Socialisez

FacebookTwitterRSS

2010 : Année de l’Exploit…

Auteur/Source: · Date: 7 Jan 2010
Catégorie(s): Griffaronades,Lamentations,Opinion

Chers Amis,

Avant toute chose, je voudrais vous adresser mes vœux les meilleurs pour cette nouvelle année 2010. Je sais pertinemment que, vu mon retard, tout vous a déjà été souhaité : Amour, Ardeur, Argent…, toutes ces choses, commençant par A, B… si éphémères, si précaires et si commerçables. Aussi, voudrais-je moi, à mon tour, m’attarder sur celles qui le sont moins ; moins infidèles, moins vulnérables, moins négociables…

Je souhaite donc que cette année 2010 soit celle qui libérera ENFIN chacun de NOUS, filles et fils du Gabon, de notre esclavage mental ; fruit de 50 ans d’escroquerie coloniale, dont 43 de dictature tropicale, sous Bongo I et II.

Le 17 aout prochain, certains d’entre nous, aux cerveaux dores et déjà libérés, fêterons les 50 ans de notre néo-colonisation-gaulliste indépendance, et ce dans la douleur mentale. Car, ils devront se résoudre à observer, avec la même souffrance que celle qui accable un jeune enfant que ses bourreaux ont attachés afin de lui arracher ce qu’il a de plus précieux, que, c’est aux propres habitants de notre pays, Gabonaises et Gabonais, que reviennent la Portion Congrue de cette indépendance factice. Ils s’en apercevront lorsqu’il leur viendra d’effectuer la soustraction des années qui auront été réellement dévolues à notre vraie autodétermination et d’en voir la part qui nous revient. Ils auront alors la surprise de découvrir que, sur les 50 années de pseudo indépendance, seules 7 (sept) petites unités nous auront véritablement permis de penser par nous-mêmes, pour nous-mêmes et en vue de nous-mêmes, à travers notre slogan national “Gabon d’Abord”. Les 43 restantes, additionnées des 6 (six) nouvelles à venir, étant celles des colons blancs, de De Gaulle à Sarkozy, avec aux commandes les Bongo, leurs plus fidèles collaborateurs locaux. Et comme à Paris, de l’Elysée jusqu’aux vestiaires du stade de France, “on ne change jamais l’équipe qui gagne”, la santé reproductive du clan Bongo, très prolifique, est suivie aux petits soins, de sorte que pour l’ainé des bébés Ali, on pense déjà à un somptueux mariage avec une bru “fertile” (s’il vous plait), pour assurer la succession.

Qui vous a dit que le pays n’était pas géré de père en fils et petits-fils ?!

De là où je vis, en hibernation des euphories nationales, j’entends un peu partout, surtout dans les milieux néo-bien-pensants parisiens, là-même où l’ont retrouve des esprits brillantissimes tels JC Rousseau, que dis-je, Jean-Charles Rousselot, ou encore “Libre Penseur”, la f… de notre sémillant ministre des PME J-F Mouloungui, celui-là même qui avait “ravi” le fauteuil promis au vrai « fédéral » parisien de notre PDG national, j’ai cité…
Non je m’égare là !
Petit-Léon, je ne suis pas là pour mettre mon doigt entre l'”écorce et l’arbre”. Moi, ce qui m’intéresse, c’est le Pays, et son malheureux million d’habitants, qui se bat chaque jour, depuis 50 longues lunes, pour trouver un morceau de pain rassit dans les poubelles garnies de nos suzerains de la “noble” lignée des Bongo.
C’est le destin de ce seul Peuple qui m’intéresse et non les querelles de quelques apparatchiks qui se disputent les miettes que veulent bien leur balancer, à travers quelques nominations éphémères – pendant que eux [les membres du clan B] sont toujours au sommet de la Pyramide du Bord de Mer -, ceux-là mêmes qui ont confisqué la République depuis maintenant 43 ans.
Je laisse donc les prostitués se battre entre prostitués, avant que d’aller vendre leur service dans les trottoirs du Bord de Mer. D’ailleurs, si j’un un conseil à leur donner pour leur périmètre de chasse, c’est de choisir un petit secteur de charme pas très loin du Palais… C’est le seul endroit où, vu le prix du mètre-carré, le menu est le moins fretin. Tous les gros poissons de la République bananière passant par là, espérant se faire voir par le tout nouveau patron des lieux… Bonne chance les filles !

