- Bongo Doit Partir - https://www.bdpgabon.org -

Gabon : Deux sociétés minières françaises polluent l’est du pays

Un rapport de l’ONG Brainforest dénonce les effets nocifs des activités minières d’Areva et Eramet sur les populations.
Dans son rapport rendu public ce lundi, l’ONG Brainforest, tire la sonnette d’alarme sur la nuisibilité des projets d’exploitation minière, des sociétés françaises Areva et Eramet, sur “les populations locales et l’environnement dans le Haut-Ogooué”, à l’est du Gabon.

Des projets très rentables d’un point de vue économique, mais qui, selon l’ONG “ne doivent pas se faire au détriment des populations locales et de l’environnement”. Selon ledit document, les populations des zones d’études concernées sont menacées par la radioactivité, la pollution des rivières et disparition de la pêche.

Trois sont concernés par cette étude ; Mounana, où l’uranium a été exploité pendant plus de quarante ans, par la Compagnie des mines d’uranium de Franceville (Comuf), une filiale du groupe français Areva. Le site d’extraction du manganèse de Moanda, où la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog), filiale du français Eramet, exerce depuis 1962.

Selon ledit rapport, des rivières ont été envasées et pollués par des boues et déchets issues de l’exploitation du manganèse, par la filiale d’Areva, handicapant fortement les populations obligés de modifier leurs habitudes, pour satisfaire des besoins vitaux en eau potable ou en nourriture.

La zone de Poubara, pressentie pour héberger le “plus grand projet hydroélectrique du Gabon”, un grand barrage destiné à fournir de l’énergie à la société Comilog et qui va “submerger une surface de 46km2…sans que les populations locales n’aient été visitées…pour la concertation, la négociation de (…) compensations, ni l’inventaire des activités prévu”.

Publié à la veille de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance du pays, ce rapport alerte sur le manque d’information des populations notamment “concernant la situation radiologique”, jugée “inacceptable” et alerte aussi sur la “proximité entre les différents quartiers de Mounana et les zones présentant un risque” d’exposition forte à la radioactivité.

Selon Brainforest: “L’Etat gabonais doit promouvoir une gestion durable et concertée des ressources naturelles”. Les résultats de la surveillance radiologique n’ayant jamais été transmis aux autorités locales ni à la population, l’ONG s’interroge sur: “l’indépendance du Centre national de prévention et de protection contre les rayons ionisants, chargé de la surveillance radiologique (CNPPRI)”, sachant que cet organe du ministère gabonais des Mines, censé être indépendant est financé depuis des années par la Comuf, filiale d’Areva.

Le rapport indique toutefois que “la Comilog a pris compte de l’ampleur des impacts de ses activités sur l’environnement”. Reste à espérer qu’elle agisse dans le sens de sa préservation et davantage pour la santé des populations.
 


