Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Mba Obame fustige les félicitations «précipitées» de Sarkozy

Auteur/Source: · Date: 16 Sep 2009
Catégorie(s): Politique

André Mba Obame, second à l’élection présidentielle du 30 août dernier, déplore la position de la France dans le processus électoral, dénonçant notamment «l’empressement» du président Sarkozy à adresser ses félicitations à Ali Bongo, avant même la fin du contentieux électoral. Pour l’ancien ministre de l’Intérieur, cette attitude témoigne d’une ingérence masquée de la France pour peser sur l’élection d’Ali Bongo à la tête du pays.

© gaboneco – André Mba Obame, entend revendiquer sa victoire à l’élection présidentielle du 30 août

Très discret depuis la proclamation des résultats officiels le 4 septembre dernier, André Mba Obame, arrivé second à l’élection présidentielle du 30 août, a dénoncé le 14 septembre à Libreville l’attitude du président français, Nicolas Sarkozy, au lendemain de l’annonce des résultats officiels.

Monsieur Mba Obame a estimé que le chef d’Etat français s’était «empressé» d’adresser ses félicitations à Ali Bongo deux jours après la proclamation des résultats, alors que ceux ci étaient encore sous le coup d’une violente contestation, notamment dans la capitale économique de Port-Gentil où les intérêts français ont été la cible des émeutes post-électorales.

Cette attitude de la France témoigne pour l’ancien ministre de l’Intérieur d’une volonté de peser sur le processus électoral gabonais, malgré les avertissements formulés à l’égard de l’ancien colon pour la souveraineté totale de ce scrutin crucial de l’histoire du pays.

André Mba Obame a illustré cette situation en comparant les réactions françaises à l’élection gabonaise et à la dernière élection iranienne, lors de laquelle «le président Sarkozy a condamné et parlé de coup d’Etat électoral. Il a refusé de reconnaître les résultats».

«Au Gabon, il se passe la même chose et il s’empresse de reconnaître (…) avant même le recours au contentieux», fustige l’ancien ministre de l’Intérieur.

«Pourquoi deux poids deux mesures alors ? L’Iran, il condamne et il a bien fait… Mais le Gabon, on se précipite pour reconnaître alors que le contentieux n’est pas fini et que, comme président français, il est probablement bien renseigné sur les éléments de fraude», a poursuivi André Mba Obame.

Le 7 septembre dernier, Nicolas Sarkozy adressait ses félicitations à Ali Bongo, appelant à «la refondation des relations étroites, partenariales et équilibrées entre nos deux pays».

Niant en bloc toute implication ou positionnement dans le choix du nouveau président gabonais, «la France acceptera le résultat des élections», avait affirmé le 3 septembre dernier le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, au plus fort de la polémique sur l’ingérence officieuse de la France dans l’élection gabonaise.

Durant la campagne, Paris avait martelé ne soutenir aucun candidat et souhaiter que les Gabonais «choisissent librement» leur président, malgré les assertions suspectes de Robert Bourgi, le «monsieur Afrique» des couloirs de l’Elysée, qui clamait sans gêne sa préférence pour le fils aîné du défunt président.

Dans la foulée, le parti socialiste français (PS, opposition) avait dénoncé cette caution apportée au résultat des élections par le secrétaire d’Etat français à la Coopération, Alain Joyandet, qui affirmait que ces élections s’étaient déroulées dans un climat «qui n’appelait pas de contestation particulière».

«Le Parti socialiste regrette que l’élection présidentielle gabonaise n’ait pas permis de désigner le nouveau président selon une procédure irréprochable sur le plan démocratique, (…) [qui] n’a malheureusement pas permis d’obtenir un résultat clair et incontestable», avait déploré l’opposition française.

S’agissant enfin de son recours à la Cour Constitutionnelle, «tout le monde m’a demandé, à commencer par les autorités françaises, d’utiliser les institution (…) Je vais le faire d’abord pour prendre les autorités extérieures et la France au mot. Ce sera peut être pour la Cour constitutionnelle l’occasion de retrouver sa crédibilité parce que nous sommes tous devant l’Histoire», a-t-il lancé.