Et puis d’ailleurs, parlons-en. Revenons sur ce qui se dit du bilan des 100 premiers jours de notre nouveau suzerain ABB II (de la “noble” lignée des Bongo). Car, disais-je. J’entends un peu partout dans les tranchées, les éloges portées par quelques esprits simples, portés par des cerveaux embrumés par 43 années de médiocrité, que son Ex. Ali Ben Bongo, serait en train de faire “des exploits au pays”. Si on m’aurait parlé “des exploits au Gabon”, j’aurais véritablement craint pour notre pauvre Afrique. Mais comme ceux qui en parlent le plus et le mieux sont des “gens du pays”, en parlant comme Movaiz’Haleine des “choses du pays”, et non sans un zeste de mauvaise haleine, je dis alors que c’est tout simplement NORMAL. Car quand un singe n’a connu, de sa naissance en captivité jusqu’à l’âge de 43 ans, que les seuls mètres carrés de sa Cage en bambous, il lui sera alors très difficile, même réintégré dans l’immensité de la Foret équatoriale, de pouvoir saisir toute la richesse de sa Liberté.

Nom de Dieu !

Quelqu’un peut-il me dire, depuis qu’il a réussi à succéder à son père, quel autre exploit a fait Ali dans ce Pays ?

Ali aurait-il, avec les milliards de baril de dollars sortis de nos terres, inauguré à Libreville la plus haute tour du monde comme viennent de le faire les qatari il y a tout juste deux jours ?

Ali aurait-il, avec tous les bois d’Okoumé coupés, fendus et vendus aux Malaysiens, distribué une assurance maladie à chaque Gabonais afin de lui permettre d’aller, comme lui et les siens, se faire soigner à la Pitié-Salpêtrière au moindre petit mal de tête, comme vient de le faire Barack Obama pour tous les Américains pauvres aux Etats-Unis ?

Ou voyez-vous donc l’exploit, Chers Amis, lorsqu’on parvient ENFIN à remettre à l’endroit un ” i “, qu’on avait maintenu à l’envers des décennies durant, par médiocrité, machiavélisme et ignorance ?!

Sommes-nous en fin de compte que des petites gens, des petits esprits, de petits nègres en somme ; que l’on épate encore avec un avion en bambous de Chine, pendant que les autres sont déjà avec son équivalent en aluminium sur la lune ?!

Que nous arrive-t-il donc ?

Qu’arrive-t-il systématiquement à mes frères et sœurs du “Pays”, de sorte qu’ils ne parviennent plus à distinguer, au bout de 43 années de “Yayas Bongo”, ce qui relève de la normalité des choses et de l’exploit ? Car quel exploit y a-t-il à remettre tout simplement un pays au travail en le débarrassant de tous ces vieux crocodiles qui s’étaient convaincus, après près de 42 ans de « prélassage », que le marigot Gabon avait fini par leur appartenir ? Quel exploit y a-t-il à simplement demander à des employés payés chaque fin de mois par un employeur (l’État gabonais), de mériter pour UNE FOIS leur salaire, en respectant simplement la déontologie du travail.

Pour moi, Ali Bongo ne fait jusqu’ici que remettre les couverts que son père, lui-même et tous leurs complices, n’ont cessé de renverser depuis 42 ans ; faisant du Gabon une grosse bouillabaisse, où les vices avaient finis par prendre le dessus sur les vertus cardinales qui régissent le fonctionnement d’un Etat de droit. C’est de la simple restitution de cet Etat de droit dont il est purement question ici, et non d’un exploit individuel.

