Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le Forum de l’AGOA pour la société civile s’ouvre jeudi 29 juillet, à Washington

Auteur/Source: · Date: 28 Juil 2010
Catégorie(s): Monde

L’édition 2010 du Forum de l’AGOA (loi américaine sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique) pour la société civile, qui s’ouvrira le 29 juillet, à Washington, autour du thème : « la correction du déséquilibre commercial afro-américain : une décennie de progrès », aura pour objectif de rendre les relations commerciales entre les États-Unis et l’Afrique profitables pour les deux camps.

En prélude à cette réunion, M. Gregory Simpkins, porte-parole de la coalition de la société civile américaine pour les échanges et les investissements en Afrique, a donné un avant-goût de cette réunion dans une interview qu’il a accordée le 22 juillet à America.gov, a déclaré : « si les Africains doivent faire plus dans le domaine des réformes et pour rendre leur environnement commercial plus accueillant et accroître les échanges entre les États-Unis et l’Afrique, les Américains peuvent aussi faire beaucoup ».

FORMATION SUR LES REGLEMENTS SANITAIRES AMERICAINS

Dans ce contexte, a-t-il poursuivi, « Nous devons donner une formation plus poussée aux groupes de producteurs sur les règlements sanitaires et phytosanitaires américains » et travailler avec les gouvernements africains à faciliter l’expansion du commerce dans le cadre de l’AGOA.

Il a rappelé que, tant en Afrique qu’aux États-Unis, les branches législative et exécutive du gouvernement contribuent sensiblement à créer les conditions requises pour l’amélioration des échanges. Des deux côtés de l’Atlantique, une coopération plus étroite doit s’imposer entre le gouvernement, les milieux des affaires et la société civile.

M. Simpkins a défini la société civile comme un ensemble de groupe ou d’organisations en dehors du gouvernement et du milieu commercial : chambres de commerce, syndicats, organisations non gouvernementales, groupes de pression, groupes religieux, groupes de recherche sur les politiques, journalistes et universitaires.

Comparant l’AGOA à une partie de football, il a expliqué : « les gouvernements des deux côtés définissent les règles et ils les font aussi appliquer comme des arbitres. Les joueurs, évidemment, sont les entreprises commerciales. La société civile des deux côtés joue le rôle de commentateur. (…) Nous [la société civile] sommes les analystes qui expliquent ce qui est arrivé et pourquoi c’est arrivé et peut-être ce qui devrait arriver, parce que nous sommes neutres ».

La société civile a des atouts importants qu’elle peut partager avec les gouvernements et les milieux des affaires. Et M. Simpkins a rappelé que la société civile comprend des groupes de recherche sur les politiques qui peuvent offrir des informations que les gouvernements et les milieux des affaires n’ont pas et des groupes de pression qui peuvent demander des réformes.

FORUM MINISTERIEL DE L’AGOA

La rencontre de deux jours pour la société civile précède le forum ministériel de l’AGOA qui s’ouvrira le 2 août. M. Ayoma Matunga de la SODNET, organisation non gouvernementale kenyane, et M. Erastus Mwencha, président adjoint de l’Union africaine, sont au nombre des conférenciers attendus.

Les échanges agricoles dans le cadre de l’AGAO, l’infrastructure, les chaînes d’approvisionnement et l’intégration régionale, les textiles et le renforcement des capacités commerciales figureront parmi les sujets qui seront examinés.

Selon M. Simpkins, les échanges entre les États-Unis et l’Afrique doivent faire l’objet d’une coopération accrue entre le gouvernement, le milieu commercial et la société civile. Il travaillait au Congrès lorsque l’AGOA avait été ratifiée le 18 mai 2000 et il se souvient qu’il était dans l’intention de la loi de bénéficier aux petites et moyennes entreprises.

« À dire vrai, l’idée ne nous était même pas venue que le pétrole allait dominer tellement l’AGOA », a-t-il précisé.

Les petites et moyennes entreprises des deux côtés de l’Atlantique ne tirent pas toutes les profits importants que l’AGOA devait leur offrir. Le pétrole, qui représente la plus grande partie du commerce de l’AGOA, ne crée pas autant d’emplois que les petites et moyennes entreprises. Ces dernières sont, partout dans le monde, le moteur de la création d’emplois, a déclaré M. Simpkins.

Il a certes reconnu que certaines entreprises prospèrent dans le cadre de l’AGOA mais il a ajouté qu’il restait encore des obstacles à abattre dans les domaines de l’agriculture, des textiles et des échanges intra-africains.

