Socialisez

FacebookTwitterRSS

Les élans d’Ali Bongo

Auteur/Source: · Date: 13 Juil 2010
Catégorie(s): Photos,Politique

L'héritier (ici, en visite en Côte d'Ivoire, en janvier) abrège souvent réunions et palabres. AFP

Par Vincent Hugeux.

Fils et successeur d’Omar Bongo, le nouveau président gabonais a tenté en huit mois d’imposer son style. Quitte à hérisser les barons de l’ancien régime.

C’est la gageure de l’héritier: comment se faire un prénom sans renier sa filiation? Défi d’autant plus délicat lorsque, à l’instar d’Ali Bongo Ondimba, alias “ABO”, le légataire succède à un personnage dont la longévité, l’entregent, l’habileté manoeuvrière, la science des équilibres ethniques ou régionaux et l’art des ralliements monnayés auront vitrifié l’échiquier politique. Et quand la gestion rentière et patrimoniale d’un pactole pétrolier déclinant a engourdi les énergies.

“Lui, c’est lui; moi, c’est moi.” Fêtard repenti, initié dans l’ombre d’un patriarche qui lui confia brièvement les Affaires étrangères puis une décennie durant la Défense, Ali fait sienne la célèbre formule depuis son élection controversée du 30 août 2009. Avec un indéniable volontarisme, il s’évertue à bousculer la routine dans laquelle ronronne depuis des lustres une élite apathique. Question de style et de lexique d’abord. Fini, les oracles chuintés de papa, ses admonestations goguenardes et ses largesses de chef de village omniscient, craint et respecté. Adepte d’une modernité parfois ostentatoire, Bongo fils abrège réunions et palabres, prie son entourage d’éconduire les plaideurs, tranche, délègue et professe la “culture du résultat”. Il arrive d’ailleurs à cet homme pressé de chapitrer les ministres jugés trop indolents.

Une brassée de mesures symboliques

Tout en veillant à les ménager, Ali a écarté plus d’un baron de l’ancien régime. Il a aussi rajeuni et “resserré” l’équipe qui officie au Palais du bord de mer de Libreville. Dans son entourage, moins de courtisans, et davantage de quadras, parfois recrutés parmi les “rénovateurs”, ce courant dont lui-même fut l’animateur au sein du Parti démocratique gabonais (PDG).

D’emblée, ABO a dégainé une brassée de mesures symboliques. A commencer par cet audit de l’administration, réputée pléthorique, histoire de débusquer les fonctionnaires fantômes. Autres chantiers ouverts: l’environnement, la rationalisation d’un réseau touffu d’agences d’Etat à l’utilité aléatoire, la refonte de la fiscalité et la lutte contre la corruption.

Sur le terrain de l’économie, l’ex-ministre de la Défense prône la valorisation au pays des ressources naturelles: l’or noir bien sûr, mais aussi le manganèse, le fer, l’uranium et le bois, premier employeur privé. Si elle obéit au louable souci de faire naître une industrie de transformation gabonaise, l’interdiction d’exporter les grumes à l’état brut, décrétée sans préavis, dessine les limites de la méthode Ali. Faute de scieries où les écouler, les “forestiers” voient grossir des stocks invendables. Initialement fixée au 1er janvier 2010, l’échéance sera d’ailleurs différée à la mi-mai. S’agissant du pétrole, la création récente de la GOC – Gabon Oil Company – vise à raffermir l’emprise du pays sur une richesse qui fournit 42% du budget national.

Les syndicats brandissent le spectre de la grève

Qui s’en étonnera? L’ambition réformatrice du prince héritier, soucieux d'”assainir pour repartir sur des bases saines” – elles ne l’étaient donc pas… – suscite des résistances plus ou moins feutrées. “Nettoyer” les fichiers de la fonction publique expose à s’aliéner une partie de la clientèle électorale du PDG, alors que se profilent les législatives cruciales de 2011. De même, on ne saurait sous-estimer la capacité d’inertie des caciques détronés. Mais c’est avant tout sur le front social que le fils aîné du défunt “doyen” risque gros. Enseignement, hydrocarbures, transport : les syndicats brandissent volontiers le spectre de la grève. Tandis que, dans les bas quartiers de Libreville ou de Port-Gentil, l’impatience de celles et ceux qui campent sous le seuil de pauvreté – soit plus d’un Gabonais sur deux – ne cesse d’enfler. Et il est peu probable que l’instauration d’un “revenu minimum mensuel” suffira à désamorcer leur amertume.