Si Ali veut nous faire cadeau d’un premier Exploit, il n’avait tout simplement qu’à démissionner dès ce soir, et laisser ceux qui ont réellement gagné les dernières élections au Gabon – et qui les réclame encore à cor et à cri aujourd’hui – prendre la place qui leur revient de droit, et qu’il a insidieusement usurpé.

Tant qu’on s’est soi-même assis dans un fauteuil illégitime, toute reforme, même légitime pour un peuple et un pays, sera toujours flanquée du sceau de la légèreté, car promulguée par une autorité elle-même illégitime.

Mais nous ne serons pas ingrats si, avant que de démissionner, notre nouveau suzerain restituait à la Nation, tous les Biens Mal Acquis par son clan depuis maintenant 43 ans, et qui constituent la caution françafricaine de leur “eternel” pouvoir.

Si donc ABB II fait cela, j’enlèverai des lors les guillemets qui entourent leur “noble” lignée, car cela, relèvera tout simplement… de l’Exploit.

Petit-Léon MBA-MINKO 


SUR LE MÊME SUJET
‘A chaque année, un style nouveau’ (parfois un-peu malheureux), car le constat que nous faisons est symptomatique de ce qui se passe à Libreville (capitale gabonaise). Les jeunes sont les principaux concernés. Car aujourd’hui, ce style s’attaque à nos jeunes en milieu scolaire, des endroits considérés comme des temples du savoir et des lieux de formation de l’élite gabonaise en devenir. Ces élèves, portant les couleurs des établissements de renom, nous laissent ici l’impression que la rigueur qui régnait autrefois dans ces endroits n’est plus. Il y a quelques années encore de la chevelure, la barbe, ...
Lire l'article
L’espérance de vie au Gabon augmente de 1,4 an par année depuis 1990 pour se situer à 62,7 en 2011 selon le rapport mondial sur le développement humain (IDH) rendu publique vendredi à Libreville par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). En un peu plus de 20 ans les gabonais ont bénéficié d’une qualité de vie leurs permettant de vivre 28 années de plus par rapport à 1990. Quant à la durée moyenne de scolarisation, elle a été multipliée par 1,7 passant de 4,3 en 1990 pour à 7,5 deux décennies après. le pays dont l’IDH est de ...
Lire l'article
L'année 2011 se présente au Gabon comme celle de tous les records au niveau des mariages tant coutumiers que civils à la lumière du nombre croissant des célébrations observées depuis mai dernier à travers le territoire national. Jeudi, 13 aout, la matinée s'annonce ensoleillée. Dans les jardins de l'Hôtel de ville de Libreville, des hôtesses moulées dans des jupes uniformisées accueillent les invités et peaufinent le scénario de l'arrivée des futurs mariés. Dans le parking, des dizaines de véhicules de toutes marques et des bus, décorés de ruban blanc, rose ou bleu, prennent position. A l'intérieur de la salle des fêtes, plusieurs femmes ...
Lire l'article
8 milliards de francs CFA, c’est le montant que coûtent les procès perdus par l’Etat gabonais chaque année pour non-respect des réglementations mises en place par lui-même. Une situation "anormale et dangereuse", selon le mot d’Emmanuel Issozé Ngondet, ministre du Budget, non seulement très couteuse pour l’Etat mais qui marque aussi une atteinte aux principes et valeurs qui fondent un Etat de droit. «Chaque année, notre pays dépense environ 8 milliards de francs CFA pour le paiement des dommages et intérêts suite à la perte des procès pour non respect de la législation en vigueur», a affirmé ...
Lire l'article
Le président gabonais Ali Bongo Ondimba a pris l’engagement de ‘’corriger’’ les erreurs qui ont entaché la première année de son septennat, dans une interview exclusive accordée au quotidien Gabon Matin, à la veille du premier anniversaire de son investiture le samedi 16 octobre 2009. Ali Bongo Ondimba a reconnu qu’il y a eu des erreurs dans le choix des hommes et des décisions. ‘’Il y a eu des erreurs de casting… Souvent, il faut reconnaître ses erreurs, le tout est de pouvoir les corriger, apporter des changements si cela s’avère nécessaire’’, a-t-il dit, soulignant cependant qu’il y a eu ‘’plus ...
Lire l'article
