Socialisez

FacebookTwitterRSS

Politique : L’opposition se couvre de ridicule

Auteur/Source: · Date: 27 Fév 2010
Catégorie(s): Photos,Politique

Lors d’un entretien obtenu avec le président français, Nicolas Sarkozy mercredi à Libreville, les responsables de huit partis politiques de l’opposition, lui ont remis un mémorandum en vue de susciter son soutien à notre démocratie.

Est-ce une distraction de plus ? Tout est-il que huit partis de l’opposition on rencontré le président français, Nicolas Sarkozy, lors de son séjour dans notre pays, à l’effet de l’exhorter à soutenir, selon eux, sincèrement, l’émergence d’une démocratie effective dans notre pays.

Qui sont donc ces opposants qui ont décidé d’aller rencontrer le chef de l’Etat français ? Il s’agit d’Alexandre Ndaot Riloghé (PDS), d’Augustin Moussavou King (PSG), de Louis Gaston Mayila (UNPR), de Pierre André Kombila (RNB), de Benoît Mouity Nzamba (PGP), de Léon Mbou Yembi (FAR), de Jules Aristide Bourdès Ogouliguendé (CDJ), d’Henri Séné Ingueza (CDJ), de Pierre Claver Zeng Ebome, d’André Mba Obame, de Casimir Oyé Mba, de Jean Eyéghé Ndong et de Zacharie Myboto.

Les quatre derniers sont tous membres fondateurs de l’Union nationale, dernier né des partis politiques militant dans l’opposition. Que réclament exactement ces opposants ayant sollicité l’implication et l’ingérence de notre ancienne puissance coloniale dans nos affaires intérieures ? Les auteurs du mémorandum ont classé leurs revendications en deux catégories.
Premier aspect, intitulé la transparence électorale, met en exergue le recentrage des compétences de la cour constitutionnelle en matière électorale, le retour au scrutin à deux tours pour les élections uninominales, la mise à plat du fichier électorale, l’introduction de la biométrie dans le fichier électoral et la réforme de la commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP).
Le deuxième aspect concerne les libertés publiques. A ce propos, ils ont évoqué le statut des dirigeants des syndicats et des partis politiques, l’accès égal des partis politiques aux médias publics, l’autorisation et l’encadrement des meetings et autres marches des partis politiques, des syndicats et des citoyens organisés ; la libre organisation des partis politiques dans le strict respect des dispositions de la loi 24/96 y relative.

Ils ont réclamé la légalisation sans délai de l’Union nationale et la non remise en cause des mandats des élus des partis politiques ayant fusionné ; l’encadrement du contrôle des communications (téléphone, SMS et Internet) ; la libre expression des médias privés.

Particulièrement la couverture nationale de TV+ qui, affirment-ils, est rendue impossible depuis le 3 septembre 2009 à cause de l’occupation par les militaires, des équipements de retransmission de la chaîne ; la protection de la liberté d’opinion des agents publics dans le respect de leurs obligations de réserve dont beaucoup ont fait l’objet de véritable chasse aux sorcières au sortir de l’élection présidentielle du 30 août 2009.
Un texte qui suscite commentaires et analyses, que partage d’ailleurs un des membres influents de l’opposition ayant pris part à la rencontre. Il s’agit du président du Parti socialiste gabonais (PSG), Augustin Moussavou King. Pour lui, le document soumis par eux à Nicolas Sarkozy est mal ficelé et contient de graves carences. Selon lui, en effet, le mémorandum aurait dû comporter deux colonnes, une où figurent toutes les revendications, et l’autre où sont énumérées toutes les propositions de l’opposition.
Or, le texte de ceux qui, aujourd’hui, se présentent comme les ténors de l’opposition, à savoir les présidents Zacharie Myboto, Pierre André Kombila Koumba, Louis Gaston Mayila, les Vices-présidents Jean Eyéghé Ndong et Pierre Claver Zeng Ebome, et le secrétaire exécutif de l’Union nationale, André Mba Obame, ne fait qu’égrener un chapelet de revendications déjà connues de tous.