SUR LE MÊME SUJET
Le groupe nucléaire Areva va indemniser les ayants droits de deux de ses anciens salariés français morts d’un cancer du poumon après avoir travaillé pendant plusieurs années dans la mine d’uranium de Mounana, dans le Sud-Est du Gabon, a-t-on appris vendredi de source officielle. C’est la première fois que le groupe minier qui était établi au Gabon via la Compagnie des mines d’uranium de Franceville (COMUF) va engager un tel processus conformément à un accord conclu en 2009 avec l’association Sherpa qui défend les intérêts des salariés de Areva exposés à des rayonnements ionisants. 40 000 dossiers médicaux appartenant à des mineurs ...
Lire l'article [1]
Eramet annonce qu'à compter de ce lundi, Marcel Abeke, jusqu'à présent directeur général de Comilog, filiale détenue à hauteur de 63,7% par Eramet, est nommé directeur exécutif auprès de la direction générale du groupe, chargé de son développement en Afrique. A ce titre, il a notamment pour mission de conseiller la direction générale et les directions de branche, en liaison étroite avec la direction du développement, sur les actions à mener et les moyens à mettre en place pour accompagner la politique de croissance d'Eramet en Afrique. Marcel Abeke demeure membre de l'IMC (International Management Committee). A cette même date, Jean ...
Lire l'article [2]
Comment concilier exploitation industrielle des matières premières et préservation des équilibres écologiques ? Irradiation, pollution des eaux, disparition de la pêche… Le rapport publié le 16 août par l’ONG Brainforest concernant les impacts de l’exploitation minière sur les populations locales et l’environnement dans le Haut-Ogooué (est du pays) rappelle aux opérateurs et aux pouvoirs publics que les erreurs du passé ont de lourdes conséquences, actuelles, sur l’environnement et la santé. À Mounana, la Compagnie des mines d’uranium de Franceville (Comuf), filiale du groupe français Areva, a exploité des gisements d’uranium pendant près de quarante ans. Alors qu’elle a cessé ses opérations en ...
Lire l'article [3]
Trois zones sont concernés par cette étude ; Mounana, où l'uranium a été exploité pendant plus de quarante ans, par la Compagnie des mines d'uranium de Franceville (COMUF), une filiale du groupe français Areva. Le site d’extraction du manganèse de Moanda, où la Compagnie minière de l'Ogooué (COMILOG), filiale du français Eramet, exerce depuis 1962 et la zone de Poubara, pressentie pour héberger le «plus grand projet hydroélectrique du Gabon», un grand barrage destiné à fournir de l’énergie à la COMILOG et qui va «submerger une surface de 46 km2 sans que les populations locales n'aient été visitées pour la ...
Lire l'article [4]
Irradiation, pollution des rivières, disparition de la pêche: dans un rapport publié lundi, l'ONG Brainforest alerte sur les impacts de l'exploitation minière des sociétés françaises Areva et Eramet, sur les populations dans l'est du Gabon. "Des projets qui engendrent des milliards d'investissements, en grande partie étrangers (...), avec des retombées économiques considérables, ne doivent pas se faire au détriment des populations locales et de l'environnement", conclut le rapport "Impacts de l'exploitation minière sur les populations locales et l'environnement dans le Haut-Ogooué" (est), publié à la veille de la célébration du cinquantenaire de l'indépendance du pays. "L'Etat gabonais doit promouvoir une gestion durable ...
Lire l'article [5]
Les négociations sur l'entrée du Gabon dans le capital d’Eramet auront lieu dès le mois de juin, a annoncé dimanche soir à la télévision nationale le porte-parole de la présidence gabonaise, Guy Bertrand Mapangou. "C'est souhaitable que le Gabon participe à certaines activités qui concernent son développement, notamment dans le domaine pétrolier et minier", a précisé M. Mapangou. L'Etat gabonais, déjà détenteur de 25 pc du capital de la Compagnie minière de l'Ogooué (COMILOG), filiale d'Eramet au Gabon, veut devenir actionnaire à hauteur de 10 pc à 15 pc du groupe Eramet et augmenter sa participation dans la COMILOG à 33 pc, ...
Lire l'article [6]
Le gouvernement du Gabon a signé une convention d'un montant de 23 milliards de FCFA, destinée au renforcement de l'électrification de la province du Woleu Ntem, au nord du pays, a appris la PANA, lundi, de source officielle. La convention a été paraphée, au palais présidentiel, par le Premier ministre gabonais, Paul Biyoghe Mba et Patrick Eveillard, directeur général de ETDE, une filiale du groupe Bouygues. Le président Ali Bongo Ondimba et l'ambassadeur de France au Gabon, Jean-Didier Roisin, ont assisté à la cérémonie de signature. Le projet d'électrification qui concerne également la zone frontière vise à doter la région d'une autonomie en ...
Lire l'article [7]
Elf, rebaptisé aujourd’hui Total, est la plus connue des entreprises françaises qui exploite les richesses du Gabon du fait de l’affaire qui à partir de 1994 et jusqu’au procès de 2004 a donné un coup de projecteur sur les liens entre les dirigeants de la société pétrolière, la famille Bongo, la mafia et les sommets de l’appareil d’État français. Mais en fait, c’est l’ensemble de l’économie du pays qui est sous la coupe de sociétés françaises et il est difficile de toutes les citer. Le clan Bongo est servi au passage, étalant un luxe provoquant au milieu du dénuement. Mais l’essentiel ...
Lire l'article [8]
Le groupe nucléaire français AREVA vient de mettre en place une cellule locale d'information sur la radioactivité dans le site de Mounana,(sud-est du Gabon), où l’entreprise avait exploité l’uranium pendant de longues années, a-t-on appris samedi de source bien informée. Cette cellule regroupe les hauts responsables de la Compagnie des mines d'uranium de Franceville (COMUF, une filiale d’AREVA),les autorités municipales, la sous-préfecture, les représentants des anciens agents de l’entreprise, les associations et ONG ainsi que lesreprésentants des ministères des Mines, de la Santé et de l'Environnement. Les parties devront « établir un rapport comparatif des pathologies », précise la source. Depuis quelques années, le groupe AREVA ...
Lire l'article [9]
AREVA Gabon, filiale à 100% du groupe nucléaire français, compte lancer en juin prochain une nouvelle prospection d'uranium dans la province du Haut-Ogooué à l'est du Gabon, a-t-on appris ce jeudi à Libreville du Directeur général de l'entreprise, Jean François Milian. « Nous restons confiant sur cette prospection », a rassuré le directeur général d'AREVA Gabon. Il a également ajouté qu’une exploitation d'uranium au Gabon pourrait être possible si la recherche est prometteuse. Le premier Conseil d'administration s'est tenu mardi dernier à Libreville afin de prendre « acte » des développements réalisés depuis l'implantation de la société au Gabon et de valider ...
Lire l'article [10]
Gabon : Areva va indemniser pour la première fois deux des ayant droit de ses anciens employés
Eramet annonce deux nominations
Gabon: Mines : Areva, Eramet et les erreurs du passé
Gabon : Brainforest tire sur Areva et Eramet
Gabon: une ONG dénonce l’impact de l’exploitation minière sur la population
Le Gabon va négocier au mois de juin son entrée dans le capital d’Eramet
L’Etat gabonais va renforcer l’électrification du Nord du pays
Gabon – Ces sociétés françaises qui pillent les richesses du pays
Gabon: Mise en place d’une cellule d’information radioactivité à Mounana par le groupe nucléaire français AREVA
Gabon: Economie / AREVA Gabon lance en juin prochain un nouveau sondage d’uranium dans l’est du pays