Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le landerneau politique gabonais appelé à mettre fin à la « défiance permanente » (Grand angle)

Auteur/Source: · Date: 2 Sep 2010
Catégorie(s): Politique

Risque politique que celui pris, mercredi, par le président de l’Assemblée Nationale, Guy Nzouba Ndama, à l’ouverture de la deuxième session ordinaire de l’une des deux chambres du parlement, lorsqu’il interpellât, et les adversaires du régime à dépasser dorénavant « le simple jeu d’opposition manichéenne » et la Majorité républicaine « à ne pas étouffer la minorité et ne jamais se départir d’une certaine objectivité ».

Les familiers du Palais Léon Mba n’ont pas souvenance d’une telle sortie de la part du premier responsable de l’Institution, du moins depuis 1990, date du retour au multipartisme, où les séquences rapportées par la presse de l’époque montraient des débats vifs à la limite des procès en sorcellerie.

« L’OPPOSITION N’EST PAS UNE FONCTION »

Au dessus de la mêlée, posture qui impose de prendre des risques imposés par l’actualité du pays, toujours fluctuante, et l’intérêt supérieur de la Nation, Guy Nzouba Ndama s’est fait le devoir de souligner : « l’opposition ne doit pas être vécue comme une fonction. Elle n’est pas une fonction (…) dont le but se résume parfois à alimenter un discours malveillant à l’égard du parti au pouvoir ».

Plus explicite, il s’est déclaré persuader que l’ « opposition ne doit pas consister en une sorte de lapidation politique d’autres compatriotes qui ont la charge de l’Etat » même si les députés doivent « privilégier le débat » et que l’Assemblée devrait toujours conserver son « envergure polémique » indispensable à l’ « enrichissement de l’offre politique de nos partis respectifs ».

Pour autant, l’homme politique très averti, dans son propos, n’en a pas moins dispensé la Majorité républicaine.

Au-delà de son rôle de « partenaire fidèle, un pôle de soutien sûr pour le Gouvernement, elle ne doit pas étouffer la majorité (…) au risque d’endormir le Gouvernement et l’installer , en définitive, dans une sorte d’asthénie », conseille G.N.Ndama car , a-t-il ajouté, le manque d’objectivité du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) et ses alliés serait aux « antipodes du dynamisme volontariste qu’on attend » du Gouvernement et auquel « il commence , irrésistiblement à nous habituer ».

S’il est rare pour une personnalité de son rang d’aborder publiquement un sujet aussi délicat que les rapports pouvoir/opposition- dans le contexte actuel où les différents états majors s’activent en vue des législatives de l’an prochain- l’orateur a accepté, visiblement, de prendre ce risques, dicté par le souci de voir l’ « imagination créatrice de toutes les composantes de notre pays servir de fort catalyseur et favoriser son ascension vers les sommets, plutôt que de constituer une force de son maintien vers le bas, dans le seul but de mieux stigmatiser, par la suite, ceux qui gouvernent ».

D’où cette exhortation : « tous, soyons alors des acteurs déterminés de la nouvelle espérance vers laquelle nous voulons porter notre pays » afin que « nul ne demeure un simple réceptacle passif de la page ouverte par l’histoire qui commence (…) Nous sommes face à notre destin et personne ne viendra le construire à notre place ».

L’invite du président de l’Assemblée Nationale à faire bouger les lignes s’explique : « les gabonaises et les gabonais, à travers l’espérance qu’ils ont fortement exprimée pendant le cinquantenaire nous donnent un message clair : ils ne veulent plus de la politique improductive, inefficace et moyenâgeuse des oppositions pour elles-mêmes ».

« COMMUNION FRATERNELLE »

Entre la chose politique et les actions politiques , il faut choisir, semble indiquer M.Nzouba Ndama ; comme pour signifier que les gens s’intéressent d’abord aux progrès réalisés en matière d’emplois, de sécurité et de stabilité et non à la politique politicienne, l’un des freins au développement.

Il importe de se demander pourquoi ce discours du premier responsable de la Représentation nationale ?

Il s’imposait , à la suite du message du chef de l’Etat qui dénonçait les tentatives d’un recul de la conscience nationale et d’un repli sur soi , au moment où se profile le « futur » dont les gabonais, selon le président de l’Assemblé Nationale, voudraient être la « cheville ouvrière mais aussi les principaux bénéficiaires des dividendes sous-jacents aux promesses qui composent l’ossature du programme que le président de la République, Ali Bongo Ondimba, a la ferme résolution d’accomplir » alors que , on s’en souvient, une frange importante de l’opposition fustigeait, il y a peu, une «politique spectacle (…) dont le seul programme est l’invective et l’insulte ».

