Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Des ONG à la rescousse de la mangrove d’Akanda

Auteur/Source: · Date: 10 Mai 2010
Catégorie(s): Environnement

Suite à la coupe intensive des palétuviers de la mangrove du parc national d’Akanda, au Nord de Libreville, par les populations locales, un consortium d’ONG multiplie les actions pour protéger cet écosystème.
Alors que les pêcheurs nigérians du village de Moka (Nord de Libreville) coupent les palétuviers du parc d’Akanda pour alimenter le feu des cuisines et des fumeries de poisson, plusieurs ONG pensent que la coupe de ces arbres représente une menace pour la mangrove du parc, rapporte une dépêche de l’AFP.

Ces ONG tentent à cet effet d’apprendre aux Nigérians, installés depuis la fin des années 1970, comment survivre et subvenir à leurs besoins tout en préservant la mangrove et sa faune. Selon directeur exécutif du Centre d’action pour le développement durable et l’environnement, Constant Allogo,les zones défrichées par les Nigérians représentent près de 11.000 m2 de mangrove perdue.

«On ne peut pas leur interdire la coupe. Elle est indispensable pour leur vie ou plutôt leur survie», souligne-t-il dans les propos rapportés par l’AFP. «Mais on leur demande de le faire de manière rationnelle. De ne pas déboiser complètement un endroit. De privilégier le bois mort», poursuit-il encore.

L’ONG veut aussi construire des fumoirs en terre «où il y a moins de perte d’énergie» tout en tentant de leur faire utiliser de la sciure des usines à bois de Libreville. «Il y a de la bonne volonté de leur part mais il faudrait qu’on soit là en permanence pour qu’ils ne coupent plus», assure pour sa part Louis-Marie Eva-Bekoune de l’ONG Akanda Nature.

«Il faudrait qu’on puisse donner quelque chose à un ou deux habitants du village pour qu’ils surveillent les coupes et nous aident à reboiser. Ca permettrait à la fois de les aider tout en contribuant à la protection de la mangrove», affirme encore monsieur Allogo.

Le parc national d’Akanda est une aire naturelle protégée située au nord-est de Libreville, au Gabon. Bordé par les baies de la Mondah et de Corisco, ce parc présente un paysage de mangrove, riche en oiseaux, en espèces aquatiques et en amphibiens. C’est le site d’escale et de reproduction le plus important du Gabon pour les oiseaux migrateurs. Des tortues marines fréquentent également les eaux de ce parc. Les associations de protection de l’environnement s’inquiètent donc de l’augmentation de la pression anthropique dans ce parc.

En raison de la proximité de la capitale gabonaise, un nombre croissant de pêcheurs et de bûcherons viennent y exercer leur activité pour revendre ensuite en ville poisson fumé, planches et bois de chauffage. C’est un des rares endroits au Gabon où le nombre des hommes commence à poser problème.

L’estuaire du Gabon constitue un des plus beaux ensembles de marais maritimes d’Afrique : au total 100 000 ha. Ce sont en effet environ 80 000 ha de mangroves et de tannes et au moins 20 000 ha de mangrove régressive et de forêt marécageuse qui s’organisent autour de l’estuaire.

Les forêts de mangroves se rencontrent dans tous les estuaires, les baies et les lagunes de la côte et sont plus généralisées sur les rives du sud que sur celles du nord. La formation principale se trouve dans l’embouchure du Komo.
 


