Socialisez

FacebookTwitterRSS

Afrique: Réalités troublantes des indépendances compromises

Auteur/Source: · Date: 6 Mar 2010
Catégorie(s): Opinion

En ce début d’année 2010, quelques Etats Africains frémissent de bruits curieux et de mises en scène diverses, brandissant à titre d’étendard de circonstance, le cinquantenaire de leur indépendance. En d’autres termes, les gouvernants donnent l’impression d’entrer progressivement en transe, pour disent-t-ils, préparer la célébration de leur accession à la souveraineté internationale. Dans la plus banale des représentations populaires, des peuples jadis conquis, soumis, exploités commandés, et brimés prirent il y a depuis si longtemps, leur destin en mains.

Ce qui constitue une vraie typologie dans cette foire animée où l’on se fait fort de programmer des fêtes grandioses et des kermesses, c’est la rapidité, la facilité, l’empressement avec lesquels, des fonds sont rendus disponibles et des budgets érigés, pour une foule d’intervenants, d’acteurs, d’impresarios, tantôt constitués en comités, tantôt en freelances. Et puis, de Dakar à Yaoundé en passant par Abidjan et Bangui, les mêmes vautours, apôtres de la mauvaise gouvernance et des pillages des deniers publics, sont élus pour tenir la caisse, conduire les opérations, et s’enrichir avec des fonds qui font tant défaut pour construire des hôpitaux, payer des instituteurs, donner de l’eau à boire aux citoyens, satisfaire les besoins primaires.

Vous avez dit indépendance, mais quelle indépendance donc ? Vous avez dit souveraineté, mais quelle souveraineté vraiment ? Vous prétendez donc à la liberté de construire votre destin, par allusion à cette période d’avant cinquante ans, où autrui, le maître colonisateur, décidait pour vous, contre votre volonté, et dit-on contre votre bonheur.

A ce propos, l’actualité brûlante est d’une interpellation cruelle et questionnante, brutale, assassine. Devrions-nous, au regard de quelques faits significatifs, nous exciter autant, nous engager, autant, nous rendre autant au sérieux dans ce tintamarre de fêtards budgétivores ?

Echec des gouvernances et recolonisation

Pour un camerounais ordinaire, la pilule est tout simplement trop amère. En quelques jours, ils auront appris qu’en cinquante ans, ils ont été incapables de former des gestionnaires, manqué de confiance pour se prendre en charge, perdu la raison au point de ne plus croire en un seul de leur concitoyens, grillé toutes leurs cartes politiques et morales, tuer tout leur génie. Après avoir décrété qu’un compatriote n’a pas la capacité de diriger une équipe de football, c’est autour de la poste, de la compagnie aérienne, et bientôt, de la présidence de la République, de la vente des beignets, des toilettes à domicile. La presse locale est pourtant remplie de proclamations des docteurs en toute spécialité, des supposés génies des sciences et des lettres, mais hélas, que valent mille génies nègres devant une colonisation structurée et servie par une clique de traîtres endurcis ?

La honte à laquelle renvoient ces images de Blancs appelés en renforts pour gérer nos affaires, ne trouve une expression complète et honnête que dans l’abondante littérature de dénonciation des œuvres de Mongo Béti, et des prophéties économiques de Joseph Tchuindjang Puémi. Nous sommes dorénavant installés volontairement ou involontairement, dans une indignité pire que celle que les premiers maîtres esclavagistes cultivaient pour nous et usaient de la force pour imposer à nos grands parents.

Notre drame est d’autant plus immense que des individus, pompeusement proclamés élites en qui les premiers esclaves pensaient fonder des espoirs d’une réelle affirmation de l’indépendance et de la dignité du continent, sont devenus tous pourris, corrompus, aveuglés on ne sait par quelle magie occidentale, crucifiés mentalement et ruinés moralement par on sait quel diable secret. Comment ne peut-on pas se rendre compte qu’en nommant successivement des étrangers, des blancs à la tête des entités économiques nationale symboles, l’on se dépouille de toute dignité et l’on déshabille la République, en mettant à nue, ce qui reste de vomissure dans une gouvernance de cabale et d’irresponsabilité.

