- Bongo Doit Partir - https://www.bdpgabon.org -

« J’appuie l’application stricte de la loi, condamne les détentions illégales et l’établissement fantaisiste de certificats de nationalité, ordonne la création d’une filière de journalisme à l’UOB », Ali Bongo Ondimba

En recevant, ce mercredi après-midi, les présidents des institutions constitutionnelles, pour le compte de la deuxième journée de la série de vœux à lui adressés à l’occasion du nouvel an, le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, s’est déclaré favorable, sous sa gouvernance, à l’application stricte de la loi, aux réformes souhaitées dans le système judiciaire et au respect de la séparation des pouvoirs, a ordonné la création d’une filière de journalisme à l’UOB et flétri les détentions illégales dans les prisons, sans compter l’établissement fantaisiste de certificats de nationalité, devenu le sport prisé de certains administrateurs indélicats.

Réagissant aux allocutions respectivement prononcées par les Présidents du Sénat, de l’Assemblée Nationale, des Cours Constitutionnelles et de Cassation, du Conseil National de la Communication et du Conseil Economique et Social, Ali Bongo Ondimba n’a guère tardé de dire toute la satisfaction, l’assurance et le réconfort moral, qui sont les siens propres, traduisant également ceux de sa famille, consécutivement à la sincérité, a-t-il relevé, ayant caractérisé les différents propos.

En se réjouissant de la tenue actuelle de sessions budgétaires extraordinaires tant au Sénat qu’à l’Assemblée Nationale, avec en filigrane l’accélération de la mise en route de la Politique Générale des nouvelles autorités administratives du pays, le Président de la République, Ali Bongo Ondimba a pris le ferme engagement devant les représentants du Peuple que son « gouvernement ne faillira pas à son rôle cardinal », lequel est résumé dans le triptyque « Paix – Développement – Partage », englobant son projet de société approuvé par ses compatriotes, le 30 août dernier, à la faveur de l’élection présidentielle anticipée qui fut imposée par la mort brutale d’Omar Bongo Ondimba.

« Je me réjouis du soutien de toutes les institutions constitutionnelles à mon endroit et à celui du gouvernement que j’ai mis en place depuis bientôt trois mois. Vous vous êtes toujours déployés à consolider l’état de droit dans notre pays. En retour, je puis vous assurer que j’appuie fortement l’application stricte de la loi, sans laquelle nous ne pourrions efficacement atteindre les attentes de la population. Il ne peut d’ailleurs en être autrement. C’est dans la même lancée que j’approuve le principe de la séparation des pouvoirs », a rassuré Ali Bongo Ondimba, avant de préciser qu’il a besoin de la constance de l’appui et du soutien des institutions républicaines pour, dit-il, mener à bien la redoutable et exaltante mission qui est la sienne.

Aussi, Ali Bongo Ondimba a-t-il fortement apprécié et encouragé les efforts méritoires étalés, en 2009, par Mesdames Rose Francine Rogombé et Marie Madeleine Mborantsuo, respectivement ancien président intérimaire de la République et Président de la Cour Constitutionnelle, faisant de la transition gabonaise un bel exemple à travers le monde.

Au chapitre du toilettage des textes régissant le système judiciaire, sollicité par le porte-voix de la Cour de Cassation, histoire d’adapter ceux-ci aux normes universelles, Ali Bongo Ondimba est, on ne peut mieux explicite : « J’instruis à présent le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, de prendre toutes les dispositions qui s’imposent pour la mise en route des réformes souhaitées par le Président la Cour de Cassation. J’appuie l’introduction d’un juge pour enfants, une couche sociale méritant la protection sans faille de tous et de chacun ».

Fidèle à ses engagements relatifs au respect des droits de l’homme et des libertés collectives et individuelles, Ali Bongo Ondimba, manifestement outré par la récurrence de la pratique des détentions illégales et extrajudiciaires dans les maisons d’arrêt du pays, de proposer « l’institution d’un juge d’application des décisions judiciaires pour éviter les violations de la loi, notamment en ce qui concerne les détentions irrégulières », avant d’émettre le souhait que « les prisons au Gabon cessent d’être de simples lieux de privation de libertés, mais également d’éducation et de réinsertion sociale ».

Sur un autre plan, le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, s’est montré particulièrement courroucé par la pratique malsaine de l’établissement frauduleux de certificats de nationalité gabonaise, défrayant actuellement la chronique. En la matière, le numéro un gabonais de lancer à son ministre de la justice : « Madame le ministre, à compter de ce jour, je ne veux plus entendre parler de cette histoire de faux certificats de nationalité ». Sans commentaire.

