Socialisez

FacebookTwitterRSS

Les soldats africains à l’honneur sur les Champs-Elysées

Auteur/Source: · Date: 12 Juil 2010
Catégorie(s): Afrique,Françafrique,Monde

La présence de compagnies de treize pays d’Afrique francophone, à l’occasion du défilé du 14-Juillet à Paris, ne fait pas l’unanimité

Les Amazones de l’armée béninoise, lors d’une répétition du défilé du 14 juillet sur les Champs-Elysées, à Paris, le 12 juillet (AFP/Boris Horvat).

Ils sont presque tous venus, les détachements militaires africains qui représentent les pays de l’ancien empire colonial français et doivent ouvrir, demain à Paris, le défilé du 14-Juillet sur les Champs-Élysées. Ils ont été invités par Nicolas Sarkozy à célébrer ainsi le cinquantième anniversaire de l’accession de chacune de leur nation à l’indépendance (1).

Lancée en début d’année par l’Élysée, l’invitation a été acceptée par la grande majorité des chefs d’État concernés, dont plusieurs seront dans la tribune présidentielle en dépit des critiques formulées par certains de leurs opposants et des associations de défense des droits de l’homme.

Sur les 14 États africains sollicités, 13 défileront demain. À savoir, selon l’ordre alphabétique qui sera scrupuleusement respecté : le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, le Gabon, Madagascar, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal, le Tchad et le Togo.

Au total, près d’un demi-millier de soldats – chaque pays en ayant dépêché 38 soit l’équivalent d’une compagnie – qui marcheront sous leur drapeau national. Le seul pays à ne pas défiler est la Côte d’Ivoire qui, en délicatesse depuis quelque temps avec la France, a seulement envoyé son ministre de la défense.

Devoir de mémoire
Le président de la République, dans son message d’invitation, avait souligné que c’était « le lien né de la contribution des troupes africaines à la défense et à la libération de la France » qui serait ainsi célébré. Pour preuve de ce devoir de mémoire, des anciens « tirailleurs » africains ayant participé à la Seconde Guerre mondiale ont aussi été conviés – deux par pays – à assister à la fête nationale française.

« Nous ressentons une grande fierté », assurent unanimement les chefs de ces détachements africains, qui sont arrivés la semaine dernière pour une répétition générale au camp de Satory, près de Versailles (Yvelines). En tête du défilé demain, la compagnie des « Amazones » du Bénin, intégralement féminines, devrait faire sensation. « La participation des femmes aux missions militaires est chez nous une tradition héritée du royaume d’Abomey », commente la colonelle Aminata Quenum.

À l’instar de ses collègues masculins, cette officière béninoise voit dans la participation de son unité au défilé du 14-Juillet non seulement « un hommage » aux sacrifices pour la France des anciens combattants de la « force noire », mais aussi « une reconnaissance » des armées africaines actuelles.

Des armées « en voie de professionnalisation »
« Il y a d’un côté le 14-Juillet, fête de la liberté, de la fraternité et de l’égalité et d’un autre un défilé où il va y avoir des troupes dirigées par des criminels », s’insurge de son côté l’association Sortir du colonialisme, qui a appelé à une manifestation de protestation aujourd’hui à Paris. L’Élysée a fait savoir que « tous les contrôles ont été effectués pour éviter que défilent des personnes qui font l’objet de poursuites » et a rappelé que le défilé du 14-Juillet est devenu « un moment privilégié d’ouverture sur le monde ».

De fait, au cours des dernières années, ont été invitées les armées de l’Inde (2009), de l’ONU (2008), de l’Union européenne (2007), du Brésil (2005), la première initiative en la matière remontant à 1994 avec la participation de soldats allemands dans le cadre d’une unité de l’Eurocorps.

Selon les officiers et diplomates français, les armées africaines sont en réalité « en voie de professionnalisation », grâce notamment à une coopération militaire en matière de formation. Et, dans les zones de tension en Afrique, les forces multinationales d’interposition intègrent désormais souvent des détachements africains.

Ainsi défilera à la tête de l’unité sénégalaise le commandant Souleymane Kandé, parachutiste de 39 ans qui s’est perfectionné lors de stages en France et compte à son actif des opérations de maintien de la paix en Centrafrique, Guinée-Bissau, Congo et Côte d’Ivoire. Un exemple parmi d’autres.

