Socialisez

FacebookTwitterRSS

Les Etats africains cinquantenaires priés de réaffirmer leur engagement à la liberté de presse

Auteur/Source: · Date: 10 Juil 2010
Catégorie(s): Afrique

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) , basé à New-York (Etats-Unis), dans une adresse aux chefs d’Etat d’Afrique francophones attendus à Paris pour les festivités du 14 juillet, qui cette année rendent honneur aux 50 ans d’indépendance de leurs pays, prie lesdits dirigeants de « réaffirmer leur engagement à la liberté de presse », selon un texte parvenu , ce vendredi, à la rédaction de GABONEWS, et que nous publions dans son intégralité.

TEXTE INTEGRAL

« Les chefs d’État des pays d’Afrique francophone

Vos Excellences:

Á l’occasion de votre réunion à Paris pour les festivités du 14 juillet, qui cette année rendent honneur aux 50 ans d’indépendance de vos pays, nous, soussignés défenseurs de la liberté de la presse en Afrique, vous demandons de vous inspirer de ce tournant historique pour déclarer votre engagement en faveur d’une presse libre, dynamique et autonome comme pierre angulaire du développement de l’Afrique francophone dans les cinq prochaines décennies.

Après les indépendances, les régimes monopartites en Afrique francophone ont souvent cherché à restreindre la presse au rôle de messager du gouvernement. Malgré les contraintes, des journalistes se sont distingués par leur dévouement à l’information au service du public et on pos à les jalons pour une presse plus libre.

Avec l’avènement de la démocratisation dans les années 1990, la libéralisation des médias a permis l’expression d’un plus grand nombre de voix représentant la diversité naturelle des opinions de vos citoyens. Dans les pays où la presse libre a pu s’épanouir dans son rôle de contre-pouvoir, on note plus de stabilité politique et de transparence dans les affaires publiques.

Cependant, de nombreux gouvernements réagissent encore à l’examen de leur gestion par la presse avec l’emprisonnement et l’intimidation des journalistes, la pénalisation de tout traitement indépendant des sujets sensibles à travers des lois répressives, ainsi que la censure politique.

Certains gouvernements ont cherché à tort à justifier la répression en invoquant l’exemple de Radio Milles Collines. Pourtant, cette station rwandaise tristement célèbre pour son rôle dans le génocide de 1994, n’était pas un média indépendant mais plutôt un organe de presse contrôlé par le gouvernement rwandais de l’époque.

D’autres gouvernements ont également cité le manque de professionnalisme des médias d’information pour justifier leurs mesures restrictives. S’il est vrai que les médias privés font face au défi d’inculquer le professionnalisme à leur personnel avec de maigres ressources à leur disposition, la plupart des organes de presse ont démontré un degré de responsabilité qui dépasse celle de beaucoup d’autres institutions.

Nous, soussignés, sollicitent ainsi votre leadership pour:

– Dépénaliser la diffamation. Les tribunaux civils se sont révélés être suffisamment aptes à tenir la presse responsable de ses actes tout en préservant la liberté de presse et la liberté d’expression.

– Combattre l’impunité pour toutes les personnes, y compris les responsables de gouvernement, la police et les forces de sécurité, impliquées dans des crimes et des abus contre les journalistes. Cette impunité porte atteinte à la règle de droit et à la confiance du public à l’égard de vos gouvernements.— Rompre avec la mainmise des États sur les agences de régulation des médias, qui ont été utilisées à maintes reprises pour bâillonner des voix diverses et indépendantes.

– Veiller à ce que l’attribution de licences aux médias audiovisuels se fasse de manière équitable, concurrentiel et apolitique.

– Reconnaitre et appliquer la Déclaration de principes sur la liberté d’expression en Afrique qui a été adoptée par la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples en 2002.

– Adopter et appliquer les lois garantissant l’accès a l’information en vertu des principes de la Déclaration, qui stipule que « les organes publics gardent l’information non pas pour eux, mais en tant que gardiens du bien public ».

En tant que dirigeants de pays qui sont signataires de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, nous vous demandons donc de vous inspirer de ce tournant historique comme une opportunité pour renouveler votre adhésion aux droits fondamentaux consacrés par ces conventions internationales et vos constitutions nationales et de renforcer vos efforts pour concrétiser vos obligations en vertu de ces traités.

