Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : La rupture à 56 milliards FCFA de Sarkozy

Auteur/Source: · Date: 24 Fév 2010
Catégorie(s): Coopération

Six accords de partenariat ont été signés ce 24 février à Libreville par le président français, Nicolas Sarkozy, et son homologue gabonais, Ali Bongo, pour un montant global de 56,33 milliards de francs CFA. Ces accords qui couvrent principalement les domaines économiques et militaires sont censés poser les bases de nouvelles relations plus transparentes et moins «paternalistes» entre la France et le Gabon.
Au terme de sa visite éclair de 24 heures sur le sol gabonais, le président français Nicolas Sarkozy a signé ce 24 février à Libreville une série d’accords de partenariat avec son homologue gabonais, Ali Bongo.

Le premier accord pose les bases d’un partenariat économique stratégique entre les deux pays ; le second s’intéresse au volet militaire en instituant un nouveau partenariat de défense ; le troisième accord concerne les échanges relatifs aux jeunes professionnels, alors que les 4e et 5e accords portent sur le projet d’appui à la formation professionnelle au Gabon et le projet d’assainissement de la ville de Port-Gentil.

Le sixième accord porte sur deux projets, concernant la reconstruction d’urgence du pont Boulingui dans la zone d’Oloumi et le développement et l’investissement agricole au Gabon ont également été signés.

Ces accords s’inscrivent dans le cadre du «nouveau partenariat» brandi par le président français comme la concrétisation de sa politique de «rupture» avec la Françafrique. Comme l’a expliqué Nicolas Sarkozy dans son discours, «c’est un nouveau contrat que je suis venu vous proposer, un nouveau contrat basé sur une relation décomplexée».

«La présence militaire française sur le continent africain repose sur des accords conclus il y a maintenant 50 ans dans un contexte radicalement différent. (…) Ce contexte a complètement changé», a expliqué le chef de l’Etat français.

«Nous avons l’accord du 17 août 1960 sur le 6e BIMA, qui est un élément majeur de notre coopération militaire. Je sais parfaitement que nous sommes à vos côtés en RCA où nous assurons le soutient de la MICOPAX que copilote le Gabon», a-t-il notamment relevé.

«Je souhaite que nos accords de défense soient maintenant d’une totale transparence. Il n’y a pas à accepter de secrets en la matière, l’accord que nous signons sera déposé sur les bureaux de nos deux Parlements. Ces accords seront publiés et il n’y aura pas de clauses secrètes. Nous sommes ici parce que vous le souhaitez, pour vous aider à la formation de vos forces armées», a assuré Nicolas Sarkozy.

«Monsieur le président, que le premier accord que nous signons avec le Gabon montre ce que vous dites vous le faites», a-t-il conclu.

Pour conduire à bon port son projet d’émergence, Ali Bongo, dans son discours qui a précédé l’intervention de Nicolas Sarkozy, a souhaité que la France soit aux côtés du Gabon pour appuyer ses efforts de modernisation économique, industrielle, mais aussi politique.

Dans son discours, Ali Bongo a réaffirmé sa volonté de faire du Gabon un pays prospère malgré les contraintes réelles et les doutent de certains.

«Face à tous ceux qui doutent de notre volonté de construire un Gabon émergent, juste et crédible, nous répondons, monsieur le président, comme les jeunes de Libreville et tous ceux des provinces du Gabon : laissez nous avancer !», a-t-il lancé.

«Face à ceux qui doutent encore de la solidité de notre partenariat, nous disons : laissez nous avancer ! Face aux esprits négatifs qui refusent à dessein de reconnaitre l’évolution positive du Gabon, nous disons : laissez nous avancer ! Face aux afro-pessimistes et à ceux qui avaient prévu le pire pour le Gabon, et à ceux qui doutent de nos capacités, nous réitérons : laisser nous avancer !», a-t-il renchérit, avant de conclure «Laissez nous avancer, nous savons que nous trébucherons, nous savons que nous chancèlerons, mais nous nous relèverons et nous avancerons».
 