Antoine FOUCHET

(1) Également envisagé, le projet de visite du roi Abdallah d’Arabie saoudite à la fête du 14-Juillet n’a pas eu de suite


SUR LE MÊME SUJET
Le groupe français Total envisage de développer deux nouveaux champs pétroliers dans l'offshore congolais d'ici à 2015, en vue de renforcer ses champs opérationnels jugés en déclin, a rapporté mardi la radio publique, citant son directeur Jacques Azibert. La production de Total est en déclin. Mais, il existe deux projets (...). Je pense aux projets dans le permis Moho Bilondo (large de Pointe Noire, sud-ouest) qui, tous deux additionnés, représentent dans l'ordre de 110.000 à 120.000 barils par jour, lorsqu'ils seront en pleine production entre 2015 et 2016, a déclaré le directeur de Total Congo Jacques Azibert à la presse au ...
Lire l'article
Orhphée Nzamba Boussougou, Marcel Olende Nangaet et Willy Diokoundi Lebendjé, trois tennismen gabonais en mise au vert à Petit-Couronne (nord de la France) dans le cadre de la préparation des jeux africains de Maputo (Mozambique), se sont évanouis dans la nature depuis vendredi dernier, a appris l’AGP. L’absence des trois fugitifs du Centre régional sport et jeunesse de la localité a été constaté par les responsables de la Fédération gabonaise de tennis (FEGATEN) qui ont aussitôt alerté la police municipale pour lancer un avis de recherche. En dépit de la recherche menée par la police, les trois athlètes étaient toujours introuvables, ...
Lire l'article
Débat: Le Dr. Daniel Mengara au vice-président du Front National français: Les Africains veulent « un désengagement de la France qui  permettra aux Africains de se débarrasser tranquillement de leurs dictatures »
Au cours d’un débat (émission débat « Le Dr Mouketou Reçoit ») présenté et organisé mardi sur INRA RADIO, une radio de la Diaspora africaine émettant depuis Washington DC par le Dr Jean Aimé MOUKETOU entre Maître Wallerand Saint Just, vice-président et membre du Bureau exécutif du Front national français et des universitaires africains vivant en Amérique du Nord et en Europe occidentale, le Dr Daniel MENGARA, Président du Mouvement Politique « BONGO DOIT PARTIR » a dit admirer depuis très longtemps comme beaucoup d’Africains d’ailleurs le discours de franchise du Front national français qui « ne mâche pas ses mots sur la question de ...
Lire l'article
Selon un communiqué reçu du bureau de presse de la Maison Blanche en date du 21 juillet 2010, le président américain Barack Obama organise un forum à Washington D.C, du 3 au 5 août prochain. Environ 120 jeunes actifs de la société civile et du secteur privé des pays d’Afrique sub-saharienne sont annoncés à cet événement d’envergure. Sous l’encadrement des responsables américains, ces jeunes africains auront à discuter et échanger avec un large groupe de jeunes américains. Ces discussions porteront concrètement sur la bonne gouvernance, la création d’emplois et gestion d’entreprises, les droits de l’Homme. « Le président Barack ...
Lire l'article
Le Béninois Francis Kpatindé a baissé le son de sa télévision, mercredi, quand les soldats de 13 pays africains défilaient à Paris, pour la fête nationale française. "De qui se moque-t-on?", s'est-il demandé, choqué que Paris célèbre ainsi l'indépendance de ses ex-colonies. "Est-ce qu'on imaginerait que le Royaume-Uni demande au président américain de venir commémorer à Londres l'indépendance des Etats-Unis" (obtenue en 1776)?, interroge M. Kpatindé, ancien rédacteur en chef de l'hebdomadaire Jeune Afrique, né il y a 54 ans au Dahomey, actuel Bénin. Ce porte-parole d'un organisme international à Dakar, s'exprimant à titre strictement personnel, n'a pas non plus apprécié de ...
Lire l'article
Le Béninois Francis Kpatindé a baissé le son de sa télévision, mercredi, quand les soldats de 13 pays africains défilaient à Paris, pour la fête nationale française. "De qui se moque-t-on?", s'est-il demandé, choqué que Paris célèbre ainsi l'indépendance de ses ex-colonies. "Est-ce qu'on imaginerait que le Royaume-Uni demande au président américain de venir commémorer à Londres l'indépendance des Etats-Unis" (obtenue en 1776)?, interroge M. Kpatindé, ancien rédacteur en chef de l'hebdomadaire Jeune Afrique, né il y a 54 ans au Dahomey, actuel Bénin. Ce porte-parole d'un organisme international à Dakar, s'exprimant à titre strictement personnel, n'a pas non plus apprécié de ...
