- Bongo Doit Partir - https://www.bdpgabon.org -

Le WCS reprend ses activités au Parc national des Monts Birougou à Mbigou

L’ONG américaine Wildlife conservation society (WCS) très active dans le domaine de la conservation de la nature, a repris lundi dernier ses activités au parc national des Monts Birougou à Mbigou dans la province de la Ngounié après plusieurs années d’interruption, rapporte mercredi l’AGP.

La reprise des activités du WCS en partenariat avec l’ONG locale Muyissi environnement a débuté par une campagne de sensibilisation dans les villages jouxtant le parc.

Cette campagne est menée par le nouveau chef de projet de cet organisme à Mbigou, Yves-Eric Moubangou Pangou.

Pour cette première mission, le chef de projet WCS qui s’est ainsi attaché les services de l’ONG Muyissi environnement installée à Mouila et de l’appui du Conservateur Daniel Arnaud Nzame a tenu à rappeler aux populations les multiples activités menées par WCS de 2004 jusqu’en 2008 dans ce parc.

Parmi ces activités, on note notamment les études socio-économique, la cartographie participative villageoise, la délimitation physique du parc, les inventaires de faune, le début de l’éducation environnementale et le lancement de la création des associations villageoises de conservation et de développement, a-t-il rappelé tout en regrettant le temps mort observé de 2008 à 2009.

« Nous allons reprendre nos activités avec la participation et l’implication de tout le monde », a ajouté le chef de projet WCS.

La sensibilisation a porté sur la présentation du parc des Monts Birougou et son enjeu. Situé au sud Gabon, dans le massif du Chaillu, le parc des Monts Birougou est à cheval entre les provinces de la Ngounié et l’Ogooué Lolo et frontalier au Congo-Brazzaville.
Crée le 30 août 2002 à l’instar des 12 autres parcs nationaux du Gabon, les Monts Birougou forment le toit du massif du Chaillu et constitue un refuge forestier avec les montagnes les plus élevées qui permettent de réguler les écoulements des fleuves dont dépendent de nombreuses populations en aval.

C’est un véritable « château d’eau » d’une bonne partie du réseau hydrographique du Gabon dont le fleuve Nyanga, la Ngounié, l’Ofoué, la Lolo, l’Onoye et le bassin du Niari, en territoire congolais.

Se basant sur les spécificités de ce parc, le président de Muyissi environnement, Ladislas Ndembet a appelé les populations des villages Kambamongo et de Dienga à s’approprier du concept de conservation qui visent dans un premier temps à la gestion durable de nos ressources qui doivent profiter aux générations futures.

Aussi a-t-il insisté sur le second aspect lié au développement communautaire, celui de la création d’activités génératrice de revenus autour de la conservation, « au tour du parc national des Monts Birougou ».

« Le parc ne doit pas être considéré comme une affaire de l’Etat seul mais, à nous tous. Certes cette forêt et les animaux qui y sont doivent bénéficier à nos enfants et petits enfants mais, nous aussi devons profiter de cette richesse », a-t-il dit.

La structuration du tissu associatif, second thème de cette campagne de sensibilisation a été indiqué comme l’une des solutions pour profiter de ce parc, jusque là vu comme une menace pour les populations avec l’interdiction qu’ils ont d’y entrer et d’y mener des activités. « C’est en vous regroupant que vous pouvez mettre en pratique des projets et bénéficier des fonds financiers mis à la disposition du parc », a-t-il renchérie.

M. Ndembet a demandé aux populations de créer des associations en leur montrant tout l’intérêt et en indiquant le cadre juridique conférée par la constitution. Afin de leur faciliter la tâche, une fiche fournissant les renseignements pour la constitution d’un dossier d’association au Gabon leur a été remise conformément aux recommandations du ministère de l’Intérieur.

Cela, a-t-il indiqué, devrait permettre aux populations de remplir les formalités administratives à l’origine de nombreux obstacles et découragement dans la mise en place des structures communautaires de développement, malgré les bonnes idées des hommes et des femmes vivant en zone rurale.

