Socialisez

FacebookTwitterRSS

L’opposition gabonaise dans les bras de Sarkozy

Auteur/Source: · Date: 27 Fév 2010
Catégorie(s): Françafrique,Politique

Huit partis se réclamant de l’opposition, ont profité d’une rencontre avec le président français Nicolas de passage à Libreville, pour lui remettre un mémorandum de doléances et solliciter son soutien, dans la perspective des prochaines échéances électorales.
Les responsables de huit partis de l’opposition gabonaise ont remis à Nicolas Sarkozy, de passage à Libreville mercredi dernier, un mémorandum de doléances. Cette curieuse démarche souligne un fait : l’opposition gabonaise a toujours du mal à se démarquer de la paternité française. Elle est toujours encline à chercher le soutien du président de la France.

Certains opposants, après avoir vainement recherché le soutien de l’Elysée avant et pendant la dernière élection présidentielle gabonaise, se sont à nouveau mis à l’évidence pour aller pleurnicher dans les bras du président Sarkozy, comme le fait tout gamin qui cherche du reconfort auprès de son père. Et en bon père et fin politicien, Sarkozy a joué le jeu, en qualifiant d’utile l’entretien qu’il a eu avec l’opposition gabonaise, question de faire baisser le thermomètre.

En dehors ‘’d’éclaircir des malentendus’’ relatifs aux accusations de soutien de la France à Ali Bongo Ondimba, l’opposition pense-t-elle avoir infléchi, dans un entretien de moins d’une heure, la volonté de Sarkozy d’accompagner le président gabonais dans sa courageuse entreprise de transformer le Gabon ?

En fait de malentendus, il fallait comprendre que le président français, Nicolas Sarkozy, très remonté, après avoir écouté le discours à la limite indécent de Zacharie Myboto à son endroit, a demandé au porte-parole de la délégation, Myboto, de s’excuser publiquement pour comportement outrageant, a révélé Moussavou King, un autre membre de cette délégation.

Nous avons cru entendre le président de l’Union nationale (UN), Zacharie Myboto, parler de contact utile dans l’intérêt supérieur du Gabon et de nos relations bilatérales. Moralement, cela réconforte, mais sur le plan strictement politique, il n’y a pas beaucoup de perspective qui devait enchanter l’opposition dans cette démarche pour le moins bancale.
Les questions de transparence électorale et de biométrie que Zacharie Myboto évoque ne sont pas un programme de gouvernement. Si avec l’union gabonaise pour le développement et la démocratie (UGDD), Myboto n’a pas gagné grand-chose, est-il sûr d’avoir la majorité avec l’UN ? Ce n’est pas évident. André Mba Obame peut tout au plus avoir quelques sièges dans le Woleu-Ntem, sans plus, mais cela ne suffira pas pour avoir une majorité à l’Assemblée nationale.

Avant de ressasser sur la transparence électorale en 2011, année des législatives, il faut que l’opposition sache qu’il y aura sur le terrain en 2011 trois grandes forces pour la conquête de 120 sièges, le parti démocratique gabonais (PDG), l’Alliance pour la construction et la restauration (ACR) et l’UN.

A ce titre, le PDG est sur le terrain depuis trois mois, les responsables de ce parti s’organisent pour être prêts en 2011. Pendant ce temps, que font les autres ? Ils multiplient les show à la télévision en revenant sur une élection qui appartient désormais au passé. L’opposition doit faire surtout un travail d’explication sur le terrain. Ce n’est pas en glissant sur les élucubrations institutionnelles et faire de l’extravagance, qu’elle va prendre le pouvoir. Alors, au lieu de faire comme le PDG, l’opposition gabonaise a préféré aller s’éponger les yeux dans les bras de Sarkozy. Et si demain on dit qu’elle est allée chercher le soutien de Sarkozy pour arriver au pouvoir, elle va se défendre en répétant que ‘’ce contact était utile dans l’intérêt supérieur du Gabon’’, qu’est-ce que cela veut dire si ce n’est demander le soutien de la France pour arriver au pouvoir ?

