Socialisez

FacebookTwitterRSS

Un an après la mort d’Omar Bongo: le Gabon entre rupture et continuité

Auteur/Source: · Date: 7 Juin 2010
Catégorie(s): Politique,Société

Un an après la mort de son père Omar Bongo Ondimba, Ali Bongo tente de donner au Gabon un nouveau style avec des plans de réforme de l’administration et de l’économie, des annonces dans l’écologie et des promesses de moralisation mais l’opposition se montre sceptique.

“L’émergence”: avec ce mot, Ali Bongo résume tout son projet de société pour le Gabon. Le nouveau président a multiplié les chantiers avec l’ambition de sortir le “pays de l’immobilisme” qui avait marqué les dernières années au pouvoir de son père.

Il a ainsi pris de nombreuses mesures spectaculaires. La première d’entre elles, dès octobre, a été surnommée le “Tsunali”. Ali Bongo, qui a fait passer le nombre de ministres de 44 à 30, a notamment limogé de nombreux hauts fonctionnaires pour “mettre un terme aux promotions parfois guidées par le repli identitaire, le clanisme et le clientélisme politique, source d’inertie et d’inefficacité”, avait alors souligné le gouvernement dans un communiqué.

Ali Bongo a aussi tenté de rationaliser les structures étatiques. Il a supprimé plusieurs organismes para-publics et centralisé les recettes publiques, affirmant vouloir mettre un terme à la parafiscalité pour favoriser “le climat des affaires”. Il a également promis plus d’investissements structurels pour favoriser le développement, et fait passer le Gabon à la journée continue.

Le président s’est aussi positionné de manière très forte sur le créneau environnemental. Il s’est entouré de pointures internationales comme Lee White et Mike Fay, de la Wildlife conservation society (WCS), pour mener à terme ce qu’il surnomme “Le Gabon vert”. Fin 2009, le gouvernement a interdit l’exportation des grumes brutes pour tenter de préserver les forêts et favoriser l’émergence d’une industrie locale de transformation. D’autres mesures ont suivi comme l’interdiction des sacs en plastique qui doit entrer en vigueur en juillet, ou le lancement d’un Plan climat.

“Les mesures qui ont été prises par le chef de l’Etat n’ont pas fait que des heureux (…) Mais, il faut réussir l’émergence! Il faut réussir l’application des réformes, de telle sorte que le résultat, le développement progressiste, soit mieux partagé”, estimait récemment le secrétaire général du Parti démocratique gabonais Faustin Boukoubi.

Mais pour l’opposant André Mba Obame, ex-ministre de l’Intérieur, arrivé 3e aux élections présidentielles d’août 2009, “il y a une régression sur tous les plans depuis la mort du président Bongo”.

Il dénonce “une crispation sur les libertés individuelles. On intimide les familles en les menaçant d’enlever leurs enfants des écoles ou de leur faire perdre leur travail. C’est un Etat voyou”, lance-t-il. “La télévision publique, c’est pire que sous Enver Hoxha” (ancien dictateur albanais).

“On prend des décisions sans réfléchir. C’est la politique casse-cou. Il y a un budget fictif qu’on n’arrive pas à exécuter. La mesure d’interdiction d’exportation des grumes aura des conséquence sociales alors qu’on avait donné aux forestiers jusqu’en 2012 pour transformer localement 75% du bois. Quant à la journée continue, on l’a prise sans mesures d’accompagnement, sans création de cantines. Résultat, les Gabonais travaillent moins. Le pays est bloqué”, assène l’opposant.

Marc Ona, figure de la société civile gabonaise, souligne qu’il “y a beaucoup d’annonces sans savoir si c’est faisable. Finalement, rien n’a bougé comme en témoigne l’achat d’un immeuble à Paris” qui, selon deux journaux français, aurait coûté 100 millions d’euros à l’Etat.

M. Ona estime aussi que “les Gabonais ne peuvent pas s’exprimer” librement. Lauréat en 2009 du Prix Goldman pour l’environnement, il salue toutefois les mesures environnementales qui “vont payer à terme”.