PRODUCTION DE GRANDES QUANTITES DE MARCHANDISES

M. Simpkins a souligné que les petites entreprises africaines éparpillées dans les nombreux pays africains doivent apprendre à travailler ensemble pour produire de grandes quantités de marchandises qu’elles pourraient vendre aux gros détaillants américains tels Wal-Mart, Target ou J.C.Penney. En Asie, leurs homologies ont maîtrisé ce processus et les Africains pourraient tirer les leçons de leur expérience.

Dix ans après la ratification de la législation, certains sont déçus et pensent que l’AGOA est un échec. « Ceux d’entre nous qui travaillent avec l’AGOA disent que ce n’est pas un échec. Cela ne marche pas comme cela devrait ».

M. Simpkins a ajouté : » Nous devons donc amener plus de petites entreprises à prospérer dans le cadre de l’AGOA » des deux côtés de l’Atlantique, dans l’intérêt des deux parties. « Ce devrait être une situation gagnant-gagnant pour tout le monde. C’est ce que nous essayons de faire ». La société civile peut être le lien entre le gouvernement et le milieu commercial dans cette entreprise.

Et il a conclu : «Nous devons faire tout notre possible pour que cela arrive ».

En rappel, le Gabon est l’un des africains intégrés dans l’AGOA.

Source Ambassade des Etats-Unis, à Libreville


SUR LE MÊME SUJET
La Coalition de la Société Civile Gabonaise a animé une Conférence Publique ce samedi à Libreville sous le thème : « Société Civile, Ethique et Civisme » en présence de nombreux invités parmi lesquels des professeurs et membres d’ONG. Dans son intervention, le Porte Parole de cette coalition, Guy René Mombo Lembomba a donné l’objectif de ces assises qui se tiennent quatre jours après l’ouverture de la campagne électorale des Législatives au Gabon. « Nous organisons cette conférence publique dans un processus de dynamisation de la Société Civile afin de la rendre plus professionnelle qu’elle ne l’est déjà », a-t-il déclaré. Cette Coalition ...
Lire l'article
La Coalition de la Société Civile par la voix de son porte parole, Guy René Mombo Lembomba a fustigé ce lundi à Libreville le comportement de certains de leurs membres qui selon eux, sème la confusion au sein des organisations de la société civile. Ce comportement concourt à jeter l’opprobre sur la société civile en appelant les populations à l’incivisme et programmer le chaos. Dans son allocution, le porte parole a indiqué qu’«il avait été convenu que les prochaines élections au Gabon s’organiseraient autour de la crédibilité et de la transparence. Condition sine qua non et gage d’un réel développement du ...
Lire l'article
La Coalition de la société civile gabonaise(CSC), qui regroupe une trentaine d’ong, a appelé devant la presse lundi à Libreville la société civile au respect de l’éthique de neutralité pendant les prochaines élections législatives au Gabon. ‘’Un groupuscule de membres de la société civile, délaissant leur éthique de neutralité, se retrouve paradoxalement solidaire de l’opposition dont elle serait devenue la caisse de résonnance au motif que lui seul serait porteur d’espoir de la justice sociale et de la gouvernance démocratique, du développement », a souligné Guy René Mombo Lembomba porte-parole de la coalition Pour la CSC, il est évident dans un ...
Lire l'article
La plate-forme Transparence et Gouvernance Démocratique au Gabon (TGD-Gabon), représentée par son coordinateur, Christian Abiaghé Ngomo, vient de condamner au cours d’une conférence de presse, les dérives de certains acteurs de la société civile caractérisée par leur tendance à se laisser instrumentalisés par des fractions politiques. Devant la menace d’instabilité imputable à une frange d’activistes soumis aux partis politiques de l’opposition engagée dans la campagne « ça suffit comme ça », les acteurs de la société civile membre de la plate forme TGD, ont émis de « sérieuses » réserves quant à la représentativité des dits activistes. Au nom ...
Lire l'article
Les prochaines législatives donnent lieu, depuis quelques jours, à des analyses et suggestions diverses quant à leur mode d’organisation. Des leaders associatifs, membres de la société civile gabonaise, ont rendu public, le 18 juin, une déclaration portant sur la «transparence électorale au Gabon». Le document énumère des recommandations portant sur les listes électorales, les bureaux de vote et la réforme des institutions, présentés comme conditions sine qua non pour la participation de ces ONG au prochain scrutin. L’intégrale de cette déclaration. DECLARATION DE LA SOCIETE CIVILE GABONAISE SUR LA TRANSPARENCE ELECTORALE AU GABON Suite à l’engagement du gouvernement à organiser des ...
