Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le baptême de feu de « L’Union Nationale » célébré sur fond d’attaques à l’endroit du pouvoir en place

Auteur/Source: · Date: 14 Fév 2010
Catégorie(s): Politique

Réunis, ce dimanche, à Noé Palace, sis en banlieue librevilloise à Okala, pour fêter la création de leur nouvelle formation politique, portée sur les fonts baptismaux le 10 février, les fondateurs de « L’Union Nationale » se sont du reste illustrés en propos belliqueux et offensants à l’endroit des nouvelles autorités gabonaises et du Secrétaire Général du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir), Faustin Boukoubi, qu’ils ont traité de tous les noms d’oiseaux, a constaté GABONEWS.

D’entrée, ce sont les écriteaux portés sur des banderoles arborant les lieux qui tiquaient le visiteur : « Non à la dictature émergente ! », « Non à la dictature d’un clan ! », « Oui pour un Gabon pour tous ! », tels étaient également les slogans scandés, durant la cérémonie, par les responsables et militants du nouveau-né des partis politiques gabonais, « L’Union Nationale » en l’occurrence.

Au menu du premier meeting populaire organisé par la coalition des candidats malheureux de l’élection présidentielle, désormais groupés au sein de l’UN, il y a eu entre autres activités déroulées, la présentation des officiels, l’observation de vingt-sept secondes, que dis-je ? L’observation d’une minute de silence en la mémoire de ceux qu’ils sont convenus d’appeler les victimes des évènements tragiques de Port-Gentil, l’exécution de l’hymne national par des fanfares privés et le fredonnement du fameux appel de Barcelone lancé par AMO national, qui fut d’ailleurs interrompu par une invitée-surprise : la coupure brutale d’électricité.

Comme par télépathie, toute l’assistance de réagir en chœur : « malgré cette coupure-sabotage, on est-là ! », assimilant du coup la coupure d’électricité à un acte commandité par les autorités administratives qui tenteraient, claironnait-on, de boycotter la manifestation.

Après plus d’une trentaine de minutes passées dans l’obscurité et la canicule dans une salle dont l’architecture inflige d’innombrables dommages à ses occupants, voilà la fourniture d’électricité rétablie à la satisfaction et sous les applaudissements nourris des militants et sympathisants de l’Union Nationale, ouvrant ainsi l’épisode des discours aussi fleuves qu’injurieux et ennuyants à l’adresse d’une assistance progressivement altérée, devenue tout aussi amorphe.

De Gérard Ella Nguéma (Secrétaire Exécutif Adjoint) à Zacharie Myboto, en passant respectivement par le Représentant de Ben Bruno Moubamba, Jean Ntoutoume Ngouah, Pierre Claver Nzeng Ebome, Casimir Oyé Mba, Jean Eyéghé Ndong (tous vice-présidents) et André Mba Obame, les membres-fondateurs de l’Union Nationale se sont relayés à l’autel, qui pour justifier leur adhésion à la coalition, qui pour s’insurger contre le pouvoir, qui pour injurier le Secrétaire Général du PDG (suite à l’interview que celui-ci a accordée à RFI et dans laquelle il qualifiait les unionistes de charognards), qui enfin pour dévoiler les circonstances et mobiles de la création du « Grand parti ».

La question que nombre d’observateurs non moins avertis se posaient au sortir du rassemblement était bien celle de savoir si Myboto et consorts n’auraient pas vendu la peau de l’ourse avant de l’avoir abattue, d’autant plus que le président de « L’Union Nationale » n’a guère manqué de préciser que « le parti est déjà créé » et qu’ils « n’attendent plus que le récépissé devant être délivré par le ministre de l’Intérieur.

Pour qui se remémore les tracasseries et humiliations infligées aux leaders de partis par AMO alors qu’il était le tout puissant locataire du ministère en charge de pareils dossiers, il est tout à fait aisé de deviner ce qui pourrait arriver pour la délivrance de « l’acte de naissance » de l’Union Nationale, sans compter les risques de perte de mandats encourus par les élus des formations politiques ayant concédé la fusion qui a enfanté le « Grand parti ». Qui vivra, verra !


