Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Deux ans de sursis pour industrialiser la filière bois ?

Auteur/Source: · Date: 20 Fév 2010
Catégorie(s): Economie

En vue d’examiner les conséquences de l’interdiction d’exporter les grumes et étudier les mesures d’accompagnement de cette décision, un forum sur la gestion forestière au Gabon a été organisé du 15 au 17 février dernier à Libreville. Ayant rassemblé tous les acteurs du secteur, les travaux ont débouché sur la nécessité d’adoucir l’interdiction d’exportation des grumes en janvier 2010 et ont notamment recommandé un calendrier progressif jusqu’en 2012.
Réunis autour du thème «bilan de la gestion forestière au Gabon et perspectives pour la valorisation des produits forestiers», plus de 500 experts représentant les administrations impliquées, les opérateurs privés de la filière bois, les partenaires au développement, les ONG et les institutions financières internationales ont pris part au forum organisé à Libreville du 15 au 17 février dernier.

La tenue de ce forum est une matérialisation de la recommandation faite le 26 novembre denier à l’Assemblée nationale par le Premier ministre gabonais, Paul Biyoghé Mba, qui avait alors demandé que soient proposés à son gouvernement des mesures concrètes, urgentes et chronologiques relatives à la mesure gouvernementale d’interdire l’exportation des grumes à partir de janvier 2010.

Dans son allocution d’ouverture de ce forum, le chef du gouvernement s’est notamment indigné du «faible taux d’industrialisation [de la filière forêt-bois] un siècle après le début de l’exportation de la première grume de la forêt gabonaise».

Une dizaine de thèmes ont été abordés au cours de ces travaux portant notamment sur les fondements de la mesure d’interdiction d’exportation des grumes ; la forêt et les changements climatiques ; le financement du secteur forêt-bois ; la valorisation des produits ligneux et non-ligneux ; le marché national et international du bois ; etc.

Les travaux ont débouché sur le constat général que la décision d’interdire l’exportation des grumes est louable et salutaire pour le Gabon mais elle se heurte à la réalité de l’état d’industrialisation et donc à l’adaptabilité des opérateurs économiques du pays.

«Passer d’un niveau d’industrialisation variant entre 25 et 45% au niveau maximum de 100% en moins d’une année est fort difficile en raison du temps nécessaire pour la mise en place des usines de transformation», pouvait-on noter lors de la lecture publique du rapport général des travaux.

Aussi, le forum a-t-il proposé un plan d’action et un chronogramme pour la mise en pratique d’une série de mesures. Au titre des actions à réaliser immédiatement, on reteindra la révision de la loi 016/01 du 31 décembre 2001 portant code forestier en République gabonaise ; le dépôt par tous les opérateurs économiques de leur plan d’aménagement et d’industrialisation ; le retrait des permis aux opérateurs en situation irrégulière ; l’obligation pour les opérateurs de transformer 60% de la production de grumes en 2010, 75% en 2011 et 80% en 2012 «avec un plafonnement des exportations des grumes à un volume brut : 1,2 million de m³ en 2010, 1 million de m³ en 2011 et 800 000 m³ en 2012 ; la mise en place de financements publics et d’aménagement fiscalo-douanières pour favoriser l’industrialisation de la filière bois, ou encore la création d’une structure de promotion des produits forestiers à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

Au titre des actions à réaliser sur un champ temporel de deux ans, on a noté, entre autres : La mise en place d’une école des métiers du bois et le renforcement des infrastructures (routes, ports, voie ferrée, énergie).

Concernant les actions à mener sur un horizon de 5 ans, il a été notamment retenu que l’Etat gabonais devra contribuer au financement des inventaires forestiers nationaux, au reboisement, à la conservation et à l’aménagement durable des forets autres que celles qui servent à la production.

La forêt occupe 22 millions d’hectares, soit 80% du territoire gabonais, et le bois en pied est estimé à 2,6 milliards de mètres cubes dont 1,5 sont commercialisables. La part du bois représente 6% du Produit intérieur brut (PIB) hors pétrole, et ce secteur est le principal employeur privé du pays avec environ 15 000 emplois directs et 5 000 emplois indirects, selon des chiffres récents du ministère des Eaux et Forêts. D’autres estimations font état de 30 000 emplois indirects
 