Le message de Nzouba Ndama, sans aucun doute, a été aussi d’un grand intérêt pour les milieux d’affaires qui s’impatientent de voir quelle part reviendrait, dans la loi de Finances 2011, aux investissements (900 milliards FCFA, en 2009) pour garantir la croissance mais au prix d’une cohésion nationale en dépit des « différences paradigmatiques ».

L’adoption de nouvelles règles d’élaboration et d’exécution du budget de l’Etat, l’assainissement de la situation socioéconomique, les grands travaux en cours et à venir ne sauraient s’accommoder du rôle négatif joué par une certaine pratique politique « non inclusive » alors que les Gabonais et Gabonaises viennent, lors des célébrations du cinquantenaire, de manifester, leur « communion fraternelle ». 


SUR LE MÊME SUJET
Après l’annonce du décès du leader de l’opposition gabonaise, Pierre Mamboundou dans la nuit du samedi 15 octobre à Libreville, l’agence de presse GABONEWS a sillonné les différents quartiers de la capitale gabonaise afin de recueillir les impressions du citoyen lambda. « Tout d’abord le président de l’UPG était réputé pour sa sagacité juridique, sa prolixité et bien évidemment pour sa rigueur morale et intellectuelle. Il était doté d’une culture politique et d’un sens de la dialectique qui en faisait un redoutable débatteur et un communiquant de bon niveau. La classe politique gabonaise perd là l’un des plus brillants de ses ...
Lire l'article
Le Secrétaire exécutif de l’Union nationale (UN, parti de la Coalition des partis politiques pour l’Alternance (CPPA)), André Mba Obame, n’a pas répondu présent au meeting et à la marché organisé par les partis de l’opposition, ce samedi à Libreville pour réclamer l’application de la biométrie dans le processus électoral au Gabon, a constaté GABONEWS. En dehors des cadres et des leaders des différents partis de l’Alliance pour le Changement et la Restauration (ACR, opposition) qui se sont désistés pour ces événements, l’on a noté l’absence remarqué de André Mba Obame, le secrétaire exécutif de l’UN, au point que des militants ...
Lire l'article
Sur la Chaîne de télévision internationale, Africa 24, le ministre de la Communication et de l’Economie numérique du Gabon, Laure Olga Gondjout, face au Journaliste Samantha Ramsamy, mardi, a passé en revue l’année un du président Ali Bongo Ondimba à la magistrature suprême, avec un regard sur les actes posés, les résultats, mais aussi, sur l’évolution de la classe politique, Majorité/Opposition et les prochains scrutins législatifs, ainsi que sur les réformes entreprises au sein de son département ministériel. Abordant la question des réformes et des ambitions dans le secteur de l’information, de la communication et de l’économie numérique au Gabon, ...
Lire l'article
En procédant à la clôture de leur deuxième session ordinaire de l’année ouverte le 7 septembre dernier, annoncent une source gouvernementale, les conseillers membres du Conseil Economique et Social (CES) ont interpellé le Gouvernement sur la nécessité de mettre en place une véritable politique de transport en République gabonaise. Antoine De Padoue Mboumbou Miyakou, président du CES a présenté le contenu de la réflexion des conseillers deux semaines durant sur la problématique du transport au Gabon. Il s’agissait pour le premier responsable de cette institution de la République gabonaise, de mettre à la disposition de l’exécutif, le résultat d’un diagnostic effectué ...
Lire l'article
Le Premier ministre Paul Biyoghé Mba a reçu, lundi dans son cabinet de travail, une délégation du Fonds monétaire international (FMI), conduite par le chef de division au département Afrique John Wakeman-Linn, afin de bénéficier de sa grande expérience dans la mise en œuvre de la bonne gouvernance sur le plan économique et financière. ‘’Nous avons besoin du FMI à tous les niveaux, non seulement en terme de financement mais également en terme de conseil’’, a appuyé le chef du gouvernement. Au sortir de la séance de travail avec la partie gabonaise, John Wakeman-Linn a indiqué que la mission du FMI ...
Lire l'article
