Socialisez

FacebookTwitterRSS

Ngounié-social : Les commerçantes s’opposent à payer 500FCFA le droit de place des marchés de Mouila

Auteur/Source: · Date: 31 Jan 2010
Catégorie(s): Economie

Les commerçantes des différents marchés de la commune de Mouila ont protesté vendredi dernier, au cours d’une réunion organisée par le maire de payer 500 FCFA le droit de place, rapporte dimanche le correspondant de l’AGP.

’’Une telle augmentation est une façon de nous demander d’arrêter de faire le commerce’’, a déclaré la présidente des commerçantes, Fatoumata Kogou à l’entame de la réunion, au moment où elle exprimait au maire, Christian Kombila Kombila, l’objet de leur mouvement d’humeur.

Documents à la main, le maire l, accompagné de deux des ses adjoints, dans sa réponse a dit ne pouvoir rien faire en leur faveur. ’’Nous, maires ne faisons qu’appliquer les mesures gouvernementales qui nous sont imposées. La décision d’augmenter les taxes est une décision gouvernementale mise en application depuis mai 2009, alors je n’y peux rien’’.

Malgré les explication du maire, les commerçantes ont promis ne pas être capables de payer un tel montant qu’elles souhaitent voir à la baisse. ’’Vous savez que la ville de Mouila n’a quasiment pas d’activité, il n’y a pas d’entreprise et nos produits pourrissent dans les marchés faute de clients. Comment payer une telle somme alors que les recettes nous permettent à peine de survivre ?’’, s’est exclamée une autre commerçante dans la salle.

Toujours dans leurs plaintes, certaines ont fustigé le comportement de plusieurs fonctionnaires qui pour se ravitailler en produit vivriers s’en vont sur la route, dans les villages, pour éviter les commerçantes dans les marchés.

’’Vous-même messieurs les maires, on ne vous voit plus faire vos courses au marché, vous préférez aller chez ceux qui ne payent aucune taxe’’, a lancé sans complaisance une dame en indexant directement les autorités présentes.

Vendredi matin, les commerçantes ont déserté leurs étales pour rencontrer les autorités municipales. Une partie du marché central était vide, provoquant un grand étonnement de la part des clients, qui ont d’ailleurs pensé à une ’’journée morte du marché’’.

En initiant cette rencontre avec les autorités municipales, les commerçantes ont voulu que ces derniers acceptent de faire passer au moins la taxe de 200 FCFA (comme auparavant) à 300 FCFA au lieu de 500 FCFA.

En revanche, elles ont indiqué que si la position de la mairie restait inchangée, les denrées alimentaires connaîtront, elles aussi, une augmentation. ’’D’ailleurs l’achat et le transport des vivres nous coûtent chers, il ne nous reste plus qu’à faire payer cette taxe aux clients’’, a conclu la présidente des commerçantes.


