Socialisez

FacebookTwitterRSS

Les coulisses d’un 14 juillet africain

Auteur/Source: · Date: 21 Juil 2010
Catégorie(s): Afrique,Françafrique

Rencontres tous azimuts

Parti pour un week-end prolongé juste après le défilé militaire du 14 juillet, le président français Nicolas Sarkozy n’a eu de véritable entretien bilatéral avec aucun des douze chefs d’État africains présents pour le cinquantième anniversaire des indépendances. « Mais il arrive parfois que des discussions directes puissent s’improviser », explique un habitué. Est-ce alors le traitement de faveur que le président mauritanien, Mohamed Ould Abdelaziz, a obtenu, juste avant la parade sur les Champs-Élysées, si on en croit plusieurs sources ? En revanche, une chose est sûre, le secrétaire général de l’Élysée, Claude Guéant, a aligné les rendez-vous, dont l’un avec François Bozizé. Le président centrafricain a largement optimisé son étape parisienne, puisqu’il a également rencontré ses homologues congolais, Denis Sassou Nguesso, et tchadien, Idriss Déby Itno, le nouveau directeur général de l’Agence française de développement (AFD), Dov Zerah, et le secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), Abdou Diouf. Ce dernier a eu d’autres entretiens, avec le président togolais, Faure Gnassingbé, et l’homme fort du Niger, Salou Djibo. Quant au président gabonais, Ali Bongo Ondimba, il a abordé la question énergétique avec Henri Proglio, le nouveau PDG du groupe français EDF, en présence de son Monsieur Afrique, Michel Roussin.

La Guinée oubliée

Certes, la Guinée est devenue indépendante en 1958, soit deux ans avant les quatorze autres colonies françaises, qui célèbrent en cette année 2010 le cinquantenaire de leur accession à la souveraineté. Mais était-ce une raison pour ne pas inviter le 14 juillet à Paris une délégation d’anciens combattants guinéens de l’armée française ? Jacques Toubon, chargé de l’opération « 2010, année de l’Afrique », et Hubert Falco, secrétaire d’État français à la Défense et aux Anciens Combattants, y avaient pensé, dit-on, mais l’intendance n’a pas suivi. À Conakry, le président de l’Association des anciens combattants et tirailleurs de Guinée, Diallo Amadou Lamarana, n’a vu venir aucune invitation. Une faute diplomatique qui confortera nombre de Guinéens dans leur sentiment : cinquante-deux ans après, la France n’a toujours pas digéré le « non » de Sékou Touré à de Gaulle.

Grands souvenirs et petits cadeaux

Les douze chefs d’État du continent qui ont déjeuné à l’Élysée, le 13 juillet, ne sont pas repartis les mains vides. Chacun a reçu un petit paquet avec, à l’intérieur, des archives audio et vidéo datant de la période préindépendance de son pays ainsi qu’une lettre du président de l’Institut national de l’audiovisuel français (INA), à l’origine du cadeau. Une copie des documents a été ou doit être par ailleurs remise aux télévisions et aux radios nationales (voir p. 43). L’INA avait même préparé des colis pour les deux absents de ce rendez-vous entre amis, le Malgache Andry Rajoelina – sous sanctions internationales – et l’Ivoirien Laurent Gbagbo – qui a décliné l’invitation.

Paris avait pris les devants

Anticipant d’éventuelles actions des ONG ou une initiative d’un juge d’instruction, le ministère français des Affaires étrangères a pris ses précautions. Il a passé au crible les états de service des 494 soldats africains qui sont venus défiler sur les Champs-Élysées, le 14 juillet. La méthode ? Très simple. Les ambassades de France dans les treize pays concernés ont fait remplir par chaque militaire une demande de visa. Puis les 494 formulaires ont été croisés avec le fichier des personnes recherchées. Et, apparemment, aucun dossier suspect n’a clignoté sur les ordinateurs. Le piquant de l’histoire, c’est que la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) était informée de la démarche, mais a tout de même adressé, le 12 juillet, à Nicolas Sarkozy, une lettre ouverte lui demandant de « rendre publique la composition des délégations étrangères invitées ». Le coup médiatique était trop tentant…