SUR LE MÊME SUJET
Le chef de la délégation de l’Union européenne au Gabon, Thierry Mathisse, vient de signer à Libreville avec les ministres de l’Economie, Magloire Ngambia, et du Budget, Blaise Louembé, deux accords de financements pour la dynamisation du commerce et la gestion des finances publiques pour près de 2,5 milliards de FCFA. La coopération européenne vient d’inaugurer le 10e Fonds européen de développement (FED) avec la signature à Libreville de deux conventions de financements pour la dynamisation du commerce et l’amélioration de la gestion des finances publiques. Signé pour la partie gabonaise par le ministre de l’Economie, Magloire Ngambia, le premier ...
Lire l'article
Le vice-président de l’Union nationale, Bruno Ben Moubamba, a dénoncé ce matin dans la presse française le séjour gabonais du président Nicolas Sarkozy, qui ne remplirait pas ses promesses de rupture avec la Françafrique entretenue par ses prédécesseurs. Brandi en étendard par le président français lors de sa visite au Gabon, le renouveau des relations franco-gabonaises consacré par la série de nouveaux accords entre les deux pays ne fait pas l’unanimité au sein de la classe politique locale. Ce 25 février, la presse française publie une interview du vice-président de l’Union nationale (UN, opposition), Bruno Ben Moubamba, candidat malheureux à ...
Lire l'article
Quelle urgence avait Nicolas Sarkozy à se rendre une troisième fois au Gabon depuis son élection? A l’issue de sa courte visite sur place, la réponse n’est pas évidente. Pour l’essentiel, le chef de l’Etat a paraphé, ce mercredi, un nouvel accord de défense qui confirme le maintien de la base militaire tricolore à Libreville (au détriment de Dakar, qui sera fermée) et institue des rapports plus transparents entre les deux pays. Le document sera soumis au Parlement, puis rendu public, a promis le chef de l’Etat. Critiqué pour avoir renié ses promesses de rupture avec les usages de la Françafrique, ...
Lire l'article
Lors de sa visite au Gabon, le chef de l'Etat a apporté ce mercredi son soutien au nouveau président Ali Bongo, le fils d'Omar Bongo, tout en affirmant que la politique de la France avait changé. Franceville, fief de la famille Ali Bongo, gros bourg africain flanqué d'un aéroport international, accueille Nicolas Sarkozy en début de matinée. "Un ami", peut-on lire sur les banderoles tendues sur la façade en béton du terminal. La rupture avec la "Françafrique", annoncée par le président français au début de son quinquennat, semble loin. C'est sa troisième visite depuis son élection. Dans un univers africain instable, ...
Lire l'article
Nicolas Sarkozy est attendu au Gabon mercredi puis au Rwanda jeudi. A Libreville, le président de la République signera de nouveaux accords de défense avec le Gabon, censés incarner la "rupture" souhaitée par la France en Afrique. A Kigali, il s'agira avant tout d'une visite symbolique, supposée marquer la détente des relations franco-rwandaises. Deux visites déjà très commentées. La dernière fois qu'il s'est rendu en Afrique, c'était déjà au Gabon. Nicolas Sarkozy avait alors été sifflé par une dizaine de jeunes à son entrée dans le palais présidentiel de Libreville, où se tenaient les obsèques du président Omar Bongo, le ...
Lire l'article
Le président français Nicolas Sarkozy et son homologue djiboutien Ismaël Omar Guelleh ont évoqué un projet de nouvel accord de partenariat de défense, à l'occasion d'une escale du chef d'Etat français à Djibouti mardi, a-t-on appris de sources officielles. Il s'agit "des différents volets de la relation bilatérale entre la France et Djibouti, et notamment le projet de nouvel accord de partenariat de défense, destiné à remplacer l'accord conclu en 1977", indique un communiqué de l'Elysée publié mercredi. Arrivé de La Réunion, M. Sarkozy a effectué mardi soir une brève escale à Djibouti, où il a eu une rencontre avec son ...
Lire l'article
La Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC) et la Banque africaine de développement (BAD) ont procédé jeudi dernier, à Libreville, à la signature d’un accord de financement et d’appui à la conservation des écosystèmes du Bassin du Congo. Cette signature a eu lieu présence de Bassary Touré, représentant régional de la BAD et de Louis Sylvain Ngoma, secrétaire général de la CEEAC. Cet accord de 23, 6 milliards de francs CFA qui sera débloqué sur cinq ans sera affecté pour la protection des ressources forestières et l’appui aux institutions spécialisée de la CEEAC, précisément la Commission des forêts d'Afrique Centrale (COMIFAC). Aussi, ...
Lire l'article
Un an après un voyage éclair de six heures à Luanda, Nicolas Sarkozy renoue jeudi et vendredi avec l'Afrique pour un périple tout aussi minuté à Kinshasa, Brazzaville et Niamey conçu comme un exemple des liens rénovés qu'il veut instaurer avec le continent noir. En visite en Afrique du Sud en février 2008, le chef de l'Etat avait jeté les bases d'un nouveau "modèle de relations" franco-africaines, enfin débarrassé des outrances de la "Françafrique". Mais la rupture annoncée reste balbutiante, illustrée par le départ précipité il y a un an du secrétaire d'Etat à la Coopération, Jean-Marie Bockel. C'est donc avec ...
Lire l'article
La directrice des opérations de la Banque mondiale pour les pays de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC), Mary Barton-Dock, a signé le 27 janvier à Yaoundé, au Cameroun, avec le gouverneur de la Banque des Etats d’Afrique centrale (BEAC), Philibert Andzambé, un accord de financement pour le renforcement des capacités des institutions financières de la sous région. Sur les 22 milliards de FCFA consentis par le Banque mondiale à travers l’International développement agency (IDA), 8 milliards de FCFA le sont sous forme de don, contre 14 milliards de FCFA contracté au titre d’un prêt préférentiel. ...
Lire l'article
"L'armée française n'est pas là pour soutenir des régimes" en Afrique, a affirmé mercredi le président français Nicolas Sarkozy, qui s'est en revanche engagé à soutenir "les régimes démocratiques". Nicolas Sarkozy, qui s'exprimait à l'occasion de la 16e conférence des ambassadeurs, a renouvelé son engagement à réviser de manière systématique les accords de défense qui lient la France et les Etats africains. "J'ajoute que tous ces accords, je souhaite qu'ils soient publiés", a-t-il dit. "Nous voulons soutenir les régimes démocratiques", a cependant ajouté le chef de l'Etat français, citant en exemple l'action française en Mauritanie.
Lire l'article
Gabon : Près de 2 milliards de FCFA de l’UE pour booster le commerce
Gabon : Ben Moubamba dénonce la «fausse» rupture de Sarkozy
Au Gabon, Sarkozy rejoue l’air de la rupture
Sarkozy au Gabon, entre tradition et rupture
Afrique: La rupture selon Sarkozy
Sarkozy à Djibouti : projet de nouvel accord de défense
Gabon: Coopération: la BAD signe un accord de 23, 6 milliards FCFA avec la CEEAC
Sarkozy de retour en Afrique pour y réaffirmer le virage de la rupture
BEAC : 22 milliards FCFA de la Banque mondiale pour renforcer les institutions financières
La France “n’est pas là pour soutenir des régimes” en Afrique, plaide Nicolas Sarkozy


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 24 Fév 2010
Catégorie(s): Coopération
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*