Socialisez

FacebookTwitterRSS

En finir avec les clichés sur les Gabonais et le rapport au travail par Mengue M’Eyaà

Auteur/Source: · Date: 18 Jan 2010
Catégorie(s): Lamentations

L’inventivité répressive issue du coup d’Etat électoral de septembre 2009 est toujours sans limites. Alors qu’aucune mesure n’est intervenue en faveur de l’amélioration des conditions du peuple gabonais, que les déplacements du putschiste pour rendre compte à ses maîtres en France sont de plus en plus fréquents, que les membres de l’opposition sont eux interdits de voyager, la propagande de « l’émergence » (ils n’ont toujours pas compris que l’émergence concerne des Etats de la taille de l’Inde et de la Chine) a rendu publique une mesure qui a une apparence d’évidence : faire travailler davantage les Gabonais. Pourtant, si, de premier abord, chacun serait tenté de faire sien un tel souhait, il convient d’examiner avec précision les arrières-pensées du régime qui, ne bénéficiant d’aucune confiance de la part du peuple gabonais, s’impose en s’appuyant sur sa milice armée et tente de dégrader l’image des Gabonais et du Gabon.

Comme chacun sait, ces « incorrigibles Gabonais » doivent être punis et insultés pour avoir souhaité le changement démocratique dans leur pays en août 2009. S’ils voulaient mettre un terme à la dynastie des « rois fainéants » du Palais du Bord de Mer, c’est aussi pour que le travail retrouve sa vraie valeur, mais aussi la santé publique, l’éducation, la restauration de valeurs telles que la justice sociale, la redistribution des produits de la manne pétrolière, la rémunération au mérite, l’égalité ethnique et, au dessus de tout, les libertés démocratiques, un vrai projet en faveur du développement impliquant les populations…

Au lieu de cela, depuis 42 années, désormais perpétuées avec l’aide du pouvoir sarkozyste, le régime Bongo prospère avec une fortune suspecte. Comment un petit postier de l’Afrique équatoriale française aux origines incertaines a t’il pu devenir multi-milliardaire et « l’heureux » propriétaire d’hôtels particuliers du 17 è siècle dans le centre de Paris et de biens d’autres choses en Suisse, aux Etats Unis, etc ? Cette fortune a t’elle été acquise en raison des journées continues des membres du clan Bongo ? Chacun sait que le putschiste a obtenu des diplômes frelatés, qu’il a commencé sa carrière politique en poussant la chansonnette. Souvenons-nous du célèbre refrain de la fin des années 70 et du duo formé avec son compère Jimmy ONDO : « Bongo est l’ami de Giscard et Giscard est l’ami de Bongo ». Inoubliable ?

Alors, le travail, les membres du clan en parlent mais n’ont jamais pratiqué, en dehors des périodes électorales, pendant lesquelles, la fraude multiple a nécessité un nombre inhumain d’heures par individu. Ainsi en Côte d’Ivoire, la constitution de la liste électorale se fait depuis au moins 4 ans avec l’appui d’un cabinet d’experts privés et des Nations unies. Au Gabon, le parti-Etat et le clan ont mis moins de 4 semaines pour bâtir un recensement, avec un savoir faire que seule la Corée du Nord dans le monde pourrait encore leur envier. Les fausses cartes, les bourrages d’urnes ont été préparées dans des délais records. Toutes leur expérience bien acquise est là. C’est bien le seul moment où leurs heures ne sont pas comptées. Le reste de leur temps consiste à matraquer les Gabonais et à jouir des bienfaits du petit empire financier entouré d’une cohorte de spécialistes des paradis fiscaux.

Quelle est donc la vie des Gabonais dont le régime fait croire qu’ils sont des fainéants ? Il arrive même que la presse française s’autorise de manière indécente à s’en faire l’écho (Libération-13 janvier 2009).