SUR LE MÊME SUJET
Gabon : comment Libreville compte relancer sa filière bois avec Olam
Par Stéphane Ballong Le parc industriel intégré de Nkok sera consacré aux opérateurs de la filière bois. Le parc industriel intégré de Nkok sera consacré aux opérateurs de la filière bois. © Desirey Minkoh pour J.A. Pour favoriser l’industrialisation de la filière bois, le Gabon a inauguré une zone économique spéciale cofinancée par Olam. Attirer près de 700 millions d’euros d’investissements privés (gabonais et étrangers) et favoriser la création de plus de 50 000 emplois à terme. Tels sont les objectifs que le Gabon fixe à sa toute nouvelle zone économique spéciale (ZES), inaugurée le 9 septembre à Nkok, à près de 30 km ...
Lire l'article
Libreville et Paris viennent de signer un accord de conversion d’une partie de la dette gabonaise vis-à-vis de la France pour plus de 970 millions de francs CFA. Cette initiative permettra de créer un Bureau industrie bois (BIB) destiné à appuyer l’industrialisation de la filière bois. A l’occasion de la quatrième réunion du comité d’orientation stratégique de l’accord de conversion de dettes, le 11 février à Libreville, le Gabon et la France ont signé deux nouvelles décisions d’engagement des fonds d’un montant de plus de 970 millions de francs CFA destinées au secteur bois. La convention ...
Lire l'article
Engagé dans un vaste programme d’industrialisation de sa filière bois, le Gabon se dote d’outils pour y parvenir. Après l’adoption du projet de décret fixant les règles et conditions d’accès au fonds créé par l’Etat, le gouvernement a actualisé le 14 octobre l’article 2 du décret relatif à la composition et au fonctionnement du comité pour l’industrialisation de la filière bois. Réuni le 14 octobre à Libreville, le Conseil des ministres a adopté le projet de décret portant modification de l’article 2 du décret N° 001031/PR/MEF du 1er décembre 2004, sur la composition et le fonctionnement du comité ...
Lire l'article
La première réunion relative à la mise sur pied de l’industrialisation de la filière bois s’est tenue le 23 septembre. Présidée par les ministres des Eaux et Forêts, Martin Mabala, et du Travail, Maxime Ngozo Issoundou, cette rencontre visait la mise en place des stratégies de lancement de la phase d’industrialisation, ainsi que les moyens de régulation de celle-ci dans le pays. Dans le cadre l’industrialisation de la filière bois, le ministre des Eaux et Forêts, Martin Mabala, et son collègue du Travail, Maxime Ngozo Issoundou, ont tenu le 23 septembre à Libreville avec les opérateurs de cette filière, la ...
Lire l'article
Dans le cadre de la nécessité d’industrialiser la filière bois au Gabon qui découle de l’interdiction d’exportation des grumes, le chef de l’Etat a annoncé le 4 mars à Port-Gentil une série de mesures d’accompagnements pour les opérateurs du secteur. Il s’agit notamment de la mise en place d’un fonds de soutien de 20 milliards de francs CFA, de l’exonération temporaire des droits d’entrée des matériels et équipements de transformation du bois. Les opérateurs de la filière bois au Gabon sont désormais fixés sur la nature des mesures d’accompagnement mises en place par l’Etat pour accompagner le ...
Lire l'article
Le Premier ministre gabonais, Paul Biyoghé Mba, a confirmé l'interdiction d'exporter le bois en grumes, tout en promettant des mesures d'accompagnement lors d'un forum sur la gestion forestière à Libreville. "Nous devons engager immédiatement l'industrialisation de la filière du bois", et l'interdiction d'exporter le bois en grumes (arbre abattu, mais resté brut avec son écorce, ndlr), décidée en novembre, en "est le moyen", a affirmé à l'AFP le Premier ministre en quittant le forum lundi 15 février à Libreville.. "Il y a aura des mesures d'accompagnement sur le plan législatif, fiscal, douanier, économique. Il faudra aider les opérateurs économiques de la ...
Lire l'article
Un délai de trois mois a finalement été accordé aux exploitants forestiers gabonais pour évacuer les stocks de grumes qui faisaient déjà l’objet d’une commande par un importateur étranger. Ce sursis doit permettre aux opérateurs économiques du secteur bois d’atténuer la brutalité de l’interdiction de l’exportation des grumes entrée en vigueur le 1er janvier dernier. Le gouvernement gabonais a du concéder aux exploitants forestiers un délai de trois mois supplémentaires pour pouvoir honorer les commandes de grumes dont les taxes et redevances douanières avaient déjà été payées. Réunis le 1er février dernier autour du ministre de tutelle, ...
Lire l'article
La Commission interministérielle de suivi des mesures de sortie de crise de la filière bois a tenu une réunion le 13 mars dernier à Libreville pour dresser le bilan de leurs travaux sur les moyens de redresser ce secteur durement touché par la crise. La concertation des différents acteurs de ce secteur qui interviennent notamment dans le transport et la logistique des grumes a permis d’adopter des mesures incitatives susceptibles de permettre aux opérateurs du secteur de surmonter la baisse de la demande extérieure induite par la récession économique mondiale. Face aux dommages collatéraux engendrés par la dégradation de ...
Lire l'article
Le ministre de l’Economie forestière, Emile Doumba, a réuni, le 1er décembre dernier à Libreville, les acteurs privés et publics de la filière bois du Gabon en vue de faire le point sur la santé du secteur et les moyens de prévenir les répercussions de la dégradation des marchés occidentaux sur les exportations nationales. Les techniciens du ministère de tutelle ont dressé un bilan inquiétant de la filière gabonaise du bois, dû notamment à la baisse de la demande européenne et asiatique. Tandis que les opérateurs économiques ont affiné cette analyse en dressant un panorama de leurs activités respectives. Face ...
Lire l'article
Prévue vendredi matin dans l’auditorium du ministère de l’Economie forestière, des Eaux, de la Pêche et de l’Aquaculture, la réunion entre le gouvernement et les opérateurs économiques intervenant dans le secteur du Bois au Gabon, et à laquelle ont été également conviés les Organisations non gouvernementales, autour du titulaire de ce département ministériel, Emile Doumba, a été reportée sine die, a fait savoir le secrétaire général dudit ministère, Michaël Adandé, aux participants présents dans cette enceinte. D’après le secrétaire général, cette décision de report est une demande expresse de son ministre bloqué à l’intérieur du pays, à cause vraisemblablement ...
Lire l'article
Gabon : comment Libreville compte relancer sa filière bois avec Olam
Gabon : 970 millions de FCFA pour l’industrialisation de la filière bois
Gabon : Un nouveau pas vers l’industrialisation de la filière bois
Gabon : Comment industrialiser la filière bois ?
Gabon : Ali Bongo sort son attirail d’industrialisation de la filière bois
Gabon: Vers l’industrialisation de la filière bois ?
Gabon : Trois mois de sursis pour évacuer les grumes
Gabon : La filière bois s’organise pour sortir du bourbier
Gabon : La filière bois perd des billes
Gabon: Crise du Bois / L’Atelier sur la conjoncture économique de la filière en 2008 entre la tutelle et les opérateurs économiques reportée sine die


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 20 Fév 2010
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*