Socialisez

FacebookTwitterRSS

Revue de Presse Hebdomadaire : «Les saboteurs d’OBO dans l’entourage d’ABO!; Ali est-il tombé dans les «bien mal acquis»?; 65 milliards de gâchis!; AMO, un ange passionnément démoniaque! »…

Auteur/Source: · Date: 6 Juin 2010
Catégorie(s): Médias

La presse gabonaise, cette fin de semaine a commis de nombreux titres qui passent en revu l’actualité nationale abondante, avec notamment les sénatoriales et législatives partielles de ce dimanche 6 juin 2010, le coup d’œil sur les candidats, le premier anniversaire du décès du défunt président Omar Bongo Ondimba, le cinquantenaire de l’indépendance, l’achat de bâtiment devant abriter les services diplomatiques gabonais en France.
GABONEWS, fidèle à sa ligne vous propose les morceaux choisis, condensés de cette presse, autant sur support papier que sur numérique, qui informe les Gabonais, au fil de la semaine.
Entamons donc ce kaléidoscope des journaux gabonais par « les saboteurs d’OBO dans l’entourage d’ABO », titre qu’a choisi LA COLOTTE pour sa publication du jeudi 3 juin. Cet hebdomadaire d’informations et d’investigation plante d’emblée le décor quant à son titre évocateur.
« D’aucuns se demandent pourquoi «  La Calotte », depuis sa création, revient sur des sujets que l’on pourrait qualifier dans le jargon populaire, de l’histoire ancienne », relève l’auteur de l’article à la une, qui explique par ailleurs que « mais  quand les mêmes acteurs de l’époque de feu OBO, sont toujours au commande et proches collaborateurs de l’actuel chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, il est toujours utile de revenir sur leur passé, surtout que celui-ci est jalonné de leurs basses manœuvres ».
Dans cet article qui s’achève à la page 8, l’on essai de démontrer qu’il y a des proches collaborateurs de l’actuel chef de l’Etat, qui ont de tout temps, empêché la mise en œuvre des initiatives devant favoriser le développement du pays. Dans ce cas, Habid Papy B. de relever dans son texte que « l’émergence ne saurait s’accommoder de certaines manigances héritées de l’époque passée ».
LA LOWE également, autre hebdomadaire gabonais d’informations du 4 juin dernier, pare du « Danger républicain dans la sphère présidentielle » en se demandant, sur cette bande sous forme d’annonce à la première de couverture, puisque l’article est à lire dans le N° 125 à paraître, « pour combien de temps encore, François Engongah Owono, Patrice Otha, Maixent Accrombessi …résisteront-ils à la razzia mortelle des ennemis du président de la République ? ».
De même, LE NGANGA, l’hebdomadaire satirique d’investigation, du 4 juin a fait un papier sur cette affaire en intitulant qu’à la « Présidence de la République, l’espion de la vieille école fait son paon ».
Dans ce papier, l’on note que « le terrible ‘’détergent Ali’9’’ qu’Ali Bongo Ondimba a fait passé au bord de mer et qui a emporter par fournées entières de « brillants compatriotes » de l’époque OBO n’a pas totalement désencrouter la maison. Et pour cause, certains bienheureux qui ont échappé à ce récurage ont gardé leurs réflexes hérités de l’ancien régime qui consistaient à mentir à feu OBO, pour s’attirer ses privilèges pécuniaires. Ali devrait éviter d’écouter les bons diseurs de renseignements experts ès machination, qui auraient remis au goût du jour leur méthode de coupage ».
Une autre actualité, c’est l’achat, en France, du nouveau local pour abriter les services de l’ambassade du Gabon dans ce pays hôte. Pour cette nouvelle, LE NGANGA se demande sur sa une, dans ce titrage du 4 juin, si Ali (Bongo Ondimba) n’est pas « tombé dans les « biens mal acquis ».
Pour LE NGANGA, « l’affaire enfle et ne manquera certainement pas de gonfler les voiles d’une opposition qui ne mobilisait plus avec sa litanie de dénonciation resucées. Dernier invité en date : les ONG (La Coalition publiez ce que vous payez, PCQVP), toute heureusement que le mousquetaire de la lutte contre l’enrichissement illicite se soit lui-même laissé prendre par leur rets sans pitié ».
