Socialisez

FacebookTwitterRSS

Les populations gabonaises doivent être sensibilisées sur l’interdiction, à compter du 1er juillet, “de l’usage et de l’importation de sachets plastiques non recyclables” dans leur pays, a estimé lundi une ONG locale de défense de l’environnement, H2O.

Auteur/Source: · Date: 22 Mar 2010
Catégorie(s): Environnement

Les populations gabonaises doivent être sensibilisées sur l’interdiction, à compter du 1er juillet, “de l’usage et de l’importation de sachets plastiques non recyclables” dans leur pays, a estimé lundi une ONG locale de défense de l’environnement, H2O.
Avant l’application de cette décision, une des “mesures d’urgence” annoncées le 4 mars par le chef de l’Etat gabonais Ali Bongo Ondimba à l’issue d’un Conseil des ministres à Port-Gentil (sud, capitale économique), “il va falloir développer un programme de sensibilisation des populations”, a affirmé à l’AFP Henri Michel Auguste, président de H2O qui est basée dans cette ville.

Devant la presse le 4 mars à Port-Gentil, le président Bongo avait déclaré: “A compter du 1er juillet 2010, l’usage et l’importation des sachets plastiques non recyclables au Gabon seront formellement interdits”. Il n’avait pas fourni de détails.
Selon M. Auguste, ces sacs plastiques “conventionnels” devront être “remplacés sur le sol gabonais par les sacs biodégradables et compostables”, en précisant: “Un sac peut être biodégradable sans être écologique, parce qu’il peut y avoir des produits chimiques qui accélèrent sa détérioration et qui polluent autant que les autres”.

“Beaucoup de pays en Afrique se posent des questions sur ces sacs plastiques qui s’amoncellent partout, créent une pollution chimique des sols, des nappes phréatiques et une pollution visuelle. Un sac plastique, c’est minimum 150 ans avant que ça soit détruit. Pour certains, ça va jusqu’à 400 ans”, a-t-il souligné.

D’après lui, pour rendre efficace la mesure d’interdiction et éviter notamment que le Gabon soit inondés de faux sacs écologiques, il faudrait un contrôle “dès le départ de l’usine” et aussi “centraliser l’importation”.
Si les autorités “vont jusqu’au bout de cette idée, le Gabon serait le premier pays au monde à prendre cette décision à l’échelle nationale. (…) Il y a des initiatives locales ailleurs dans le monde, mais pas au niveau de tout un pays”, a assuré Henri Michel Auguste.
 


