Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Le gouvernement durcit le cadre juridique pour les syndicats

Auteur/Source: · Date: 21 Oct 2009
Catégorie(s): Société

Pour circonscrire l’embrasement du front social, le nouveau gouvernement a décidé le 19 octobre de serrer la vis au niveau de la réglementation de l’exercice du droit syndical. Au titre des nouvelles mesures décrétées, le gouvernement brandit l’incompatibilité de l’exercice d’un emploi à la fonction publique et de responsabilités dans un syndicats, le contrôle des assemblées générales syndicales ou encore le non paiement des jours de grève.

Face à un front social très menaçant à l’aurore de son mandat, le nouveau chef de l’Etat a initié un chapelet de mesures lors du Conseil des ministres du 19 octobre visant à réglementer l’exercice du droit syndical au Gabon.

S’appuyant notamment sur les statuts généraux de la Fonction publique et le Code du travail, le gouvernement a dans un premier temps rendu effective «l’incompatibilité entre l’exercice d’un emploi de la Fonction publique et les fonctions de membre d’un bureau directeur ou exécutif d’un syndicat».

A compter du mois de novembre prochain, les personnes concernées devront choisir entre une mise «en position de détachement s’il occupe un emploi permanent dans ledit bureau de syndicat», ou une mise «en congé sans solde pendant la durée des vacations», explique le communiqué du Conseil des ministres, précisant qu’il revient dans ce cas au syndicat d’assurer le salaire mensuel des agents concernés.

Aussi le gouvernement a-t-il imposé à tous les syndicats la délivrance à chacun de leurs membres d’une carte individuelle et d’un numéro matricule, sous peine de «poursuites et de sanctions».

Le gouvernement a ensuite décidé de renforcer le contrôle des assemblées générales syndicales tenues par les agents, qui devront désormais «être obligatoirement assorties des listes d’émargement indiquant le nom et la date de naissance du syndiqué, son numéro matricule, le lieu d’affectation et la signature».

Si ces conditions ne sont pas réunies lors des assemblées générales, toute initiative de grève issue de cette assemblée serait considérées par les autorités «comme un abandon de poste pour les agents participants» avertit encore le gouvernement, rappelant que toute entrave à l’accès au lieu de travail par des agents grévistes à des agents non syndiqués «entraînera la dissolution pure et simple du syndicat concerné».

«Dans tous les cas, les jours de grève ne seront plus payés en République gabonaise», conclu le communiqué sur ce point.

Ces mesures interviennent après un violent embrasement du front social dès la fin de l’exercice 2008, qui avait paralysé plusieurs secteurs majeurs du service public comme l’Education nationale, la Santé ou les Affaires sociales, et de l’économie du pays, comme les Mines ou l’Economie forestière.

Ces mouvements d’humeur avaient donné lieu à d’âpres négociations entre les agents et les départements de tutelle, chaque point trouvant satisfaction pour les uns, déclenchant une grève chez les autres pour réclamer l’harmonisation des conditions des agents de l’Etat.

Ces mesures doivent permettre, selon le gouvernement, de mieux encadrer l’exercice du droit syndical afin d’assurer un service minimum pour le fonctionnement des institutions de base du pays.
Toutefois, elles ne résolvent pas les doléances quasi unanimes des agents de l’Etat sur les conditions de vie et de travail.


