teodoro Obiang de mettre fin à son soutien financier à l’opposition gabonaise. Interrogé sur ce sujet, le secrétariat à la Coopération se contentait de préciser “qu’il n’est pas fait mention de ce voyage dans l’agenda d’Alain Joyandet», selon le JDD.fr avant de confirmer, quelques heures plus tard, qu’il s’était bien rendu en Guinée équatoriale mi-août, pour rencontrer le président Obiang et parler, entre autres, de la sécurité dans le Golfe de Guinée, mais il oublie de mentionner qu’il avait été reçu en Guinée Equatoriale comme un « bleu » par Obiang Nguema.

    Enfin, autres farouches adversaires d’Ali : les syndicats et les ONG gabonaises, la forte cohésion de l’opposition et surtout parmi les stratèges d’Ali Bongo, aucun, n’a imaginé la forte résistance de la population Gabonaise, pour combattre cette succession monarchique.

    Affaire à suivre…

  10. blob

    13 Sep 2009 a 18:41

    Bonjour,

    Je vois que tout le monde est agacé, vu ce qui s’est passé c’est normal.
    Mais n’oubliez pas une chose : les élections n’ont jamais eu pour but de choisir un candidat mais plutôt de vous calmer pour permettre l’accession d’Ali au pouvoir. Vous saviez très bien qu’il serait président quelque soit les résultats.
    Il fallait agir avant ( oui c’est facile de dire ça).
    Désormais c’est trop tard, notre président ( ah oui je suis français mais j’étais à LBV pendant les élections) a entériné la nomination du votre en le félicitant pour sa “victoire” ce qui signifie pour ceux qui lisent un peu entre les lignes, que votre président est, comme son père avant lui, soutenu par la france.
    Donc, si on continue à raisonner, il devient évident que toute intervention du style envoi de petit missile ou autre tentative comico-suicide a peu de chance d’aboutir et si jamais elle aboutit vous aurez la joie de voir :
    1/ Un autre homme de paille nommé ou soutenu par nous
    2/ Ou bien débarquer un détachement armé très sympathique et français pour vous protéger bien sur… ça me rappelle un truc avec des puits de pétrole, des américains … mais je dois me tromper.
    Et demander à d’autres pays super cool comme le tchad, qui est comme chacun le sait un havre de paix, des missiles ou je ne sais quoi : depuis quand un pays file un coup de main gratos ??? Vous croyez sérieusement que ça se passera comme ça ? Vous perdrez une crapule et vous gagnez un pays voisin qui va vous manger tout cru,c’est pas avec des machettes que l’on combat une vraie armée. Je précise à l’inconscient qui veut se procurer un missile que le Tchad s’en fout pas mal de le lui faire payer, s’il le veut il peut même lui en filer 10, c’est peu cher payé en échange d’un pays à la merci de la première armée venue…
    Car une fois sans président il se passe quoi ? Tout le monde continue à aller à Mbolo ou Score tranquille ? Vous pensez vraiment que vous avez la possibilité de gouverner votre pays ?? Ca fait plus de 40 ans que le Gabon est dirigé en sous main par la France, vous n’êtes même pas autonomes, le pays ne produit rien, il se fait piller : vos voitures sont japonaises ( i love my carina II ), vos fringues sont françaises et américaines, votre nourriture dans les magasins c’est de l’import français.
    Et puis c’est pas mal ailleurs : les iraniens contrôles les voitures d’occase, les chinois rachètent vos terrains et les allemands tiennent les boites ( sauf la licorne réservée aux bidasse abrutis d’alcool du camp de gaulle qui est tenue par un français, moche en plus).
    Si on vous coupe les vivres là vous allez pleurer et avoir un “bon” président sera le cadet de vos soucis.
    J’oubliais votre armée : comme vous le savez Ali a signé un papier qui en cas d’échec ( ironique en plus ) lui permettait de revenir au ministère de la défense. En d’autre terme :
    – je suis élu président donc je dirige toujours l’armée et je leur graisse la patte pour être tranquille
    – je ne suis pas élu mais je suis toujours ministre donc je contrôle toujours l’armée et je leur graisse la patte pour me couvrir en cas de dérapage genre guerre civile, guerre qui me permettrait de prendre le pouvoir par la force.
    – je ne suis pas élu et comme je suis un bourrin : coup d’état car j’ai bien graissé la patte de l’armée.
    Pas vraiment le choix hein ?
    En plus si vous demandez une aide extérieure vous serez redevables à ceux qui vous ont aidé.
    Donc soit un miracle a lieu et le recours qui a été engagé aboutit et il est démis de ses fonctions.
    Soit il mange de la viande de brousse pas fraîche et il y passe, ne désespérez pas : ça a failli marcher avec un bretzel et un président américain ;-)
    Quoiqu’il en soit j’espère que vous vous sortirez de cette situation même si je n’y crois pas trop, le Gabon a tant à vous donnez, c’est une pitié de voir ce qui lui est fait.