SUR LE MÊME SUJET
Ben Moubamba: Union nationale – La réforme ou la mort
Au sortir des tragiques élections gabonaises d’août 2009, l’ensemble des candidats « malheureux » du scrutin présidentiel, ont tenté  de créer une synergie au sein d’un Front du Refus du Coup d’État Électoral. C’est ce processus qui a conduit certains acteurs politiques à mettre en place une Coalition de partis d’Opposition et d’autres (dont j’en suis) à créer le nouveau Parti Union Nationale. De fait, l’Union Nationale s’est dotée d’un Président entouré de Vice-présidents et d’un Secrétariat Exécutif. Lancé tambour-battant le parti UN (1) a rapidement capitalisé autour de fortes ressources humaines et le Peuple Gabonais a repris espoir. Tout ne pouvait être ...
Lire l'article
Gabon : Déchirement au sein de l’ex Union Nationale, Ben Moubemba perce l’abcès
Les propos de Bruno Ben Moubamba ne laissent personne indifférent. « Ce qui est désolant c’est que l’Union Nationale est devenue une sorte de secte à la gloire d’un homme. Ce n’est pas ce qui était prévu. Un co-fondateur de l’UN comme moi doit absolument s’aligner derrière un Grand Stroumpf. Mais ils vont bientôt redécouvrir que j’ai de la ressource et que personne ne me fait peur. On ne me verra jamais aller me ridiculiser pour un homme fut-il le Pape », a déclaré Bruno Ben Moubamba. Et de poursuivre : « Ma belle mère est fang et ma soeur est fang-punu, ...
Lire l'article
La journée nationale des droits de l'homme a été célébrée lundi au Gabon sous le thème "Ethique et déontologie des défenseurs des droits de l'homme". "La célébration de cette journée vise à faire le point des acquis réalisés dans notre pays en matière des droits de l’homme et nous interpelle sur nos devoirs et nos responsabilités, en vue de renforcer les droits de l’homme dans notre pays", a expliqué le secrétaire général du ministère gabonais des droits de l’homme, Mme Christiane Leckat. Selon Mme Leckat, les critères de reconnaissance d’un défenseur de droit de l’homme repose sur le ...
Lire l'article
Lundi, la Cour constitutionnelle a rendu publique la décision prise lors de sa séance plénière du 28 février dernier indiquant que les élus de l’Union nationale (UN, parti de l’opposition dissout après l’auto proclamation et la prestation de serment d’André Mba Obame en tant que président de la République le 25 janvier dernier, suivi de la nomination d’un contre gouvernement), conservent leur mandat électif « à titre individuel ». « Les élus de l’ancien parti politique dénommé Union Nationale conservent leurs mandats à titre individuel, sans préjudice de la constatation de la déchéance de l’un quelconque de ces élus dans ...
Lire l'article
Indignez-vous donc, Mesdames et Messieurs du PDG ! Dans un communiqué publié dans le journal L’Union du lundi 3 janvier 2011, relatif aux détournements constatés à la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), le gouvernement « de l’émergence » a franchi un pas supplémentaire dans la désinformation, le ridicule et l’amalgame, en essayant d’établir une connivence imaginaire entre les dirigeants de l’Union Nationale et des médias étrangers, contre de supposés intérêts du Gabon et du peuple gabonais. En réalité, ce gouvernement ne fait que révéler au grand jour sa fébrilité, sa vacuité, son irresponsabilité et son incompétence proverbiale. Oui, ...
Lire l'article
En voulant défendre le maire de Moanda incarcéré depuis un certain temps à la maison d’arrêt de Franceville, les patrons de l’Union nationale se sont visiblement trompés d’interlocuteur. oanda, Jean Rémy Lépémengoye a été écroué à la prison centrale de Franceville, les responsables de l’Union nationale qui avaient gardé un silence de mort sur cette embarrassante affaire, sont sortie de leur réserve. En effet, les responsables de l’UN étaient, lundi dernier, rencontrer le ministre de l’Intérieur, Jean François Ndongou, pour évoquer l’incarcération à la prison centrale de Franceville, du maire de la cité minière à qui il est reproché d’importantes malversations ...