«Quelqu’un qui a vocation à diriger un pays doit croire en ses institutions. Des gens me disent que je donne le bâton pour que la Cour me batte, qu’elle ne lira pas le Droit. Si elle lit le Droit, elle ne peut que me donner raison. Les faits sont éclatants. On a débusqué beaucoup de fraudes. Les mécanismes de la fraude sont mis à nu», conclu l’ancien ministre de l’Intérieur, affirmant «clairement, j’ai gagné l’élection».
 


SUR LE MÊME SUJET
Le secrétaire exécutif de l’Union nationale (UN, opposition), André Mba Obame, en séjour depuis plusieurs mois hors du pays, était de retour le 17 mai sur le sol gabonais où il a été accueilli par plusieurs centaines de militants à l’aéroport de Libreville. En prélude à l’élection législative partielle du 9 juin prochain lors de laquelle il tentera de récupérer son siège de Médouneu, celui qui était arrivé second à l’élection présidentielle d’août dernier dresse un bilan amer sur la situation économique et politique du pays. Dans l’interview accordée dès son arrivée que nous publions ci après, André Mba Obame ...
Lire l'article
Le secrétaire exécutif de l’Union nationale (UN), André Mba Obame, est actuellement en séjour à Paris où il organisera le 13 mars un meeting avec la diaspora gabonaise pour présenter le nouveau parti de l’opposition. Dans la foulée de la visite du président français au Gabon, le secrétaire exécutif de l’Union nationale (UN, opposition) s’est rendu à Paris où il doit rencontrer le 13 mars prochain la diaspora gabonaise. Porté sur ses fonds baptismaux il y a tout juste un mois, le nouveau parti qui rassemble la plupart des candidats malheureux de la dernière élection présidentielle, devrait s’entretenir avec les ...
Lire l'article
Le président français, Nicolas Sarkozy, est attendu à Libreville le 24 février pour sa première visite officielle depuis l’accession d’Ali Bongo au pouvoir afin d’aborder notamment les questions de coopération entre les deux pays. Mais la visite du président français pourrait ne pas se cantonner au Palais présidentiel puisque le secrétaire exécutif de l’Union nationale (UN), André Mba Obame, a sollicité une rencontre le 19 février. Pour sa première visite officielle à Libreville depuis l’investiture d’Ali Bongo à la tête du pays, le président français, Nicolas Sarkozy est attendu le 24 février prochain au Palais du bord de mer. Si ...
Lire l'article
« L'union de l'opposition est en marche (...). La manoeuvre ou l'initiative n'est pas dirigée contre une personne, elle est plutôt pour atteindre un objectif : l'alternance. » L'opposition gabonaise, qui n'a toujours pas digéré l'élection d'Ali Bongo, le 30 août dernier, se lance dans la formation d'un grand parti unifié face au régime du PDG, le parti au pouvoir. Plusieurs figures de la vie politique gabonaise, dont six candidats à l'élection présidentielle du 30 août 2009, ont décidé de créer un grand parti dont le nom reste à trouver. André Mba Obame, ancien candidat à l'élection présidentielle est l'un des ...
Lire l'article
Libreville, 15 septembre (GABONEWS) – Le président sénégalais, Abdoulaye Wade, a dressé mardi ses félicitations, via une note parvenue ce mardi à GABONEWS, à Ali Bongo Ondimba, président élu du Gabon. Actualité du :15/09/2009 « Suite à votre élection aux hautes charges de président de la République gabonaise, je voudrais vous adresser toutes mes félicitations. J’y ajoute les vœux ardents que je forme pour le succès de votre mandat», a écrit le président sénégalais Abdoulaye Wade. « Au peuple gabonais ami et frère, j’adresse mes souhaits les meilleurs de paix, de stabilité et ...
Lire l'article
