Socialisez

FacebookTwitterRSS

Fossiles du Gabon « On a déplacé le curseur de l’origine de la vie »

Auteur/Source: · Date: 8 Juil 2010
Catégorie(s): Environnement

Abderrazak El Albani, chercheur au CNRS, a coordonné l’équipe de scientifiques qui a découvert, à Franceville, au Gabon, des organismes fossiles complexes âgés de 2,1 milliards d’années, bouleversant ainsi
la chronologie établie. Il alerte l’opinion sur la protection du site.
Géologue et sédimentologue, Abderrazak El Albani travaille au laboratoire Hydrasa, rattaché à l’université de Poitiers et au CNRS. Il a dirigé les recherches qui ont permis, selon lui, la découverte des premières formes de vie complexes.
En quoi cette découverte est-elle importante ?
Abderrazak El Albani. Parce qu’elle représente une avancée significative de nos connaissances sur les fossiles datant des périodes les plus anciennes de notre planète Terre. Ce qui était admis communément, c’est l’émergence de la vie multicellulaire aux alentours de 600 millions d’années avant notre ère. Cela a constitué le point de départ de nombreuses théories. Et jusqu’à présent, on n’avait rien de similaire pour des périodes antérieures. Donc cette découverte apporte la preuve que la vie peut exister 1,5 milliard d’années plus tôt que ce qui était décrit. On déplace donc le curseur de l’origine de la vie multicellulaire.
Quelles sont les conditions qui ont permis l’apparition de ces formes
de vie multicellulaires ?
Abderrazak El Albani. Une des conditions majeures, c’est la présence d’oxygène dans l’atmosphère. En effet, à l’âge des fossiles découverts, correspond une première augmentation de la concentration d’oxygène, qui s’est faite entre 2,4 et 1,9 milliard d’années avant notre ère. Ensuite, cette concentration en oxygène aurait baissé, peut-être suite à des dégagements d’autres gaz causés par une activité volcanique intense, créant une atmosphère peu propice à l’émergence de la vie. Aux alentours de 600 millions d’années, une deuxième augmentation de l’oxygène présent dans l’atmosphère a permis le développement de la vie multicellulaire à grande échelle : c’est l’explosion cambrienne. Avant notre découverte, une question restait insoluble : pourquoi après l’augmentation de 600 millions d’années, il y a apparition de la vie, et après l’augmentation de 2,4 milliards, il n’y aurait rien.
C’est-à-dire que la vie, sous une forme multicellulaire, serait apparue, puis aurait disparu ?
Abderrazak El Albani. Très probablement. Beaucoup de chercheurs se posent la question de savoir si la vie aurait disparu ou si, tout simplement, on n’en aurait pas encore trouvé la trace. Le problème avec ces roches très anciennes, de l’ordre du milliard d’années, c’est qu’elles sont dans la plupart des cas, transformées, par des facteurs liés à la température, à l’évolution des bassins sédimentaires. Or, le bassin sur lequel on travaille, le bassin gabonais de Franceville, montre des roches en excellent état de conservation. Cela ne veut pas dire qu’on va trouver des fossiles, mais c’est quand même un élément important, pour trouver des restes. De deux choses l’une : soit on ne trouve pas de traces de vie, parce que cela n’a pas été conservé ; soit le taux d’oxygène a baissé pendant tout l’intervalle entre 1,9 milliard et 600 millions d’années. Pas d’oxygène, pas de vie multicellulaire ; c’est l’hypothèse que je défends.
Quelles sont les perspectives ouvertes par ces découvertes ?
Abderrazak El Albani. Tout d’abord, il s’agit d’un travail d’équipe d’une vingtaine de chercheurs et de seize institutions, que j’ai coordonné. Notre projet est le fruit d’une collaboration entre des géochimistes, des géologues, des sédimentologues, des minéralogistes. C’est un travail multidisciplinaire dont l’objectif est d’essayer de mettre la recherche française sur les rails, concernant cette problématique. Nous allons soumettre à nos instances (CNRS, Agence nationale de la recherche…) de nouveaux projets sur le sujet. Des projets qui apporteraient à la fois les moyens financiers, techniques, humains et surtout intellectuels pour nous permettre de rattraper notre retard par rapport aux Américains ou aux Anglais. Le but, c’est de comprendre précisément le métabolisme, le fonctionnement, la filiation de ces organismes par rapport à ce qu’on connaît des étages géologiques plus récents, de comprendre leur mode de vie en détail et d’essayer de mieux cerner cette évolution de l’oxygène dans l’atmosphère.
La visibilité qui vous est offerte
à l’occasion de cette découverte peut-elle vous permettre de débloquer ces nouveaux crédits ?
Abderrazak El Albani. L’objectif, c’est d’abord de partager. C’est une découverte qui apporte quelque chose à la science, à la connaissance. Il faut donc la partager avec la communauté scientifique internationale, puis avec les gens qui ne sont pas spécialistes, le public. C’est notre rôle de communiquer, on a été sollicité pour ça et c’est très important. Dans un deuxième temps, bien sûr, si ça peut nous aider à obtenir les moyens qui sont nécessaires pour prolonger ces travaux, tant mieux. Je profite aussi de cette fenêtre pour alerter sur la protection du site. Car il est en danger. Même s’il va bientôt être classé patrimoine mondial de l’humanité, c’est une carrière de grès encore en exploitation. Je me bats depuis plusieurs semaines pour arrêter le massacre de cette carrière. J’adresse un message à l’État français, pour qu’on puisse, en collaboration et en coordination avec le gouvernement gabonais, assurer la protection du site le plus rapidement possible. Avec mon équipe, nous sommes à la disposition de toute instance qui pourra nous aider à le protéger.
 