Le journal LE TEMPS quant à lui, bimensuel d’informations et d’analyses du 4 juin, pour cette affaire, fait mention de « 65 milliards de gâchis ».
Pour ce tabloïd qui fustige l’acte du gouvernement de la République qui veut doter sa représentation diplomatique d’un véritable siège, « pendant que les quartiers de Libreville et de ses environs sont cruellement enclavés à cause d’une canalisation calamiteuse, et que le chômage étrangle davantage, l’exécutif, au nom de la bonne gouvernance et de la ‘’transparence ‘’ se tape le luxe de s’acquérir les biens immobiliers en plein cœur de Paris ».
Plus loin, en page 4, cette parution indique que les « observateurs et ONG s’interrogent sur un tel investissement. Et exigent une enquête parlementaire sur l’achat e l’immeuble parisien ».
Cependant, à la fin de son texte, l’auteur émet des doutes sur la capacité des députés à faire valablement et loyalement leur travail. « Mais, les parlementaires dont l’une des mission est de contrôler l’action du gouvernement, oseront-ils ? ». « Wait and see », conclu –t-il.
L’affaire du décès de Pierre Claver Zeng Ebome à qui la nation entière a rendu hommage, après sa disparition le 19 mai dernier à Paris (France), n’échappe pas aux conjectures comme la semaine dernière.
Le Bimensuel gabonais d’informations et d’analyses du lundi 31 mai dernier, LA NATION, s’interroge sur l’une des structures hospitalières les plus fournies d’Afrique centrale. « Hôpital d’instruction des Armées Omar Bongo Ondimba: structure hospitalière ou camp d’extermination ?».
« Triste réputation », souligne le journal sur sa une qui s’interroge de nouveau : « peut-on tordre le cou aux rumeurs qui font état de nombreux cas de personnalités qui se sont subitement sorties de coma en apprenant que leurs proches les conduisaient à l’Hôpital d’instruction des Armées Omar Bongo Ondimba (HIAOBO) ? ». Et de renchérir, à la page 6, avec le décès de Pierre Claver Zeng Ebome (PCZ) qui a « surpris par son départ précipité et brusque ».
LA NATION mentionne que « les déclarations des uns et des autres tournent autour de ce départ inopiné et chacun argumente à sa guise ». En effet, « on évoque l’erreur médicale dans un grand hopital de la place (Ndlr: HIAOBO) par ci on parle de maladie par là. D’autres, les vrais ‘’Kongosseurs’’ vont plus loin en parlant de d’un ‘’ achèvement  de l’homme par empoisonnement’’ ».
Samedi, GABONEWS, après un tour d’horizon sur la campagne faisait remarquer qu’ « Après avoir exposé leurs idées respectives aux populations, pendant près de deux semaines, les différents candidats aux élections législatives et sénatoriales partielles du 6 juin, avaient, pour certains, tenu leur meeting de clôture de campagne vendredi dernier tandis que d’autres l’ont fait samedi ».
Ce dimanche, après la campagne qui a duré deux semaines, les élections sénatoriales et législatives partielles focalisent l’attention du commun des Gabonais tant il y a des duels qui datent et qui entendent présenter une autre figure de la politique notamment du paysage démocratique et politique du pays.
Toutefois, en attendant les parutions de la semaine à venir, voici quelques mots de quelques candidats repris par le journal LE TEMPS avant cette élection.
Casimir Oyé Mba, « ce n’est pas le cochon qui se vante d’être gras ». Jean Eyéghé Ndong, « chers électeurs …vous ne serez pas des dindons de la farce qu’on vous tend ». André Mba Obame, « Après avoir visité la maison de Mba Abessole, venez me dire combien elle a coûté et vous me direz de quel côté se trouvent les milliardaires ». Paulette Missambo, « Mon bilan, soit en tant que membre du gouvernement, ou en tant que député, est éloquent ».
Pour LE SOLEIL, publication du vendre di 4 juin, l’on retient cette citation de Julien Nkoghé Békalé : « détournez-vous de ceux qui cultivent la haine et le tribalisme. Ils n’ont rien fait quand étaient aux affaires… ».
Par ailleurs pour cette élection, NKU’U LE MESSAGER évoque le « procès posthume d’Omar Bongo Ondimba ».