Ali, jadis prénommé Alain, s’est donc fait un prénom. Il lui reste à changer de surnom. Et à prouver qu’à 51 ans, “Baby Zeus” peut se muer en “Zeus” et faire parler la foudre.


SUR LE MÊME SUJET
Biafreries d’Ali: Sous Omar Bongo comme sous Ali Bongo, le Gabon reste dominé par un régime autoritaire
Le 27 janvier dernier, nous publiions un article sur le rapport 2012 de Freedom House sur la Liberté dans le monde qui depuis 2009, classe le Gabon parmi les pays du monde sous dictature puisque “pas libre” du tout. (voir ce lien: http://www.bdpgabon.org/articles/2012/01/27/le-gabon-classe-non-libre). Mais il existe une autre publication par le magazine britannique, The Economist, qui chaque année publie un "Indice de la Démocratie" dans le monde. Il se trouve justement que cet indice n'est pas non plus gentil avec le Gabon d'Ali Bongo puisque le Gabon y est classé parmi les régimes dits "autoritaires". Selon Wikipédia, The Economist calcule cet indice ...
Lire l'article
Le Dr. Daniel Mengara fustige les Bongo à Houston: « Les Bongo ont été incapables, en 44 ans, de bitumer 21 kilomètres de routes par an au Gabon. Cela leur prendrait 392 ans pour goudronner les 8233 kilomètres restants »
S'exprimant au cours de la causerie des Gabonais de la diaspora qui a eu lieu à Houston samedi 21 mai 2011, le Dr. Daniel Mengara a durement fustigé le régime des Bongo au Gabon, un régime qui, selon Mengara, galvaude tout le sens du mot « émergence » et a été incapable de bitumer ne fut-ce que 21 kilomètres de routes en 44 ans dans un pays pourtant nantis de richesses pétrolières et minières. « Ne vous laissez donc pas tromper par les discours d’émergence, a intimé Daniel Mengara à l’endroit de ses compatriotes. Car vous savez comme moi que le développement passe par ...
Lire l'article
Communiqué: Le Mouvement « Bongo Doit Partir » condamne la énième prise en otage du Gabon par les Bongo, et soutient l’Union Nationale
Communiqué de presse pour diffusion immédiate Le mouvement en exil « Bongo Doit Partir » (BDP-Gabon Nouveau) exprime sa vive inquiétude devant la montée actuelle de la répression et de l’arbitraire politiques au Gabon et s'étonne de la dissolution de l'Union Nationale. La dissolution d’un parti politique, quel qu’il soit, et la répression policière à l’endroit de citoyens exprimant leur souveraineté devant l’arbitraire et la dictature, sont des actes extrêmement graves et inacceptables qui ne peuvent laisser aucun Gabonais indifférent. Ces actes de dictature avérée commandent que chaque citoyen se rende désormais compte, plus que jamais, et une bonne fois pour toutes, que le changement ...
Lire l'article
A l’occasion du premier anniversaire de la disparition du président Omar Bongo Ondimba, la république toute entière lui a rendu un hommage mérité avec de nombreuses cérémonies organisées sur le territoire nationale, la minute de silence républicaine et un message à la nation du chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, dans lequel il a rendu un vibrant hommage à son prédécesseur, Omar Bongo Onimba, décédé le 8 juin 2009, à Barcelone en Espagne, tout en revenant sur les étapes qui ont marqué l’histoire du pays après cette disparition. GABONEWS livre ici, in extenso le discours livré sur les ...
Lire l'article
Dr. Daniel Mengara : « Honorer la mémoire d’Omar Bongo ? Jamais ! Omar Bongo fut un malfrat »
Je ne sais pas pour vous, cher peuple gabonais, mais à chaque fois que j’entends le nom d’Omar Bongo, j’en ai la nausée. N’en déplaise à des bongoïstes incurables comme André Mba Obame qui, après avoir pendant 20 ans tué la démocratie gabonaise issue de la Conférence Nationale en compagnie de leur « papa » Bongo, ont passé leur temps lors de la campagne présidentielle à promettre aux Gabonais qu’ils érigeront des monuments en l’honneur du criminel, je déclare, en cette date d’anniversaire du 8 juin 2010, et ceci en mon nom propre et au nom de tous ceux qui, directement ...