Des opposants gabonais, dont six candidats à l'élection présidentielle du 30 août remportée par Ali Bongo, ont annoncé mercredi la création prochaine d'un "grand parti" rassemblant plusieurs formations et mouvances politiques. "Nous décidons solennellement de nous unir et d'unir nos forces, en procédant à la fusion de nos partis politiques afin de créer (...) un grand parti politique novateur", ont déclaré devant la presse ces opposants réunis à Libreville. Ils n'ont cependant pas donné le nom de cette nouvelle formation ni précisé la date prévue pour sa création. Les fondateurs annoncés de ce parti sont les ex-candidats à la présidentielle André Mba ...
Lire l'article
Des leaders issus de plusieurs formations et mouvances politiques opposées à l’actuel président gabonais, Ali Ben Bongo, se réuniront prochainement au sein d’un « grand parti novateur », a appris mercredi, AfriSCOOP de sources concordantes à Libreville. « Nous décidons solennellement de nous unir et d’unir nos forces, en procédant à la fusion de nos partis politiques afin de créer (...) un grand parti politique novateur », ont déclaré des opposants gabonais, parmi lesquels, six candidats malheureux à l’élection présidentielle du 30 août, au cours d’un point de presse à Libreville. L’ex-ministre de l’Intérieur, André Mba Obame, l’ancien Premier ministre Jean Eyéghé ...
Lire l'article
Les leaders de l'opposition et malheureux candidats l'élection présidentielle du 30 août regroupés au sein du Front de refus du coup de force électoral vont annoncer avant le 31 décembre la création d'un grand parti politique capable de ratisser large et de s'imposer comme une force crédible d'alternance politique. Selon des sources proches de cette coalition des partis de l'opposition qui intègre plusieurs candidats indépendants, toutes les modalités pratiques pour la création de ce vaste rassemblement politique sont définies, même s'il reste quelques points à régler d'ici à sa présentation au public. Créé au lendemain de la proclamation des résultats de ...
Lire l'article
Libreville, 8 septembre (GABONEWS) - Ce mercredi à Yaoundé, les Lions Indomptables du Cameroun reçoivent les Panthères du Gabon en match retour comptant pour la 3ème journée des éliminatoires combinés de la Coupe d’Afrique des Nations et du Mondial de football 2010. Actualité du :09/09/2009 « Une équipe qui fait bon usage du temps et du talent, qui s'identifie aux véritables notions du foot aurait toujours quelque chose à prouver, quelque chose à forcer », admettent les férus du ballon rond. L’équipe du Gabon, surpris (0-2) par son homologue camerounaise samedi dernier à ...
Lire l'article
Le président gabonais Omar Bongo Ondimba, a, au terme de la cérémonie de présentation des voeux mardi à Libreville, déclaré que chacun doit mettre la main à la pâte pour ''construire le Gabon de nos rêves''. ''J'ai pour habitude de dire Gabonais nous sommes, Gabonais nous resterons. Pour dire que chacun de nous a des devoirs vis-à-vis de notre pays. Que chacun doit jouer son rôle où il se trouve et à tout niveau que ce soit'', a-t-il souligné, espérant avoir été bien compris et qu'''au-delà des mots, au-delà des critiques, au-delà des discours, chacun saura mettre la main à la ...
Lire l'article
Décès Pierre Mamboundou/ Micro-trottoir: « Pierre Mamboundou laisse un grand vide dans le système politique gabonais » selon de nombreux Librevillois
Politique / André Mba Obame, grand absent du meeting et de la marche de samedi à Libreville
Politique / Laure Olga Gondjout sur Africa 24: « Nous voulons conforter notre position au Parlement de façon à mettre en œuvre notre programme de
Gabon : Le Gouvernement interpellé sur la nécessité de mettre en place une véritable politique de transport
FMI/Coopération : Aider le gouvernement gabonais à mettre en place sa politique économique
Gabon: des opposants annoncent la formation d’un “grand parti politique”
Gabon : le front anti-Ali Bongo se mute en un « grand parti politique »
Gabon : L’opposition se cherche un grand parti politique pour contrer le PDG
Gabon: Avant le second round Cameroun – Gabon ce mercredi à Yaoundé: Du temps et du talent (Grand Angle)
Politique : ” Chacun doit mettre la main à la pâte pour construire ensemble le Gabon de nos rêves” (Bongo Ondimba)


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 2 Sep 2010
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*