Le volet concernant la presse n’a nullement échappé à l’attention particulière d’Ali Bongo Ondimba qui, tout en acquiesçant quelques manquements relevés par le président du Conseil National de la Communication sur le compte d’une catégorie de médias au courant de 2009, a vivement salué « le rôle prépondérant joué par certains journalistes pendant la période cruciale de la transition et leur professionnalisme indéniable les ayant guidés à encadrer d’autres qui risquaient de déraper. Je félicite ces professionnels de tout cœur, qui appartiennent aussi bien à la presse écrite et en ligne qu’à l’audio-visuelle ».

Conscient de l’importance et de la délicatesse de la mission dévolue aux communicateurs dans les sociétés modernes, Ali Bongo Ondimba d’appuyer « le projet de création d’une filière de journalisme à l’Université Omar Bongo Ondimba », pour dit-il, assurer une formation spécialisée et solide à tous les Gabonais éprouvant une passion pour ce noble et ingrat métier.

Enfin, Ali Bongo Ondimba estime qu’avec le maintien de l’appui et du soutien dont il bénéficie actuellement de toutes parts, l’accomplissement de sa mission sera certes difficile, mais pas impossible : « Confiants en nos possibilités et nos capacités, mais aussi et surtout au soutien indéfectible du peuple, nous parviendrons à surmonter tous les obstacles qui se dresseront sur notre chemin », a-t-il conclu.