Lire l'article
Les armées de 13 pays africains ont défilé pour la première fois sur les Champs-Elysées pour le 14-Juillet, une initiative contestée par des organisations de défense des droits de l'homme qui redoutaient la présence dans leurs rangs de criminels. Souvent en tenue chamarrée, les unités des anciennes colonies françaises ont défilé avec les corps français habituellement présents. Le célèbre "Chant des Africains", ancien air traditionnel des armées d'Afrique, a ainsi été joué en ouverture de la cérémonie au pied de l'Obélisque, place de la Concorde, qui s'est parfois déroulée sous un rideau de pluie à l'allure tropicale. Les chefs d'Etats africains avaient pris ...
Lire l'article
Le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, est présent, ce mercredi 14 juillet, parmi la douzaine de chefs d’Etat africains invités par leur homologue français, Nicolas Sarkozy, à la tribune officielle, pour le défilé du 14 juillet, fête nationale française, selon l’Elysée. A cette occasion des militaires venus de treize pays (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Mali, Mauritanie, Madagascar, Niger, Sénégal, Tchad, Togo) ont remonté le boulevard Des Champs Elysées, une première, pour ainsi marquer le cinquantenaire des indépendances des ex-colonies africaines acquises en 1960. Absence des présidents ...
Lire l'article
Le président français Nicolas Sarkozy aura "un déjeuner de travail" mardi à l’Elysée avec des chefs d’Etat africains invités d’honneur du 14 juillet, fête nationale de la France. Le contenu des échanges n’a pas été révélé, mais des informations concordantes indiquent que les questions liées à la coopération seront au menu des discussions entre Nicolas Sarkozy et ses hôtes qui, tous, étaient déjà à Nice lors du 25e Sommet France-Afrique. Quoi qu’il en soit, la rencontre de mardi, qualifiée de mini-sommet "familial" par l’ancien ministre Jacques Toubon, entre en droite ligne des manifestations marquant le Cinquantenaire des indépendances de quatorze anciennes colonies ...
Lire l'article
La France a, contrairement à la Belgique, invité des détachements militaires provenant de ses anciennes colonies à défiler lors de sa Fête nationale, le 14 juillet à Paris, à l'occasion du 50e anniversaire de leur indépendance, a-t-on appris auprès du ministère français de la Défense. Des détachements de treize pays africains (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, République centrafricaine, Congo-Brazzaville, Gabon, Madagascar, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad et Togo) défileront aux côtés de l'armée française sur les Champs Elysées. En Belgique, la participation de militaires congolais au défilé de la Fête nationale, le 21 juillet, un moment envisagée, a été annulée à ...
Lire l'article
Congo/pétrole: Total compte développer de nouveaux champs
Trois tennismen gabonais en mise au vert en France prennent la clé des champs
Débat: Le Dr. Daniel Mengara au vice-président du Front National français: Les Africains veulent « un désengagement de la France qui permettra aux Africains
Cinquantenaire des indépendances africaines: Barack Obama snobe les dictateurs africains
14 juillet à Paris: “de qui se moque-t-on?”, demandent des Africains
14 juillet à Paris: “de qui se moque-t-on?”, demandent des Africains
Un défilé “africain” du 14 juillet contesté aux Champs-Elysées
Le président Ali Bongo Ondimba parmi la douzaine de chefs d’Etats africains aux festivités du 14 juillet à Paris
Dejeuner de travail entre le président français et des chefs d’Etat africains mardi à l’Elysée
Treize pays africains défileront le 14 juillet sur les Champs Elysées

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 12 Juil 2010
Catégorie(s): Afrique,Françafrique,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*