Après la lecture dudit mémorandum, on a frôlé le pire mercredi dernier lors de cette rencontre. Le président Myboto, parlant au nom de l’opposition, a évoqué des lieux communs. Il a affirmé que c’est à cause de la France que l’aspiration profonde des populations gabonaises au changement ne s’est pas traduite lors du scrutin présidentiel anticipé. Dans leur document remis ensuite au président Nicolas Sarkozy, le président Zacharie Myboto et les siens n’ont pas fait dans la dentelle.

Ils ont publiquement accusé le chef de l’Etat français, auteur d’une ingérence extérieure, qui aurait favorisé l’élection d’Ali Bongo Ondimba à la magistrature suprême. Le porte-voix de l’opposition, qui a réitéré les mêmes attaques lors de la rencontre avec le président Sarkozy, a suscité la colère de ce dernier. On a frisé l’incident diplomatique. Suite à ces propos, le numéro un français a exigé, séance tenante, le retrait des propos du président Myboto, qualifiés d’injurieux.
La tension était montée d’un cran et, à cet instant, la rencontre a failli finalement tourner court. N’eurent été les explications données sur fond de regrets et d’excuses par certains de ses camarades, Nicolas Sarkozy aurait envoyé ‘’paître ses interlocuteurs du jour’’, nous a encore confié Moussavou King. En somme, Zacharie Myboto a voulu ressasser la vieille litanie de l’opposition, qui veut faire croire aux Gabonaises et aux Gabonais, que la France a joué un rôle particulier dans l’élection d’Ali Bongo Ondimba. ‘’Je n’accepte pas de me faire insulter’’, aurait lancé le chef de l’Etat français à l’endroit du président Myboto.

Cette conviction, selon le porte-voix des opposants, s’appuie sur l’attitude des médias publics français qui, après le décès du président Omar Bongo Ondimba, présentaient son fils comme son successeur possible. De même, l’opposition a mis sur le dos des autorités françaises, les déclarations de certaines personnalités politiques, à la limite, marginales, qui ont voulu faire croire que la France avait fait le choix d’Ali Bongo Ondimba, pour succéder au président défunt.
En réalité, les adversaires de l’actuel chef de l’Etat qui se disent avoir la science infuse, sont à court d’arguments. Comment comprendre que certains d’entre eux, autrefois membres influents du PDG, ont refusé de se soumettre à la discipline du parti qui leur a tout donné ? Militants de premier plan, André Mba Obame, Jean Eyéghé Ndong, Casimir Oyé Mba et Paulette Missambo, pour ne citer que ceux-là, ont refusé d’accepter le choix des militants qui ont jeté leur dévolu sur le vice-président du PDG, Ali Bongo Ondimba, comme leur candidat au scrutin présidentiel anticipé du 30 août dernier.

Or, les opposants ont vite fait d’oublier le discours tenu, quelques heures plus tôt, à la cité de la Démocratie par le chef de l’Etat français. Nicolas Sarkozy avait souligné que notre pays avait fait preuve de maturité en confirmant son ancrage à la démocratie, après cette élection présidentielle. Comme le président français, tout le monde reconnaît que cette élection qui a donné lieu à des débats animés, a aussi engendré frustrations et contestations. Qu’à cela ne tienne, notre pays a franchi cette étape, ce qui lui a valu l’estime de toute la communauté internationale. Tout ceci est, de l’avis de bon nombre d’observateurs et analystes politiques, le résultat de notre maturité politique et de la solidité de nos institutions bâtie avec patience et détermination depuis 50 ans par tous les prédécesseurs de l’actuel chef de l’Etat.
Les opposants ont oublié que la France a décidé de mettre fin au pré-carré, et qu’elle veut maintenant refonder une relation privilégiée. Cette refondation est nécessaire et elle doit être l’aiguillon des nouveaux rapports que la France veut maintenant établir avec ses anciennes colonies d’Afrique noire.

Alors que notre ancienne puissance coloniale propose une relation ‘’gagnant gagnant’’, les ‘’huit grands opposants’’ qui ont rencontré Nicolas Sarkozy, rament décidément à contre courant puisque les problèmes posés par eux au chef de l’Etat français, entrent dans le cadre d’un débat gabono-gabonais, qu’ils ont la latitude de poser au président Ali Bongo Ondimba, par les voies appropriées. A ce niveau, ils ne parlent plus d’ingérence. Il y a pour eux, une bonne et une mauvaise ingérence. Nous n’avons pas à rougir, nous sommes mûrs pour régler nos problèmes.