SUR LE MÊME SUJET
Gabon : Ali Bongo Ondimba pour la création d’un Conseil National du Dialogue Social
Les confédérations syndicales et patronales se sont soumises à leur tour, le mercredi 4 janvier dernier à Libreville, à la traditionnelle présentation des vœux au Chef de l’Etat Gabonais. A constaté Infos Gabon. Martin Alini a, au nom des syndicats, plaidé pour la poursuite et l’achèvement des projets entamés qui vont, selon lui, concourir à doter le Gabon d’une économie solide et améliorer la qualité de la vie des populations. Au titre des priorités, le leader syndical a énuméré : l’emploi, l’habitat et l’amélioration des conditions des transports, la fourniture en eau potable entre autres. Il a invité le Gouvernement à ...
Lire l'article [1]
Le Gabon envisage sérieusement de créer une nouvelle compagnie aérienne avant le début de la 28ème Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football dont le coup d’envoi sera donné le 21 janvier 2012, a annoncé le président Ali Bongo Ondimba. Cette nouvelle compagnie devra, dans un premier temps, desservir l’intérieur du pays et ensuite l’extérieur, a précisé le chef de l’Etat gabonais, lors d’une conférence de presse, jeudi à Mouila, chef-lieu de la province de la Ngounié, à 400 km au sud de Libreville, à l’issue du 8ème conseil des ministres délocalisé tenu à l’intérieur du pays. La compagnie dont le ...
Lire l'article [2]
Le président Ali Bongo Ondimba a annoncé mardi la création d’une zone économique et industrielle à Lastoursville, chef-lieu du département de Mulundu, dans la province de l’Ogooué-Lolo (sud-est du Gabon) où le chef de l’Etat a entamé lundi dernier une tournée provinciale qui s’achève, mercredi à Koula-Moutou, le chef-lieu de province, par la tenue d'un conseil des ministres délocalisé, le cinquième à l’intérieur du pays. ‘’Le projet de création d’une grande zone économique et industrielle permettra de développer notamment les industries de transformation des grumes, ainsi que les métiers du bois’’, a expliqué le chef de l’Etat ...
Lire l'article [3]
Le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba a annoncé la création de la Caisse de Dépôt et de Consignation, en vue de rationaliser les instruments de financement de l’Etat, à l’issue du premier Conseil des ministres délocalisé tenu jeudi dernier à Port-Gentil (ouest). Comme annoncé à son arrivé dans le capitale économique pour un séjour de travail et de prise de contact, le président Ali Bongo Ondimba a pris d’importantes mesures urgentes, entériné par le Conseil des ministres. Celles-ci portent, entre autres, sur la création de la Caisse de Dépôt et de consignation, ainsi que d’une Société nationale pétrolière dénommée Gabon Oil ...
Lire l'article [4]
A l’issue du premier Conseil des ministres délocalisé en province, à Port-Gentil (Ogooué-Maritime) notamment, le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, qui s’exprimait à la faveur d’un point de presse diffusée sur la première chaine de télévision nationale (RTG1) a annoncé une série de mesures parmi lesquelles des « accompagnements pour l’industrialisation de la filière bois ». Ainsi, le Chef de l’Etat a-t-il, entre autres, indiqué la mise en place prochaine d’avantages fiscaux pour les petits exploitants forestiers, ainsi que la restructuration de la  Société Nationale du Bois du Gabon (SNBG) qui devra « dans les plus brefs délais » présenter un plan ...
Lire l'article [5]
Un candidat à la présidentielle au Gabon a annoncé samedi avoir déposé chez un huissier un recours devant le Conseil constitutionnel demandant l'invalidation de l'élection d'Ali Bongo, au motif que celui-ci serait adopté et aurait donc acquis la nationalité gabonaise. "Les origines du candidat Ali Bongo Ondimba demeurent ambiguës. S'il est avéré que ce dernier a acquis la nationalité par adoption, il appartiendra à la Cour de constater l'irrégularité de l'élection", indique le texte du recours que l'AFP a pu consulter et déposé par Luc Bengono Nsi, candidat malheureux (moins de 1%) à la présidentielle pour le Mouvement de Redressement national ...
Lire l'article [6]
Le gouvernement gabonais a vivement condamné mercredi dans un communiqué, le battage des médias français contre le président Omar Bongo Ondimba. Dans une déclaration lue devant la presse nationale et internationale, le porte-parole du gouvernement, monsieur René Ndemezo’Obiang a exprimé la ‘’profonde indignation’’ des autorités gabonaises face à l’acharnement médiatique ‘’visant clairement à déstabiliser le Gabon’’. Pour illustrer son propos,monsieur Ndemezo’Obiang a cité la médiatisation ‘’des biens immobiliers en France du Président de la République ainsi que la divulgation des informations sur ses comptes bancaires en violation flagrante du secret bancaire’’. Toutes choses tendant à convaincre Libreville de l’existence d’une ...
Lire l'article [7]
Le ministre de la Défense nationale, Ali Bongo Ondimba, recevant samedi au MESS des officiers de Libreville les veux de nouvel an du personnel militaire et civil de son ministère, a annoncé la création dans quelques mois d'une police militaire. Selon le ministre, cette unité de police militaire aura pour objectif d'asservir les hommes en uniforme qui se font remarquer dans les casernes par un comportement d'indiscipline. Ali Bongo Ondimba s'est par ailleurs réjouit du fait que le génie militaire a apporté son expertise dans la réalisation de certains travaux en apportant des équipements, du personnel et en exécutant lui-même ...
Lire l'article [8]
Le président de la République Omar Bongo Ondimba a exprimé sa profonde déception et son vif mécontentement face à la non application par plusieurs ministres de la feuille de route édictée au gouvernement. Le chef de l’Etat a une nouvelle fois demandé au gouvernement de faire preuve de dynamisme et de solidarité afin de répondre par l’action concrète, aux nombreuses et légitimes attentes des gabonaises et gabonais.
Lire l'article [9]
Le ministre de la Communication, des Postes, des Télécommunications et des Nouvelles technologiques de l'information, Jean Boniface Asselé, a réuni mercredi les cadres de son cabinet et ceux de l'université Omar Bongo (UOB) de Libreville en vue de la création d'un établissement de formation en communication. Au cours de ce tour de table, les participants ont échangé et réfléchi sur les modalités de la création d'une école ou institution en matière formation en communication. « Les études nécessaires à la création d'une école de formation, destinée aux communicateurs seront réalisées et soumises au Conseil des ministres », a déclaré Jean Boniface Asselé. « ...
Lire l'article [10]
Gabon : Ali Bongo Ondimba pour la création d’un Conseil National du Dialogue Social
Ali Bongo Ondimba annonce la création d’une nouvelle compagnie aérienne au Gabon avant le début de la CAN 2012
Le président Ali Bongo Ondimba annonce la création d’une zone économique à Lastoursville, dans le sud-est du Gabon
Ali bongo Ondimba annonce la création de la Caisse de Dépot et de Consignation
Ali Bongo Ondimba annonce des « mesures d’accompagnement pour l’industrialisation de la filière bois » au Gabon,
Gabon: recours contre l’élection d’Ali Bongo portant sur sa nationalité
Le gouvernement gabonais condamne le battage des médias français contre le président Bongo Ondimba
Gabon: Ali Bongo Ondimba souhaite la création d’une police militaire
Gabon: Omar Bongo tance la non application de la feuille de route édictée au gouvernement
Gabon: Vers la création d’un établissement de formation en communication à l’UOB