L'ex-ministre de l'Intérieur gabonais André Mba Obame, candidat malheureux à l'élection présidentielle, a estimé lundi que le président français Nicolas Sarkozy s'était "empressé" de reconnaître la victoire d'Ali Bongo, contestée par l'opposition. "Lors des élections en Iran, le président Sarkozy a condamné et parlé de coup d'état électoral. Il a refusé de reconnaître les résultats. Au Gabon, il se passe la même chose et il s'empresse de reconnaître (...) avant même le recours au contentieux", a affirmé à l'AFP M. Mba Obame, arrivé deuxième du scrutin et qui revendique la victoire. "Pourquoi deux poids deux mesures alors? L'Iran, il condamne et il ...
Lire l'article
L'ex-ministre de l'Intérieur gabonais André Mba Obame, candidat malheureux à l'élection présidentielle, a estimé que le président français Nicolas Sarkozy s'était "empressé" de reconnaître la victoire d'Ali Bongo, contestée par l'opposition. "Lors des élections en Iran, le président Sarkozy a condamné et parlé de coup d'état électoral. Il a refusé de reconnaître les résultats. Au Gabon, il se passe la même chose et il s'empresse de reconnaître (...) avant même le recours au contentieux", a affirmé M. Mba Obame, arrivé deuxième du scrutin et qui revendique la victoire. L'opposition a jusqu'à samedi pour déposer un recours devant la Cour Constitutionnelle pour espérer ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) - Le président de la République du Tchad, Idriss Deby Itno, a adressé ses félicitation et son soutien Ali Bongo Ondimba, proclamé jeudi dernier nouveau chef de l’Etat gabonais, à l’issue du scrutin du 30 août, selon un communiqué de la présidence tchadienne diffusé sur le site officiel de la Présidence du Tchad. ’’Votre brillante élection à la magistrature suprême de votre pays, m’offre l’agréable occasion de vous présenter au nom du peuple tchadien, de son gouvernement, ainsi qu’en mon nom personnel, nos très vives et chaleureuses félicitations et nos souhaits de pleins succès dans l’exercice de vos hautes ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Le président français Nicolas Sarkozy a adressé ses félicitations et ses vœux de succès à Ali Bongo Ondimba, proclamé jeudi dernier nouveau chef de l’Etat gabonais, à l’issue du scrutin du 30 août, selon un message dont l’AGP a reçu copie lundi. ’’ (…) Je suis heureux de vous adresser mes félicitations et mes vœux de succès pour l’exercice des hautes responsabilités qui vous attendent’’, écrit M. Sarkozy dans ce message daté du 6 septembre. ’’Au-delà de ces défis gabonais, cette élection est venue souligner l’existence d’un défi commun, celui de la refondation de relations étroites, partenaires et équilibrées ...
Lire l'article
Lex ministre de lintérieur et l un des candidats favori à la présidentielle gabonaise André Mba Obame a répondu aux questions de Voxafrica. Retiré dans un endroit secret, il sest dit vainqueur de lélection présidentielle et victime dune manipulation électorale. Il affirme également avoir été exposé à lintoxication d un gaz non identifié mais qui nétait pas lacrymogène.
Lire l'article
Gabon : «Diriger un pays ce n’est pas sur des coups de tête», fustige Mba Obame
Gabon : Mba Obame bat campagne à Paris
Gabon : Sarkozy lèvera-t-il l’équivoque avec l’opposition
André Mba Obame, ancien candidat à l’élection présidentielle gabonaise
Gabon: Le président Abdoulaye Wade adresse ses félicitations à Ali Bongo Ondimba
Gabon: Sarkozy s’est “empressé” de reconnaître Ali Bongo selon un candidat
Gabon: “empressement” de Sarkozy ?
Gabon/Tchad : Idriss Deby Itno adresse ses très vives félicitations et son soutien à Ali Bongo
Gabon/France : Nicolas Sarkozy adresse ses félicitations et ses vœux à Ali Bongo Ondimba
Rétire dans un endroit secret, Andre Mba Obame appelle à la résistance


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 16 Sep 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*