Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le Gabon et les enfants du Biafra par Bruno Ben MOUBAMBA

Auteur/Source: · Date: 1 Mai 2010
Catégorie(s): Opinion

D’APRÈS PIERRE PEAN – ” AFFAIRES AFRICAINES”
Dès 1963, l’Elysée avait détaché le lieu­tenant-colonel Bichelot au cabinet présidentiel de Côte-d’Ivoire pour aider le vieux président ivoirien à suivre l’évolution politique au Nigeria. Quand Ojukwu, quatre ans plus tard, se lançât dans l’aventure sécessionniste qui consistait à séparer la province biafraise du reste du Nigéria, la Françafrique était prête pour un des ses échecs les plus retentissants.

Le 27 octobre 1967 — cinq mois après la proclamation de l’indépendance du Biafra par Ojukwu —, l’ambassadeur de France au Gabon, Maurice Delauney, envoya une lettre au lieutenant-colonel Ojukwu pour lui annoncer l’arrivée du colonel Fournier et de ses trois collaborateurs appartenant tous au S.D.E.C.E. Les «réseaux Foccart» instal­lés au Gabon suivaient donc déjà de près la guerre du Biafra.

Comment le Gabon fut pris dans l’engrenage biafrais (Nigéria)

A cette époque, le Président gabonais Léon M’Ba agonisait à Paris à l’hôpital Claude Bernard. Certes, sa succession était déjà assurée, grâce à Delauney et à quelques «conseillers techniques», la Constitution ayant été remaniée, leur homme, Albert-Bernard Bongo, fut «régulièrement» élu vice-président de la République avec vocation à devenir le magistrat suprême à la mort du «Vieux», mais les gens de Foccart savaient d’expérience que les Gabonais étaient moins passifs qu’ils ne le paraissaient. Le coup d’état de février 1964, les élections défavorables d’avril et les violentes manifestations de cette année-là avaient traumatisé tous ces nouveaux pygmalions de l’Afrique. Durant cette période de transition, la prudence s’imposait donc.

Tout va pourtant brutalement se précipiter. Léon M’Ba meurt le 28 novembre. Bongo prête serment à Paris, il est, à 32 ans, le plus jeune chef d’Etat du monde. Le 14 mai 1968, Houphouët-Boigny convoque un Conseil national de 1000 cadres du pays, au Palais prési­dentiel. Ordre du jour : débattre du problème biafrais et définir la position de la Côte-d’Ivoire. A l’issue de la séance, un communiqué annonce que la Côte-d’Ivoire reconnaît le Biafra comme entité souve­raine et indépendante. Les soutiens de Paris et d’Abidjan ne suffirent pas cependant à transformer la guerre du Biafra en une bonne cause.

Même Bongo, dont Houphouët faisait le siège depuis des mois, se faisait beaucoup prier pour soutenir Ojukwu. Le 25 avril 1968, le jeune président gabonais déclarât : «II faut être prudent, il faut attendre. Il est encore trop tôt pour en parler». Mais Houphouët-Boigny et Foccart revinrent à la charge pour convaincre leur protégé. Et obtiennent finalement, au début de mai, son adhésion : «Nous ne pouvons pas continuer à assister passivement au génocide qui a lieu actuellement au Nige­ria… C’est une utopie que le Nigeria, avec ses 50 millions d’habitants, puisse subsister sous sa forme actuelle.

Il faudra que le gouvernement fédéral accorde la souverai­neté aux 14 provinces qu’il entend créer…» Bongo, dans cette affaire, n’a évidemment pas eu le choix. Il devait tout au «système Foccart» et continuait à avoir un besoin impé­rieux de son soutien. Les adversaires de Bongo racontent qu’un émissaire français serait ainsi venu régu­lièrement à Libreville, pendant la guerre du Biafra, ap­porter des liasses issues directement du palais présidentiel ivoirien.

Le 13 juillet 1968, d’après le mercenaire Rolf Steiger, «le premier avion français chargé de munitions… venant du Gabon» atterrit à Uli, au Biafra. Toutes les nuits, un véritable ballet aérien s’ordonne à partir de l’aéroport de Libreville. Selon le leader biafrais Ojukwu lui-même, il y avait «plus d’avions atterrissant au Biafra que sur n’importe quel aérodrome d’Afrique, à l’exception de celui de Johan­nesburg».