SUR LE MÊME SUJET
Sur décision de la municipalité de la commune d’Owendo, les commerçantes du petit marché dit « des rails », à proximité de la gare de la société SETRAG, dans le quartier Akournam II, sommées de déguerpir de ces lieux, réclament leur indemnisation avant de libérer le site qui va recevoir la construction d’un marché municipal. Installées sur les lieux depuis plusieurs années, les commerçantes sommées de libérer le site devant abriter le nouveau marché municipal, réclament une indemnisation pour leur permettre de s’installer ailleurs, en attendant ce nouvel édifice. Invitées à prendre part à une concertation mercredi dans le cabinet du ...
Lire l'article
Jeunesse consciente 90 (JC90), une association politique a fait un don d’une quarantaine de tables, de parasols, de tabliers et de blouses aux commerçantes de la commune de Ndendé, une localité de la province de la Ngounié (sud). Ce don aiderait ces femmes à mieux conserver leurs marchandises souvent exposées aux intempéries. Pour le président de JC90, Guy Francis Bignoumba ce geste inscrit dans le cadre de la politique de partage prônée par le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba et dit soutenir cette politique à travers des actes concrets. Les femmes commerçantes qui arborent leurs nouvelles blouses et ...
Lire l'article
Le Maire de Libreville, Jean-François Ntoutoume Emane, a visité samedi les marchés provisoires de la capitale gabonaise, Libreville, où ont été installé de nombreux commerçants déguerpis après l’opération de destruction des marchés spontanés, initiée en octobre 2008. « Je voulais avoir une idée de ces marchés provisoires », a dit le Maire de Libreville qui a assuré les commerçantes de la construction de nouveaux marchés, dont les travaux seraient en cours d’exécution. « Nous voulons absolument construire des marchés municipaux à Libreville », a déclaré le Maire déterminé. Cinq nouveaux marchés et des centres commerciaux verront le jour, dont celui de la ...
Lire l'article
Les commerçantes qui exerçaient « anarchiquement » à hauteur des feux tricolores du carrefour Charbonnages, dans le premier arrondissement seront installées sur le site de l’ancien cimetière d’Ambowè qui leur a été provisoirement cédé par le maire cet arrondissement, Pierre Claver Mvélé. Il est envisagé d’ériger rapidement un grand hangar avec des étales, sur cet ancien cimetière. Cela en dépit de certaines considérations typiquement africaines sur le respect de la mémoire des disparus qui amènent encore quelques uns à hésiter quant à une prochaine installation sur le lieu indiqué. « Nous sommes ravies de constater que monsieur le maire n’a pas ...
Lire l'article
Les commerçantes qui exerçaient « anarchiquement » à hauteur des feux tricolores du carrefour Charbonnages, dans le premier arrondissement seront installées sur le site de l’ancien cimetière d’Ambowè qui leur a été provisoirement cédé par le maire cet arrondissement, Pierre Claver Mvélé. Il est envisagé d’ériger rapidement un grand hangar avec des étales, sur cet ancien cimetière. Cela en dépit de certaines considérations typiquement africaines sur le respect de la mémoire des disparus qui amènent encore quelques uns à hésiter quant à une prochaine installation sur le lieu indiqué. « Nous sommes ravies de constater que monsieur le maire n’a ...
Lire l'article
Les commerçantes du marché B2 attendent toujours le déguerpissement du marché anarchique d’Awendjé, rappelant que le maire de Libreville, Jean François Ntoutoume, lors de sa tournée d’inspection, le 26 juillet dernier, avait promis de résoudre au plus vite ce problème. En effet, plus de deux mois après cette visite des marchés de la ville, les commerçantes s’interrogent sur le sort de leur revendication et se demandent si le maire de la ville ne les a pas oublié. « Depuis que le maire est passé nous voir, rien n’a été fait par rapport au déguerpissement de nos sœurs qui vendent au rond point ...
Lire l'article
Les commerçantes du Pont Nomba (Owendo, banlieue sud de Libreville), ont demandé jeudi à Owendo, aux responsables de la mairie de cette commune, la construction d'un marché municipal répondant aux normes modernes et aux besoins de leur activité. Les commerçants ont présenté cette doléance lors de la cérémonie de félicitation à l'endroit du nouveau maire d'Owendo, Jeanne Mbagou après à son élection, le mois d’avril dernier à la tête de la commune. « La construction d'un marché municipal est la plus importante des doléances dans notre commune », a lancé la représentante des commerçantes, Jeanne Assengone. Jusque là, cette commune n'a pas encore ...
Lire l'article
Les commerçantes de la commune de Port-Gentil, la capitale économique du Gabon, ont déposé, mardi, une requête auprès du gouverneur de province, dans laquelle elles exigent la suspension du recouvrement des taxes municipales, particulièrement la taxe journalière, au motif que les conseils municipaux ne sont pas encore mis en place et que ce recouvrement revêtait désormais une espèce d’escroquerie, a appris GABONEWS.
Lire l'article
En conflit depuis quelques mois avec les autorités locales au sujet de la cherté des étals, les commerçantes des marchés municipaux d'Oyem et de Ngouema ont trouvé un consensus le 13 mai dernier avec le gouverneur de la province du Woleu-Ntem, Jean Gustave Méviane M'Obiang, avec un échelonnement de l'acquittement des taxes municipales. Le gouverneur de la province du Woleu-Ntem, Jean Gustave Méviane M'Obiang, a réuni le 13 mai dernier à Oyem les commerçantes des marchés municipaux d'Oyem et de Ngouema, les membres de son cabinet ainsi que les responsables de la délégation spéciale d'Oyem pour proposer un compromis relatif à ...
Lire l'article
La présidente de l’association des commerçantes du Gabon, Patience Dabany s’est entretenue lundi avec le gérant du marché municipal, Julien Mpouho Epighat d’Akébé, Youssef Obiang, au centre des discussions, la problématique du coût des boxes et des étales, jugés trop élevés par les commerçantes du marché. Entièrement réhabilité il y a quelques mois, le marché Julien Mpouho Epighat d’Akébé, dans le troisième arrondissement de Libreville, était devenu le théâtre de chaudes altercations entre le gérant et les commerçantes, qui protestaient contre le coût des boxes et des étales. Au départ fixé à 150.000f CFA le boxe et 45.000f CFA les étales, les ...
Lire l'article
Les commerçantes du petit marché d’Akournam II sommées de déguerpir, réclament leur indemnisation
Don de matériels aux femmes commerçantes d’une localité du sud Gabon
Gabon: Le Maire de Libreville visite les marchés provisoires et promet de nouveaux marchés
Gabon: Les commerçantes des Charbonnages s’installent à l’ancien cimetière d’Ambowè
Gabon: Les commerçantes des Charbonnages s’installent à l’ancien cimetière d’Ambowè
Gabon: Les commerçantes du B2 attendent toujours le déguerpissement du marché d’Awendjé
Gabon: Les commerçantes d’Owendo sollicitent la construction d’un marché municipal
Gabon: Les commerçantes de Port-Gentil boudent les taxes municipales
Gabon : La main tendue du gouverneur aux commerçantes d’Oyem
Gabon: Les commerçantes du marché Julien Mpouho d’Akébé dénoncent le coût élevé des étales

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 31 Jan 2010
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*