SUR LE MÊME SUJET
L’UPG décrète trois mois de deuil après la mort de Pierre Mamboundou
L’Union du peuple gabonais (UPG) a décrété trois mois de deuil pour tous ses partisans après le décès de son leader historique, Pierre Mamboundou survenu le 15 octobre dernier des suites d’une crise cardiaque. Cette décision fait suite à celle de ne pas prendre part aux législatives de décembre prochain pour des raisons déjà évoquées par Pierre Mamboundou de son vivant, notamment les conditions de transparence qui passeraient pour l’UPG, par l’introduction de la biométrie dans le processus électoral. L’UPG soutient que la biométrie est la meilleure garantie pour la tenue d’une élection propre, transparente et équitable. Pour ce parti de l’opposition, ...
Lire l'article
Après la mort de Kadhafi, la Libye se prépare à proclamer sa “libération”
Les nouvelles autorités libyennes se préparaient à proclamer dimanche la "libération" totale du pays, après la mort du dirigeant déchu Mouammar Kadhafi et la chute de son dernier bastion qui ont mis un point final à 42 ans de règne sans partage. Dans le même temps, l'Otan a annoncé qu'elle mettrait fin le 31 octobre à son opération maritime et aérienne en Libye après un "accord préliminaire" en ce sens entre les représentants des 28 pays membres de l'Alliance à Bruxelles. "C'est confirmé. Nous annoncerons la libération totale de la Libye dimanche à 17H00 (15H00 GMT) sur la place du tribunal de ...
Lire l'article
Après l’accident qui a causé la mort de l’étudiant Serge Ditengou Maganga, inscrit en master au département, et suite à la colère des étudiants, le recteur de l’Université Omar Bongo (UOB), Pierre Nzinzi est monté au créneau dimanche pour appeler les uns et les autres au calme et à la poursuite des activités académiques au sein du campus. Selon des informations reçues des témoignages, l’étudiant Serge Ditengou Maganga qui était inscrit en master professionnel en Aménagement du territoire, au département de géographie de l’Université Omar Bongo de Libreville, a été mortellement fauché sur son scooter, dans la nuit de vendredi ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire: Blé Goudé, proche de Gbagbo, serait entre la vie et la mort
Charles Blé Goudé, ancien leader des "Jeunes Patriotes" ivoiriens qui soutenaient l'ex-président Laurent Gbagbo, est entre la vie et la mort aux mains des forces d'Alassane Ouattara, a déclaré vendredi un conseiller de Gbagbo en France. Le gouvernement ivoirien, qui avait dans la journée confirmé des informations de médias français évoquant l'arrestation de Blé Goudé, s'était ensuite rétracté. Dans un message adressé à Reuters, un porte-parole du gouvernement du président Ouattara avait déclaré à propos de l'arrestation: "Ce n'est pas confirmé. Nous ne savons pas." Selon Toussaint Alain, conseiller de Gbagbo, "Charles Blé Goudé est entre la vie et la mort". "Il a été ...
Lire l'article
Lors de sa visite au Gabon, le chef de l'Etat a apporté ce mercredi son soutien au nouveau président Ali Bongo, le fils d'Omar Bongo, tout en affirmant que la politique de la France avait changé. Franceville, fief de la famille Ali Bongo, gros bourg africain flanqué d'un aéroport international, accueille Nicolas Sarkozy en début de matinée. "Un ami", peut-on lire sur les banderoles tendues sur la façade en béton du terminal. La rupture avec la "Françafrique", annoncée par le président français au début de son quinquennat, semble loin. C'est sa troisième visite depuis son élection. Dans un univers africain instable, ...
Lire l'article
Une affaire de prétendus déchets toxiques découverts à Mounana par des proches du maire adjoint, Rodrigue Bokoko, dans la verse industrielle de la compagnie des mines d’uranium de Franceville (Comuf), a signé leur divorce après une union vieille d’un demi-siècle. Depuis le début de cette année, le maire adjoint de Mounana, Rodrigue Bokoko, et quelques proches accusent la Comuf d’avoir autorisé l’enfouissement des ‘’déchets toxiques’’ dans sa ville. Cette opération a été effectuée par l’entreprise Geofor, sous-traitante de la Comuf, entre le 5 et le 15 novembre 2009, a indiqué M. Bokoko, ajoutant que ces produits proviendraient du Centre international ...
