Socialisez

FacebookTwitterRSS

Patrice de Maistre et les réseaux de la Françafrique

Auteur/Source: · Date: 16 Juil 2010
Catégorie(s): Françafrique

Avant de gérer la fortune de Liliane Bettencourt courant 2003, l’expert-comptable Patrice de Maistre avait déjà, à titre personnel, quelques affaires en Afrique. C’est Roland Bru, père de Pascale, sa première épouse, mais aussi homme d’affaires élu sénateur en 1958 pour le compte du Rassemblement démocratique africain, affilié à l’Union démocratique et socialiste de la Résistance (UDSR) française, qui initie son aristocratique gendre aux subtilités des « affaires » françafricaines. Installé au Gabon avant l’indépendance, le prospère exploitant forestier, qui a soutenu financièrement l’accession de Léon Mba à la présidence du Gabon au détriment de son opposant, Jean-Hilaire Aubame, faisait partie du dispositif mis en place par Jacques Foccart, le « Monsieur Afrique » du général de Gaulle.
Plus tard, un autre Français du Gabon, Robert Boutonnet, lui met le pied à l’étrier. Il est administrateur de la Compagnie du Komo. Chère à la famille Bongo, cette galaxie contrôle des entreprises telles que la Sodim (automobile, matériel de travaux publics et forestier), Sogafric Services (froid, plomberie et sécurité), Sogi (industrie), Solsi (informatique), Electra (équipements de bureau)… Elle détient des participations dans la Seeg (2,78 %), Gaboa (11,43 %), Setrag (7 %), Maboumine (niobium, 20 %), Banque gabonaise et française d’investissement (BGFI, 25 %). Cette rencontre lui ouvre les portes des milieux d’affaires et du Palais du bord de mer, d’autant que Robert Boutonnet siège également au conseil d’administration de la BGFI. Ainsi devient-il le commissaire aux comptes des deux entités jusque dans les années 2000 et, à ce titre, un familier de la famille présidentielle, qui compte plusieurs membres dans les instances des deux groupes.
Lorsque la banque ouvre sa représentation en France, Patrice de Maistre accepte d’en être l’un des administrateurs. Entreprenant, il réussit à convaincre quelques-uns de ses amis gabonais d’investir dans le lancement de son propre fonds d’investissement, Brinon Investissement, créé en 2003. À travers cette structure, il prend le contrôle de Vectra, un cabinet d’ingénierie routière postulant pour les appels d’offres publics en Afrique subsaharienne et en Afrique du Nord. On le retrouve également dans le capital de Valorem Investissements, un autre fonds basé au Luxembourg dans lequel Robert Boutonnet a acquis la moitié des parts.
 