Vous devez vous rendre à Paris pour une réunion extraordinaire des dirigeants des pays francophone d’Afrique. Cette réunion est une opportunité pour tenir des discussions multilatérales sur le bilan postcolonial et les défis auxquels vos pays sont confrontés.

Votre engagement renouvelé en faveur d’une presse libre et indépendante doit être une priorité dans vos discussions. C’est un objectif essentiel et réalisable ainsi qu’un préalable pour faire face aux nombreux autres problèmes auxquels le continent est confronté.

Une presse indépendante, qui se manifeste parfois par sa relation contradictoire avec les gouvernements, est un partenaire essentiel qui veille sur l’atteinte de votre objectif de bâtir une Afrique démocratique, prospère et libre.

Veuillez agréer, Excellences, l’expression de nos sentiments distingués ».

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), à l’origine de cet appel aux chefs d’Etats d’Afrique francophone, est une organisation indépendante, à but non lucratif basée à New York et dévouée à défendre la liberté de la presse dans le monde depuis 1981. 


SUR LE MÊME SUJET
Le Gabon au 101e rang mondial pour Liberté de la presse
Le Gabon se classe au 101e rang mondial sur 179 pays concernant la liberté de la presse en 2011 avec une note de 36,50, selon un classement publié ce 25 janvier 2012 par l’ONG Reporters sans frontières (RSF). Ce dixième classement met l’accent sur la figure du « net-citoyen », qui a joué un rôle essentiel dans la production et la diffusion de l’information. «Répression a été le mot de l’année écoulée. Jamais la liberté d’information n’a été autant associée à la démocratie, jamais le travail de journaliste n’a autant gêné les ennemis des libertés. Jamais les actes de censure et les ...
Lire l'article
Après avoir sillonné les artères et les salles de rédaction de la capitale gabonaise, ce mardi 3 mai 2011, date de la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse à travers le monde, les acteurs de cette profession ont reconnu qu’au Gabon, la liberté de la presse est effective, justifiant leur propos par le fait qu’« il n’y a, à ce jour, aucun journaliste emprisonné pour ses écrits, (reportages, analyses aussi bien pour la presse audiovisuel que la presse écrite) ». Cette année, la journée mondiale de la liberté de la presse a pour thème « ...
Lire l'article
A l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la liberté de la presse, Laure Olga Gondjout, Ministre de la Communication, de la Poste, des Télécommunications et des Nouvelles Technologies de l’information, a prononcé ce samedi son allocution de circonstance en réaffirmant, pour coller au thème choisi par l’UNESCO, que « de par le monde, les médias, dans leur pluralité, sont des vecteurs d’entente entre les peuples ». Cette année, l’Organisation des Nations Unies pour la Science, l’éducation et la culture (UNESCO) a placé la manifestation qui célèbre les principes fondamentaux de la liberté de la presse, évalue la liberté ...
Lire l'article
Dans l’optique de la Journée internationale de la Liberté de la Presse qui se célèbre le 3 mai de chaque année, dans le monde entier, à Port-Gentil, la capitale économique gabonaise, les ateliers et les conférences débats en vue de cette manifestation ont débuté ce samedi avec pour premier thème abordé « le potentiel des média: Dialogue compréhension mutuelle et réconciliation ». La cérémonie d’ouverture de ces rencontres organisées par la section gabonaise de l’Union internationale de la presse francophone a été rehaussée par la présence des autorités locales, les professionnels de la communication et les universitaires qui ont fait le ...
Lire l'article
En prélude à la Journée internationale de la liberté de la presse, prévue le 3 mai prochain, la jeune équipe rédactionnelle du périodique « l’Infini » du Lycée National Léon Mba de Libreville annonce pour dimanche une série de jeux de société, animations culturelles, conférence-débat entre autres. « La presse est un métier total. Un journaliste est comme une encyclopédie. Il maîtrise plusieurs domaines. C’est un métier qu’il faut valoriser. D’où l’importance de telles rencontres qui nous permettent d’échanger entre nous et de bénéficier surtout de l’expérience et des connaissances des uns et des autres. L’initiative est salutaire et louable ...