SUR LE MÊME SUJET
A la demande de Gaboneco, un militant de longue date et membre influent des structures de base de l’Union du peuple gabonais (UPG), qui a préféré un pseudonyme, établi dans le libre propos ci-dessous les déterminismes du virage spectaculaire observé auprès d’une frange des hiérarques de cette formation politique, dès la mort de son leader Pierre Mamboundou. Le texte permet une incursion dans les couloirs de l’UPG et met en évidence l’opportunisme égocentrique des principaux artisans de la participation de ce parti au scrutin législatif du 17 décembre prochain. Le spectacle de la gestion pitoyable et équivoque, offerte aux ...
Lire l'article
Le Premier ministre français, François Fillon, est attendu dans la capitale gabonaise, Libreville, le 16 juillet prochain, en visite officielle, après une mini-tournée africaine qui l’a conduit respectivement depuis ce 14 juillet en Côte d'Ivoire, au Ghana, rapporte le site du président de la République gabonaise. Le chef du gouvernement français arrive au Gabon à la tête d'une forte délégation composée de chefs d'entreprises qui devront davantage échanger avec leurs partenaires gabonais en vue de renforcer les liens séculaires qui existent entre les deux peuples. Lors de cette visite en terre gabonaise, l’on estime qu’au-delà du tête- à -tête qu’il y aura ...
Lire l'article
Le CCF (Centre Culturel Français), organise cette année encore les soirées « Cinéma plein air », une suite de projections gratuites de productions cinématographiques africaines. Cette 5ème édition démarre le 5 juillet prochain avec « Sarraounia », du mauritanien Med Honda. Durant trois jours, des films emblématiques africains parmi lesquels « Lettre paysanne » de Safi Faye du Sénégal et « Dôlé » du gabonais Imunga Ivanga, seront projetés sous les étoiles dans les jardins du CCF. La 5ème édition de « Cinéma plein air », démarre le 7 juillet prochain au CCF (Centre Culturel Français) de Libreville. Pendant trois ...
Lire l'article
Gabon : les coulisses de la visite d’Ali Bongo Ondimba aux États-Unis
Reçu le 9 juin comme un hôte de marque à la Maison Blanche, Ali Bongo Ondimba n' a pas chômé pendant sa visite aux États-Unis. Entre travaux au Conseil de sécurité de l'ONU et rencontres diplomatiques, ABO s'est penché sur plusieurs sujets d'intérêt majeur pour le Gabon et l'Afrique. Une primeur pas banale pour ABO. Le 9 juin dernier en fin d’après-midi, Ali Bongo Ondimba (ABO), est devenu le premier dirigeant d’Afrique francophone à être reçu au Bureau ovale sous la présidence de Barack Obama. Les deux hommes ont évoqué les questions de sécurité et de gouvernance dans la région du ...
Lire l'article
Les armées de 13 pays africains ont défilé pour la première fois sur les Champs-Elysées pour le 14-Juillet, une initiative contestée par des organisations de défense des droits de l'homme qui redoutaient la présence dans leurs rangs de criminels. Souvent en tenue chamarrée, les unités des anciennes colonies françaises ont défilé avec les corps français habituellement présents. Le célèbre "Chant des Africains", ancien air traditionnel des armées d'Afrique, a ainsi été joué en ouverture de la cérémonie au pied de l'Obélisque, place de la Concorde, qui s'est parfois déroulée sous un rideau de pluie à l'allure tropicale. Les chefs d'Etats africains avaient pris ...
Lire l'article
Le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, est présent, ce mercredi 14 juillet, parmi la douzaine de chefs d’Etat africains invités par leur homologue français, Nicolas Sarkozy, à la tribune officielle, pour le défilé du 14 juillet, fête nationale française, selon l’Elysée. A cette occasion des militaires venus de treize pays (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Mali, Mauritanie, Madagascar, Niger, Sénégal, Tchad, Togo) ont remonté le boulevard Des Champs Elysées, une première, pour ainsi marquer le cinquantenaire des indépendances des ex-colonies africaines acquises en 1960. Absence des présidents ...