« …les flagorneurs et les thuriféraires d’Omar Bongo Ondimba en sont devenus amnésiques au point de déclarer politiquement que cette œuvre (Ndlr : Œuvre d’Omar Bongo Ondimba) n’était qu’un ‘’champ de ruine’’. Et comme si cela ne suffisait pas, voilà qu’il est révélé à l’occasion de cette présente élection législative partielle que des hommes et des femmes qu’il a associé pendant de longues années à la réalisation de ladite œuvre n’étaient que de bon à rien. Ainsi, Casimir Oyé Mba, Jean Eyéghé Ndong, André Mba Obame, Paulette Missambo, tous collaborateurs d’Omar Bongo Ondimba ce, à des hauts niveaux de l’Etat, aujourd’hui voués aux gémonies par leurs ex-camarades, sont présentés comme les seuls responsables des échecs des politiques menées par ce derniers en quarante deux années de règne ».
NKU’U LE MESSAGER révèle également une ‘’fraude émergente’’ en s’interrogeant si « Le Gabon parviendra-t-il un jour à organiser une seule élection dans la transparence, et donc sans fraude ? ».
Le Quotidien L’UNION tout comme GABON MATIN de samedi et dimanche ont tous titré leur une sur cette élection qui se déroule de Libreville à Lastrouville en passant par Medouneu, Ntoum, canton Ogooué etc.
En sport, les deux principaux quotidiens nationaux restent focalisés sur la coupe du monde de Football qui s’ouvre le 11 juin prochain en Afrique du sud.
GN/DCD/10


SUR LE MÊME SUJET
Le séjour du Chef de l’Etat gabonais Ali Bongo Ondimba dans le Woleu-Ntem est le grand titre qui fait l’actualité dans les journaux gabonais parus la semaine écoulée. « Ali Bongo Ondimba dans le Woleu-Ntem : Le sens d’une visite historique » Titre à sa une, « Gabon Matin » du 18 décembre 2010. Le Président de la République et l’ensemble des membres du Gouvernement, note le quotidien, séjournent dans la Province du Woleu-Ntem depuis le 19 jusqu’au 22 décembre 2010 dans le cadre d’une visite républicaine. Un Conseil des Ministres se tiendra à Oyem mercredi et pourrait déboucher sur l’annonce ...
Lire l'article
De retour à Libreville au terme d’un séjour en Arabie Saoudite et à Singapour, le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, a déploré jeudi soir « une attitude arrogante et prétentieuse », des plaignants de l’affaire des biens supposés mal acquis, en référence à la plainte de Transparency International sur le patrimoine, en France de trois dirigeants africains dont feu Omar Bongo Ondimba. S’exprimant face à la presse, à l’aéroport international Léon Mba de Libreville, le président de la République de déclarer : « Je dois dire que ce qui me vient à l’esprit, c’est un adage français qui ...
Lire l'article
La décision de la justice française sur les "biens mal acquis" va-t-elle nuire aux intérêts des groupes industriels français sur le continent ? C'est en tout cas ce qu'espère le mouvement génération Omar Bongo Ondimba. "Tout sauf Total Gabon" Cette association, réputée proche du pouvoir gabonais, a annoncé hier le lancement d'une opération de boycott des produits du groupe français Total, intitulée « tout sauf Total Gabon ». Sa présidente, Chantal Ondo, affirme avoir pris cette décision « suite à la réouverture en France du dossier des présumés biens mal acquis ». Elle « consiste à refuser tout produit Total Gabon, à savoir ...
Lire l'article
Le parti au pouvoir et le gouvernement de la République du Congo ainsi que la presse locale fustigent cette semaine l’injustice des organes occidentaux contre l’Afrique, après que la Cour de cassation française eut annoncé mardi que la justice pouvait poursuivre l’enquête sur le patrimoine en France de trois présidents africains, soit l’affaire dite des "biens mal acquis". La plainte visant les présidents gabonais Omar Bongo, congolais Denis Sassou Nguesso et équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema, avait été sollicitée en mars 2007 par l’organisation non-gouvernementale, Transparence Internationale (TI) France. Selon l’accusation de l’ONG, les trois chefs d’Etats ont détourné des fonds publics pour ...