Libreville vivait alors au rythme des exploits des pilotes et des mercenaires de tout poil qui racontaient leurs faits d’armes dans les boîtes de nuit de la capitale, à la «Paillotte» et au «Frigidaire»…

L’hypocrisie humanitaire au Biafra

Tous les moyens étaient bons dans cette affaire. La Croix-Rouge et les Chevaliers de Malte, Médecins Sans Frontières (du Dr Kouchner) qui canalisaient et ache­minaient officiellement vivres et médicaments au Biafra, ne regardaient pas de trop près les très lourdes caisses qui, manifestement, n’étaient pas remplies de lait en poudre. Pour simplifier les choses, le colonel Merle, conseiller militaire de l’ambassade de France au Gabon, était aussi responsable de la Croix-Rouge..

Le départ du Général de Gaulle, après l’échec du réfé­rendum du 27 avril 1969, sèma une véritable panique parmi tous les protagonistes de cette affaire. Tandis qu’à Paris, par précautions, Foccart déménageait en hâte les armoires du 2 de la rue de l’Elysée, ses collaborateurs accélérèrent les livraisons d’armes à destination de Libreville. Ils ne savaient pas, en effet, si le successeur du Général serait aussi favorable à «leur» politique africaine.

Le nouveau Président français, Georges Pompidou, ne voulut plus soutenir la sécession biafraise dont les lea­ders en étaient alors réduits à exercer un véritable chantage à la famine en essayant d’apitoyer la communauté inter­nationale en faveur de leur cause. Le Washington Post du 11 juillet 1969 écrit : «Le Biafra prive son propre peuple de ce qui est nécessaire à sa subsistance, dans l’espoir évidemment que le spectacle de ses souffrances va inciter les étrangers à imposer des restrictions politiques au Nige­ria… La famine ne saurait devenir une arme de guerre acceptable du simple fait qu’elle est utilisée par un leader­ship aux abois contre sa propre population réduite à l’im­puissance. »

Les gosses biafrais comme monnaie d’échange !

Peu à peu, le Gabon s’efforçait d’oublier son engagement aux côtés du Biafra. Des milliers de petits orphelins que les avions avaient ramenés de nuit des aéroports de fortune du Biafra témoignaient de l’action gabonaise. Toute la presse de l’époque soulignait alors les qualités de cœur de ce jeune Président qui n’hésitait pas à partager le modeste gâteau gabonais avec ces innocentes victimes… La vérité n’est pas tout à fait aussi belle.

Peu avant la fuite d’Ojukwu, Bongo tenta en effet de négocier avec le Nigeria le retour de ces enfants : «Je ne les rendrai au Nigeria qu’après remboursement au Gabon des sommes énormes dépensées pour eux». Or, le gouvernement de Libreville n’avait pas dépensé un seul franc C.F.A. dans l’opération. L’argent venait des organisations humanitaires européennes.

Dans un article intitulé «3 000 gosses de prix», le Canard Enchaîné du 27 mai 1970 décrivit ainsi l’attitude de Bongo : «Aujourd’hui, Bongo ne cherche plus à récupérer la monnaie, mais à obtenir du gouvernement de Lagos qu’il passe l’éponge sur le passé. Le président gabonais s’est trop mouillé dans l’affaire biafraise pour que la défaite n’ait pas compromis gravement son prestige, chez lui et dans les capitales d’alentour.

Comment forcer le Nigeria à faire preuve de mansué­tude ? En se servant des trois mille gosses : ils seront rapa­triés à condition qu’un envoyé officiel de Lagos vienne les réclamer officiellement. D’où une réconciliation sans frais pour Bongo. Mais les Nigérians ne marchèrent pas dans cette combine gabonaise. Ils voulaient que l’opération retour soit organisée par une organisation inter­nationale, genre U.N.I.C.E.F. Bongo protesta que c”était impossible, vu «qu’aucune organisation internationale n’est intervenue lors de la venue au Gabon de ces enfants». En fait, c’est l’ordre de Malte qui avait monté l’évacua­tion des petits Biafrais et ses dirigeants étaient écœurés des micmacs de Bongo. Toute la question est de savoir si tous les enfants sont bel et bien rentrés au Biafra. l’histoire le dira un jour !