  11. Dicash

    13 Sep 2009 a 18:13

    Raid, je crois que vous ne m’avez pas compris, je n’ai jamais dit que le Gabon est en démocratie, j’ai dit qu’en démocratie, c’est au peuple de faire l’action, de manifester ses opinions…dans le cas du Gabon, j’ai dit que c’est l’occasion pour le peuple de sortir massivement dans les rues et cela aura un impact au niveau de la communauté internationale (même si l’armée tire sur les gens, ce qui ne va manquer, vus que les armées chez nous en Afrique n’ont jamais compris leurs rôles). Vous dites que les Gabonais sont esclaves, mais vous n’êtes pas les seuls, c’est toute l’Afrique noire qui l’est. C’est pour cela que je me sens concerné et vous soutien.
    Aujourd’hui, c’est peut être une opportunité pour vous de faire la différence, car cela permettra aux autres pays de suivre la même voix. Excusez-moi si je vous ai blaissé, ce n’est pas le but. Je suis un frère Africain, j’interviens juste par soutien, car il est temps que nous Africains, nous soyons solidaires entre nous face au monde qui cherche à nous humilier.
    Aujourd’hui, c’est vous et demain ce sera qui ?

  12. M 16

    13 Sep 2009 a 15:58

    ben laden,

    tu es vraiment bête, ta stratègie est bidon, réflèchi avant de parler. rien que ce que tu dis, on t’attrape cadeau, on te fou au gnouff et tu vas pleurer.Mengara, ne va même t’envoyer une orange

  13. Raid

    13 Sep 2009 a 15:35

    Dicash,l’expérience au Gabon montre qu’une marche même pacififique termine toujours par des exactions des forces de l’ordre sur le peuple sur l’ordre des assassins au pouvoir.qui vous a dit que nous sommes en paix? Les média nous désinforment,les maladies et la pauvreté nous tuent,les injustices nous rendent extrémistes,l’arrogance des putchistes nous radicalise,l’ignorance fait plus de victimes que vous ne pouvez le penser.En démocratie on respecte la loi,que ces usurpateurs commencent à respecter la loi que de faire un putch. Ce discours(paix) nous l’avons avalé pendant 42 ans; et on est revenu à la case de départ.Pire je pense même que nous sommes en esclavage en ce moment. les gabonais sont marginalisés, exclus dans leur pays au profit des mercenaires qui tuent nos frères.Vous appelez ça démocratie?

  14. freel mathis

    13 Sep 2009 a 11:20

    que propose t-il en vérité pour le gabon au lieu de critiquer et de parlementer je cite un humoriste (ce sont tous des parlementeurs)