Lire l'article
Le nouveau président de la République, Ali Bongo Ondimba, a battu campagne à travers les 9 provinces du 15 au 29 août dernier en promettant notamment la rupture avec le système en place au peuple gabonais. Dans une interview accordée à RFI le 4 septembre dernier, que nous publions in extenso, Mélanie Soiron, professeur assistante d'anthropologie à l'Université de Lille I en France, et auteur d'une thèse sur «La longévité politique ou les fondements symboliques du pouvoir politique au Gabon», explique notamment que la rupture promise par Ali Bongo ne sera pas si évidente à concrétiser en raison de l'enracinement ...
Lire l'article
Après le décès du président Omar Bongo Ondimba annoncé le 8 juin, le gouvernement gabonais «devoir travailler immédiatement» à l'organisation de l'élection présidentielle. «La présidente (par intérim, Rose Francine Rogombé) a quand même indiqué au gouvernement de prendre des dispositions en vue de l'organisation de l'élection présidentielle. Le gouvernement va devoir travailler immédiatement», a affirmé le premier ministre gabonais Jean Eyeghé Ndong à la sortie du conseil des ministres vendredi. Ce conseil avait officiellement pour unique ordre du jour l'organisation des obsèques du président. Selon la Constitution, la présidente par intérim, investie mercredi, a 45 jours au plus après sa prise de fonction ...
Lire l'article
Edith Lucie Bongo Ondimba est morte, mais elle a laissé derrière elle un Gabon malade. Elle a laissé un Gabon malade d’une maladie mortelle que, de son vivant et en compagnie de son mari, elle a contribué à empirer. Cette maladie qui ronge notre pays , je l’ai baptisée en 1998 du nom de « bongoïsme », c’est-à-dire la somme de toutes les tares mentales et culturelles qui font aujourd’hui l’état d’esprit d’une certaine classe de Gabonais, Gabonais qui, pendant 42 ans, ont été conditionnés à voir le crime et les comportements déviants introduits au sein de notre société par ...
Lire l'article
Mise en œuvre par de Gaulle après les indépendances africaines, la Françafrique a été un instrument d’une politique hégémonique de la France vis-à-vis de ses anciennes colonies, hégémonie qui se développera quelque temps après dans d’autres pays non francophones. Mais cette Françafrique, que Nicolas Sarkozy ne voulait plus à cause des relations opaques entre ses prédécesseurs et certains dirigeants africains, a résisté à la tempête de la rupture et continue sa mission dominatrice sur la politique et l’économie du continent. De De Gaulle à Sarkozy, la politique française en Afrique, s’est caractérisée par un impérialisme politique et économique par le biais ...
Lire l'article
L’UPG décrète trois mois de deuil après la mort de Pierre Mamboundou
Après la mort de Kadhafi, la Libye se prépare à proclamer sa “libération”
Après la mort accidentelle d’un étudiant, les responsables de l’UOB lancent des appels au calme
Côte d’Ivoire: Blé Goudé, proche de Gbagbo, serait entre la vie et la mort
Sarkozy au Gabon, entre tradition et rupture
Environnement : Rupture pour une affaire des prétendus déchets toxiques entre la mairie de Mounana et la COMUF
Gabon : Ali Bongo peut-il incarner la rupture ?
Après la mort de Bongo, le Gabon prépare la présidentielle
Gabon: Après le deuil, la réalité et les crimes: Quelles leçons tirer de la mort d’Edith Lucie Bongo Ondimba ?
France – Afrique : la rupture… dans la continuité

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 7 Juin 2010
Catégorie(s): Politique,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*