SUR LE MÊME SUJET
L’Organisation non gouvernementale (ONG) dénommée ‘’Elik-Minkebe’’, basée à Libreville, a installé une antenne à Minvoul, chef-lieu du département du Haut-Ntem, dans la province du Woleu-Ntem, dans le nord du Gabon, afin d’apporter son aide dans la protection du parc national de Minkébé. Situé à cheval entre les provinces du Woleu-Ntem (nord) et de l’Ogooué-Ivindo (nord-est), le parc national de Minkébé, est livré à une exploitation illicite de l’or et au braconnage. ‘’Cette antenne répond à la nécessité de défendre le patrimoine écologique du parc national de Minkébé, victime d’une exploitation abusive de l’or et au braconnage’’, a déclaré le président de ...
Lire l'article
Les autorités gabonaises et camerounaises ont convenu d’organiser chaque trimestre des missions transfrontalières de 15 jours pour combattre le braconnage qui prende de l'ampleur dans le parc national de Minkébé, situé au nord-est du Gabon, à la frontière avec le Cameroun et le Congo-Brazzaville. La décision a été prise à l’issue d’une mission d’une semaine, du 7 au 15 mars, effectuée au sud Cameroun par l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) et le Fonds mondial pour la nature (WWF), afin de rechercher, avec les autorités de ce pays voisin, les voies et moyens de mettre un terme ...
Lire l'article
Le Centre d’action pour le développement durable et environnemental (CADDE), une organisation non gouvernementale (ONG) a lancé, conjointement avec des pêcheurs nigérians du village Moka, un projet pour la gestion concertée de la mangrove du parc national d’Akanda, une aire protégée située dans le département du Cap Estérias, au nord de Libreville, la capitale gabonaise. Le secrétaire exécutif de l’ONG, Constant Allogho Aubame, a indiqué que le CADDE va lutter contre la coupe intensive de la mangrove, un écosystème où se reproduisent les poissons et les crustacés, utilisé comme combustible par les pêcheurs nigérians du village de Moka pour fumer ...
Lire l'article
Les ressources halieutiques font l’objet d’un véritable pillage dans le parc national d’Akanda, une aire protégée située dans le nord de Libreville. Des pêcheurs de nationalité nigériane sont particulièrement incriminés, qui pratiquent une pêche illégale intense dans le parc, un des treize sites classés au Gabon pour préserver la biodiversité. Au cours d’une mission de lutte anti-braconnage, le 11 novembre dernier, le conservateur du parc, Jean Jacques Panga, et son équipe ont saisi 50 kg de poisson sur des pêcheurs nigérians. ‘’Les Nigérians étaient à bord d’une vingtaine d’embarcations et pêchaient avec des filets non règlementaires’’, a indiqué M. ...
Lire l'article
Attendu à Libreville le 24 février 2010, pour sa première visite officielle depuis le changement intervenu à la tête de l’Etat, suite à l’élection anticipée du 30 aout 2009, le président français Nicolas Sarkozy va tenter de jouer serré pour obtenir d’Ali Bongo Ondimba des aménagements sur la mesure d’interdiction d’exportation des grumes qui pénalise lourdement nombre de forestiers français. La visite du président français sur le sol gabonais du 24 au 25 février est la première du genre depuis l’accession du président Ali Bongo au pouvoir. Cette visite qui débutera le 24 février par le dépôt de ...
Lire l'article
La société sud africaine Imbani a signé le 18 décembre avec les autorités gabonaises un protocole d'accord pour un partenariat qui doit permettre le redressement de la Société gabonaise de raffinage (SOGARA). Ce protocole d'accord prévoit notamment l'amélioration de la production, la construction d'une nouvelle aux standards internationaux ou encore la formation des agents locaux. Le ministre gabonais des Mines, Julien Nkoghe Bekale, a signé le 18 décembre dernier à Libreville avec le président directeur général de la société sud africaine Imbani, Briss Mathabate, un protocole d'accord pour le redressement de la Société gabonaise de raffinage (SOGARA). «Nous avons reçu les ...
Lire l'article
Le ministre gabonais des Transports, Sylvestre Ratanga, vient de signer à Abidjan avec son homologue ivoirien, Albert Toikeusse Mabri, un accord cadre de coopération entre les deux pays pour le développement des transports urbains. Cet accord scelle notamment l'assistance technique de la société ivoirienne BNETD Sotra à la Société gabonaise de transports (SOGATRA), qui peine depuis plusieurs années à développer un réel réseau de transports urbains au Gabon. La Société gabonaise de transports (SOGATRA) vient peut-être de trouver un partenaire technique capable de l'aider à mettre en place un véritable réseau de transports urbains communautaires, qui permettrait notamment de désengorger ...
Lire l'article
Le Gabonais Marc Ona Essangui a remporté, samedi, le Goldman Environnemental price, l’équivalent du Prix Nobel pour la défense de l’environnement, mentionne Info plus Gabon. Il s’était battu contre l’exploitation de la mine de fer de Belinga au nord-est du Gabon dans un parc national et la construction d’un aéroport au nord de Libreville, la capitale gabonaise, dans la forêt de la Mondah.
Lire l'article
Le ministre gabonais du Commerce, Patrice Tonda, coordonateur national du Fonds européen de développement (FED), a ouvert le 4 mars dernier à Libreville le séminaire de restitution et de validation du programme d’appui du FED au secteur gabonais du Commerce. Ces travaux doivent permettre de valider le programme d’appui élaboré par les consultants qui doit permettre de diversifier l’économie nationale, de réduire la dépendance au secteur pétrolier et de renforcer la compétitivité du secteur privé gabonais sur la marché international. Dans le cadre du 10e Fonds européen de développement (FED), les acteurs du secteur gabonais du Commerce ont été conviés ...
Lire l'article
Le Conseil des ministres de jeudi a marqué son accord pour l'inscription de l'ancien Hôpital Albert Schweitzer de Lambaréné sur la liste indicative du Gabon au patrimoine mondial de l'UNESCO. Sur cette liste seront inscrits les sites suivants: L'ancien Hôpital Albert Schweitzer de Lambaréné; le parc national des plateaux Batéké; les grottes de Lastrourville le parc national de Moukalaba Doudou et le parc national des Monts Birougou.
Lire l'article
Une ONG s’implique dans la protection du parc national de Minkébé
Patrouilles conjointes pour lutter contre le braconnage dans un parc situé à la frontière du Gabon et du Cameroun
Un projet de sauvegarde de la mangrove dans un parc national au nord de Libreville
Pillage des ressources halieutiques dans le parc national d’Akanda
Gabon : Sarkozy à la rescousse des forestiers français ?
Les Sud Africains à la rescousse de la SOGARA
Gabon : La Côte-d’Ivoire à la rescousse pour les transports urbains
Gabon : Marc Ona Essangui reçoit le prix Goldman de l’environnement 2009
Gabon : L’UE à la rescousse du secteur de Commerce
Gabon: L’Hôpital A. Schweitzer et d’autres sites gabonais sur la liste d’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 10 Mai 2010
Catégorie(s): Environnement
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*