N’accusez point SHANDA TONME d’extrémisme ni de haine, encore moins de défaitiste, d’afro pessimisme, ou de mercenariat, dénoncez plutôt ces thuriféraires et ces contrebandiers de l’intelligence académique qui savent user des motions honteuses pour valider les régimes sales. Il faut faire le deuil de l’indépendance et annoncer la nouvelle de l’imminence du déclenchement de la prochaine guerre de libération. Il n y a plus, de fait et en fait, que la révolution en perspective. Les générations émergentes trouveront bientôt que le temps commence à se faire long, et que le cinéma de mauvis goût d’une indépendance compromise, une indépendance manquée, une indépendance qui ne fut jamais qu’une coquille vide, a déjà causé trop de souffrances, trop de misère, trop de morts, et la plus insoutenable des hontes.

Le plus grand mensonge

L’histoire de l’humanité est certes celle des hommes dignes, des combattants qui surent payer de leur vie la recherche de la liberté et qui surent attendre longtemps, très longtemps dans des privations et des confinements à l’instar de Nelson Mandela. Mais cette histoire est aussi celle de parfaits fripouilles et des salauds, qui n’ont jamais eu honte, qui ne craignent pas de se dédire, de retourner leur veste autant de fois qu’ils retournent leur langue. Ces menteurs qui revendiquent par ailleurs le statut de donneur de leçon, ont causé un tort immense aux valeurs de solidarité et de compassion, à la coexistence entre les nations et les peuples de cultures et de civilisations différentes, aux valeurs d’humanisme tout court.

Mais pour qui se prend donc ce type de Bernard Kouchner ? Jamais membre d’un gouvernement français n’a fait preuve d’autant d’injures à l’endroit des Africains. Jamais ministre français ne nous a traité et regardé avec autant d’infantilisme. Voici le vrai visage d’un proconsul ambulant, mandaté et formaté dans un humanisme de piètre facture, pour reprendre le bâton de l’oppression et du commandement colonial. C’est l’injonction donné à Bamako de libérer des terroristes d’Al Qaida. C’est la déclaration selon laquelle le Tchad du soldat Idris Déby serait un pays de pleine démocratie. Ce sont les travers et les mélanges d’intérêts obscurs au Gabon.

Et puis vint le roi de la planète des singes que l’on baptise francophonie, à la place de la francofolie. Ce jeune président de la France, habitué des gesticulations oratoires dignes des charmeurs de serpent indiens, a fait de la méprise des nègres et des règles, un art de gouvernance diplomatique. C’est tout de même pitoyable comme bilan pour un si grand pays des droits de l’Homme.

Soutenir ces rejetons des dictatures d’un bout à l’autre du continent n’est ni élégant ni intelligent. Que la France avalise à travers son garçon de course par ailleurs assassin de Sankara, ces bêtises d’élections présidentielles à un tour, est un signe non plus de la faiblesse ou de la soumission des nègres, mais plutôt de l’immense de son immense retard. Le statut de grande puissance se mérite aussi à la dimension de la puissance morale et de la capacité à projeter, à transposer et à imposer des valeurs de justice, de transparence et de démocratie au-delà de ses frontières. Que fait concrètement la France ? Est-elle capable d’une telle maturité morale universelle ? Notre réponse est non, non et non. La France, celle qui continue dans de petites combines sales sur le continent avec des gouvernants condamnés à potence à terme, est sans aucun doute une grande puissance économique, militaire, et diplomatique, mais elle reste une petite puissance morale à l’instar des démocraties de brousse qu’elle secrète par-ci, favorise, entretien et protège.

A qui Paris veut-elle à la fois faire croire qu’elle ferme des bases militaires et qu’elle reste ? Il faut entendre monsieur Hervé Morin, son ministre de la défense le dire, pour avoir pitié de ces esprits simples qui ne comprennent rien à la marche du monde et à l’inéluctabilité des révolutions. Les Américains l’ont compris au prix le plus élevé au Vietnam et e Iran, la France veut-elle passer forcement par la même école, avec les mêmes affres et les mêmes humiliations ?