  15. Dicash

    13 Sep 2009 a 10:05

    Ceci est pour BagDad et Raid. N’appelez le sang dans vos pays. Ni les armes. Je comprend votre haine envers ABO. Vous voulez vous débarrasser de lui, alors faites-le proprement, mais pas avec la violence, ni armes…regardez chez vos voisins : l’ex Zaïre, le Congo braza, le Ruanda…la haine est encore entre les frères, pendant ce temps les occidentaux continuent de piller les ressources et le peuple est encore dans la pauvreté.
    Le mot démocratie signifie que le pouvoir est au peuple. Voilà l’occasion pour le peuple de montrer au monde qu’il ne l’a pas élu, et le mode de scrutin n’est ne reflète pas la pensée du peuple.
    Le mieux est que l’opposition crée de petits groupes mobiles et discrets pour un informer la population de façon rapide à travers des tractes dans les administrations, les marchés, les lieux d’affluences, les écoles…dans toutes les grandes villes du pays avec un mot d’ordre par exemple “tous, présents pour une grève générale suivit d’une la manifestation dans les rues afin de contester le coup d’état électorale de Abo…”
    Si vous agissez de cette façon, alors je vous souhaite d’être organisés, solidaires et entendez-vous bien. (Faites aussi attentions aux traitres qui sont au milieu de vous, car pour de l’argent, ces traitres sont capables de pire) et ce serait beaucoup plus efficace que la violence.
    Dans les années 80/90 en Pologne avec le syndicaliste Lech Walesa, qui a conduit des grèves et manif générale face au régime communiste du général Jaruzelski qui a fini par capituler.
    Gabonais et Gabonaises, vous êtes un peuple libre, alors agissez intelligemment et faites la différence, car le monde vous regarde.

  16. BagDad

    12 Sep 2009 a 20:41

    Ali ne passera pas l’hivers !

  17. BagDad

    12 Sep 2009 a 20:40

    Il nous faut des fusils d’assault tels que des AK-47 alias KALASHINKOV qui tirent même dans la boue et ne rouillent pas.
    Des grenades et des commandos.
    Le truc aussi c’est d’aller faire un stage au Liban pour savoir fabriquer des lance-missiles tels le KATOUCHAH qui sème la terreur en israel.

  18. Citoyen 007

    12 Sep 2009 a 16:44

    Finalement j’ai compris que vous êtes tous sans couilles!!! Mengara parle de tentative de meurtre sur la personne de son frère mais qu’il sache que on s’en fou de son frère encore moi de lui et de ses parents. Qu’il quitte le gabon s’il le faut, on n’a rien à foutre. Nous on veut des gens ki ont des couilles!!!!
    Par contre vous ki parlé des armes, j’ai le plaisir de vous dire que seul le diable vous anime et que vous êtes sous l’influence de l’ignorance. Rien qu’à lire vos propos je mesure combien la bêtises à atteint son paroxysme dans ce forum.
    L’opposition a voulu sa défaite pck kel n’a pas voulu s’unir. Il y a eu trop d’égo chez les opposants. Maintenant kom par enchantement les voilà tous ensemble: quelle tristesse!!!
    J’espère que le nouveau président va bien vous mater à cause de votre imbécilité. Je ne comprends pas, si Ali n’a pas gagné ki de André et de Pierre a gagné? Bizarre les deux candidats n’ont pas les mem procès verbaux, chacun tire la couverture de son côté.
    Je epnse k si les opposants n’ont pas les mem PV, c’est le signe kil ont triché aussi et k le meilleur tricheur a gagné. Allez tous vous faire voir et laissez les gabonais vivre!!!

  19. M 16

    12 Sep 2009 a 11:32

    Mengara raconte sa vie pourkoi le tuer et moins encore son frère. Y a des gens qui aime se donner une importance alors que rien. Mengara cherche à se faire un nom au gabon,si ce n’était pas les manipumations de AMO et Jocktane, même OBO s’en fouter.

  20. Raid

    12 Sep 2009 a 09:01

    MAIS le sang appelle le sang.

  21. Ma

    12 Sep 2009 a 08:03

    Ceci est pour toi Dicash.
    Tu as écris 10 septembre 2009 at 15:43 et je suis tout a fait d’accord avec toi ! Ce ne pas par le sang que l’on resoud les problèmes. Respect !