Lire l'article
Les journalistes gabonais se mobilisent en vue de la célébration, le 3 mai prochain, de la Journée Mondiale de la liberté de la presse 2009, à travers une série de manifestations qui vont graviter autour du thème retenu, cette année, par l’UNESCO: « Le rôle des médias dans le dialogue interculturel et la compréhension mutuelle ». En ce qui la concerne, la Section Gabonaise de l’Union Internationale de la Presse Francophone, (UPF), que dirige Jean Pascal Ndong, en partenariat avec la représentation de l’Unesco en tant que seule organisation du système des Nations Unies ayant pour mandat de défendre la ...
Lire l'article
A l'occasion de la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse ce 3 mai, le ministre de la Communication, Jean Boniface Asselé, a restitué le cadre normatif dans lequel évoluent les journalistes gabonais et les mesures gouvernementales plus ou moins récentes visant à garantir la rigueur et la liberté de l’exercice journalistique au Gabon. Le ministre de la Communication, Jean Boniface Assélé a saisi le prétexte de la célébration de la Journée internationale de la liberté de la presse pour se prononcer sur le cadre de l’exercice de la liberté de la ...
Lire l'article
Les journalistes gabonais célèbrent ce 3 mai la Journée internationale de la liberté de la presse. A cette occasion, l’Union internationale de la presse francophone (UIPF) remettra un prix au Chef de l'Etat en guise de reconnaissance pour son inlassable lutte pour la liberté de la presse dans son pays. Une reconnaissance qui sera néanmoins ternie par la condamnation de Reporters sans frontières sur la recrudescence des violences policières à l’encontre des journalistes. Le Gabon célèbre ce 3 mai, à l'instar de la communauté internationale, la Journée internationale de la liberté de la presse. Selon le ministère de la Communication, ...
Lire l'article
Le ministère de la Communication, des Postes, des Télécommunications et des Nouvelles technologies de l'information, organise samedi prochain à Libreville, la Journée internationale de la liberté dont le thème retenu à cette occasion est « Liberté d'expression, accès et autonomisation ». Au cours de cette Journée, plusieurs manifestations seront organisées, ainsi que la remise au président de la République gabonaise, Omar Bongo Ondimba le grand prix de la paix par l'organisation non gouvernementale « Paix sans Frontière », de l'Union internationale de la presse Francophone. De part le monde, le 3 mai est une date consacrée à l’information du public sur les ...
Lire l'article
Après la rencontre du 4 avril dernier avec le président du Conseil National de la Communication, François Engonga Owono, sur l’instrumentalisation des médias au Gabon à des fins politiques, l’Observatoire gabonais des médias (OGAM) a tenu une assemblée générale le 18 avril dernier pour préparer la Journée de la liberté de la presse du 3 mai prochain. L’Observatoire gabonais des médias (OGAM) a tenu une assemblée générale le 18 avril dernier dans les locaux de la Chambre de commerce et d’industrie de Libreville pour organiser la célébration de la journée de la liberté de la presse le 3 mai prochain. Cette assemblée ...
Lire l'article
Le Gabon au 101e rang mondial pour Liberté de la presse
Communication / Journée mondiale de la liberté de la presse: la liberté de la presse est effective au Gabon, selon Charles Stéphane Mavoungou, journaliste gabonais
Gabon: Journée internationale de la liberté de la Presse : « Les médias, dans leur pluralité, sont des vecteurs d’entente entre les peuples», (Laure Olga
Gabon: Les ateliers consacrés à la liberté de la presse ont démarré ce samedi à Port-Gentil
Gabon: Des journalistes en herbe s’activent dans la préparation de la journée internationale de la liberté de la presse
Gabon: Journée mondiale de la liberté de la presse 2009: les journalistes gabonais s’activent
Gabon : La liberté de la presse selon Jean Boniface Assélé
Gabon : La célébration de la liberté de la presse ternie par les bavures policières
Gabon: Célébration samedi prochain à Libreville de la Journée internationale de la liberté de la presse
Gabon : L’OGAM prépare déjà la Journée de la liberté de la presse


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 10 Juil 2010
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*