Socialisez

FacebookTwitterRSS

La France et Bongo n’ont pas honte par Bruno Vécarte

Auteur/Source: · Date: 24 Nov 2009
Catégorie(s): Lamentations

message publié sur le forum le 12 juin 2008 et toujours d’actualité, dans l’article, il faut juste remplacer Omar Bongo par Ali Bongo.

Les images de réussite des émirats pétroliers du golfe persique nous montrent à quel point nous sommes damnés. « Damnés de la terre » comme l’avait décrit Frantz Fanon de son vivant.

Ces images flamboyantes témoignent de la Richesse, de la Grâce et de cette Liberté que n’ont malheureusement pas tous ces conducteurs d’hommes qui ne sont pas pénétrés par la lumière divine, et qui rament à vue dans le noir de leur inconscience.

Depuis 1967, Bongo accepte de garantir les sales besognes des français sur notre sol ; lesquels français pillent, volent et transfèrent chez eux les richesses d’un pauvre petit peuple d’à peine 1 million d’habitants, qu’ils savent désarmé et pacifique.

C’est la honte.

C’est la honte pour la France !

C’est la honte pour ce pays qui s’est hissé sur le toit du monde en exploitant des peuples plus faibles que lui.

La France n’a donc pas honte !

Elle n’a donc pas honte de se prévaloir de ce titre de Xieme puissante économique et militaire du monde, sachant pertinemment que cette économie tient en grande partie du pillage des pays d’Afrique, pillage que cet arsenal militaire permet justement de garantir.

C’est une honte !

C’est une honte pour la France et tous les dirigeants qui se sont succédé à sa tête, qui n’ont eu de cesse d’exploiter ainsi, depuis plus de 200 ans, des pauvres et petits peuples qui matériellement sont démunis.

La France profite de notre innocence et de notre candeur pour voler et piller nos richesses ; des richesses qu’elle reverse par la suite pour le profit de sa population, laissant les nôtres crever de faim et de maladie.

C’est une honte !

Le peuple français doit savoir que leur pays est une honte !

Les petits français doivent savoir que leur économie tient du vol et du pillage des matières premières des peuples africains.

C’est une honte !

Au Tchad, au Congo, au Cameroun, au Gabon, en Angola, en Centrafrique, en Guinée, au Sénégal, au Soudan, en Mauritanie, au Togo ou à Djibouti, la France a stationné ses barbouzes pour assassiner tous ceux qui voudraient dénoncer ses pillages, qu’elle perpétuent au vu et au su de tous.

La France a placé de force et en permanence sur nos territoires, une fraction de son armée, pour empêcher les peuples noirs africains, ces pauvres nègres, de crier “au voleur”, de manifester leur désapprobation de ce pillage multiséculaire, qui n’en finit pas, et qui dépérit chaque jour un peu plus notre race.

Elle s’est organisée depuis longtemps pour empêcher les noirs africains de vivre libres, riches et instruits comme elle le fait pour ses ressortissants.

C’est une Honte, pour un pays qui croit être grand, alors qu’il ne doit sa grandeur et son soit disant rayonnement international, que sur le vol des matières premières des pays les plus faibles, et sur le dos et le sang de malheureux peuples noirs désarmés, vis-à-vis desquels elle n’a de cesse de brandir l’artillerie lourde pour garantir les hold-up qu’il opère sans état d’âme dans le continent noir.

De de Gaulle à Sarkozy, la France n’a voté que des voleurs comme présidents, qui ont assassinés nos nationalistes et qui les ont remplacé par des illettrés, des pions qu’ils peuvent manipuler à dessein, au mépris des peuples indigènes africains, mourant de soif et de faim, alors que leurs pays sont gorgés d’eau et de nourriture en abondance.

C’est une honte !

C’est une honte pour nos propres frères NOIRS, GABONAIS et AFRICAINS, qui n’ont pas d’âmes, et qui œuvrent tels des zombis à l’holocauste de leurs propres semblables !

C’est une honte pour Omar Bongo, pour tous les membres du gouvernement, et pour tous ces fonctionnaires gabonais, qui font semblant de travailler alors que depuis plus de 50 ans, le pays est aux mains des blancs qui sucent jusqu’à la lie la sève de notre patrimoine national !