  22. eloi

    11 Sep 2009 a 07:47

    ce qui nous manque ce sont les armes pourquoi nos leaders ne nous remettent pas les armes pour en finir avec ces pdgistes. c’est la seule solution pour mettre fin à la franceafrique dans notre pays. il nous faut les armes le peuple est déterminé. Abo veut mettre au gabon une dictature pire que sonpère adoptif et pour l8 barrer la voie il ns faut les armes les bombes. vous qui etes chez les blancs apprenez à fabriquer les bombes rapprochez vous des juifs ici ns en avons vraiment besoin.
    eloi du 5eme à lbv

  23. 94thedude

    10 Sep 2009 a 17:29

    MANIF A PARIS
    SAMEDI 12/09/2009 – GRAND SIT-IN DE 13H A 18H

    Pour dénoncer

    le coup d’état électoral
    Rendre hommage aux premières victimes de la liberté
    Exiger le rétablissement de l’ordre républicain

    INVITEZ

    Tous les gabonais,Africa ins, amis du Gabon
    Défenseurs des valeurs citoyennes et républicaines

    LIEU

    PARVIS DES DROITS DE L’HOMME – PLACE DU TROCADERO A PARIS
    Métro 6 & 9 – Station Trocadéro
    Ne vous laissez pas distraire
    par les mails ou les SMS qui infirmeraient cette annonce.
    Pour tous renseignements, merci de prendre contact avec la coordination :
    Tél.: 06 98 15 58 27/ 06 98 15 58 35 / contact@gabon20 09.org Cette adresse email est
    protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer javascript pour la voir.

    Je tiens à ajouter que cette manifestation est autorisée alors
    venez nombreux, merci d’avance.
    Si vous ne pouvez pas venir transmettez au plus grand nombre.

  24. L'espoir

    10 Sep 2009 a 17:26

    SAMEDI 12 SEPTEMBRE 2009-09-09 A 14H30
    GRANDE MARCHE POUR LA DEMOCRATIE
    AU GABON

    INVITES
    Tous les Gabonais, Africains et tous ceux qui se sentent concernés par La défense des Droits de l’Homme et du Citoyen
    DEBUT DU CORTEGE
    Réformés Canebière (Quai des Belges)
    ITINERAIRE
    Quai des Belges – Canebière – Vieux Port – Rue de Rome – Rue Montgrand – Place Felix Baret (Préfecture de Police)

    AFIN DE PROTESTER CONTRE LE HOLD-UP ELECTORAL ORCHESTRE ET SOUTENU PAR LA FRANCE QUI PORTE UNE FOIS DE PLUS UN BONGO AU POUVOIR AU GABON

    A CET EFFET :

    EXIGENCE DE LA CREATION D’UNE COMMISSION PARLEMENTAIRE EN FRANCE EN VUE D’ECLAIRER LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE SUR LEUR ROLE DANS CE COUP D’ETAT ELECTORAL

    EXIGENCE DE LA REPRISE REGULIERE ET TRANSPARENTE DE LA DECOMPTE DES PROCES VERBAUX VENUS DES PROVINCES ET DE LA DIASPORA PAR LA CENAP

    EXIGENCE DE LA DEMISSION DE Mme MARIE MADELEINE MBORATSOUO A LA PRESIDENCE DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE POUR LA REMPLACER PAR UNE PERSONALITE MOINS IMPLIQUEE DANS LES INTERETS DE LA FAMILLE BONGO

    POUR QUE VIVE ENFIN LA DEMOCRATIE ET QUE VIVE LE GABON !

    Contacts : Emmanuelle Nguema : 0687594148
    Marie-Virginie Truel : 0664506234
    Steeve Balondji : 0622481037
    Rodrigue Mondjout : 0662289403

  25. Dicash

    10 Sep 2009 a 15:43

    Une personne comme la “panthère” n’a pas sa place sur ce site.
    ABO a volé le pouvoir, et le seul moyen de contester ce coup d’état est que la population toute entière descende dans les rues pacifiquement pour paralyser le pays. Mais pour cela, il lui faut un leader. C’est ce qui s’est passé en Inde avec Ghandy, en Afrique de sud quand Mandéla était emprisonné, en Madagascar, en Allemagne de l’Est avec la chute du mur de Berlin, en Roumanie du temps de Chauchescu…c’est cela l’expression du peuple. Mais cela nécessite des sacrifices, une bonne organisation une bonne entente et de la détermination.
    L’action militaire n’est envisage qu’en dernier recours quand il n’y plus d’espoir. Mais pas de guerre civile, car une guerre civile ne fini jamais, c’est vengeance sur vengeance, et elle divise le peuple.
    N’oublions pas que la France soutien ABO pour ses intérêts : Total, Comilog… et elle fera tout pour protéger son valet ABO. Donc le service secret français serait en alerte permanente. Les mails que vous diffusez pour préparer de tel acte ne feront qu’alerter les R.G. ainsi que ce fameux R. Bougil. Une chose est sûre, comme tout dictateur, abo ferait tout pour éliminer les opposants purs et durs sur son passage. Il a déjà tué dans le passé, et il continuera forcement.
    Ne comptez pas non plus sur les opposants qui ont exercé de grandes fonctions sous OBO, car ils appartiennent tous au même réseau : ce sont des “frères de lumières” tels qu’ils se disent et ne peuvent donc s’entretuer. Seul le peuple qui peut faire tomber un dictateur.