Lire l'article
Le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, dans une allocution télévisée sur la première chaîne de télévision nationale (RTG1), a rendu un vibrant hommage à son prédécesseur, Omar Bongo Onimba, décédé le 8 juin 2009, à Barcelone en Espagne, tout en revenant sur les étapes qui ont marqué l’histoire du pays après cette disparition. (Nous y reviendrons)
Lire l'article
ATTENTION - NOTICE: Le BDP-Gabon Nouveau de Daniel Mengara dément radicalement l'information contenue dans l'article ci-dessous. Nous le publions ici juste pour des questions d'information, mais le démenti officiel du BDP-Gabon Nouveau existe sur ce site. Pour lire le démenti du BDP-Gabon Nouveau, cliquez ici. Le BDP-Gabon Nouveau ne s'est jamais compromis et ne se compromettra jamais. Vous pouvez lire les péripéties de Daniel Mengara au Gabon sur cette page. Le Secrétaire national du mouvement « Bongo Doit Partir (BDP) Gabon nouveau », Heinz Essongué, au cours d’une Assemblée générale tenue ce mercredi à Libreville, a annoncé l’abolition de la nomination ...
Lire l'article
Le Président-fondateur de l’association « Bongo Doit Rester (BDR)», opposée du mouvement « Bongo doit partir », Alex Eckembe Ntsiantou, à l’occasion du point de presse qu’il a animé ce matin au siège de l’Association sis à Sotéga, a déclaré que sa structure décide d’apporter son soutien au candidat Ali Bongo Ondimba (50 ans, porte-étendard du PDG), à l’occasion de la joute électorale du 30 août prochain. En faisant cette déclaration, Alex Eckembe Ntsiantou justifie sa prise de position par le fait que le profil d’Ali Bongo Ondimba répondrait aux aspirations profondes des Gabonaises et Gabonais ...
Lire l'article
Gabon/santé Bongo: manifestation demandant la démission de Bongo interdite
Une manifestation du groupuscule d'opposition "Bongo doit partir" (BDP) réclamant la "démission" du président Omar Bongo Ondimba, actuellement hospitalisé, a été interdite samedi par un important dispositif policier, a constaté un journaliste de l'AFP sur place. Une dizaine de membres du mouvement, très présent sur internet, se sont rendus sur place mais n'ont pas déployé de matériel, la police leur ayant indiqué que le rassemblement était interdit. "BDP n'a pas d'existence légale. Leur +structure+ existe depuis quatre ou cinq ans mais ils n'ont jamais déposé de statuts, ils n'ont pas de personnalité juridique. Ils n'ont jamais présenté un candidat aux élections. Leur ...
Lire l'article
Biafreries d’Ali: Sous Omar Bongo comme sous Ali Bongo, le Gabon reste dominé par un régime autoritaire
Le Dr. Daniel Mengara fustige les Bongo à Houston: « Les Bongo ont été incapables, en 44 ans, de bitumer 21 kilomètres de routes par
Communiqué: Le Mouvement « Bongo Doit Partir » condamne la énième prise en otage du Gabon par les Bongo, et soutient l’Union Nationale
Anniversaire du décès du président Omar Bongo: discours intégral du chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba
Dr. Daniel Mengara : « Honorer la mémoire d’Omar Bongo ? Jamais ! Omar Bongo fut un malfrat »
Ali Bongo, dans son discours à la nation, célèbre Omar Bongo et revient sur les étapes de l’histoire du pays après le 8 juin 2009
Bongo Doit Partir
Gabon: « Bongo Doit Partir » devient « Bloc Démocratique populaire» et soutien Ali Bongo Ondimba
Gabon: L’Association « Bongo Doit Rester » apporte son soutien au candidat Ali Bongo Ondimba
Gabon/santé Bongo: manifestation demandant la démission de Bongo interdite

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 13 Juil 2010
Catégorie(s): Photos,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

2 Réponses à Les élans d’Ali Bongo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*