A quoi sert d’aller travailler dans une administration, sachant que le meilleur fruit de ce travail ne te reviendra pas ?

A quoi servent aux fonctionnaires gabonais de se rendre tous les jours au travail, alors que depuis 50 ans le pays est embourbé parce que les principaux capitaux sont envoyés par les français chez eux en France.

Seuls les gabonais peuvent libérer le Gabon et donner aux gabonais les mêmes chances d’émancipation et de développement que ce que ce pays octroi à ses ressortissants.

Si 100.000 gabonais se mettent dans la rue pour demander à la France de cesser de piller enfin nos richesses, je ne crois pas que le 6eme Bima, que ce pays a stationné dans notre territoire pour protéger son pillage, pourra nous assassiner tous devant les caméras du monde entier.

La Côte d’Ivoire est aujourd’hui libre parce que les Ivoiriens en ont décidé ainsi.

Ils ont décidé de dire STOP à la France et à sa force de protection du pillage « Licorne ». Devant les caméras du monde entier, les canons de la force pro-pillage « Licorne » n’ont eu d’autre choix que de cesser le feu.

Si nous voulons libérer notre pays et vivre riches et heureux comme les autres, et telles que le prévoient nos richesses naturelles, nous devons suivre l’exemple de la Côte d’Ivoire et de son valeureux peuple ivoirien.