Les fondations de la ‘’Maison Gabon’’, comme l’a réaffirmé le chef de l’Etat français, sont donc solides et elles sont suffisantes pour aborder avec confiance les importants défis auxquels notre pays doit faire face. A savoir, la diversification de l’économie, le renforcement de la démocratie, l’emploi, la refondation de l’Etat. Toute démarche conduite en dehors de ce cadre précis ne constitue qu’une ‘’distraction’’ de plus du peuple gabonais par les opposants.


SUR LE MÊME SUJET
Quelques jours après avoir annoncé sa volonté de participer aux élections législatives du 17 décembre prochain, le secrétariat exécutif de l’Union du Peuple Gabonais (UPG, opposition), réuni le week-end écoulé a tenu à rassurer ses militants sur le bienfondé de cette décision. Expliquant cette décision, le secrétaire exécutif de l’UPG, Matthieu Mboumba a rassuré les militants de l’UPG. Il est hors de question de trahir la mémoire ou de brader l’héritage politique du Président, Pierre Mamboundou. « Bien au contraire, a-t-il souligné, cette décision permettra au parti de garder la tribune de l’Assemblée Nationale afin de continuer à faire entendre ...
Lire l'article
S’il enrage sans doute en privé, le président gabonais Ali Bongo Ondimba oppose en public une attitude calme et ferme à l’autoproclamation de André Mba Obama comme président de la République du Gabon. Sa stratégie : minimiser les actes de l’ancien ministre de l’Intérieur, qui souhaite profiter d'une baisse de popularité de l’homme fort de Libreville. « Je préfère être un "amateur" de la politique qu'un professionnel du ridicule ». La sentence qu’a énoncée jeudi Ali Bongo Ondimba (ABO) lors d'une conférence de presse à Tchibanga (sud-ouest), où il avait présidé un Conseil des ministres décentralisé, exprime avec une certaine retenue ...
Lire l'article
La dernière trouvaille du Pouvoir illégitime d’Ali BONGO ONDIMBAAprès avoir décidé unilatéralement de réviser la Constitution de la République, dans l’unique optique de renforcer un pouvoir que les gabonais lui ont clairement refusé dans les urnes, Ali BONGO ONDIMBA vient de franchir un pallier supplémentaire sur l’échelle de la négativité politique, en ordonnant à la Cour constitutionnelle de fabriquer de vrais- faux procès verbaux de l’élection présidentielle du 30 août 2009, afin d’en inverser les résultats. Tripatouiller la loi fondamentale du pays, au mépris des engagements internationaux dûment ratifiés par le Gabon et du bon sens politique le plus élémentaire, ...
Lire l'article
L’opposition gabonaise, organisée autour des partis de la Coalition des partis politiques pour l’Alternance (CPPA, opposition) et de quelques partis de l’Alliance pour la restauration et le Changement (ACR, opposition), faute certainement d’activités pouvant les mettre sous les feux de l’action, ont encore opté de gagner la rue, ce samedi, à travers un meeting et une marche sur le ministère de l’Intérieur. OBJET AVOUE: RECLAMER L’APPLICATION DE LA BIOMETRIE Objet avoué de ce meeting et de cette marche, réclamer l’application de la biométrie dans la révision de la liste électorale, alors qu’ils ont, en leur temps, combattu cette idée émise par ...
Lire l'article
Après la présidentielle, on la disait laminée. Mais l'opposition s’est pourtant reconstituée et soudée autour de deux coalitions. Les nouvelles alliances tiendront-elles jusqu’aux législatives de l’année prochaine ? Amorcée pendant les manœuvres préélectorales de 2009, la bipolarisation de l’opposition s’est confirmée, ces derniers mois, par son regroupement autour de deux principaux blocs. D’une part, la Coalition des partis politiques pour l’alternance (CPPA), qui regroupe l’Union nationale (UN) de Zacharie Myboto et cinq autres partis gravitant autour d’elle, et, d’autre part, l’Alliance pour le changement et la restauration (ACR), constituée de sept partis, autour de l’Union du peuple gabonais (UPG) de Pierre Mamboundou. Les ...
Lire l'article
