Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Le SMIG à 150 000 FCA à la CAISTAB

Auteur/Source: · Date: 4 Nov 2009
Catégorie(s): Economie

Le SMIG à 150 000 FCFA, l’une des promesses phares du président Ali Bongo lors de la campagne présidentielle et qui a suscité un immense espoir se fait toujours attendre. Sauf pour la Caisse de stabilité et de péréquation (CAISTAB) qui a décidé de matérialiser cette promesse électorale pour son personnel, sans que l’on sache si cette administration a compétence en la matière.

Promis par le nouveau président Ali Bongo lors de la campagne présidentielle, le projet du relèvement du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) à 150 000 F CFA verra-t-il jour dans les mois à venir ? Si ni le président de la république, ni son premier ministre n’ont plus jamais évoqué ce projet depuis la formation du nouveau gouvernement, la CAISTAB vient pourtant d’annoncer le relèvement du SMIG à 150 000 F CFA pour l’ensemble de son personnel.

Selon le directeur général de la CAISTAB, Mathias Otounga Ossoubadjiou, «lorsque, le candidat avait énoncé l’idée de faire augmenter le SMIG s’il était élu, nous avons mis en place une commission interne qui a fait des estimations et qui a regardé dans quels postes on pouvait réaliser des économies, qu’on a donc réaffecté dans l’augmentation de ce SMIG», a-t-il déclaré.

Pour atteindre cet objectif, la CAISTAB a opéré un nivellement vers le haut pour les bas salaires, tout en plafonnant les plus élevés.

«Avec la direction des ressources humaines, la direction financière, les services informatiques, on a mis en place un mécanisme pour faire en sorte que l’augmentation se ressente sur tous les salaires. Ça a donc eu pour effet de réduire les écarts des salaires, parce que les salaires les plus bas ont été rehaussés, et les salaires les plus hauts ont été stabilisés», a poursuivit le directeur général de la CAISTAB.

Après avoir stagné pendant plus de 30 ans à 44 000 F CFA, le SMIG est passé à 80 000 F CFA en octobre 2006. Et la promesse du candidat Ali Bongo, de le catapulter à 150 000 F CFA avait été accueillie avec joie dans la moindre chaumière du pays.

Cette mesure qui a réjoui le personnel de la CAISTAB, jette néanmoins un trouble dans l’opinion tant elle suscite de nombreuses interrogations. Cette mesure volontariste de la direction générale de la CAISTAB est-elle un ballon d’oxygène lancé par le gouvernement? Une direction générale de l’Administration publique peut-elle se permettre la hausse des salaires de ses agents sans l’aval du ministre de tutelle? La mesure sera-t-elle étendue à l’ensemble de la fonction publique?

Pour l’instant, ces questions sont sans réponse et n’étiolent pas la joie du personnel de la CAISTAB. «150 000 F ça a augmenté, moi je remercie le directeur et son équipe», «nous sommes, satisfaits. Vous savez que cette augmentation du revenu ne peut que procurer du bien, vu les conditions dans lesquels les Gabonais vivent».


