- Bongo Doit Partir - https://www.bdpgabon.org -

Gabon : Facture salée pour la SEEG à Oyem

La Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) a indiqué le 19 mars que les dégâts causés par l’orage qui s’est abattu dans la nuit du 15 au 16 mars à Oyem, au Nord, s’élèvent à près de 150 millions de francs CFA.

Le bilan est lourd pour la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) après le violent orage qui s’est abattu dans la ville d’Oyem, chef-lieu du Woleu-Ntem au Nord, dans la nuit du 15 au 16 mars. 3 jours après la tempête, la société a publié une ardoise salée d’environ 150 millions de francs CFA pour rétablir les câbles endommagés et réhabiliter le réseau de fourniture d’électricité.

«Nous sommes incapables de remettre en l’état la ligne, ici sur place nous ne pouvons rien faire, notre prestataire basé ici a déjà commencé à préparer la réfection de ce qui a été endommagé, nous attendons tout de Libreville, donc entre l’achat du matériel, le transport et la main d’œuvre, ça va coûter entre 120 à 150 millions de FCFA», avance le contremaître distribution électricité, Gabriel Kum-Ntsundu.

«Nous avons paré au plus pressé et avons travaillé avec beaucoup de doigté pour avoir réalimenté dans la nuit les zones les plus importantes notamment l’hôpital et une partie du centre ville, nous avons eu d’importants dégâts sur la ligne principale et avons pu rétablir l’eau après avoir essayé pendant une heure sans succès. Nous sommes revenus et avons découvert des tôles sur la ligne, nous avons pu remettre en service la station de traitement d’eau», a-t-il poursuivi.

Il reste des cas ponctuels et des cas particuliers, mais en général toute la ville a été réhabilitée, même de manière provisoire, a conclu le technicien.

Les premiers bilans de cet orage ont fait état de 174 habitations ravagées, faisant plusieurs familles sont sans-abris dans les quartiers d’Akouakam, Angone, Adjougou, ou encore le centre-ville. Les camps de la Brigade de gendarmerie et de la police ont également été touchés, ainsi que l’école catholique Saint-Eloi, qui a annoncé l’arrêt momentané des cours jusqu’au 22 mars prochain, contraignant les élèves à suivre les cours dans des églises.

Des mesures d’urgence du gouvernement sont attendues ce week-end après les annonces faites par le ministre de l’Intérieur venu évaluer les dégâts le 17 mars dernier.