SUR LE MÊME SUJET
Une cérémonie officielle d'incinération des sachets plastiques non biodégradables et des ustensiles fabriqués à partir des matériaux de récupération sera organisée à Port-Gentil, la capitale économique gabonaise, a appris l'AGP. Le chef du service provincial de commerce de l'Ogooué-Maritime (sud-ouest), Brice Alain Mamboundou, se propose d'organiser l'opération lors de la prochaine journée citoyenne, instituée tous les premiers mercredi du mois, par le gouvernement gabonais, pour lutter contre l'insalubrité dans les villes et les villages gabonais. L'incinération a été préférée à l'enfouissement pour éviter que les populations ne soient tentées d'aller déterrer les produits enfouis, a expliqué M. Mamboundou, à l'issue d'une réunion, ...
Lire l'article
Au cours de son inspection générale effectuée, mercredi dernier, dans sa localité, la Directrice adjointe du commerce intérieur de la ville d’Oyem (Woleu-Ntem, nord,), Christelle Ndjambou Onkra a décidé de sanctionner les contrevenants aux mesures d’interdiction de la commercialisation et de la vente de sachets biodégradables et des marmites « cocottes », rapporte le quotidien l’Union Ainsi, au cours de sa visite auprès des commerçants de la place, MmeNjambou a indiqué que le non respect des décisions prises par l’exécutif pourrait être passif d’une amende payable au trésor. « Je constate que malgré les campagnes de sensibilisation sur toute l’étendue du ...
Lire l'article
La population fustige la qualité des sachets biodégradables dans les quartiers de Libreville, alors que les autorités invitent les commerçants à s’aligner Depuis leur mise en vente à travers le pays, les sachets biodégradables font l’objet d’une controverse au sein des ménages gabonais au moment où les commerçants sont invités, par les autorités, à s’aligner sur ce mode d’emballage à la durée de vie limitée, afin de préserver l’environnement, a constaté GABONEWS. Au quotidien, de nombreux usagers du sachet biodégradable relèvent les inconvénients que présente cet objet devenu incontournable pour les ménagères. Marguerite M, employé au centre-ville de la capitale, fulmine : « ...
Lire l'article
Le ministre de l’Environnement, Martin Mabala, a procédé mercredi dernier, au lancement de l’opération de promotion des sacs biodégradables en remplacement du sachet plastique usuel en Polyéthylène dont l’utilisation est interdite dès le premier juillet sur l’étendu du territoire national. Cette décision avait été prise par le Conseil des ministres présidé, le 4 mars dernier à Port-Gentil par le président de la République, Ali Bongo Ondimba. Le ministre Mabala a indiqué lors de cette cérémonie de lancement que « le gouvernement a pris cette décision lors du Conseil des ministres du 4 mars dernier. Il s’agit donc d’interdire la commercialisation et ...
Lire l'article
Une ONG gabonaise de défense de l'environnement a appelé mercredi à privilégier la sensibilisation pour favoriser l'abandon par le plus grand nombre de l'usage des sacs plastiques non recyclables, à la veille de l'entrée en vigueur de leur interdiction au Gabon. "Ce ne sera pas évident" d'arriver à une application immédiate et entière de cette interdiction visant "l'usage et l'importation de sachets plastiques non recyclables", a affirmé à l'AFP Henri Michel Auguste, président de l'ONG H2O basée à Port-Gentil (sud, capitale économique). La mesure, décidée en mars par le gouvernement, "est une bonne chose, mais il faut structurer tout ça, ça ne ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais a décidé d'interdire l'usage des sacs en plastique. Dès le mois de juillet prochain, ils seront remplacés par des sacs biodégradables et compostables. Le pays sera alors le premier au monde à imposer une telle mesure au niveau national. Le 4 mars dernier, le chef de l'État gabonais, Ali Bongo Ondimba, a annoncé la prochaine interdiction de l'utilisation des sacs en plastique dans tout le pays. Une "mesure d'urgence" qui, pour l'association H2O Gabon, doit impérativement être assortie d'une campagne de sensibilisation auprès des populations. Le 1er juillet, tous les sacs en plastique seront "remplacés sur le sol gabonais ...
Lire l'article
Le vice-premier ministre en charge de l'Environnement, Georgette Koko, vient d'annoncer le lancement imminent d'une nouvelle réglementation sur l'usage des sachets en plastique, qui devraient être progressivement remplacés par des sachets biodégradables produits localement. La patronne de l'Environnement a également fait le point sur les propositions qui seront formulées par le Gabon au sommet de Copenhague pour l'adoption d'un nouveau pacte mondial contre le changement climatique. Les agents du département de l'Environnement étaient récemment réunis à Libreville, dans les locaux du Sénat, pour une réunion convoquée par le ministre de tutelle sur la mise en œuvre du plan d'action 2008. Le ...
Lire l'article
La Vente de l'eau en sachet est une activité commerciale en expansion au Gabon, notamment dans les grandes villes où les travailleurs, surpris pas une rude soif dans les moments d’intense soleil, sont obligés de se désaltérer à partir de ces petits sachets d’eau vendus au prix de 25 francs CFA l'unité, a constaté GABONEWS. Ce produit de proximité vient suppléer à la pénurie, voire à l'absence d'eau potable dans les lieux publics. Les sachets d'eau ont envahi les rues et les places de marché, les écoles et les collèges, les aires de jeux et autres lieux publics où ...
Lire l'article
Le carrefour Rio a été, mercredi dernier à 20 heures, le théâtre d’une bagarre entre les enfants, vendeurs de sachets plastiques et les acheteurs, déployés sur le terrain par le ministère de l’Environnement dans le cadre d’une opération dite « Collecte des sachets » lancée dernièrement à Libreville par ce département pour le compte des activités de la Journée mondiale de l’Environnement célébrée le 5 juin de chaque année. Venus vendre très tôt le matin, à « Rio », les sachets qu’ils se sont efforcés de ramasser ici et là, à travers la ville, les enfants ont fini par s’énerver quand, ...
Lire l'article
L’opération de collecte des sacs plastiques initiée par le ministère de l’Environnement a débutée le 3 juin dans cinq quartiers choisis de la capitale gabonaise. Organisée dans le cadre de la semaine nationale de l’environnement, cette opération a déjà suscité un vif engouement auprès des populations dont les collectes sont rachetées à hauteur de 2000 francs CFA par kilogramme de sacs plastiques. A la veille de la célébration de la journée mondiale de l’environnement, l’opération de collecte des sacs plastiques a déjà rencontré un grand succès dans les différents quartiers de la capitale gabonaise. Initialement prévue pour le 29 juin ...
Lire l'article
Cérémonie officielle d’incinération des sachets plastiques à Port-Gentil
Oyem /Vente des sachets biodégradables : Les commerçants sommés de s’aligner à la décision gouvernementales
La population fustige la qualité des sachets biodégradables dans les quartiers de Libreville
Environnement / Les sachets biodégradables en lieu et place du sac plastique usuel au Gabon
Sacs plastiques écologiques au Gabon: il faut privilégier la sensibilisation
Sacs plastiques : bientôt interdits au Gabon
Gabon : Georgette Koko déclare la guerre aux sachets plastiques
Gabon: Vente d’eau en sachets plastiques, un marché en pleine expansion en saison sèche
Gabon: La collecte des sachets plastiques s’achève par une bagarre généralisée à « Rio »
Gabon : Libreville ramasse ses sacs plastiques


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 22 Mar 2010
Catégorie(s): Environnement
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*