Pendant qu’une infime minorité se partage les richesses du Gabon, les Gabonais, qui travaillent, doivent se contenter de faibles salaires qui sont certes supérieurs aux critères d’Afrique de l’Ouest, mais qui sont insuffisants au regard des prix des denrées alimentaires basiques (car le Gabon est un des pays les plus chers du continent). Depuis 42 ans, le pays n’étant pas géré pour les Gabonais mais seulement pour ceux qui entendent poursuivre l’extraction de ses richesses à leur seul profit, 80 % des biens de première nécessité sont importés de l’extérieur, notamment d’Europe. La pêche ayant été confiée par le régime à des entreprises monopolistiques (chinoises entre autres) ne permet pas aux Gabonais de profiter de la situation géographique exceptionnelle qui est la leur tant les produits frais de la pêche ont des coûts élevés difficilement accessible au pouvoir d’achat moyen. Les fonds marins proches des côtes ont été raclés par les navires usines de pêche avec la bienveillance du pouvoir. Il est donc difficile de pratiquer une pêche artisanale. Les Gabonais, y compris les fonctionnaires, sont donc obligés de travailler à plusieurs endroits pour pouvoir nourrir correctement leur famille et vivre décemment. Cette situation se retrouve dans beaucoup de pays africains.

Par ailleurs, autre particularité qu’il faut porter à la connaissance des moqueurs de bonne ou de mauvaise foi à la solde ou non du régime, il n’existe pas de cantine scolaire dans la plupart des écoles élémentaires ou secondaires du Gabon, notamment dans les grandes villes là où s’applique la journée continue. Les parents ayant plusieurs enfants doivent s’empresser vers midi de quitter leur travail avec leur véhicule s’ils en ont un ou en taxis collectifs et rejoindre les embouteillages nombreux en raison de l’absence de transports publics. Dans les mêmes conditions, ils doivent regagner leur travail, non pas parce que la constitution particulière des hommes et femmes gabonais les conduirait à dormir davantage que le reste de l’humanité. C’est pourquoi la proposition de journée continue est absurde sans un accompagnement social que le régime est bien incapable de mener s’il y avait songé qu’un instant.

La mal vie est la caractéristique de l’existence quotidienne des Gabonais ayant un travail ou non. Les rares infrastructures sociales existantes ( crèches, jardins d’enfants) sont gérées par le secteur privé adossé à de grandes entreprises réservées à des élites ayant un fort pouvoir d’achat.

Puis, il y a de nombreux Gabonais en dehors de l’emploi ! Qu’ils soient diplômés ou non, l’incompétence est la marque de fabrique de l’Etat gabonais. A sa tête, souvent des ignares cooptés par les réseaux politico-mafieux du parti-Etat sur le fondement d’accointances ethniques, en particulier de l’ethnie du clan Bongo. L’absence d’alternance a empêché la moindre « respiration » du « système ». Avec une telle exemplarité, l’appareil d’Etat est sur dimensionné en raison des recrutements clientélistes fondés sur une haute hiérarchie souvent incompétente servant le parti-Etat. Une myriade de petits fonctionnaires valeureux, découragés, recrutés honnêtement par concours, et maltraités, tente de faire son travail au milieu des entraves politico-bureaucratiques du régime. Leurs salaires sont excessivement bas au regard du coût de la vie au Gabon. Le putschiste ne s’y est pas trompé. Une des rares promesses électorales progressistes s’est révélée être un mensonge supplémentaire: le doublement du salaire minimum.

L’immigration africaine au Gabon est nombreuse et souvent les observateurs croient discerner une xénophobie de la part des Gabonais. En réalité, le régime a développé une forme d’immigration politique visant à s’appuyer sur des Africains, notamment de l’Ouest ou d’Afrique centrale, en leur donnant à tour de bras la nationalité gabonaise. Ces naturalisations accélérées ont pour finalité de gonfler le corps électoral au moment des scrutins, utiles pour conforter le maintien du parti-Etat en échange de facilités pour installer de petits commerces de proximité, qui sont d’ailleurs bien utiles, ou bien des emplois domestiques dans les entreprises dépendantes du clan Bongo ou des affidés du régime. Il n’y a ni racisme, ni xénophobie, mais bien une exaspération envers les pratiques clientélistes quarantenaires de « naturalisation politique » de la part du régime. Ces pratiques concernent également les entrepreneurs et commerçants libanais, véritables soutiens politico-économiques du régime et bénéficiant des mêmes bienfaits de la part du clan.

Ainsi, pour rétablir des nuances, il fallait revenir sur les détails de la vie quotidienne des Gabonais, qui ne sont, ni plus ni moins « fainéants » que d’autres peuples dans le monde. Les insulter comme le fait la propagande du régime ne rend que plus évidente l’illégitimité de leur confiscation du pouvoir.