Cela marche quand Sarkozy reçoit et console l’opposition, mais pour peu que le même où les membres de la diplomatie française prononcent des mots aimables vis-à-vis du président Ali Bongo Ondimba ou de son action, l’opposition gabonaise se rue dans les brancards pour crier que l’Elysée met entre parenthèses le processus démocratique au Gabon.
En dehors du vice-président de l’UN, Bruno Ben Moubamba, qui a jugé inopportun l’entretien entre Sarkozy et l’opposition, les autres ont raté une occasion de montrer aux yeux de l’opinion leur incapacité à rompre avec les méthodes ‘’France Afrique’’ qui consistaient, entre autres choses, à aller solliciter aide et assistance auprès de l’ancienne colonie.

Cette démarche dénote qu’on est resté attaché à cette logique d’avoir recours systématiquement à l’ancienne puissance coloniale pour arranger une palabre entre deux frères. La manière dont l’opposition s’est montrée toute heureuse d’avoir obtenu un entretien avec Sarkozy est un bon signe qui montre l’état d’esprit de l’opposition, avec ses avancées incertaines, ses retards dans la conception des idées novatrices et ses reculades en confortant les réseaux ‘’françafrique’’.

(Par PR. BIYAMBOU)


SUR LE MÊME SUJET
Concertation autour Premier Ministre : « On attend que la sagesse prévale dans ce genre de discussion », Pierre Claver Maganga Moussavou (opposition)
A l’issue de la concertation initiée, hier à la primature par le Premier-Ministre avec tous les partis politiques du pays dans la perspective des élections législatives de décembre prochain, Pierre Claver Maganga Moussavou (président du Parti Social Démocrate, opposition), a déclaré qu’ « on attend que la sagesse prévale dans ce genre de discussion ». « Il n’y aura pas d’élection dans ces conditions. C'est-à-dire que nous avons dit : pas de biométrie, pas de transparence et pas d’élection au Gabon», a réaffirmé, Pierre Claver Maganga Moussavou d’un ton ferme ajoutant qu’ « on a toujours dit qu’il fallait reporter ...
Lire l'article
La dernière trouvaille du Pouvoir illégitime d’Ali BONGO ONDIMBAAprès avoir décidé unilatéralement de réviser la Constitution de la République, dans l’unique optique de renforcer un pouvoir que les gabonais lui ont clairement refusé dans les urnes, Ali BONGO ONDIMBA vient de franchir un pallier supplémentaire sur l’échelle de la négativité politique, en ordonnant à la Cour constitutionnelle de fabriquer de vrais- faux procès verbaux de l’élection présidentielle du 30 août 2009, afin d’en inverser les résultats. Tripatouiller la loi fondamentale du pays, au mépris des engagements internationaux dûment ratifiés par le Gabon et du bon sens politique le plus élémentaire, ...
Lire l'article
La tête de file de l’Union Nationale, Zacharie Myboto, sommée par Nicolas Sarkozy de retirer ses propos injurieux à son endroit, les « Unionistes » qui, hors de leur tanière, fustigent les mesures gouvernementales prises à la faveur du Conseil des ministres délocalisé de Port-Gentil et l’Economie numérique qui devient une affaire de l’administration gabonaise toute entière, tels sont, entre autres, les sujets-pilotes astiqués par la presse écrite locale au courant de la semaine qui s’achève. Refrains compilés: NICOLAS SARKOZY ENGUEULE ZACHARIE MYBOTO Ouvrons le bal de notre excursion médiatique, par cette actualité qui n’a pas fini d’alimenter la ...
Lire l'article
André Mba Obame, un des principaux opposants gabonais, a affirmé vendredi que "personne n'attendait le président Sarkozy avec des flèches", mais lui a "conseillé" de "rencontrer tous les responsables politiques gabonais" pendant sa visite au Gabon le 24 février. "Personne n'attend le président Sarkozy avec des flèches, mais nous l'attendons et souhaitons sa venue pour éclaircir beaucoup de zones d'ombre, pour lever des équivoques et des malentendus (...)", a affirmé André Mba Obame, ex-ministre de l'Intérieur, aujourd'hui secrétaire exécutif de l'Union nationale, un parti d'opposition né en février du rassemblement de plusieurs importantes personnalités gabonaises et de trois partis. "Si j'ai un ...
Lire l'article
L'association française de lutte pour l'assainissement des relations franco-africaines, Survie, a récemment lancé un appel aux députés français afin qu'ils saisissent le gouvernement sur l'implication de la France dans le processus élecoral. Dans une correspondance aux parlementaires français, que nous publions in extenso, Survie demande notamment l'invalidation des résultats officiels, après les félicitations «précipitées» du président Sarkozy avant même la fin du contentieux électoral, et l'éclaircissement du rôle de Robert Bourgi, le «monsieur Afrique» des couloirs de l'Elysée, dans l'élection d'Ali Bongo à la tête de l'Etat gabonais. © D.R. En haut, Le président français, Nicolas ...