Lire l'article
En marge du sommet du G8 tenu au Canada les 25 et 26 juin 2010, Barack Hussein Obama annonçait aux leaders africains présents qu’il comptait convier 18 de ses homologues africains en Août prochain à Washington. La raison de cette invitation, disait il, résidait dans la volonté de célébrer le 50e anniversaire des indépendances de leurs pays respectifs. Mais moins d’un mois après, le président des Etats-Unis d’Amérique (USA) a décidé de procéder autrement. Il a choisi, le week-end dernier de convier plutôt les leaders des sociétés civiles africaines à un forum pour faire le point sur la ...
Lire l'article
Un atelier en vue de favoriser les exportations vers les Etats-Unis d'Amérique, organisé par le ministre Gabonais du Commerce, de l'Economie, de l'Industrie et du Tourisme, en collaboration avec l'Ambassade des Etats-Unis au Gabon, le centre Ouest-Africain pour le commerce et la chambre du commerce, d'industrie du Gabon, s'est ouvert le 10 juin dernier à Libreville, en présence de plusieurs partenaires au développement. Le Gabon ayant adhéré à l'AGOA (Loi sur la Croissance et les Opportunités en Afrique ) depuis l'an 2000, le constat sur le terrain démontre que la balance commerciale avec les États-Unis n'a véritablement pas évolué, à ...
Lire l'article
Dans le cadre des opportunités liées à la Loi sur la croissance des possibilités économiques en Afrique (AGOA), un atelier sur les échanges commerciaux a démarré ce 10 juin à Libreville pour relancer les exportations africaines vers les USA. Organisé par le ministère gabonais de l’Economie, l’ambassade des Etats-Unis au Gabon et le Centre Ouest-africain pour le commerce, en partenariat avec le Chambre de Commerce du Gabon, un atelier sur le commerce international s’est ouvert ce 10 juin à Libreville. S’inscrivant dans le cadre la Loi sur la croissance des possibilités économiques en Afrique (AGOA), cette rencontre vise à planifier une ...
Lire l'article
Deux des plus célèbres membres de la société civile gabonaise, Marc Ona, lauréat du Prix Goldman 2009, ainsi que Grégory Mintsa, estiment dans une lettre ouverte hier à la veille de l’arrivée au Gabon du président français que Nicolas Sarkozy n’est pas "le bienvenu". "M. le Président (...) votre ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, votre secrétaire aux colonies Alain Joyandet et votre ami Robert Bourgi sont désormais indésirables au Gabon et vous n’êtes pas le bienvenu" écrivent les deux membres de la société civile dans une lettre remise à l’AFP par Marc Ona. Marc Ona Essangui, principal porte-parole de la société ...
Lire l'article
Le gouvernement et la société civile se sont accordés, à l’issue des travaux de validation sanctionnant la validation du Programme national de bonne gouvernance (PNBG), du 16 et 17 septembre dernier, sur l’institutionnalisation d’un cadre de concertation, du rapport final des travaux. Pour Gervais Owanga-Biye rapporteur des travaux, « les experts se sont convenus de l’institutionnalisation d’un cadre de concertation entre le gouvernement et la société civile sur la gestion du pays au sein du Programme national de bonne gouvernance (PNBG) ». Pour cela, a-t-il affirmé, « le gouvernement gabonais devrait consentir 1% du budget national à la société civile en vue ...
Lire l'article
Ethique et Civisme au centre d’une Conférence publique de la Coalition de la Société Civile Gabonaise
La société civile gabonaise fustige le comportement de certains de ses membres
Des ONG appellent à la neutralité de la société civile pendant les législatives
Société / TGD-Gabon condamne les dérives de certains acteurs de la société civile
Gabon : Les conditions de la société civile pour les législatives 2011
Cinquantenaire des Indépendances Forum: Barack Obama préfère la société civile aux dictateurs africains
AGOA: De nouvelles stratégies pour favoriser les exportations vers les Etats-Unis
Gabon : AGOA se cherche un nouveau souffle à Libreville
GABON : Le président Sarkozy n’est pas “le bienvenu” pour la société civile
Gabon: Le gouvernement et la société civile s’accordent sur l’institutionnalisation d’un cadre de concertation

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 28 Juil 2010
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*