- Bongo Doit Partir - https://www.bdpgabon.org -

Le président Ali Bongo Ondimba parmi la douzaine de chefs d’Etats africains aux festivités du 14 juillet à Paris

Le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, est présent, ce mercredi 14 juillet, parmi la douzaine de chefs d’Etat africains invités par leur homologue français, Nicolas Sarkozy, à la tribune officielle, pour le défilé du 14 juillet, fête nationale française, selon l’Elysée.

A cette occasion des militaires venus de treize pays (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Mali, Mauritanie, Madagascar, Niger, Sénégal, Tchad, Togo) ont remonté le boulevard Des Champs Elysées, une première, pour ainsi marquer le cinquantenaire des indépendances des ex-colonies africaines acquises en 1960.

Absence des présidents Ivoirien, Laurent Gbagbo, qui a décliné l’offre, et Malgache Andry Rajoelina, frappé de sanctions mais dont les éléments vont bel et bien défiler.

Chaque pays sera représenté par trente-huit (38) soldats et deux anciens combattants – qui, eux, seront admis à la tribune officielle aux côtés des chefs d’État.

Déjà, mardi, les dirigeants africains ont été l’hôte à déjeuner du président Sarkozy qui en a profité pour annoncer l’alignement des pensions de retraite des anciens combattants des anciennes colonies résidant à l’étranger sur celles de leurs homologues français.

La décision d’aligner les pensions des anciens combattants était attendue depuis des décennies par les Africains concernés.

Une mesure très attendue, en effet, depuis que le Conseil constitutionnel français avait censuré les dispositions législatives qui réservaient un sort différent aux résidents à l’étranger, selon qu’ils soient français ou étrangers.

Le Conseil avait fixé au 1er janvier 2011 la date d’abrogation des articles de loi qui étaient attaqués par les africains notamment.

La décision doit bénéficier à environ 30. 000 personnes, d’après le secrétariat d’État français aux Anciens Combattants.