Lire l'article
Dieu, ‘‘l’éternel des armées’’ a été célébré et invoqué, à la base aérienne 01 de Libreville, à l’occasion de la messe oecuménique d’action de grâce ouvrant les neuvièmes journées de la Défense nationale sous le thème : les forces de défense à l’heure de l’émergence, a constaté un journaliste de l’AGP. Le hangar de la base aérienne 01 de Libreville a été transformé, le temps de ce culte interconfessionnel, en un sanctuaire qui a vu la célébration d’une messe d’action de grâce. Cette journée inaugurale s’est tenue en l’absence de la ministre de la Défense nationale, Angélique Ngoma. Elle y a été, ...
Lire l'article
Le parti regroupant les candidats déchus de la précédente élection présidentielle vient d’être porté sur les fonts baptismaux au Quartier Général de l’Union Gabonaise pour la Démocratie et le Développement (UGDD), avec la dénomination « Union Nationale (UN) », et ayant pour président l’ancien leader de l’UGDD, Zacharie Myboto en l’occurrence, a constaté GABONEWS. Le président de « Union Nationale » est assisté de cinq Vice-présidents qui ont pour noms : Casimir Oyé Mba, Jean Eyeghé Ndong, Pierre Claver Nzeng Ebome, Jean Ntoutoume Ngouah et Bruno Ben Moubamba. L’ancien ministre de l’Intérieur et deuxième dauphin du porte-étendard du Parti Démocratique ...
Lire l'article
Craignant des représailles, les militants de deux prétendants à la victoire à l’élection présidentielle gabonaise ont pris des mesures pour protéger leur favori et les procès-verbaux des bureaux de vote. L’atmosphère était tendue mardi à Libreville. La circulation, habituellement encombrée, était très fluide dans la capitale gabonaise, alors que les forces de sécurité étaient visibles aux carrefours stratégiques où elles avaient été déployées la veille. L’opposant Pierre Mamboundou et l’ex-ministre de l’Intérieur André Mba Obame, qui affirment tous deux avoir remporté la présidentielle ont pris des dispositions « pour protéger les procès-verbaux » des bureaux de vote ainsi que leur candidat. ...
Lire l'article
Elu à la tête de la Commission de l'Union africaine (UA) le 1er février dernier, le gabonais Jean Ping enregistre son baptême de feu : Le problème zimbabwéen pour lequel il revient d'une mission en Afrique australe et à propos duquel il a déclaré, le 7 mai à Arusha (Tanzanie), que le devoir du gouvernement zimbabwéen est d’assurer la sécurité de ses citoyens. Ouverte le mardi 6 mai dernier à Arusha en Tanzanie, la 11è session extraordinaire du Conseil exécutif de l’UA était essentiellement consacrée à au projet d'intégration africaine. La crise zimbabwéenne y a également été évoquée, même si ...
Lire l'article
Ben Moubamba: Union nationale – La réforme ou la mort
Gabon : Déchirement au sein de l’ex Union Nationale, Ben Moubemba perce l’abcès
La journée nationale des droits de l’homme célébré au Gabon sur le thème éthique et déontologie
Politique / Malgré la dissolution l’Union nationale, ses élus à l’Assemblée Nationale conservent leur mandat
Gabon : Union Nationale(UN) le mensonge d’Etat érigé en morale de gouvernement
Union nationale: Se tromper d’interlocuteur
‘‘L’éternel des armées’’ célébré à l’ouverture des 9èmes journées de la Défense nationale
« Union Nationale (UN) »est la dénomination du « Grand parti », créé ce mercredi, par la coalition des candidats perdants de la présidentielle
Gabon – Présidentielle : l’opposition craint attaques et falsifications
Union africaine : Le Gabonais Jean Ping prend son baptême de feu sur la crise zimbabwéenne

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 14 Fév 2010
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*