Malgré tout, il faut savoir féliciter des pays, ces peuples et ces gouvernants, fussent-ils des colonisateurs, des impérialistes, des voleurs et des tricheurs, qui savent conjuguer les droits de l’Homme et la démocratie au conditionnel, pour mieux faire triompher leurs intérêts sordides. C’est tout de même le triomphe de la vraie diplomatie, celle qui n’a ni sentiment ni humanité, celle qui n’a que des objectifs égoïstes. Cinquante ans après, les adeptes de cette école réaliste nous tiennent toujours, grâce à une chaîne solide constituée par des serviteurs locaux et des potentats pitoyables. C’est leur cinquantenaire, pas la nôtre, pas celle du peuple profond et réel./.

© Correspondance particulière pour Camer.be : SHANDA TONME  


SUR LE MÊME SUJET
Présente dans la province du Haut-Ogooué dans le cadre de la tournée républicaine du chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, le Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Prévoyance sociale, Porte-parole du Gouvernement, Angélique Ngoma, a mis à profit cette expédition pour toucher du doigt les structures provinciales relevant de sa tutelle. Sur le terrain, Angélique Ngoma a visité tour à tour, l’Office nationale de l’emploi (ONE), la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS) et la caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). Dans chacune des étapes du tour de sa visite, le membre du gouvernement a relevé l’abnégation ...
Lire l'article
Les étudiants de l'Institut Supérieur de Technologies (IST) de Libreville ont été instruits, vendredi dernier sur les réalités du monde du travail par les responsables de cet établissement, lors de la 9ème édition du forum sur l'emploi organisé autour du thème « promotion de l'intégration des étudiants dans le monde professionnel ». Selon Blaise Pascal Obame, directeur des études de l'IST, ce genre d'initiatives vise plusieurs objectifs notamment les échanges entre les étudiants (futurs travailleurs) avec les opérateurs économiques pour leur permettre de mieux appréhender les réalités et difficultés du monde professionnel souvent liées à leur insertion dans le monde du ...
Lire l'article
Nous Diaspora Gabonaise Unie DIAGAU, nous portons en nous  l’Histoire de ces peuples d’Afrique qui luttent depuis cinquante ans pour disposer du droit à notre souveraineté. de ce général Charles  de Gaulle résistant français, qui appela à  l’aide les peuples d’Afrique afin de sortir son pays de la tragédie orchestrée par Adolphe Hitler. Cette tragédie écorcha la question de la dignité, de la liberté et de l’intégrité spatiale du peuple français. Malgré tout, la conférence de Brazzaville du  30 janvier au 8 février 1944, convoquée et inaugurée par Le général de Gaulle avait pour objectif principal la conservation de l’Empire colonial français pour faire ...
Lire l'article
Recevant à la Maison blanche exactement 115 jeunes africains venus de 40 pays subsahariens pour un forum à l’occasion du demi-siècle des indépendances africaines de 1960, mardi dernier, 03 juillet 2010, le président américain a exprimé l’espoir que « certains d’entre (ces jeunes) deviendront un jour dirigeants de vos pays ». « Si vous y réfléchissez, dans les années 1960, lorsque vos grands-parents, arrière-grands-parents se battaient pour l’indépendance, les premiers dirigeants disaient tous qu’ils étaient pour la démocratie », a rappelé Barack Obama lors d’une séance de questions-réponses avec ces jeunes. « Et ce qui s’est produit, c’est que lorsque vous ...
Lire l'article
Selon un communiqué reçu du bureau de presse de la Maison Blanche en date du 21 juillet 2010, le président américain Barack Obama organise un forum à Washington D.C, du 3 au 5 août prochain. Environ 120 jeunes actifs de la société civile et du secteur privé des pays d’Afrique sub-saharienne sont annoncés à cet événement d’envergure. Sous l’encadrement des responsables américains, ces jeunes africains auront à discuter et échanger avec un large groupe de jeunes américains. Ces discussions porteront concrètement sur la bonne gouvernance, la création d’emplois et gestion d’entreprises, les droits de l’Homme. « Le président Barack ...
Lire l'article
