- Bongo Doit Partir - https://www.bdpgabon.org -

Gabon: 358 clandestins expulsés

[1]

Le Gabon a expulsé la semaine dernière 358 immigrés clandestins, dont 232 par bateau.

“Il s’agissait d’immigrés sans papiers ou avec papiers périmés depuis longtemps. Certains résidaient dans notre pays depuis longtemps sans jamais chercher à se régulariser”, a précisé le ministère de l’Intérieur.

Pays producteur de pétrole comptant officiellement moins de 1,5 million d’habitants, le Gabon attire, malgré la crise, une importante main-d’oeuvre étrangère clandestine, sans qu’il existe de statistiques officielles sur le sujet.


SUR LE MÊME SUJET
Le Comité d’organisation du FESTIDAMES organise en collaboration avec les ministères Gabonais de l’Education et celui de la Santé, une campagne de sensibilisation sur les avortements clandestins au sein des établissements secondaires de la capitale gabonaise, dans le but d’amener les jeunes, plus particulièrement les jeunes filles à adopter une vie sexuelle responsable. Selon Marie Colombe Ngondjou, la fondatrice du Festival des Dames (FESTIDAMES), cette campagne de sensibilisation sur les avortements clandestins, entre dans le cadre des missions que s’est assignée ce concept qui œuvre en faveur de la revalorisation de la gente féminine dans toutes ses actions en faveur ...
Lire l'article [2]
Au terme de sa vaste campagne de contrôle d’identité à Libreville, 358 ressortissants étrangers en situation irrégulière ont été rapatriés le 23 février par la Direction générale de la documentation et de l’immigration (DGDI). Selon certaines sources, ces clandestins ont été reconduits dans leurs pays respectifs par bateau ou par route pour les pays limitrophes, et par avion pour les autres. Dans le cadre de la lutte contre la montée fulgurante de l’immigration clandestine et pour servir d’exemple aux autres, plus de 350 immigrés clandestins ont été rapatriés le 23 février par les services de la Direction générale de ...
Lire l'article [3]
Interpellés depuis plusieurs semaines à l’occasion des missions de contrôle d’identité la Direction générale de la documentation et de l’immigration (DGDI) a reconduit le 23 février 2010 plus environ 350 étrangers en situation irrégulière. Cette opération répond aux soucis des pouvoirs publics de lutter énergiquement contre l’immigration clandestine face à la recrudescence de l’insécurité qui prévaut dans le pays. C’est dans son souci de lutter efficacement contre la montée fulgurante de l’immigration clandestine et pour servir d’exemple aux autres que la Direction générale de la documentation et de l’immigration a reconduit le 23 février 2010 aux frontières de plusieurs immigrés ...
Lire l'article [4]
Quelques ressortissants gabonais ont été expulsés de France en 2009 en raison de leur situation irrégulière sur les 29 000 sans-papiers étrangers , rapporte le ministère français de l’Immigration et de l’Identité nationale que dirige Eric Besson. Ce chiffre de 29 000 est comparable à celui de 2008, mais supérieur à l’objectif de 27 000 assigné par le président Nicolas Sarkozy. Selon un document de l’Assemblée nationale analysant les 14 844 reconduites exécutées au premier semestre 2009, les Roumains arrivent en tête (4346), suivis des Algériens (1552) et des Marocains (1550). L’éloignement des étrangers en situation irrégulière coûte à l’État environ 232 ...
Lire l'article [5]
La France a expulsé 29.000 étrangers en situation irrégulière en 2009. C’est ce qu’a annoncé ce jeudi le ministre de l’Immigration, Eric Besson. Nicolas Sarkozy avait fixé à 27.000 l’objectif annuel des reconduites à la frontière. En 2009, "175.000 étrangers sont entrés légalement sur le territoire français au titre de ce qu’on appelle les longs séjours, 29.000 environ ont été reconduits à la frontière et 108.000 étrangers ont eu accès à la nationalité française", a déclaré Eric Besson sur Europe 1. Parmi les 29.000 personnes expulsées figuraient douze Afghans, a-t-il précisé. "Je ne fais pas du chiffre" , s’est défendu Eric Besson ...
Lire l'article [6]