Mengue M’Eyaà

Présidente du conseil exécutif

Mouvement civique du Gabon

Mengue M’Eyaa

Présidente du Conseil exécutif
Mouvement civique du Gabon (MCG)

http://mouvementciviquedugabon2009.unblog.fr
 


SUR LE MÊME SUJET
L e Mouvement Civique du Gabon veut un travail politique approfondi pour combattre le régime gabonais
Le Conseil exécutif du Mouvement Civique du Gabon ne s'associe pas au projet de sit-in incongru devant l'Assemblée nationale française prévu ce samedi. Si les résistants au régime Bongo souhaitent changer leur pays, il faut d'abord cesser d'improviser des manifestations en voulant faire croire qu'il s'agit d'une démarche collective. Il s'agit d'un problème tant de fond que de forme. Le Conseil exécutif du MCG a toujours montré sa détermination dans le combat contre la dictature à la condition que l'identité de chacun des partenaires de l'opposition soit respectée. Les évènements graves au Gabon nécessiteraient un travail politique approfondi afin de soutenir efficacement le ...
Lire l'article
Daniel Mengara: En finir une bonne fois pour toutes avec les biafreries d’Ali Bongo
La dictature des Bongo sur le Gabon a depuis belle lurette montré que cette famille n'aime pas ce pays. Le combat des Gabonais doit donc plus que jamais s'articuler autour de la nécessité, coûte que coûte, de se débarrasser de cette véritable malédiction que constitue la dynastie désormais avérée des Bongo, une famille qui a pris en otage le Gabon et s'est mise dans la tête que seuls les Bongo ont le droit de diriger ce pays. Le pire dans tout cela c’est que l’emprise des Bongo sur le régime est tel qu’il empêche même les enfants des membres du parti ...
Lire l'article
Daniel Mengara Parle: Conversations avec le peuple gabonais: Ma Rencontre avec Paul Mba Abessole (Conversation 2, Partie 1)
Conversations avec le peuple gabonais: Ma Rencontre avec Paul Mba Abessole (Partie 1) Dans cette conversation, Daniel Mengara parle du début de sa tentative, après le rejet de sa candidature, de convaincre les leaders de l’opposition d’adopter sa stratégie insurrectionnelle en vue de bloquer le processus électoral et d’imposer la réforme au régime AVANT l’élection. Daniel Mengara livre la substance de ce que fut sa conversation avec Paul Mba Abessole et l’échec de sa tentative de convaincre l’opposition nationale, par la suite, d’adopter sa position insurrectionnelle avant et après l’élection. Cette deuxième conversation comporte deux parties: Pour visualiser la partie 1, voir la ...
Lire l'article
Les différents points focaux de la Commission Communication et Marketing du Comité d’Organisation de la Coupe d’Afrique des Nations ont eu leur première séance de travail avec la présidente de ladite commission, Monique Ondo Mve, jeudi à Libreville, sur fond d’engagement de chaque média dans le délaiement de l’information autour de ce grand évènement africain, co-organisé par le Gabon et la Guinée Equatoriale, a constaté GABONEWS. Monique Ondo Mvé, en sa qualité de journaliste de formation, a échangé avec ses confrères sur, entre autres, la charge qui est la sienne à la tête du volet communication et marketing de cette ...
Lire l'article
Le succès électoral d’Ali Bongo a montré qu’il était bien difficile d’échapper à l’influence française. Même si, ici ou là, des dirigeants tentent de s’en débarrasser. l aura suffi que le doyen d’âge des chefs d’Etat africains, Omar Bongo, disparaisse, en juin 2009, après presque quarante-deux ans de règne, pour que l’Afrique et le monde découvrent que le Gabon était un petit pays où tout le monde voulait devenir président. Outre Ali Ben Bongo – fils du président défunt –, une vingtaine d’autres candidats étaient en lice pour la succession de celui qui aura, à lui tout seul, symbolisé la Françafrique ...
Lire l'article
La Cour internationale de justice (CIJ) a annoncé le 20 février dernier que le gouvernement belge avait déposé un recours pour contraindre le Sénégal à juger l’ancien président tchadien, Hissène Habré, ou de l’extrader afin qu’il soit jugé en Belgique. En résidence surveillée au Sénégal où il s’était réfugié après sa chute en 1990, l’ancien président tchadien est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et torture, mais le gouvernement sénégalais retarde son jugement depuis 2000 faute de moyens pour organiser le procès. Le gouvernement belge est passé à la vitesse supérieure dans l’affaire ...