Lire l'article
Une association gabonaise a annoncé samedi à l'AFP qu'elle portera plainte lundi à Libreville avec plusieurs ONG locales contre l'ONG Transparency International (TI)-France qui a porté plainte en France contre le président gabonais Omar Bongo Ondimba, décédé en 2009. "Nous avons déjà saisi notre avocat, il a la plainte qui sera déposée lundi auprès du procureur général de la République" de Libreville, a déclaré Albert Kassa, porte-parole de Cashbo qu'il présente comme "une association politique de soutien aux actions du pouvoir en place" au Gabon. "Nous sommes une trentaine d'associations et d'ONG gabonaises" à l'origine de cette "plainte pour propos diffamatoires, calomnieux ...
Lire l'article
Un arrêt de la Cour de cassation autorise une enquête judiciaire française sur la manière dont trois présidents africains se sont constitué un important patrimoine parisien Audacieux, l’arrêt de principe rendu mardi par la Cour de cassation ouvre des perspectives nouvelles aux associations qui dénoncent la corruption et agissent pour en faire condamner les responsables, aussi puissants soient-ils. En relançant l’enquête sur les «biens mal acquis» par trois potentats d’Afrique, la plus haute juridiction judiciaire française peut aussi faire frémir quelques palais du continent. En filigrane, elle réaffirme aussi, dans une affaire sensible, la prééminence du juge d’instruction que Nicolas Sarkozy ...
Lire l'article
« En date du 09 novembre 2010, la Cour de cassation Française a rendu une décision, annulant un arrêt de la Cour d’appel de Paris, rendu en mai 2009 et ayant conclu au rejet de la demande de l’organisation Transparency International dont la Cour d’appel avait estimé, à juste titre, qu’elle n’avait aucun intérêt juridique pour agir en la matière. Cette décision, d’une rare gravité, ne saurait laisser sans réaction, tous ceux qui sont attachés aux principes d’une société internationale organisée sur la base du respect du droit international et de la souveraineté des Etats. En effet, en décidant que les ...
Lire l'article
C'est ce qu'affirme l'avocat d'une des associations qui a porté plainte devant la justice française sur les biens acquis en France par trois chefs d'Etats africains, dont Omar Bongo. "La disparition du président Bongo ne change rien aux poursuites en cours dans l'affaire des biens mal acquis", a indiqué, lundi 8 juin, à l'AFP l'avocat Me William Bourdon, en rappelant que "plusieurs membres de sa famille" sont également visés par une plainte devant la justice française. "Une enquête de police a montré que les détournements de fonds dénoncés par Tranparence Internationale France sont imputables à une entreprise familiale", explique l'avocat de ...
Lire l'article
Les dictateurs africains ont la cote à Paris ! À chaque fois qu'une plainte est déposée par des associations de lutte contre la corruption comme Transparency international France ou encore l'association Sherpa, celle-ci se heurte à une fin de non-recevoir. En 2007 déjà, une première plainte avait été déposée contre les biens mal acquis en France d'Omar Bongo, de Denis Sassou N'Guesso et de Téodoro Obiang Mbasogo, accusés d'avoir détourné des fonds publics de leurs pays via leurs multiples comptes en banque pour s'acheter des villas, des appartements ou des voitures de luxe. Elle s'était enlisée et l'affaire avait été classée ...
Lire l'article
Omar Bongo et les bien mal acquis : Le grand journal CANALPLUS, le 12/02/2009, l'émission Le Grand Journal met a nu les biens mal acquis d'Omar Bongo (42 ans au pouvoir) et de Sassou Nguesso respectivement president du Gabon et du Congo Brazaville
Lire l'article
Gabon / Médias : La Revue de presse hebdomadaire
Politique / Bien mal acquis: Ali Bongo dénonce « une attitude arrogante et prétentieuse »
“Bien mal acquis” : Total va-t-il faire les frais de la décision de la justice française ?
Affaire « bien mal acquis »: Le Congo fustige l’injustice des organes occidentaux contre l’Afrique
“Bien mal acquis”: plainte lundi au Gabon contre une ONG française
Bien Mal Acquis: Une décision qui pourrait «casser la culture du pillage»
« Bien mal acquis » : le Parti démocratique gabonais dénonce (Texte intégral)
Bien mal acquis : la mort d’Omar Bongo ne change rien
Biens mal acquis des dictateurs africains – Des dictateurs bien protégés par la France
Omar Bongo et les bien mal acquis : Le grand journal CANALPLUS

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 6 Juin 2010
Catégorie(s): Médias
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*