SUR LE MÊME SUJET
Le président de la République gabonaise, Ali Bongo Ondimba, effectue samedi prochain à Porto-Novo, la capitale politique du Bénin, une visite officielle où il prendra part aux festivités cinquantenaire de l’indépendance de ce pays, a annoncé, ce vendredi, le secrétaire général adjoint, porte-parole de la présidence, Guy Bertrand Mapangou, lors du traditionnel point de presse concernant les activités hebdomadaires du chef de l’Etat. Cette visite du chef de l’Exécutif gabonais à Porto-Novo s’inscrit dans le cadre privilégié de l’amitié exemplaire qui unit le Gabon et le Bénin. En avril dernier, l’on se souvient que dans une mine tournée en Afrique de l’ouest, ...
Lire l'article [1]
Le Béninois Francis Kpatindé a baissé le son de sa télévision, mercredi, quand les soldats de 13 pays africains défilaient à Paris, pour la fête nationale française. "De qui se moque-t-on?", s'est-il demandé, choqué que Paris célèbre ainsi l'indépendance de ses ex-colonies. "Est-ce qu'on imaginerait que le Royaume-Uni demande au président américain de venir commémorer à Londres l'indépendance des Etats-Unis" (obtenue en 1776)?, interroge M. Kpatindé, ancien rédacteur en chef de l'hebdomadaire Jeune Afrique, né il y a 54 ans au Dahomey, actuel Bénin. Ce porte-parole d'un organisme international à Dakar, s'exprimant à titre strictement personnel, n'a pas non plus apprécié de ...
Lire l'article [2]
Le Béninois Francis Kpatindé a baissé le son de sa télévision, mercredi, quand les soldats de 13 pays africains défilaient à Paris, pour la fête nationale française. "De qui se moque-t-on?", s'est-il demandé, choqué que Paris célèbre ainsi l'indépendance de ses ex-colonies. "Est-ce qu'on imaginerait que le Royaume-Uni demande au président américain de venir commémorer à Londres l'indépendance des Etats-Unis" (obtenue en 1776)?, interroge M. Kpatindé, ancien rédacteur en chef de l'hebdomadaire Jeune Afrique, né il y a 54 ans au Dahomey, actuel Bénin. Ce porte-parole d'un organisme international à Dakar, s'exprimant à titre strictement personnel, n'a pas non plus apprécié de ...
Lire l'article [3]
Le président gabonais, Ali Bongo Ondimba a quitté Libreville lundi pour Paris où il assistera mercredi prochain aux manifestations du 14 juillet, fête nationale de la France. Ali Bongo Ondimba assistera notamment au grand défilé militaire sur les Champs Elysées qui verra la participation d’un détachement militaire gabonais aux côtés des autres troupes d’anciennes colonies françaises. Le numéro gabonais et d’autres présidents africains francophones et d’autres présidents africains francophones ont été invité par le président français Nicolas Sarkozy au défilé. En avril dernier, le gouvernement français avait annoncé, un budget de 16,3 millions d’euros pour fêter le cinquantenaire des indépendances de ses 14 ...
Lire l'article [4]
Le président français Nicolas Sarkozy aura "un déjeuner de travail" mardi à l’Elysée avec des chefs d’Etat africains invités d’honneur du 14 juillet, fête nationale de la France. Le contenu des échanges n’a pas été révélé, mais des informations concordantes indiquent que les questions liées à la coopération seront au menu des discussions entre Nicolas Sarkozy et ses hôtes qui, tous, étaient déjà à Nice lors du 25e Sommet France-Afrique. Quoi qu’il en soit, la rencontre de mardi, qualifiée de mini-sommet "familial" par l’ancien ministre Jacques Toubon, entre en droite ligne des manifestations marquant le Cinquantenaire des indépendances de quatorze anciennes colonies ...
Lire l'article [5]
Gabon – France : Ali Bongo Ondimba à Paris pour assister au défilé du 14 juillet
Le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba quittera Libreville lundi en fin d’après-midi pour Paris en France où il assistera à la fête du 14 juillet, la fête nationale française, a appris APA de source proche de la présidence gabonaise. Selon la même source, le président Ali Bongo Ondimba assistera notamment au grand défilé militaire sur les Champs Elysées qui verra la participation d’un détachement militaire gabonais aux côtés des autres troupes d’anciennes colonies françaises. Le numéro gabonais a été invité avec d’autres présidents africains francophones par le président français Nicolas Sarkozy à assister au défilé. En avril dernier, le gouvernement français ...
Lire l'article [6]
La France a, contrairement à la Belgique, invité des détachements militaires provenant de ses anciennes colonies à défiler lors de sa Fête nationale, le 14 juillet à Paris, à l'occasion du 50e anniversaire de leur indépendance, a-t-on appris auprès du ministère français de la Défense. Des détachements de treize pays africains (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, République centrafricaine, Congo-Brazzaville, Gabon, Madagascar, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad et Togo) défileront aux côtés de l'armée française sur les Champs Elysées. En Belgique, la participation de militaires congolais au défilé de la Fête nationale, le 21 juillet, un moment envisagée, a été annulée à ...
Lire l'article [7]
Arrivé mardi à Kinshasa, le président gabonais, Ali Bongo Ondimba a assisté ce mercredi aux festivités marquant les 50 ans d’indépendance de la République démocratique du Congo (RDC). Le président Ali Bongo Ondimba a assisté à la grande parade militaire et civile ayant constitué le fait marquant de cette manifestation. Plus d’une dizaine de chefs d’Etat africains ont été les hôtes du président, Joseph Kabila Kabangué, ainsi que le roi des Belges Albert II. C’est la troisième visite que le président gabonais effectue dans ce pays de l’Afrique centrale depuis son arrivée au pouvoir en août 2009. Le Gabon et la RDC qui entretiennent ...
Lire l'article [8]
Des sans-papiers, qui vont participer du 1er au 31 mai à une marche Paris-Nice, vont appeler les chefs d'Etat africains à ne pas signer les laisser-passer permettant les expulsions d'immigrés en situation irrégulière, ont déclaré mercredi les organisateurs de la manifestation. La marche, qui coïncide avec un sommet France-Afrique, aura pour principaux slogans: "hier colonisés, aujourd'hui exploités, demain régularisés" ou encore "gouvernements africains arrêtez de collaborer, gouvernement français, régularisez les sans-papiers", ont précisé les organisateurs réunis au sein du collectif "ministère de la régularisation de tous les sans-papiers". Les manifestants entendent demander aux chefs d'Etats africains de ne plus signer les laisser-passer ...
Lire l'article [9]
Les chasseurs de "biens mal acquis" par les chefs d'Etat africains reviennent à la charge. Un an après la fin d'une enquête de police qui a mis au jour l'impressionnant patrimoine immobilier de plusieurs chefs d'Etat africains en France, une nouvelle plainte a été déposée, mardi 2 décembre, devant le doyen des juges d'instruction de Paris visant les chefs d'Etat du Gabon, du Congo-Brazzaville et de Guinée équatoriale ainsi que leurs entourages pour "recel de détournement de fonds publics". Les plaignants – l'organisation non gouvernementale Transparency Internationalet un contribuable gabonais – accusent les présidents Omar Bongo, Denis Sassou Nguesso et Teodoro ...
Lire l'article [10]
Ali Bongo Ondimba au Bénin pour les festivités du cinquantenaire de l’indépendance
14 juillet à Paris: “de qui se moque-t-on?”, demandent des Africains
14 juillet à Paris: “de qui se moque-t-on?”, demandent des Africains
Ali Bongo Ondimba à Paris pour assister au 14 juillet
Dejeuner de travail entre le président français et des chefs d’Etat africains mardi à l’Elysée
Gabon – France : Ali Bongo Ondimba à Paris pour assister au défilé du 14 juillet
Treize pays africains défileront le 14 juillet sur les Champs Elysées
Ali Bongo Ondimba a assisté aux festivités du 50ème anniversaire de l’indépendance de la RDC
Des sans-papiers aux chefs d’Etat africains: ne signez pas pour les expulsions
Des chefs d’Etat africains visés à Paris par une nouvelle plainte