Bruno Ben MOUBAMBA – UNION NATIONALE

bruno@moubamba.com
 


SUR LE MÊME SUJET
Gabon : Bruno Ben Moubamba admis à l’UPG
Suite à sa demande d’adhésion à l’Union du Peuple Gabonais (UPG) il y a quelques mois, Bruno Ben Moubamba vient de voir son vœu exaucé par le Conseil exécutif de ce parti réuni le mardi 3 janvier dernier à Libreville. L’ancien candidat indépendant à l’élection présidentielle du 30 août 2009 et ancien vice président de l’ex-Union Nationale (UN) est officiellement et désormais militant de ce grand parti de l’Opposition fondé par le défunt Pierre Mamboundou. A-t-on appris de sources proches de l’UPG. Selon lui, il a été longuement auditionné par les responsables du Conseil exécutif dont il a également reçu des ...
Lire l'article
Gabon/Politique : Bruno Ben Moubamba face à la presse
De retour à Libreville mercredi après avoir quitté le Gabon au terme des élections présidentielles anticipées, Bruno Ben Moubamba, a animé vendredi une conférence de presse au cours de laquelle il a échangé avec les hommes de médias sur les faits brûlants de l’actualité nationale. Dès son retour dans la capitale gabonaise Libreville, l’exorciste politique a décidé d’être face à la presse vendredi aux fins de donner son point de vue sur plusieurs sujets d’intérêt national allant de la politique au social. D’entrer, Ben Moubamba a réitéré son voeu de suivre sur traces du défunt Pierre Mamboundou, leader de l’Union du Peuple ...
Lire l'article
Gabon : retour au pays de l’opposant Bruno Ben Moubamba
Bruno Ben Moubamba a regagné Libreville mercredi soir un peu plus de deux ans après sa participation malheureuse au scrutin présidentiel anticipé de 2009. M. Moubamba qui souhaite désormais marcher sur les traces de l’opposant historique, feu Pierre Mamboundou a également confirmé son adhésion au parti (U.P.G.) de l’illustre disparu. « Je suis très heureux de revenir au pays après avoir passé un peu plus de deux ans à l’étranger, mais toujours au contact de mes compatriotes. Je reviens avec l’espoir de marcher sur les traces de Pierre Mamboundou parce qu’il a toujours souhaité l’évolution de ce pays. C’est une figure ...
Lire l'article
Dans un entretien accordé récemment au magazine Jeune-Afrique et publié sur son site personnel, Bruno Ben Moubamba (41 ans), candidat malheureux à la présidentielle gabonaise de 2009 et vice-président de l’ex Union-Nationale (UN dissoute), a annoncé officiellement son adhésion au parti du défunt, Pierre Mamboundou, à savoir l’Union du Peuple Gabonais (UPG). « Mon adhésion est acquise. Je serai un membre actif enthousiaste car c’est le dernier grand parti de l’opposition gabonaise. J’ai vécu très douloureusement la dissolution de l’Union nationale [survenue en janvier 2011, NDLR], dont j’étais un des vice-présidents, et j’arrive à l’UPG pour essayer de participer à la ...
Lire l'article
Bruno Ben Moubamba : “Le boycott des législatives au Gabon est contre-productif”
Ancien vice-président de l’Union nationale et ancien candidat à la présidentielle gabonaise, l’opposant Bruno Ben Moubamba vient d’annoncer à 41 ans son adhésion à l’Union du peuple gabonais (UPG), quelques semaines après la mort du fondateur de ce parti, Pierre Mamboundou. Interview. Jeuneafrique.com : Pourquoi avez-vous décidé d’adhérer à l’UPG ? Bruno Ben Moubamba : Mon adhésion est acquise. Je serai un membre actif enthousiaste car c’est le dernier grand parti de l’opposition gabonaise. J’ai vécu très douloureusement la dissolution de l’Union nationale [survenue en janvier 2011, NDLR], dont j’étais un des vice-présidents, et j’arrive à l’UPG pour essayer de participer à ...
Lire l'article