SUR LE MÊME SUJET
La Caisse de Stabilisation et de Péréquation (CAISTAB) est préoccupée par le problème du transport, de distribution et de vente du gaz butane dans les zones rurales et les localités de l'intérieur du pays, souvent confrontées à des ruptures de stocks et à un renchérissement des prix. Alors que le gouvernement a fixé le prix de la bouteille de gaz butane de 12,5kg à 5450 FCFA, dans l’arrière pays certains revendeurs dépassent largement cette barre. Une délégation de la CAISTAB a séjourné la semaine dernière à Tchibanga, chef-lieu de la province de la Nyanga, dans le sud du Gabon, pour une ...
Lire l'article
La Caisse de Stabilisation et de péréquation (CAISTAB), a mobilisé plus de 1700 jeunes dans le nord du pays pour la réhabilitation des plantations de café-cacao dans la province du Woleu-Ntem (nord), en vue de relancer la culture de rente dans cette partie du pays, a-t-on appris auprès d’une source concordante. Le projet est initié par le gouvernement de la République et mis en branle sur le terrain par la direction générale de la Caisse de Stabilisation et de péréquation du Woleu-Ntem. Cette opération de réhabilitation des plantations de café-cacao dans les villages du septentrion concerne plus de 1700 jeunes qui seront ...
Lire l'article
Une vingtaine d’agents de la main d’oeuvre non permanente de la délégation de l’Ogooué-Ivindo (nord-est) de la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB) a entamé une grève, lundi dernier, pour exiger le paiement de quatre mois d’arriérées de salaires, a appris l'AGP. Brandissant des pancartes sur lesquelles on peut lire "Pas d’argent, pas de travail jusqu’à nouvel ordre", "quatre mois d’arriérés de salaires, c’est trop"..., les grévistes ont barricadé le bureau de l’agent comptable et celui du responsable provincial de la CAISTAB, Raphaël Onguiti, qui n’a plus été aperçu depuis lors. "C’est une situation déjà connue du ...
Lire l'article
Après une première réunion en avril où l’aspect financier n’a pu être abordé, le comité de gestion de la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB) s’est une nouvelle fois réuni le 1er juin à Libreville pour examiner son bilan financier de 2007 au premier trimestre 2010, qui fait ressortir plusieurs irrégularités. Le comité de gestion de la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB) a tenu une nouvelle assemblée générale le 1er juin à Libreville après sa réunion d’avril dernier. Il s’agissait pour le comité de faire le bilan financier des activités de la CAISTAB allant de la période ...
Lire l'article
Le gouvernement du Gabon a doublé le salaire minimum garanti. Le secteur privé est sommé de s’aligner. La promesse électorale du président Ali Bongo Odimba s’est matérialisée. Le Gabon a doublé son SMIG (salaire minimum interprofessionnel garanti) passé de 80 000 à 150 000 F CFA (306 dollars). Seuls en sont exlus le personnel des collectivités locales et le personnel domestique. Le secteur privé est invité fermement à s’aligner sur la nouvelle règlementation, selon les déclarations du ministre du travail, Maxime Ngozo Issondou. Parallèlement, les indemnités de transport des employés du privé ont été fixées à 35 000 F CFA, ...
Lire l'article
Gabon : Adieu le SMIG à 150 000 francs CFA
Plébiscitée comme l’une des promesses phares du candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) lors de la dernière campagne présidentielle, le passage du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) de 80 000 à 150 000 francs CFA, est tombé dans l’eau de boudin, après la sortie du chef de l’Etat qui a déclaré le 7 janvier qu’il n’a « jamais fait la promesse de rehausser le niveau du SMIG. » Il n’y aura pas de SMIG à 150 000 francs CFA, pas en tout cas au cours des sept prochaines années. Le chef de l’Etat a mis fin le 7 janvier ...
Lire l'article
Les ingénieurs de la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB) ont récemment pris part à Oyem, chef-lieu du Woleu-Ntem, à un atelier de formation aux techniques de greffage et de bouturage des plants de cacao et de café. Cette formation doit permettre aux experts de la CAISTAB de se familiariser avec des techniques susceptibles d’améliorer le rendement des cultures de cacao et de café sur l’étendue du territoire national, dans le cadre du développement du secteur et de la diversification de l’économie nationale. La capitale provinciale du Woleu-Ntem, Oyem, au nord du pays, a récemment abrité un atelier de ...
Lire l'article
Une délégation de la Caisse nationale de stabilité et de la péréquation (CAISTAB) séjourne à partir de ce lundi dans certaines localités de la province de la Ngounié (Centre sud), en vue de l'achat du Café et du Cacao dans cette province du pays. En effet, selon cette source, environ un tiers de la population dans ces localités vit directement ou indirectement du cacao et du café. Ainsi, au Gabon, le café et le cacao représentent 20% des recettes d'exportation, et les responsables de la CAISTAB dont le directeur, Mathias Ossibadjouo, récemment primé pour les efforts fournis entendent véritablement redynamiser ce secteur ...
Lire l'article
Les habitants de Medouneu et ses environs, réunis en « collectif des hommes ruraux », ont exprimé le désir de recevoir une délégation de la caisse de stabilisation et de péréquation du Gabon (CAISTAB), en vue de se perfectionner dans la culture du café/cacao. Las de pratiquer une agriculture improductive due au manque de rudiments nécessaires, les hommes ruraux de Medouneu se disent prêts à suivre des formations appropriées, dans le but de parfaire et d’améliorer leurs productions agricoles, et particulièrement celles du cacao/café. Ainsi, en tournée de sensibilisation à travers le pays, la délégation de la CAISTAB, ...
Lire l'article
La Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB) a été récompensée par le Réseau des professionnels de la communication pour l’intégration (REPCIAF) grâce aux réformes qui ont été menées par la nouvelle direction de cette structure dirigée par Mathias otounga Ossibadjouo, a rapporté le Quotidien l’Union. Crée comme observatoire de l’évolution des structures économiques du continent, le REPCIAF a récompensé la CAISTAB dont le directeur a été qualifié d’« archétype de bosseur intègre et modèle » pour le traitement administré à cette structure dès son arrivée se traduisant par le « retour de la confiance, aussi bien parmi les usagers ...
Lire l'article
La CAISTAB préoccupée par la distribution du gaz butane à l’intérieur du pays
CAISTAB: Plus de 1700 jeunes mobilisés pour la réhabilitation des plantations de cacao et café dans le nord du Gabon
Grève d’une catégorie d’agents de la CAISTAB à Makokou
Gabon : La CAISTAB planche sur ses états financiers
Gabon: le SMIG qui fait peur au secteur privé
Gabon : Adieu le SMIG à 150 000 francs CFA
Gabon : La main verte de la CAISTAB pour le cacao et le café
Gabon: La CAISTAB dans la Ngounié pour l’achat du cacao et du café
Gabon: Le collectif des paysans de Medouneu sollicite sa prise en compte par la CAISTAB
Gabon: Café/Cacao: la CAISTAB récompensée pour ses réformes

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 1,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 4 Nov 2009
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*