En marge du sommet du G8 tenu au Canada les 25 et 26 juin 2010, Barack Hussein Obama annonçait aux leaders africains présents qu’il comptait convier 18 de ses homologues africains en Août prochain à Washington. La raison de cette invitation, disait il, résidait dans la volonté de célébrer le 50e anniversaire des indépendances de leurs pays respectifs. Mais moins d’un mois après, le président des Etats-Unis d’Amérique (USA) a décidé de procéder autrement. Il a choisi, le week-end dernier de convier plutôt les leaders des sociétés civiles africaines à un forum pour faire le point sur la ...
Lire l'article
Le gouvernement français a finalement annoncé, le 1er avril, un budget de 16,3 millions d'euros pour fêter le cinquantenaire des Indépendances de ses 14 anciennes colonies africaines : Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Centrafrique, Congo-Brazzaville, Côte d'Ivoire, Gabon, Madagascar, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad et Togo. «Y a-t-il vraiment quoi que ce soit à commémorer ou faut-il au contraire tout reprendre ?» La très pertinente question, posée par l'intellectuel camerounais Achille Mbembé, ne semble pas avoir fait beaucoup réfléchir à Paris. RTR25NWZ_Comp Le budget, pas énorme, servira à financer 250 manifestations culturelles et sportives en France et en Afrique, mais le clou ...
Lire l'article
Le bureau sous régional de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), basé à Libreville, va lancer un concours artistique régional en faveur des jeunes artistes fédérés au sein de grandes écoles des beaux-arts de la sous région. Le directeur du bureau de l’Organisation des Nations-Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a annoncé ce 19 mars à Libreville le lancement dans les prochains mois d’un concours artistique sous régional. Le concours sera axé sur le thème «Indépendances et culture de la paix» qui fait référence au cinquantenaire de l’accession à l’indépendance de ...
Lire l'article
Le ministre gabonais de l’Habitat, Rufin Pacôme Ondzounga, en tournée dans les provinces du pays a achevé ce dimanche, sa visite dans la province de la Nyanga (Sud), où à Tchibanga, il s’est imprégné des réalités du domaine dont il a la charge dans cette région. Au cours de cette visite de 24 heures dans la province australe du pays, le ministre Pacôme Ondzounga s’est rendu tour à tour dans divers endroits notamment dans les lotissements du quartier Pola ceux de Mikwélengui dans la zone de l’aéroport de Tchibanga. A l’issue de ces visites, il a assuré que le ...
Lire l'article
Afrique Subsaharienne – 1960 : les indépendances (presque) pacifiques
Au cours de l'année 2010, Jeune Afrique accompagne les célébrations du cinquantenaire des indépendances dans dix-sept pays africains, dont quinze francophones . Cette semaine, nous vous proposons une petite sélection - non exhaustive, bien-sûr - de vidéos d'archives. Après coup, il est toujours facile de refaire le match. Et ce qui est valable pour le sport l'est également pour l'Histoire. Qui n'a jamais eu envie de dire, par exemple, que les conditions incertaines dans lesquelles dix-sept pays africains accédèrent à l’indépendance en 1960 expliquaient bien des désillusions futures? Au moment où l'on s'apprète à dresser le bilan de cinquante années ...
Lire l'article
Le Ministre du Travail s’imprègne des réalités quotidiennes de ses collaborateurs à Franceville
Les étudiants de l’IST imprégnés des réalités du monde du travail
Des indépendances des Etats-d’Afrique francophone: Indépendances dites-vous?
Cinquantenaire des indépendances: Barack Obama demande aux jeunes de prendre le pouvoir
Cinquantenaire des indépendances africaines: Barack Obama snobe les dictateurs africains
Cinquantenaire des Indépendances Forum: Barack Obama préfère la société civile aux dictateurs africains
Cinquantenaire des Indépendances : un anniversaire pour rien ?
Gabon : l’Unesco lance un concours pour célébrer les indépendances
Le ministre de l’Habitat à Tchibanga pour s’imprégner des réalités locales
Afrique Subsaharienne – 1960 : les indépendances (presque) pacifiques


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 6 Mar 2010
Catégorie(s): Opinion
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*