Une fois regroupé au sein d’un cadre de concertation, les populations auront la possibilité d’une part, de défendre leurs intérêts d’une seule voix et, d’autre part de mettre en place des projets socioéconomiques avec des financements profitable à l’ensemble de la communauté et non à un seul individu comme le souhaite de nombreux bailleur de fond internationaux a insisté le président de Muyissi tout comme le chef de projet WCS.

La campagne va se poursuivre toute la semaine dans les autres villages notamment à Lévinda, Baposso, Bolapessa, Mambonga et Mokindi dans le département de la Louétsi-Bibaka autre localité proche du parc des Monts Birougou.

Le but de cette mission est d’impliquer les populations locales dans la gestion des ressources naturelles et la protection du parc. 


SUR LE MÊME SUJET
Le du Parc national de Mayumba enregistrent depuis plusieurs mois dans la partie continentale des cadavres de plusieurs espèces animales dont les causes de décès restent encore inconnues, a appris par correspondance l’AGP ce jeudi à Mouila, capitale provinciale de la Ngounié (au sud du Gabon). Parmi les espèces retrouvées, on note des sitatungas, des tortues marines, et un buffle. L’information a été révélée ce jeudi par le président de l’ONG Nyanga-Tour, Jean Nestor Pama, en campagne de sensibilisation dans les localités jouxtant ce parc national marin. La découverte des cadavres a été faite par une équipe spécialisée dans la recherche ...
Lire l'article [1]
L’Organisation non gouvernementale (ONG) dénommée ‘’Elik-Minkebe’’, basée à Libreville, a installé une antenne à Minvoul, chef-lieu du département du Haut-Ntem, dans la province du Woleu-Ntem, dans le nord du Gabon, afin d’apporter son aide dans la protection du parc national de Minkébé. Situé à cheval entre les provinces du Woleu-Ntem (nord) et de l’Ogooué-Ivindo (nord-est), le parc national de Minkébé, est livré à une exploitation illicite de l’or et au braconnage. ‘’Cette antenne répond à la nécessité de défendre le patrimoine écologique du parc national de Minkébé, victime d’une exploitation abusive de l’or et au braconnage’’, a déclaré le président de ...
Lire l'article [2]
L'organisation non gouvernementale (ONG) américaine Wildlife Conservation Society (l'organisme international pour la conservation de la nature (WCS) et l’ONG Muyissi Environnement ont choisi la petite localité de Mbigou, dans le sud-est du Gabon, pour abriter, samedi et dimanche, les manifestations de la journée mondiale de l’environnement, célébrée chaque année le 5 juin. "La célébration de la Journée Mondiale à Mbigou se justifie par la présence dans cette localité du WCS et de l’ANPN (Agence nationale des parcs nationaux) depuis bientôt une dizaine d’années, dans le cadre de la conservation du Parc national des Monts Birougou, véritable refuge ...
Lire l'article [3]
La création du parc national des Monts Birougou qui s’étend sur les provinces de la Ngounié (sud) et de l’Ogooué-Lolo (sud-est), a entraîné un certain essor des villages environnants qui disposent désormais de l’électricité produite par l’énergie solaire. Grâce au parc, les dispensaires situés dans ces lointaines contrées sont régulièrement approvisionnés en médicaments alors que les axes routiers bénéficient également d’un entretien régulier. Mais les populations se plaignent de n’avoir jamais été consultées lors de la création du parc et souhaitent que ses limites soient repoussées afin de pouvoir disposer de plus d’espace pour leurs activités de chasse, de pêche et ...
Lire l'article [4]
Le Centre d’action pour le développement durable et environnemental (CADDE), une organisation non gouvernementale (ONG) a lancé, conjointement avec des pêcheurs nigérians du village Moka, un projet pour la gestion concertée de la mangrove du parc national d’Akanda, une aire protégée située dans le département du Cap Estérias, au nord de Libreville, la capitale gabonaise. Le secrétaire exécutif de l’ONG, Constant Allogho Aubame, a indiqué que le CADDE va lutter contre la coupe intensive de la mangrove, un écosystème où se reproduisent les poissons et les crustacés, utilisé comme combustible par les pêcheurs nigérians du village de Moka pour fumer ...