SUR LE MÊME SUJET
Les fossiles découverts à Franceville, exposés au Musée d’histoire naturelle de New-York
En marge de l’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations-Unies (ONU) sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), qui s’achève , du reste, ce jour, à New-York (Etats-Unis d’Amérique), le Musée d’histoire naturelle de cette ville expose , dès ce mercredi, les 250 fossiles récemment découverts dans la région de Franceville (Haut-Ogoouésud-est), au sud-est du Gabon , a-t-on appris de source officielle. A cette occasion, la présentation de ces fossiles sera effectuée par le Professeur Abderrazak El Albani, sédimentologue du laboratoire CNRS Hydrasa et coordonnateur de l’équipe de chercheurs internationaux, qui ont effectué la découverte en 2008, ...
Lire l'article
Le président gabonais, Ali Bongo Ondimba a visité lundi le site de Moulendé à la sortie ouest de Franceville où a été découvert en juin dernier 250 fossiles en excellent état de conservation portant sur l’existence d’organismes pluricellulaires datant de 2,1 milliards d’années. Au cours de cette visite, le numéro un gabonais était accompagné de plusieurs de ses ministres. Cette découverte place le Gabon au centre de la science de la vie dont les origines étaient plutôt datées en terme de millions d’années au lieu de milliards d’années. Jusque là, les premières formes de vie complexe ; dotées de plusieurs cellules, remontaient à ...
Lire l'article
Par Georges Dougueli. C’est en 2008, au cours d’une fouille archéologique de routine, en étudiant les traces de vie découvertes dans une ancienne carrière près de Franceville, qu’une équipe de chercheurs coordonnée par Abderrazak el-Albani, sédimentologue à l’université de Poitiers, en France, est tombée sur le jackpot : des restes fossiles, parfaitement conservés dans des sédiments, datant de 2,5 milliards d’années ! La découverte, qui a fait l’objet d’une publication, le 30 juin, dans la revue scientifique britannique Nature, remet tout bonnement en question nos connaissances sur l’apparition de la vie. Certes, des formes de vie plus anciennes – 3,5 milliards d’années – ...
Lire l'article
Enquête : Paléontologie : une nouvelle histoire de la vie
Plusieurs dizaines de fossiles d'organismes multicellulaires datés de 2,1 milliards d'années ont été découverts dans le bassin de Franceville au Gabon.Il faudrait tout récrire : les manuels de biologie, mais aussi toute l'histoire de la vie. La découverte, publiée jeudi 1er juillet à la "une" de la revue Nature, de plusieurs dizaines de fossiles d'organismes multicellulaires datés de 2,1 milliards d'années, promet de secouer comme jamais le landerneau des paléobiologistes. Car, à lire les travaux dirigés par le sédimentologue Abderrazak El-Albani, chercheur au laboratoire Hydrasa (CNRS et université de Poitiers), les premières formes de vie complexes sont apparues 1,5 milliard ...
Lire l'article
Et si la vie multicellulaire avait 1,5 milliard d’années de plus?
La découverte de 250 fossiles au Gabon met le monde de la science en ébullition. Cette découverte pourrait révolutionner l'histoire du vivant. Son ampleur lui a en tout cas valu de faire la couverture de la revue Nature même si, selon certains experts, elle "pose plus de questions qu'elle n'apporte de réponses". La vie complexe multicellulaire ne serait pas apparue il y a 600 millions d'années, mais "plutôt 2,1 milliards d'années", le curseur "s'est déplacé de 1,5 milliard d'années", a déclaré Abderrazak El Albani de l'Université de Poitiers, principal auteur de l'étude. Avec son équipe internationale, il a découvert au Gabon plus ...
Lire l'article
Gabon: La vie multicellulaire plus ancienne que prévue
Les fossiles vieux de 2,1 milliards d'années étaient visibles à l'oeil nu dans la carrière de grès où ils ont été mis au jour par hasard. Crédits photo : AFP L'analyse de fossiles découverts au Gabon par un géologue français montre que les organismes multicellulaires seraient apparus 1,5 milliards d'années plus tôt qu'on ne le pensait. Petit tremblement de terre au sein de la communauté scientifique. Les premiers organismes multicellulaires ne seraient pas apparus il y a 600 millions d'années comme on le pensait jusqu'à maintenant, mais il y a 2,1 milliards d'années ! Cette découverte est si extraordinaire qu'elle faisait jeudi ...