Bruno Vécarte


SUR LE MÊME SUJET
La présidente de la fédération nationale des parents d’élèves du Gabon (Fenapeg), Christiane Bekale, a reconnu, mardi au cours d’un entretien avec la presse, que les responsabilités de cet échec sont partagées. La présidente de la fédération nationale des parents d’élèves du Gabon (Fenapeg), Christiane Bekale, que nous avons rencontrée, hier à son lieu de travail, a réagi sur les mauvais résultats enregistrés cette année en affirmant que ‘’ce taux d’échec était prévisible. Il fallait s’y attendre, compte tenu des perturbations enregistrées, durant la période scolaire par les enseignants, suite à leurs revendications’’. ‘’Ces résultats sont une catastrophe, une honte pour ...
Lire l'article
Je viens d’être informé indirectement par la Police Judiciaire française, d’être l’objet d’une commission rogatoire et que je devrais bientôt être entendu par un magistrat. Sans doute, comme pour la Lettre Ouverte cherche t-on à verrouiller mon site internet pour restreindre ma liberté d’expression. Une commission rogatoire est un acte par lequel un magistrat de toutes juridictions délègue ses pouvoirs à un autre magistrat de son tribunal ou autre juge d’instruction en France ou à un officier de police judiciaire, pour qu’il exécute à sa place un acte d’instruction. Personne ne me fera taire ! le temps des Ben Barka ...
Lire l'article
Les bruits faits autour de ce qu’il est convenu d’appeler « cinquantenaire des indépendances » de quelques pays africains en ce début d’année 2010, ramène dans le débat public, la lancinante question du statut effectif d’Etat souverain des anciennes colonies trop vite déclarées affranchies. Sans doute faudrait-il rappeler, que même après moult habillages et abus de langage juridique, les faits demeurent têtus, et exposent tout optimiste à une cruelle humiliation. Le procès engagé devant les tribunaux français suite aux commentaires légitimes sur sa main mise sur les économies africaines, exprime mieux que toutes les démonstrations et étalage de preuves, la ...
Lire l'article
Ainsi donc, Monsieur Nicolas Sarkozy, Président de la République Française, vous qui aviez promis en 2007 d’en finir avec la ‘Françafrique’, vous avez choisi de recevoir aujourd’hui Monsieur Ali Bongo Ondimba à l’Elysée. Nous sommes fondés à penser qu’il s’agit d’une erreur politique fondamentale à l’égard de l’Afrique Francophone, tout comme l’a été le fameux discours de Dakar. Cette erreur jette d’autant plus le trouble dans l’opinion gabonaise qu’en juillet dernier, alors que vous étiez justement à Libreville pour les obsèques d’Omar Bongo, vous avez condamné la répression menée par le pouvoir Iranien et avez apporté votre soutien aux manifestants ...
Lire l'article
Après avoir démissionné de ses fonctions de Premier Ministre et de 1er vice président du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir), vendredi dernier pour se positionner candidat à la présidentielle du 30 août prochain, Jean Eyeghé Ndong, a déclaré ce mardi à Libreville, lors d’une conférence de presse, entre autres, que « « Je n’ai pas honte de vous dire que j’ai eu chaud pour diriger le gouvernement ».
Lire l'article
Pouvoirisme, affairisme, refus de l’alternance, coups d’Etat militaire, prise de pouvoir par la force, transmission du pouvoir par hérédité, éternisation au pouvoir, dictature , parodie de démocratie, républiques bananières, parricides, homicides, génocides commandités, intrigues de tout genre, coup bas, manipulation politique, démocratie de façade, mis en scène électorales, partage de pouvoir irrationnel et absurde (Zimbabwe, Kenya) « l’Afrique noir est mal partie » Disait René Dumont ou pour dire mieux « l’Afrique noir n’est même pas partie ». De la Guinée en Mauritanie, du Congo, au Togo, du Zimbabwe au Soudan, du Kenya à Madagascar, de l’Est à L’Ouest, du Centre ...
Lire l'article
La porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Pascale Andréani, a tenté jeudi 6 mars à Paris de dédramatiser la convocation mercredi de l’ambassadeur de France à Libreville par les autorités gabonaises rendues furieuses par un reportage sur les biens immobiliers du président Omar Bongo Ondimba. "Nous avons pris note des préoccupations exprimées par les autorités gabonaises avec lesquelles nous avons d’excellentes relations", a-t- elle répondu à la PANA lors d’un point de presse. Le gouvernement gabonais a indiqué mercredi qu’il "réfléchit actuellement à la suite à donner aux relations franco-gabonaises", jugeant inamicales le reportage de France 2 (chaîne publique française) sur ...
Lire l'article
Chaque fois que les Africains tentent de démontrer aux yeux du monde leur volonté de ne pas sombrer dans le chaos des conflits et de la précarité socioéconomique, ce sont leurs dirigeants qui se donnent en spectacle. Et quel triste spectacle que ce qui s'est passé au Kenya et ce qui se passe au Tchad, au Zimbabwe, au Cameroun, au Burkina Faso... Au Tchad, Idriss Deby a profité des attaques rebelles du 3 février 2008 pour essayer d'anéantir son opposition en réduisant ses leaders au silence. Si l'on sait aujourd'hui où se trouvent Lol Mahamat Choua et Ngarlejy Yorongar, c'est l'incertitude ...
Lire l'article
Gabon – France : A Paris, l’ambassade du Gabon « proteste vivement » face aux « attaques » orchestrées contre le président Bongo Ondimba sur France 2
Pour les diplomates gabonais en France, la conviction est forte que le Gabon est encore dans la ligne de mire des « chiens de garde » du grand capital dans l’Hexagone, qui recèle bien des dangers de déstabilisation pour le pays, à en croire la double protestation envoyée mardi au Quai d’Orsay et à la Rédaction de France 2 par l’ambassade, choquée par un « Reportage » orienté, diffusé en direct, lundi 3mars, au journal de 20 heures sur France 2, essentiellement consacré à « l’acquisition des biens mobiliers » onéreux en France, d’après ce média, par le chef de ...
Lire l'article
Education: Madame Christiane Bekalé estime que ces résultas sont “une honte pour tout un pays”
France : Bruno Ben MOUBAMBA devant la police judiciaire française ?
Bongo Doit Partir
Afrique: Le cinquantenaire de la honte devrait induire des scènes de deuil public
France : Déclaration de l’Elysée Par Bruno Ben Moubamba 20 novembre 2009
Gabon: « Je n’ai pas honte de vous dire que j’ai eu chaud pour diriger le gouvernement », Jean Eyeghé Ndong (ex-Premier Ministre)
LA HONTE DE L’AFRIQUE
France 2 : la colère de Bongo
Politique en Afrique: le miroir de la honte
Gabon – France : A Paris, l’ambassade du Gabon « proteste vivement » face aux « attaques » orchestrées contre le président Bongo Ondimba sur

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 24 Nov 2009
Catégorie(s): Lamentations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

5 Réponses à La France et Bongo n’ont pas honte par Bruno Vécarte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*