Lire l'article
Vincent Essono Mengué, ministre des petites et moyennes entreprises, petites et moyennes industries, de la lutte contre la pauvreté, a saisi l'ampleur des difficultés que rencontrent les opérateurs économiques gabonais, au terme d'une visite ce lundi à Libreville et à Owendo. « Cette tournée me permet d'examiner les problèmes que rencontrent les grandes et la plus petite PME gabonaises, afin de voir comment trouver les fonds et les stratégies pour leur venir en aide», a déclaré Vincent Essono. Selon le ministre, ce secteur est très indispensable pour le Gabon. Il offre des emplois et des richesses ; il doit donc pouvoir ...
Lire l'article
Les administrations et les entreprises du pays, toutes catégories confondues, à l’instar de la Direction générale des impôts (DGI) ont célébré jeudi, avec faste la fête du travail qui donne l’opportunité au personnel de se décontracter autour des activités sportives ainsi que de grandes retrouvailles amicales et fraternelles, en vue du renforcement des liens d’amitié de solidarité et de partage. Pour certaines entreprises, après le grand défilé du Bord de mer, ce sont des activités telles que des rencontres sportives ont mis en exergues d’autres facettes de ce personnel constitué de cadres et des agents d'exécution et ont ainsi permis le ...
Lire l'article
Journaliste, originaire du Sénégal, Abou Abel Thiam devrait, dans des délais raisonnables, publier un ouvrage au titre volontiers provocateur, à savoir « l’Afrique et ses élites : les clichés occidentaux à l’épreuve de la vérité » qui tente, d’après lui, de mettre un faisceau de lumière crue sur des clichés et des faits qui pointent, plus qu’à leur tour, le continent noir et ses dirigeants. Autant qu’on sache, cet ouvrage est né de l’incompréhension grandissante chez ce fils d’Afrique, de voir une certaine presse occidentale dénigrer souvent les dirigeants et les élites du continent, en particulier des chefs d’Etat victimes de ...
Lire l'article
Communiqué : Le BDP-Gabon Nouveau condamne l’expulsion de Raïssa Mengue et apporte son soutien à l’action de la Maison du Gabon de Toulouse au profit des Gabonais de France
Au nom du BDP-Gabon Nouveau, de la nation gabonaise et de tous les Gabonais au pays comme à l'étranger, je voudrais exprimer la vive inquiétude de notre mouvement face aux brimades dont font de plus en plus l'objet les ressortissants gabonais en France. De l'affaire de Paul Wem, expulsé le 4 janvier dernier, à celle de Raïssa Mengue Ondo, expulsée ce 19 février, se profile de plus en plus le spectre d'une déshumanisation grandissante des Gabonais en territoire français, déshumanisation qui ne peut laisser insensibles tous ceux qui aspirent au respect des droits humains, droits dans lesquels le droit à la ...
Lire l'article
L e Mouvement Civique du Gabon veut un travail politique approfondi pour combattre le régime gabonais
Daniel Mengara: En finir une bonne fois pour toutes avec les biafreries d’Ali Bongo
Daniel Mengara Parle: Conversations avec le peuple gabonais: Ma Rencontre avec Paul Mba Abessole (Conversation 2, Partie 1)
Les points focaux du COCAN en séance de travail avec la présidente de la Commission Communication à Libreville
En finir pour de bon avec la Françafrique
Tchad : La Belgique veut en finir avec Hissène Habré
Gabon: Vincent Essono Mengué, ministre de PME, au cœur des difficultés des opérateurs économiques gabonais
Gabon: Les administrations et les entreprises célèbrent avec faste la fête du travail
Gabon: Parution / « L’Afrique et ses élites: les clichés occidentaux à l’épreuve de la vérité » bientôt en librairie
Communiqué : Le BDP-Gabon Nouveau condamne l’expulsion de Raïssa Mengue et apporte son soutien à l’action de la Maison du Gabon de Toulouse au profit


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 18 Jan 2010
Catégorie(s): Lamentations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*