  26. wanshitong

    10 Sep 2009 a 11:11

    @ lapanthere

    Tu ecris tes commentaires depuis l’Universite de Perpignan en France. Donc, ne viens PAS deverser tes INEPTIES sur cette plateforme !

    Da zhaohu,

    Wànshìtong

  27. le tsa tam

    10 Sep 2009 a 11:09

    Je vais personnellement m’adresser à Monsieur Mengara.

    Vous avez constatez de par vous même que le pouvoir en place ne veut pas lacher le pouvoir avec le soutien de la france.Même avec une candidature unique le même scénario se serait produit.C’est à dire le coup d’état militaire.Le régime est tout simplement diabolique.Vous êtes d’accord avec moi qu’Ali n’a pas gagné cette élection même avec une opposition disloquée.Parmi les deux candidats déclarée 2ème et 3ème,il y a un forcément qui dit la vérité et un qui distrait le peuple et tout les gabonais le savent.

    Les gabonais n’ont pas élu Ali et ne sont pas prêts à accepter ce biaffrais comme président du Gabon.Si les opposants sont menacés et interdits de quitter le pays,nous recommandons à Mengara et autres gabonais de la diaspora de monter une milice qui sera charger d’éliminer tous les pédégistes en passant par Ali puisqu’ils n’hésitent pas à tuer les gabonais.Seule la violence peut nous sortir de cette impasse,les élections étant désormais exclues.Vous avez l’avantage d’être hors du pays donc vous devez vous activez pour obtenir les moyens militaires pour faire face à Ali et autres.

    Aussi,vous devez contactez les organismes internationaux pour leur demander de l’aide afin de dénoncer le passage en force d’Ali au pouvoir.Si vous avez la possibilité de vous adressez aux autorités américaines,en locurrence Obama faites-le,car le peuple Gabonais n’en peut plus,il est épuisé.Nous avons perdu tout esprit d’espérance.La “guerre ciblée” est la seule arme qui nous reste pour récupérer le pouvoir.

  28. wanshitong

    10 Sep 2009 a 11:05


    Eso es nada mas que la M-A-F-I-A, o la Cultura de la MUERTE ! Asi como el DIABLO en las cabezas de los “Estados Demoniacos” de Ali Ben Bongo. Diablo, Demonio, obsesion, aparicion, fantasmas, satanas. El Diablo habla con ELLO A-Be-O, Espiritu de Malo, el Mal en persona.

    Ayudanos, Curandero de Dios! El Demonio esta ahora a la Gaboneza Puerta!

    Oh, Shaman of bloom and wisdom! We do need your help, in this PAIN, don’t tell Us this is still an ILLUSION. Malicious spirit, cabalistic delict, tremendous defeats.

    The DEVIL is knocking on the Gabon’s door!

    Illuminations of terror and ferocity, ill-fated foods of healings, interior schemes of feelings, hallucinations of HORROR and Atrocity!

    I think He (A-Bi-O), He is POSSESSED!

    Das ist der Tod. Der Tod in Person, der Tod an der Tagesordnung, der Tod wenn er spricht, die Sprache des A-Be-O. Um Himmels willen! Ich glaub’ das Ding A-Be-O, es ist VERFLUCHT! VERDAMMT, VERGAGT, VERBAUT, VERBEUGT, VERSAUT, VERLOREN!