Lire l'article
La presse internationale épinglait vendredi Nicolas Sarkozy pour des propos peu amènes, démentis par l'Elysée, qui lui ont été prêtés par le journal français Libération sur des dirigeants étrangers, dont le Premier ministre espagnol José Luis Rodriguez Zapatero. En Espagne, où le président français se rendra en visite officielle les 27 et 28 avril, la presse reprend en choeur une pique supposée de M. Sarkozy mettant en doute l'intelligence de M. Zapatero, critiquant à l'instar d'ABC (droite) "le complexe de supériorité" du dirigeant français. "Stupide, immature, hors de propos: le jugement de Sarkozy sur ses homologues", titrait en Une le quotidien britannique ...
Lire l'article
Face à l’échec de la tentative d’intimidation des enseignants grévistes, le gouvernement a décidé le 13 novembre d’accéder sans délais à deux des revendications de la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation (CONASYSED) : le paiement des rappels de solde et l’octroi de la prime d’incitation. Des élèves de différents établissements secondaires publics de Libreville ont manifesté dans les rues de Libreville pour dénoncer l’inertie du gouvernement face à la crise du secteur de l’éducation qui paralyse les cours depuis 5 semaines et fait planer le spectre d'une année blanche. Le gouvernement a mis de l’eau dans son ...
Lire l'article
Face à l’échec de la tentative d’intimidation des enseignants grévistes, le gouvernement a décidé le 13 novembre d’accéder sans délais à deux des revendications de la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation (CONASYSED) : le paiement des rappels de solde et l’octroi de la prime d’incitation. Des élèves de différents établissements secondaires publics de Libreville ont manifesté dans les rues de Libreville pour dénoncer l’inertie du gouvernement face à la crise du secteur de l’éducation qui paralyse les cours depuis 5 semaines et fait planer le spectre d'une année blanche Le gouvernement a mis de l’eau dans ...
Lire l'article
Pierre Mamboundou (UPG) Le président de l'Union du Peuple Gabonais (UPG) principal parti politique de l'opposition gabonaise, Pierre Mamboundou, a reçu samedi à Libreville, les vœux de nouvel an de ses militants et sympathisants au cours d'une crémonie organisée au centre sportif de la zone industrielle d'Oloumi. La présentation des vœux au président de l'UPG a été précédée par une prière faite par une militante qui a imploré le Tout-puissant pour qu'il comble de bienfaits, les membres de cette famille politique, avec pour ambition, la conquête du pouvoir dans les formes et les normes démocratiques. Les allocutions de la coordination générale de ce ...
Lire l'article
Les représentants de la majorité présidentielle et ceux de l'opposition gabonaise seront dimanche prochain, en face aux journalistes, sur la première chaîne de télévision nationale (RTGI) à Libreville, en vue de débattre des questions relatives, entre autres, aux prochaines échéances locales du mois d'avril, a appris GABONEWS des sources officielles.
Lire l'article
Concertation autour Premier Ministre : « On attend que la sagesse prévale dans ce genre de discussion », Pierre Claver Maganga Moussavou (opposition)
GABON : vers un bras de fer Opposition Politique contre Ali BONGO ONDIMBA pour le contrôle du Pouvoir… !?
Revue de la presse : « Myboto engueulé par Sarkozy – L’Union Nationale bille en tête – Le numérique s’invite dans l’administration gabonaise »
Gabon: l’opposition gabonaise aimerait rencontrer le président Sarkozy
France : «Survie» appelle les députés à déjuger Sarkozy sur l’élection gabonaise
Sarkozy épinglé dans la presse mondiale pour des propos sur ses pairs, malgré les démentis
Gabon : Menga lâche du lest dans le bras de fer avec les enseignants
Gabon : Menga lâche du lest dans le bras de fer avec les enseignants
Gabon: Le président de l’UPG (opposition gabonaise) reçoit les v?ux de nouvel An de ses militants
Gabon: Grand débat télévisé Majorité et Opposition gabonaise dimanche prochain sur la RTG I

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 27 Fév 2010
Catégorie(s): Françafrique,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*