SUR LE MÊME SUJET
Une jeune gabonaise, Armelle Ntsame Biteghe, 22 ans révolu et élève en classe de 2de, a été retrouvée morte à Oyem (600 km au nord de Libreville) dans la nuit du mercredi au jeudi après une séance d’exorcisme menée par une prophétesse nommée Elisabeth. La prophétesse Elisabeth est connue dans la ville comme une commerçante qui aurait reçu, il y a trois ans, des dons de guérison auprès de Dieu après un songe dans lequel le Tout Puissant l’aurait gratifié d’une bible spéciale avec laquelle elle opère des miracles. Selon la grand-mère de la victime, Mlle Ntsame Biteghe qui souffrait d’une ...
Lire l'article [1]
Les jeunes du quartier « Manguier » à Oyem ont exprimé leur ras le bol jeudi pour contester contre l’insalubrité grandissante dans la commune où les ordures placées dans des bacs depuis plusieurs semaines n’ont pas été évacuées, a constaté le correspondant de l’AGP. Pour attirer l’attention des maires respectifs de la commune d’Oyem et du premier arrondissement de cette même ville, les jeunes de ce quartier, situé entre deux autres quartiers, Tsougou-Tsougou et Akouakam, ont déversé sur la chaussée les bacs et les ordures qui ont obstrué la voie, rendant difficile la circulation. Interrogés par rapport à cet acte, ...
Lire l'article [2]
AGP° - ‘’Nous sommes incapables de remettre en l’état la ligne endommagé par le violent orage qui s’est abattu sur Oyem. Ici, sur place, nous ne pouvons rien faire’’, a indiqué M. Kum-Ntsundu, ajoutant toutefois que le prestataire de la SEEG basé à Oyem a déjà commencé à préparer la réfection de ce qui a été endommagé. ‘’Nous attendons tout de Libreville. Donc, entre l’achat du matériel, le transport et la main d’œuvre, ça va coûter entre 120 à 150 millions de FCFA’’, a-t-il dit, soulignant que les dégâts causés par l’orage sont très importants pour la SEEG. Les toitures ...
Lire l'article [3]
Selon le contremaître de distribution d’électricité de la Société d’Eau et d’Electricité du Gabon (SEEG) à Oyem, Kum-Ntsundu, la réhabilitation des installations de l’entreprise, après les dégâts qu’elles ont subis lors de l’orage intervenu il y a plusieurs jours dans la localité, le coût de la réhabilitation des installations de son entreprise est estimé « entre 120 et 150 millions FCA », rapporte ce lundi l’Agence Gabonaise de Presse. Pour M. Ntsundu, la représentation locale est dans l’incapacité de restaurer ces installations sur place, et attend « tout de Libreville ». Aussi, précise-t-il, « l’achat du matériel, le transport et ...
Lire l'article [4]
Les dégâts causés par l’orage qui a soufflé dans la nuit de lundi à mardi dernier à Oyem, chef-lieu de la province du Woleu-Ntem (nord) coûteraient une bagatelle de près de 150 millions de FCFA à la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), a déclaré vendredi à Oyem, le contremaître distribution électricité, Gabriel Kum-Ntsundu. ‘’Nous sommes incapables de remettre en l’état la ligne, ici sur place nous ne pouvons rien faire, notre prestataire basé ici a déjà commencé à préparer la réfection de ce qui a été endommagé, nous attendons tout de Libreville, donc entre l’achat du matériel, le transport ...
Lire l'article [5]
La ville d’Oyem affiche un triste visage depuis la matinée du 16 mars, après le violent orage qui s’est abattu toute la nuit causant d’importants dommages matériels. Les autorités dénombrent au moins 174 maisons ravagées par les vents violents et les inondations, ainsi que d’importants dégâts sur le réseau électrique. La capitale provinciale du Woleu-Ntem, dans le Nord du pays, a été frappée de plein fouet dans la nuit du 15 au 16 mars par un violent orage qui a causé d’importants dégâts et fait de nombreux sans-abris. Les premiers bilans font état de 174 habitations ravagées, ...
Lire l'article [6]
Le lancement de la campagne électorale le 15 août dernier a ouvert le bal à un étalage ostentatoire de très lourds moyens financiers et techniques des candidats à l'élection présidentielle du 30 août. Mais cette campagne «à l'américaine» menée par certains candidats correspond-elle au niveau de vie réel du pays, où on compte encore 80% de pauvreté et 25% de chômage ? Campagne électorale oblige, les candidats au fauteuil présidentiel ont cassé leurs tirelires pour déployer leurs stratégies de communication sur l'étendue du territoire national et briguer les suffrages des Gabonais. Depuis l'ouverture des joutes le 15 août dernier, Libreville s'est ...
Lire l'article [7]
Les populations des quartiers Rond point d’Akébé et Apostrophe dans le 3ème arrondissement de Libreville ont barricadé, dans la nuit de vendredi à samedi, la voie principale à la suite d’un cours circuit intervenu sur le transformateur du secteur situé à quelques mètres des feux tricolores de d’Akébé, a constaté un reporter de GABONEWS. Le transformateur servant à alimenter le secteur aux dires des agents dépêchés sur place dans la nuit «ne peut plus supporter toute cette charge » la démographie augmente sans cesse. Ce seul transformateur alimente plus de 5 zones notamment « Akébé, Djougou, Apostrophe, Akébé frontière, Marché d’Akébé » ...
Lire l'article [8]
Hier lundi, les abonnés de la Société d’Energie et d’eau du Gabon (SEEG), forcés de consommer une eau colorée, ont dénoncé la qualité de cette eau et le « silence coupable observé par l’entreprise ». « Nous avons bu hier lundi une eau sale, bourrée de graine de sable sans savoir pourquoi », a indiqué Henriette Menié, mère d’une importante famille et cliente de la SEEG. Pour cette dernière, la mauvaise qualité de l’eau serait à l’origine de la diarrhée chez ses bambins. « Que se passe –t-il au juste ? Pourquoi on ne nous dit rien sur les coupures d’eau et d’électricité ...
Lire l'article [9]
Au cours de l'exercice 2007, la Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG) a dépensé 70 milliards de CFA pour faire face à la forte demande du marché et renouveler ses équipements pour renforcer sa capacité de production. Des efforts qui sont loin de résorber délestages et pénurie d'eau. La SEEG a terminé l'année avec 6 milliards de FCFA de pertes sèches. A l’issue du conseil d’administration de la société du 12 mars dernier, les responsables de la SEEG ont déclaré que leur société, avec le concours de l’Etat, poursuit ses investissements pour pouvoir répondre à la demande croissante. La réunion ...
Lire l'article [10]
Une séance d’exorcisme tourne au drame à Oyem
Woleu-Ntem : Les jeunes du quartier « Manguier » à Oyem expriment leur ras-le-bol face l’insalubrité dans la ville
WOLEU-NTEM : Le violent orage qui s’est abattu sur la ville d’Oyem va coûter près de 150 millions de FCFA à la SEEG
Après l’orage d’Oyem : 150 millions nécessaires pour la réhabilitation des installations de la SEEG
Woleu-Ntem : Les dégâts causés à la SEEG par l’orage estimés à près 150 millions de FCFA
Gabon : 174 maisons ravagés par un violent orage à Oyem
Gabon : La facture salée de la campagne
Gabon: Les populations d’Akébé barricadent la voie pour protester contre les désagréments de la SEEG
Gabon: Les Gabonais boudent la qualité de l’eau et dénoncent le silence de la SEEG
2007, une année noire pour la SEEG