« Ce 15 août 2011, dans une longue interview, j'ai annoncé que je me retirais du "Gouvernement Mba Obame". Je souhaite à toute cette équipe ainsi qu'aux collaborateurs de ce "Gouvernement" un prompt succès et une "bonne chance" mais je n'en suis plus membre. Que Dieu bénisse le Peuple Gabonais ! » ‎ « "J'ai enlevé le corps ... " Que personne ne m'appelle plus "M. le Ministre ! L'Un a été démantelée et ce n'est pas à cause de moi ... Que chacun se pose la question : Pourquoi et comment l'UN a été démantelée ? Je souhaite une bonne chance ...
Lire l'article
Ainsi donc, Monsieur Nicolas Sarkozy, Président de la République Française, vous qui aviez promis en 2007 d’en finir avec la ‘Françafrique’, vous avez choisi de recevoir aujourd’hui Monsieur Ali Bongo Ondimba à l’Elysée. Nous sommes fondés à penser qu’il s’agit d’une erreur politique fondamentale à l’égard de l’Afrique Francophone, tout comme l’a été le fameux discours de Dakar. Cette erreur jette d’autant plus le trouble dans l’opinion gabonaise qu’en juillet dernier, alors que vous étiez justement à Libreville pour les obsèques d’Omar Bongo, vous avez condamné la répression menée par le pouvoir Iranien et avez apporté votre soutien aux manifestants ...
Lire l'article
La précampagne pour les élections présidentielles anticipée du 30 aout 2009 au Gabon bat son plein. C’est l’occasion pour les unités médiatiques, de mettre en place des nouvelles grilles de programmes adaptées à la circonstance. C’est dans cet optique que c’est inscrite la chaine de télévision gabonaise « TéléAfrica », dans le cadre de son émission « Edition Spéciale » présenté par un jeune journaliste du nom de Snélla Ange Pambo. L’invité du Jour, Bruno Ben Moubamba, candidat à l’élection présidentielle anticipée. Mais aussi deux autres invités qui se réclamaient d’être partisans du candidat Ali Bongo Ondimba. Cette configuration, d’après Ben ...
Lire l'article
Bruno Ben Moubamba , porte- parole des Acteurs Libres de la Société Civile Gabonaise, candidat au prochain scrutin présidentiel, a regagné plutout "discrètement" Libreville, samedi soir. Venant de France où il est installé, Bruno Ben Moubamba a été salué à son arrivée par des membres de la Société civile conduits par Marc Ona Essangui, responsable de Publiez ce que vous payez et de l'Ong Brainforest, mais la "ferveur populaire" n'était pas au rendez-vous. Dès l’annonce , le 8 juin dernier du décès du Président Omar Bongo Ondimba, rappelle-t-on, Bruno Ben Moubamba "inondait" la toile et les rédactions des médias français d'appels ...
Lire l'article
Acteurs libres de la Société Civile Gabonaise IRIMEP - BP 1421 - 51065 Reims Cedex DECLARATION DE BRUNO BEN-MOUBAMBA, AUTEUR DE LA LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE GABONAISE LE 19 JANVIER AU TROCADERO - PARIS Un accident tragique a coûté la vie à de nombreux militaires français au Gabon et les Acteurs Libres de la Société Civile Gabonaise présentent leurs très sincères condoléances aux familles des victimes. Malheureusement, cette tragédie intervient alors même que le Gabon est dans un état de délabrement économique, social et politique qui a discrédité depuis longtemps tous les protagonistes du jeu politique. En effet, ce ...
Lire l'article
Gabon : Bruno Ben Moubamba admis à l’UPG
Gabon/Politique : Bruno Ben Moubamba face à la presse
Gabon : retour au pays de l’opposant Bruno Ben Moubamba
Opposition : Bruno Ben Moubamba adhère à l’UPG
Bruno Ben Moubamba : “Le boycott des législatives au Gabon est contre-productif”
Politique : Bruno Ben Moubamba se met à la disposition de la République
France : Déclaration de l’Elysée Par Bruno Ben Moubamba 20 novembre 2009
Gabon: Bruno Ben Moubamba est-il présidentiable?
Gabon: Retour discret de Bruno Ben Moubamba à Libreville
Déclaration de Bruno Ben Moubamba au Trocadéro à Paris le 19 janvier 2009


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne 3,67 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 1 Mai 2010
Catégorie(s): Opinion
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*