    I’m affraid! I think we’re gonna loose Her, in vain. Gaia, the mother of all mothers, and their mothers’ mothers. The mother of our children and their children’s children: the Big “G” in the “Ga(ia) omen” of our Country!

    “G” asi como “GLORIA”, G just like “GLORY”, G ganz wie “GLORIE”: La G-L-O-I-R-E de notre pays le GA-BON!

    Damn! YOU F-A-T A#$% MOTHAF…A! You wanna STOP US? You gonna KILL WE’ALL!

    Da zhaohu,

    Wànshìtong

  29. Webmaster

    10 Sep 2009 a 10:49

    Au gars qui s’appelle La Panthère, avant de parler, apprends à dire la vérité. Tomn IP est 194.167.137.11. TU n’es pas au Gazbon. Menteur et couard en plus. TU es justement le genre de Gabonais qui tue le Gabon. Mengara lui au moins était au Gabon, mais toi, où étais-tu? Tu mens même sur le fait d’être au Gabon et tu te dis Gabonais?

  30. Le gabonais en colère

    10 Sep 2009 a 10:36

    Ben Laden, ton action nous sommes tous pour, un violent de cette espèce il faut lui repondre par la violence.Mais ne déclare pas de choses comme ça.Je suis sûr qu’ayant vu que le pays ne pouvait pas aboutir à une alternance sans que le sang coule et sans qu’il y ait une guerre, des gens s’attèlent déjà en silence.Cela prendra le temps que ça prendra mais nous verrons aussi au Gabon des guerres comme dans d’autres pays.C’est triste, c’est malheureux mais cela arrivera.Donc si tu veux le faire vas-y calmement, contactes de gens sérieux et agissez.Car le Gabon est très perméable.On y rentre comme un couteau dans du beurre.
    si déjà les étranger arrivent clandestinement, alors je pense qu’on peut y faire entrer des armes et des bombes sans souci.Les stocker et les sortir au moment convenable de manière méticuleuse.
    Ma tête est pleine d’idée et je crois que les choses se feront.DIEU NOUS PARDONNE MAIS LE PDG NOUS POUSSE DANS NOS DERNIERS RETRANCHEMENT.

  31. lapanthere

    10 Sep 2009 a 08:51

    Mengara est allé chercher koi au bled??? il a senti la difficulté du terrain hein!!! il est retourné la queu entre les jambes chez lui aux states!!!
    Franchement il faut arreter de distraire le peuple!!! Les gabonais sont des gros parleurs!qd il s’agit de manifester, on ne voit plus personne!!!
    Comment comprendre qu’à lbv, il n’y a personne qui daigne se lever!n’y a t-il que les port-gentillais qui soient des patriotes aux gabon???
    Moi, je suis à lbv, et je n’entends qu’une motivation de nos leader pour desecndre ds la rue au peril de ma vie même s’il le faut!!!

  32. mvoum-ba

    10 Sep 2009 a 08:48

    IL FAUT ETRE SERIEUX,MON FRERE S`IL YA UN PROGRAMME D`ACHAT D`AEME IL FAUT AUSSI EN AVOIR POUR UNE BONNE FORMATION DES GABONAIS DANS LE COMBAT,SINON MOI JE SUIS PARTANT MEME TOUT DE SUITE MAIS ARRANGE TOUT ET TU AURAS DU PERSONNEL ET AVEC CE QU`IL FAUT COMME OUTILLAGE……..

  33. BEN LADEN

    10 Sep 2009 a 07:15

    je cherche ceux qui veulent cotiser avec moi pour acheter un lance roquette au Tchad voisin, auprès des milices djendjawids, qui d’ailleurs se disent prêtes à nous donner un coup de main pour faire effondrer en une seule petite heure et en à un seul jet, le palais du bord de mer, où va sieger désormais le nigérian, voleur d’élections, geoffrey obi – alias alain bongo – ali ben bongo ondimba. je demande au MAMBA d’ouvrir un compte où seront recueillis tous les fonds pour l’achat de ce matériel. ali bongo ne doit pas faire plus de 6 mois au pouvoir. nous devons le dégommer avant. la guerre est désormais ouverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*