SUR LE MÊME SUJET
Le ministre gabonais en charge des relations avec le parlement et les institutions, Aurélien Ntountoume, représentant le ministre de la communication empêché, a ouvert lundi à Libreville, la réunion ad-hoc d’experts sur un cadre légal harmonisé visant la Cyber sécurité en Afrique Centrale, en présence de plusieurs experts des pays de la sous région d’Afrique Centrale et des représentant de la CEEAC, l’UA, la CEA, et de la CEMAC. Ouvrant les travaux, Aurélien Ntountoume a relevé l’importance de la mise en place rapide d’un cadre juridique qui permettra aux différents Etats de la sous région de lutter ...
Lire l'article
L’inspecteur régional de la santé pour la province du Woleu-Ntem (nord), Pierre Nnang Obame a souhaité l’établissement d’un cadre juridique de la médecine traditionnelle en vue de sa reconnaissance par les pouvoirs publics lors d’une rencontre avec les tradipraticiens de cette région du pays, dans la perspective d’un atelier national prévu à Oyem du 22 au 23 avril prochain. En prélude à cet atelier, M. Nnang Obame a invité les tradipraticiens de la province septentrionale à se faire immatriculer en vue de rendre cette corporation légale et performante. ‘’Mon approche est pédagogique et peut aussi revêtir un caractère ...
Lire l'article
Le Gabon doit se doter d’un nouveau cadre juridique réglementant et régissant les stages professionnels dans la fonction publique, selon les recommandations des journées de réflexions qui se sont déroulées sur cette problématique du 16 au 17 mars à Libreville, à l'initiative du ministre du Budget, des Comptes publiques et de la Fonction publique, chargé de la Réforme de l’Etat, Emmanuel Issoze Ngondet. A l’ouverture des assises, M. Issoze Ngondet avait situé les enjeux et les objectifs : "Nous interroger sur la pertinence de notre système de formation professionnelle, de son adéquation aux besoins réels de l’Administration ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais a entamé mercredi des discussions avec 12 des 14 centrales syndicales des secteurs public et privé du pays, qui menacent d'entrer en "grève générale illimitée" à compter du 17 mai en cas d'échec, a indiqué à l'AFP le porte-parole des syndicats. "Aujourd'hui, c'était l'ouverture des négociations", qui s'est déroulée au siège des services du Premier ministre Paul Biyoghé Mba en présence de plusieurs ministres concernés pas la plate-forme revendicative "en 22 points" déposée par les syndicats, a affirmé Fridolin Mvé Messa, porte-parole des 12 centrales. "Le travail consistait à sérier les problèmes (et identifier) ceux qui peuvent être résolus ...
Lire l'article
Lors du scellement, lundi, de la « Majorité Républicaine pour l’Emergence » regroupant une vingtaine de partis politiques autour du Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, le Secrétaire Général du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir), Faustin Boukoubi, a dévoilé certaines lignes du cadre juridique de cette coalition. Les vingt partis de la « Majorité Républicaine pour l’Emergence » sont : le Parti PDG, au pouvoir, le CLR, l’ADERE, le PGCI, le RDP, le RDR, le RPG, l’UDC, Gabon Avenir, le FDC, le PT, l’UPN, le Moréna Originel, le Moréna Unioniste, le CCDG, le PSU, l’UDIS, le Groupe Tchango, le Groupe ...
Lire l'article
Le personnel de santé regroupé au sein du Syndicat national des personnels de santé (SYNAPS) a durcit son mouvement de grève entamé depuis plus de trois mois au lendemain de la décision du gouvernement de payer la prime de servitude et de risque sanitaire (appelée prime hospitalière par les grévistes), a-t-on constaté. Depuis lundi, les malades du Centre hospitalier de Libreville (CHL) sont livrés à eux-mêmes suite à la décision du SYNAPS de suspendre le service minimum qu’il observait. Le service ‘’sensible’’ de l’hémodialyse qui était jusqu’à présent exempté est touché par le mouvement depuis lundi. 122 patients de ce service qui ...
Lire l'article
Le ministère de la Fonction publique a été doté de deux bus de transport pour apporter un début de solution aux attentes des agents en grève depuis plus de deux semaines; malheureusement, ces derniers réunis au sein du syndicat national des agents de la Fonction publique et de la réforme administrative (SYNAFOPRA) ont dit « non » à la reprise du travail et exigent des textes signés. Selon le ministre de la Fonction publique, Alain Mensah Zoguelet, « C'est un grand geste de la part du gouvernement de mettre à la disposition des agents deux bus de transport ». Dès ...
Lire l'article
Les agents du ministère de la fonction publique, affiliés au sein du syndicat national des agents de la Fonction publique et de la réforme administrative du Gabon (SYNAFOPRA), en assemblée générale lundi, ont décidé de durcir de plus belle leur mouvement de grève. « Nous revendiquons le paiement immédiat et inconditionnel de la prime d'incitation, de logement et de risque», a déclaré Grégoire Manfoumbi, secrétaire général du SYNAFOPRA. Pas de service minimum. L'entrée dans le ministère n’est autorisée qu'au ministre, au secrétaire général et aux chefs de services. « Le gouvernement a posé un acte louable auprès des fonctionnaires, et non aux ...
Lire l'article
Avant de suspendre, vendredi au cours d’une conférence de presse, la grève qui paralysait depuis plus d’une semaines les structures sanitaires du pays, le syndicat national des personnels de la santé (SYNAPS), a donné un ultimatum au gouvernement jusqu’au 26 janvier prochain 2009. « Le gouvernement devrait considérer ce mouvement comme étant une grève d’avertissement et le 26 janvier 2009 à 6 heures, le SYNAPS pour qui le préavis ne s’impose plus, rentrera tout simplement en mouvement de grève illimité sur toute l’entendue du territoire national, si les revendications ne sont pas matérialisées », a déclaré le Secrétaire général du SYNAPS, ...
Lire l'article
La grève de la coalition des syndicats du secteur de la santé au Gabon a été suspendu a annoncé le porte parole du syndicat, Innocent Tomo, au cours d'une déclaration de presse tenue lundi à Libreville. La coalition affirme que les négociations avec la tutelle vont bon train. Ainsi, il appelle l'ensemble des agents dans le pays à une reprise du travail. On rappelle que les agents de la santé réclament la revalorisation de leur prime de logement, restée stagnante depuis les décennies malgré les nombreux mouvements d'humeur et les interpellations pacifiques.
Lire l'article
Société / Les experts africains en Télécommunication réunis à Libreville en vue de la mise en place d’un cadre juridique pour la Cyber sécurité en
Un cadre juridique pour encadrer la médicine traditionnelle au Gabon
Le Gabon invité à se doter d’un nouveau cadre juridique pour régir les stages professionnels
Menace de grève au Gabon: début des discussions gouvernement-syndicats
Les partis de la « Majorité Républicaine pour l’Emergence » et leur cadre juridique dévoilés
Gabon: Le personnel de santé durcit la grève, après l’annonce du paiement de la prime de servitude
Gabon: Don de deux bus au ministère de la Fonction publique: la SYNAFOPRA durcit le mouvement
Gabon: Grève à la fonction publique : SYNAFOPRA durcit le ton de plus belle
Gabon: Le SYNAPS donne jusqu’au 26 janvier 2009 au Gouvernement pour résoudre les problèmes posés
Gabon: Suspension de la grève de la coalition des syndicats de la santé

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 21 Oct 2009
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*