Lire l'article
La France a, contrairement à la Belgique, invité des détachements militaires provenant de ses anciennes colonies à défiler lors de sa Fête nationale, le 14 juillet à Paris, à l'occasion du 50e anniversaire de leur indépendance, a-t-on appris auprès du ministère français de la Défense. Des détachements de treize pays africains (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, République centrafricaine, Congo-Brazzaville, Gabon, Madagascar, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad et Togo) défileront aux côtés de l'armée française sur les Champs Elysées. En Belgique, la participation de militaires congolais au défilé de la Fête nationale, le 21 juillet, un moment envisagée, a été annulée à ...
Lire l'article
Lors du 14e sommet de l’organisation panafricaine (Addis-Abeba, 31 janvier-2 février), le « Guide » libyen a cédé son fauteuil de président en exercice au Malawite Bingu wa Mutharika. Fini les foucades, place à la rigueur. Un autre style s’impose. Et, avec lui, le poids des pays d’Afrique australe. L’un porte des lunettes noires et des chemises à col pointu, arbore des petites coiffes et se drape dans des tissus chamarrés. L’autre n’a pour seule extravagance qu’une canne en bois sculpté – et encore celle-ci lui sert-elle davantage à marcher qu’à parader. Entre le Libyen Mouammar Kaddafi, 67 ans, et le ...
Lire l'article
Le Parti démocratique gabonais (PDG) a annoncé le 10 juillet dernier qu'il présenterait, le 18 juillet prochain, son candidat «du consensus» à l'élection présidentielle qui doit se tenir sous 55 jours. Initialement prévue pour le 8 juillet dernier, la délibération déterminante du parti au pouvoir depuis près de 40 ans est très attendue pour établir les pronostics sur la ligne de départ de la course à la Présidence. Selon des sources bien informées, les tractations au sein du parti ont donné lieu à un « consensus mou » incapable de désigner un candidat consensuel. Dix candidats, une seule place...le défi est ...
Lire l'article
Une manifestation cinématographique dénommée « Cinéma en plein air », organisée par le Centre culturel français (CCF) de Libreville, le Centre national de la cinématographie (CENACI) et les partenaires au développement en vue de fournir un espace de loisir et de détente aux populations librevilloises, démarre le 12 juillet prochain à Libreville. Deux jours durant (12-14 juillet) seront projetés dans les jardins du Centre culturel français (CCF), dans la capitale gabonaise, des films africains primés lors des différents Festival panafricains du cinéma. La 2ème édition de Cinéma en plein air, programme, six films emblématiques du cinéma africain, du Burkina Faso, Sénégal, Mali, ...
Lire l'article
Gabon : Les coulisses de la “liquidation” de l’UPG
François Fillon à Libreville le 16 juillet prochain
Gabon/Culture : « Cinéma plein air » du 5 au 7 juillet au Centre culturel Français !
Gabon : les coulisses de la visite d’Ali Bongo Ondimba aux États-Unis
Un défilé “africain” du 14 juillet contesté aux Champs-Elysées
Le président Ali Bongo Ondimba parmi la douzaine de chefs d’Etats africains aux festivités du 14 juillet à Paris
Treize pays africains défileront le 14 juillet sur les Champs Elysées
Dans les coulisses du Sommet d’Addis-Abeba
Gabon : Le «candidat du consensus» coincé en coulisses
Gabon: Cinéma en plein air: deuxième édition du 10 au 12 juillet prochain à Librev

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 21 Juil 2010
Catégorie(s): Afrique,Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*