Gros coup de filet pour la marine gabonaise qui a arraisonné dans la soirée du 17 octobre dernier au Cap Estérias un bateau transportant plus de 200 immigrés clandestins qui tentaient de rallier Libreville nuitamment. En attendant la fin du contrôle des papiers des passagers, le bateau a été immobilisé au large et sera reconduit à la frontière des eaux territoriales gabonaises avec ceux dont la clandestinité aura été avérée. Au large du Cap Estérias, à une quarantaine de kilomètres au Nord de Libreville, la marine gabonaise a intercepté dans la soirée du 17 octobre dernier un bateau en provenance d'Afrique ...
Lire l'article [7]
Huit immigrés clandestins en provenance de Minkébé (nord), localité située en amont de la région de l'Ivindo riche en gisement aurifère, ont été arrêtés dans la nuit du 9 au 10 mai dernier, a constaté le correspondant local de l'AGP. Ces clandestins, qui voulaient regagner Libreville via Makokou, sont tombés dans les mains des agents du service de l'immigration, précise-t-on. ''Les sans papiers originaires respectivement du Mali, du Niger et de la côte d'Ivoire seraient entrés au Gabon sans visa, en passant par le Sud Cameroun'', a confié le lieutenant Landry Messa. ''Nous entamons en ce moment la procédure de rapatriement'', a ajouté ...
Lire l'article [8]
Certains propriétaires des échoppes démolies à l’ancienne gare routière par la direction de la Propreté et de la gestion des déchets urbains à la mairie de Libreville, se sont mués en commerçants ambulants dans les artères du marché Mont Bouët. De l’avis des réparateurs et cireurs de chaussures, ayant repris leur place près de l’arrêt-bus, certains commerçants ayant perdu leurs échoppes lors du passage des services de la mairie chargés de la démolition, écoulent actuellement leurs produits à bord des brouettes et des automobiles prêts à déguerpir à la moindre alerte. « Ce sujet n’est pas à l’ordre du jour pour ...
Lire l'article [9]
La semaine dernière, deux étudiants gabonais en "situation irrégulière" ont été expulsés manu militari de France. Une expulsion qui a suscité la colère du Gabon, qui dénonce la violation des clauses bilatérales qui régissent les relations diplomatiques entre les deux pays. La semaine dernière, deux étudiants gabonais en "situation irrégulière" ont été expulsés manu militari de France. Une expulsion qui a suscité la colère du Gabon, qui dénonce la violation des clauses bilatérales qui régissent les relations diplomatiques entre les deux pays. Comme réaction, Libreville veut appliquer le principe de la "réciprocité" : tout Français en situation irrégulière au Gabon sera reconduit ...
Lire l'article [10]
La semaine dernière, deux étudiants gabonais en "situation irrégulière" ont été expulsés manu militari de France. Une expulsion qui a suscité la colère du Gabon, qui dénonce la violation des clauses bilatérales qui régissent les relations diplomatiques entre les deux pays. La semaine dernière, deux étudiants gabonais en "situation irrégulière" ont été expulsés manu militari de France. Une expulsion qui a suscité la colère du Gabon, qui dénonce la violation des clauses bilatérales qui régissent les relations diplomatiques entre les deux pays. Comme réaction, Libreville veut appliquer le principe de la "réciprocité" : tout Français en situation irrégulière au Gabon sera reconduit ...
Lire l'article [11]
Société / Une campagne de sensibilisation sur les avortements clandestins débute mercredi dans les établissements secondaires de Libreville
Gabon : Plus de 350 clandestins rapatriés par le DGDI
Au Gabon plus de 350 clandestins reconduits à la frontière
Gabon : Des Gabonais ont fait partie des 29 000 expulsés de France en 2009
France: 29.000 sans papiers expulsés en 2009
Gabon : 200 clandestins arrêtés sur un bateau au Cap Estérias
Gabon: Huit immigrés clandestins arrêtés à Makokou
Gabon: Les expulsés de l’ancienne Gare routière reconvertis en commerçants ambulants
Expulsés Gabonais de France: la sainte colère d’un “émirat pétrolier”
Expulsés Gabonais de France: la sainte colère d’un “émirat pétrolier”