Lire l'article [5]
Les ressources halieutiques font l’objet d’un véritable pillage dans le parc national d’Akanda, une aire protégée située dans le nord de Libreville. Des pêcheurs de nationalité nigériane sont particulièrement incriminés, qui pratiquent une pêche illégale intense dans le parc, un des treize sites classés au Gabon pour préserver la biodiversité. Au cours d’une mission de lutte anti-braconnage, le 11 novembre dernier, le conservateur du parc, Jean Jacques Panga, et son équipe ont saisi 50 kg de poisson sur des pêcheurs nigérians. ‘’Les Nigérians étaient à bord d’une vingtaine d’embarcations et pêchaient avec des filets non règlementaires’’, a indiqué M. ...
Lire l'article [6]
(Par Ladislas Demaison NDEMBET) Le parc national de waka doit-il changer de nom? En tout cas, les populations habitant dans sa périphérie le souhaitent parce qu'elles ne se reconnaissent pas dans l'appellation actuelle qui aurait été tirée du nom d'un cours d'eau arrosant la contrée. A l'occasion d'un atelier de cartographie participative en trois dimensions qui s'est déroulé du 22 septembre au 3 octobre à Fougamou, chef-lieu du département de Tsamba Magostsi, dans le sud du Gabon, les pygmées Babongo et les Tsoghos, riverains du parc, ont indiqué ne pas avoir connaissance de l'existence, dans ces lointaines contrées, d'un cours d'eau ...
Lire l'article [7]
Les Eléphants et les singes mandrills constituent désormais une véritable menace pour les populations riveraines du Parc des Monts Birougou dans sa partie située dans la haute Louétsi du département de la Louétsi-Bibaka dans la province de la Ngounié (sud). Ces populations ont lancé ce cri de détresse, précisant que ces animaux dévastent leurs champs auprès des responsables des ONG WCS et Muyissi environnement en campagne de sensibilisation au sein de cet air protégé. Ces derniers fulminent la décision des autorités d’interdire d’abattre ces animaux qui les affament en s’en prenant à leurs plantations, a rapporté furieux le canton de Lévinda, Raphaël ...
Lire l'article [8]
Les acteurs de la conservation des parcs nationaux, notamment ceux de Waka et des Monts Birougou ont assisté jeudi à l’ouverture par le directeur technique de l’Agence nationale des parcs nationaux, John Michael Fay, à un atelier portant sur la mise en place d’un Plan de travail annuel (PTA) des Parcs nationaux, rapporte l’Agence de presse gabonaise (AGP). « Les « Défis et enjeux de gestion » des deux parcs par le conservateur de celui des Monts de Birougou, Daniel Nzame et celui de Waka par son conservateur, Benoît Nziengui. Le Parc national des Monts Birougou (PNMB), objet de la première ...
Lire l'article [9]
Le Conseil des ministres a accordé l'organisation à Lékoni, dans le Haut Ogooué (sud est), du 5 au 6 septembre prochains, d'un atelier de validation du plan de gestion du Parc national des Plateaux Batéké. Cet atelier sera organisé par l'Agence nationale des Parcs nationaux(ANPN). L'objectif de cette rencontre est de permettre aux habitants de la zone périphérique de ce Parc national, à leurs élus et aux représentants des administrations déconcentrées d'avoir le même niveau d'informations dans le cadre de la gestion des Parcs.
Lire l'article [10]
Décès non élucidés de plusieurs animaux dans le Parc national de Mayumba
Une ONG s’implique dans la protection du parc national de Minkébé
Mbigou, épicentre des manifestations de la Journée mondiale de l’environnement au Gabon
L’impact controversé du parc national des Monts Birougou
Un projet de sauvegarde de la mangrove dans un parc national au nord de Libreville
Pillage des ressources halieutiques dans le parc national d’Akanda
Le Parc national de Waka doit-il changer de nom?
Les populations autour du parc des Monts Birougou menacées par les éléphants et les singes madrills
Le Plan de travail annuel des parcs nationaux de Waka et Birougou au cours d’un séminaire à Mouila
Gabon: La validation du plan de gestion du Parc national des plateaux Batéké au centre d’un atelier du 5 au 6 septembre prochains