Le Président du Mouvement de Redressement National (MORENA, opposition), Luc Bengono Nsi, a déclaré mardi dernier à la Chambre de Commerce de Libreville, à l’occasion de la rentrée politique de son parti que « Pierre Mamboundou (Président de l’Union du peuple gabonais - UPG, opposition-) reste fidèle à son comportement », a constaté GABONEWS. D’emblée, cet ancien candidat malheureux à l’élection présidentielle du 30 août 2009, a réaffirmé sa solidarité à la Coalition des Partis Politiques pour l’Alternance (CPPA), regroupant six partis politiques dont le MORENA. C’est d’ailleurs, cette coalition qui est récemment montée au créneau pour dénoncer la rencontre de ...
Lire l'article
Suite au branle-bas né dans la classe politique gabonaise après la récente rencontre, à Paris (France), du président de l’Union du peuple gabonais (UPG, opposition), parti de l’Alliance pour le changement et la Restauration (ACR, opposition) et le président de la République Ali Bongo Ondimba, chef de file du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), l’ACR est monté au créneau ce jeudi pour « faire sa mise au point » et taire la guerre des communiqués qui en a découlé, a constaté GABONEWS. GABONEWS livre, in extenso, le communiqué rendu public ce jeudi, en après-midi, à Libreville, par le Secrétaire ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Le gouvernement gabonais a décidé jeudi d’alléger le couvre-feu en vigueur à Port-Gentil, la capitale économique du pays, indique le communiqué final ayant sanctionné les travaux du conseil des ministres dont l’AGP a reçu copie. Le couvre-feu s’étendra désormais de 23h (22h GMT) à 6h (5h GMT) du matin, précise le communiqué. Le couvre-feu allant de 18h (17h GMT) à 6h (5h GMT) avait été décrété dans cette ville suite aux troubles qui ont éclaté lors de la proclamation des résultats du scrutin présidentiel remporté par le candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), Ali Bongo Ondimba. Par ...
Lire l'article
Pour lire ce document en version PDF, cliquez ici. Dr. Daniel Mengara Coordonnateur et leader du BDP-Gabon Nouveau C'est à croire que l'opposition gabonaise n'a jamais voulu prendre le pouvoir dans un Gabon où le régime Bongo n'a plus rien à offrir de viable à la nation. L?élection du 27 novembre 2005 était, pour les pacifistes de tous bords, la seule occasion restante de pouvoir encore en finir avec la dictature bongoïste par des moyens révolutionnaires pacifiques, avec un minimum de dégâts mais avec la promesse d'un changement immédiat. Tout ce que cela demandait, c'était une opposition courageuse sachant véritablement ce qu'elle veut. L?opposition ...
Lire l'article
NOUS avons reçu hier un communiqué de presse émanant de Paul Okili Boyer, un opposant de 30 ans, vivant en exil depuis 20 ans sur le territoire français et plus précisément à Avignon. Dans cette déclaration datée du 5 juin 2003, l'ancien détenu politique annonce la fin de son combat contre le chef de l'Etat et donne raison aux choix politique du président Bongo. " Par le présent communiqué, je soussigné Paul Okili Boyer, ayant été de 1975 à 1983 détenu politique dans mon pays le Gabon pour des faits d'atteinte à la sûreté de l'Etat gabonais, et suivant cela avoir ...
Lire l'article
Politique / Opposition : Le secrétariat exécutif de l’UPG rassure ses militants
Gabon : Ali Bongo préfère être “un amateur de la politique qu’un professionnel du ridicule”
GABON : vers un bras de fer Opposition Politique contre Ali BONGO ONDIMBA pour le contrôle du Pouvoir… !?
Politique / Opposition: un meeting et une marche pour saboter le retour de Pierre Mamboundou?
Gabon: Une opposition politique forte de deux grandes coalitions
Politique / « Pierre Mamboundou reste fidèle à son comportement », Luc Bengono Nsi (Président du MORENA, opposition)
Politique – Opposition / Après la guerre des communiqués, l’ACR fait sa mise au point et « déclare clos l’incident avec la CPPA»
Politique : Le gouvernement allège le couvre-feu à Port-Gentil
C’est quoi cette opposition ? Le malheur du Gabon, c’est d’avoir eu une opposition inepte
Opposition/BDP-Gabon Nouveau: Paul Okili Boyer se retire du combat politique

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne 3,67 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 27 Fév 2010
Catégorie(s): Photos,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*