Lire l'article
Une équipe internationale menée par Abderrazak El Albani, géologue au laboratoire Hydrasa (CNRS-université de Poitiers), vient de découvrir l’existence d’organismes vivants datant de 2,1 milliards d’années. Ils ont été mis au jour dans une carrière de grès noir du site d’Oklo, près de Franceville (Gabon). Auparavant, on pensait que l’apparition des premiers véritables organismes vivants, constitués de plusieurs cellules, dataient d’il y a 600 millions d’années Comment se présentent les fossiles mis au jour ? De simples ardoises noires. C’est l’aspect des mille-feuilles extrêmement fins d’argiles au sein desquels Abderrazak El Albani et son étudiant gabonais Frantz Ossa-Ossa ont découvert, de façon ...
Lire l'article
Des formes de vie complexes, des organismes à plusieurs cellules dits "pluricellulaires", seraient apparues voici 2,1 milliards d'années, c'est-à-dire jusqu'à 1,5 milliard d'années plus tôt que scientifiquement attesté jusque là, selon une étude publiée mercredi. L'ampleur de cette découverte lui vaut la couverture de la revue scientifique britannique Nature, même si, selon des experts, elle "pose plus de questions qu'elle n'apporte de réponses". Les premières formes de vie apparues sur Terre voici environ 3,5 milliards d'années étaient unicellulaires, des êtres vivants constitués d'une seule cellule, comme les bactéries. L'origine de la vie complexe multicellulaire, ce n'est plus voici "600 millions d'années, c'est ...
Lire l'article
Des chercheurs du CNRS ont découvert au Gabon des fossiles qui apporteraient la preuve de l'existence d'organismes multicellulaires il y a 2,1 milliards d'années. Jusqu'à aujourd'hui, les premières formes de vie complexe attestées remontaient à 600 millions d'années environ. C'est au creux d'un site fossilifère situé à Franceville, au Gabon, que l'équipe du CNRS et de l'Université de Poitiers a trouvé ces échantillons en 2008. Il ne s'agissait au départ que d'étudier le "paléo-environnement" très particulier de cette région mais les chercheurs tombent sur de nombreux fossiles. Le coordinateur de l'équipe, le géologue Abderrazak El Albani les envoie dans un laboratoire ...
Lire l'article
Le club de stade Mandji de Port Gentil, reçoit dimanche, l’actuel leader , l'Union sportvie Ombilanzambi (USM) , au stade Divungi de Port-Gentil, en match comptant pour la 2ème journée.Déjà samedi, l’Union Sportive d’Oyem (USO) accueille As Pélican (Lambaréné), troisième au classement, au stade Akwakam d'Oyem (nord) Téléstars croise le fer avec le Canon FC 105, deux clubs de la capitale, au stade omnisports Omar Bongo de Libreville. Dimanche, Sogea FC, deuxième au classement, rencontre l’Association Sportive des Commerçants de Moanda (ASCM) au stade Omnisports de Libreville . Mangasport, représentant du pays en Ligue Africaine des champions la saison prochaine, reçoit au stade ...
Lire l'article
Les fossiles découverts à Franceville, exposés au Musée d’histoire naturelle de New-York
Ali Bongo Ondimba visite le site des fossiles pluricellulaires découvert à Franceville
Les plus anciens organismes multicellulaires connus découverts au Gabon
Enquête : Paléontologie : une nouvelle histoire de la vie
Et si la vie multicellulaire avait 1,5 milliard d’années de plus?
Gabon: La vie multicellulaire plus ancienne que prévue
Gabon: Les organismes vivants sont plus anciens qu’on ne le croyait
Gabon: Des formes de vie complexes seraient apparues voici 2,1 milliards d’années
Une découverte qui pourrait révolutionner l’histoire de la vie sur Terre
Gabon: Championnat national de football : le leader USM se déplace à Port-Gentil


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne 3,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 8 Juil 2010
Catégorie(s): Environnement
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*