Le candidat indépendant à l'élection présidentielle du 30 août, Casimir Oyé Mba, démissionaire du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), s'est lancé dans la campagne électorale le 16 août dernier en réunissant plus de 5000 sympathisants au stade Omnisports de Libreville. L'ancien Premier ministre et ministre des Mines et du Pétrole, chevronné d'économie et ancien directeur de la Banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC) met en avant son expérience politique et ses compétences d'économiste pour faire valoir sa candidature au fauteuil présidentiel. Dans l'interview qu'il nous a accordé le 18 août dernier, «Cam la classe» revient notamment sur son slogan ...
Lire l'article
Le groupe Banque gabonaise et française d’investissement (BGFI) vient de valider l’obtention de la certification ISO 9001/2000 pour la troisième année consécutive, hissant le groupe au premier rang des groupes bancaires de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC). Cette démarche de certification, que le groupe étend aux normes environnementales et à la santé du travail, a déjà permis la BGFI de réaliser une croissance de 40% de ses activités sur le dernier exercice. La première banque de la sous région à obtenir en 2005 la certification ISO 9001/2000, le groupe Banque gabonaise et française d’investissement (BGFI) vient d’obtenir ...
Lire l'article
Plus de 668 personnes dont l’âge varie entre 18 et 40 ans ont été alphabétisées dans les différents centres d’alphabétisation que compte le pays, tout au long de l’année académique 2007/2008. En effet, le Gabon compte un centre d’alphabétisation dans chaque chef lieu de province et 9 centres à Libreville, la capitale. « Cette année, nous avons réussi à alphabétiser 668 personnes dont 248 hommes et 420 femmes dont l’âge est compris entre 18 et 40 ans. Cette année et notre objectif est de réussir à alphabétiser le plus grand nombre », Mme Assangono Oloui. Aussi, l’UNESCO qui vient en appui à l’Education ...
Lire l'article
Les opérations de charme menées par les responsables d’établissements scolaires privés de Libreville, à l’approche de la rentrée des classes, sont de plus en plus visibles à travers la capitale Gabonaise. Il est désormais rare de sillonner la ville, sans que l’on n’aperçoive des banderoles, voire des affiches, vantant les qualités et les mérites d’un établissement ou d’un autre. Le but ici étant pour ces derniers, d’attirer le plus de parents lors du choix de leur établissement. Au sein de ces établissements scolaires, l’heure est au nettoyage des locaux. « Pour le moment, nous renouvelons simplement la peinture et nous procédons ...
Lire l'article
Les élèves de l'école primaire de Popa, province de l'Ogooué-Lolo (Sud-est), ont connu une année blanche à cause de la démission des instructeurs occasionnée par le manque de route a indiqué, jeudi, un parent d’élève. « Je vais solliciter du ministre de l'Education nationale que cette école soit récupérée par l'Etat. De ce fait, les enseignants seront envoyés ici par le ministère », a indiqué le député de la contrée, Gaston Mindoungagni. Les parents d’élèves de cette localité souhaitent que les autorités gouvernementales fassent des efforts pour eux. « Nous voulons que le gouvernement pensent à nous. Il n’y a plus ...
Lire l'article
Education : « A chaque année, son style »
L’espérance de vie augmente de 1,4 par année depuis 1990 au Gabon
Mariages: vers une année record au Gabon (REPORTAGE)
Gabon : 8 milliards de francs perdus en procès chaque année par l’Etat
Ali Bongo Ondimba: corriger les erreurs de la première année de septennat
Gabon : Oyé Mba, «je ferais bitumer chaque année 150 à 250 km de routes»
Gabon : BGFI s’offre une 3e année certifiée ISO
Gabon: Plus de 668 personnes ont été alphabétisées cette année au Gabon
Gabon: Les établissements privés en campagne de charme pour la nouvelle année scolaire
Gabon: Une année blanche pour les enfants du primaire à Popa


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 7 Jan 2010
Catégorie(s): Griffaronades,Lamentations,Opinion
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*