SUR LE MÊME SUJET
Echange d'enveloppes, dépenses outrancières et fraude électorale : dans leur livre-enquête "Le scandale des biens mal acquis", Xavier Harel et Thomas Hofnung balancent. Un ancien proche d'Omar Bongo y affirme notamment que l'ancien président gabonais aurait contribué au financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. La bombe est lâchée par Mike Jocktane, ex-directeur adjoint du cabinet d'Omar Bongo, président du Gabon de 1967 à 2009. "Omar Bongo a contribué au financement de la campagne présidentielle de 2007 du candidat Nicolas Sarkozy", a-t-il confié à Xavier Harel, ancien journaliste à La Tribune, et Thomas Hofnung, journaliste à Libération. Dans "Le scandale ...
Lire l'article
Les accusations de Robert Bourgi jettent une lumière crue sur le financement de la vie politique française sous la Ve République. Il y a quelques mois, Valéry Giscard d'Estaing avait affirmé que de l'argent venu du Gabon avait financé la campagne électorale de Jacques Chirac en 1981. Sans susciter de tsunami médiatique. Mais cette fois-ci, la charge, signée Robert Bourgi, est plus sérieusement étayée. Conseiller officieux de Nicolas Sarkozy pour les affaires africaines, l'avocat franco-ivoirien, proche de l'ancien président gabonais Omar Bongo, affirme avoir convoyé pendant des années des valises de billets au bénéfice de Jacques Chirac et de Dominique ...
Lire l'article
La sortie du documentaire choc "Françafrique" est prévue ce 2 décembre. Réalisé par Patrick Benquet, le double DVD de 160 minutes met à nu la politique occulte de la France qui lui a permis de dominer l’élite africaine depuis 50 ans et de s’approprier l’essentiel de ressources stratégiques de ses anciennes colonies. Valises de billets, barbouzeries ou coups d'Etat: le documentaire "Françafrique" dont la sortie est prévue ce 2 décembre frappe fort pour décrire la politique occulte de la France depuis 50 ans en Afrique, où, selon de nombreux témoins interrogés, tout était permis afin que la source de pétrole ...
Lire l'article
Ce financier, dont le nom apparaît dans le dossier Bettencourt, a de solides attaches au pays des Bongo. Entre Patrice de Maistre et le Gabon, c'est une vieille histoire. Le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt a découvert ce pays en épousant sa première femme, Pascale Bru, fille de l'entrepreneur Roland Bru, pilier à Libreville de la Françafrique naissante et sénateur de l'ex-colonie française de 1958 à 1959. La route de l'expert-comptable Maistre croise alors celle de l'un des Français qui comptent au Gabon: Robert Boutonnet, l'homme fort du puissant groupe industriel et financier la Compagnie du Komo (CDK) - une ...
Lire l'article
Alors que vient de se tenir le 25e sommet Afrique-France à Nice, "Jeune Afrique" a enquêté sur les nouveaux visages d'une réalité souvent fantasmée : la Françafrique. Petit guide pratique pour ceux qui veulent s'aventurer dans ses maquis. Alors que le 25e sommet Afrique-France, qui est aussi celui du cinquantenaire des indépendances, s'est tenu à Nice les 31 mai et 1er juin, l’affaire est assez emblématique des mutations de cet étrange serpent de mer qu’est la Françafrique. Chacun sait, depuis le 15 mai, que la libération de l’universitaire Clotilde Reiss est en partie due à une médiation sénégalaise, au sein de ...
Lire l'article
À la veille de sa visite au Gabon, Sarkozy expliquait dans un entretien au quotidien gabonais l’Union   : « La signification première de mon déplacement, c’est l’affirmation d’une fidélité. » Son déplacement express d’hier aura confirmé cette déclaration. Il avait même choisi d’emmener dans ses bagages le sulfureux Robert Bourgi, celui qui avait vendu la mèche lors de l’élection présidentielle gabonaise du mois d’août dernier  : l’Élysée soutenait bien Ali, le fils du défunt Omar Bongo, homme lige de la Françafrique. Venu donc cette fois soutenir le président Ali Bongo, le fils de…, Nicolas Sarkozy a été reçu comme avant. ...
Lire l'article
Une centaine de personnes a manifesté ce samedi à Paris, pour contester l'élection d'Ali Bongo et le soutien que lui accorde la France. Une fillette s’avance au-dessus de la barrière, une rose blanche à la main, et la tend au gendarme qui lui fait face. Les manifestants de ce samedi, Gabonais pour la plupart réunis à Paris, ont fait dans le symbole. Pour certains vêtus de costumes et de lunettes noires, les quelque 150 manifestants ont joué un cortège funéraire, celui de la mort de la Françafrique - ces relations troubles entre la France et les pouvoirs africains-, dix jours après ...
Lire l'article
Aujourd’hui, 2 juillet, le Président français Nicolas Sarkozy reçoit à l’Elysée le Président du Gabon, Omar Bongo. Ce dernier, interviewé par RFI en marge du 11ème Sommet de l’Union Africaine (qui s’est achevé hier en Egypte), vient de déclarer à propos du président zimbabwéen Robert Mugabe, dont l’élection est contestée par la communauté internationale en raison des violences qui l’ont accompagnée : « Il a été élu, il a prêté serment, il est là avec nous, alors il est président ; on ne peut pas lui demander plus. Ils ont fait des élections, je crois qu’il les a gagnées ». ...
Lire l'article
Un reportage E-D-I-F-I-A-N-T sur la Françafrique diffusé sur Canal + le 13/04/2008. Autrefois, la Françafrique se cachait. A présent, tout se fait au grand jour sans que personne ne semble trouver à y redire. Reportage sur la visite à Libreville du secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant et du secrétaire d'Etat français à la Coopération Alain Joyandet le 10 avril dernier. Voir article AFP.
Lire l'article
L’intermédiaire françafricain Robert Bourgi a beau être honoré dans l’hebdomadaire « Le Point », il n’en est pas moins sur le déclin. Que ce soit à l’Élysée ou chez les potentats africains. On ne voit plus que lui ou presque depuis un an. Bruyamment présent à l’investiture de Sarkozy en mai 2007, décoré de la Légion d’honneur en septembre par le chef de l’État et désormais honoré par une double page du Point (dans le numéro du 27 mars 2008). Eh oui, à 60 ans passés, Robert Bourgi a son heure de gloire médiatique. Qui sonne un peu comme un déclin. ...
Lire l'article
Nouvelles révélations sur la “Françafrique”
Françafrique: Les valises sortent du bois
Françafrique : Lumière sur le réseau des réseaux
Les affaires gabonaises de Patrice de Maistre
France-Afrique: Les nouveaux réseaux
Au Gabon, la Françafrique au beau fixe
«Ali Bongo, le nouveau-né de la Françafrique »
Bongo plus fréquentable que Mugabe. Prime à la Françafrique !
Françafrique: La non rupture: La Françafrique a de beaux jours devant elle
Gabon – France: Un vent de déclin souffle sur l’intermédiaire de la Françafrique


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne 3,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 16 Juil 2010
Catégorie(s): Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*