Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le commerce équitable est en expansion mais les africains sont à la traine

Auteur/Source: · Date: 3 Sep 2010
Catégorie(s): Afrique

Malgré sa part infime dans le commerce mondial, le commerce équitable est une affaire en pleine expansion qui importe des produits alimentaires certifiés de tous les coins du monde vers les supermarchés occidentaux ; mais il y a une préoccupation de plus en plus grande selon laquelle cette croissance ne profite pas encore aux pays pauvres de l’Afrique, informe, ce vendredi, l’agence Inter Press service (IPS), reçue par GABONEWS.
Le mouvement pour assurer des prix convenables et des conditions de travail pour les producteurs du monde en développement représente moins de un pour cent (1%) des échanges commerciaux globaux.

LENTEURS DANS LES PAYS PAUVRES D’AFRIQUE

Mais, selon ‘Fairtrade Labelling Organisations’ (Fédération des organisations de labellisation du commerce équitable), l’un des principaux promoteurs, les ventes de ce petit secteur ont encore fait une entrée de 3,6 milliards d’euros en 2009. Cette même année, malgré la crise financière et économique mondiale, les ventes du commerce équitable, en France seule, ont augmenté de 10%. Cependant, l’expansion du commerce équitable est beaucoup plus lente dans les pays pauvres de l’Afrique.

“Il est évident que le commerce équitable ne se focalise pas assez sur les pays les moins avancés”, déclare Christophe Eberhart de Ethiquable, une coopérative qui importe des produits alimentaires du commerce équitable en France depuis les pays les moins avancés (PMA) de l’Afrique.

L’une des initiatives de Ethiquable appuie les agriculteurs de vanille en Comores, un Etat insulaire de la côte orientale africaine. La coopérative achète leurs cosses aromatiques de vanille à 100 euros par kilo, au lieu des prix du marché de 25 euros.

Les statistiques sur le commerce équitable n’ont pas réparti les chiffres relatifs à la production par région ou par catégorie de revenu des pays, ce qui rend difficile de voir dans quelle mesure le commerce équitable profite aux PMA. “Il est beaucoup plus facile de mettre en œuvre le commerce équitable dans les pays comme la Costa Rica, la Thaïlande ou l’Inde que dans la plupart des pays subsahariens”, soutient Eberhart.

Le commerce équitable est de plus en plus populaire avec les consommateurs européens. En France, la Plate-forme pour le commerce équitable a sondé l’opinion des consommateurs et constaté que 95% d’entre eux ont entendu parler du commerce équitable. Mais la plupart des histoires de succès sur le commerce équitable viennent de l’Amérique du Sud et de l’Asie, plutôt que de l’Afrique.

Le rapport de 2009 de ‘’Fairtrade Labelling Organisations’’ énumère un nombre croissant de prix des consommateurs, accordés aux produits du commerce équitable. Parmi 6.000 produits environ, la vodka bolivienne, les chips de banane épicées de l’Equateur et autres spécialités du créneau étaient approuvées. Mais aucun produit africain ne fait partie de la liste.

DEFIS STRUCTURELS

“Les importateurs du commerce équitable comme nous, travaillent essentiellement avec des associations ou des coopératives de producteurs”, explique Eberhart. “Et ces structures qui facilitent l’assistance technique et financière aux agriculteurs sont historiquement beaucoup plus fréquentes en Amérique Latine”.

“Au Pérou, par exemple, la coopérative des agriculteurs qui fait fonctionner notre usine de fabrication de confiture a été aidée par des spécialistes locaux pour contrôler la qualité”, souligne-t-il. “Mais au Mali, où nous avons mis en place une unité pour transformer le fonio (une variété de graine), nous avons eu du mal à trouver une expertise locale pour nous assister dans les procédés de sécurité sanitaire des aliments”.

Il y a d’autres défis structurels pour les échanges commerciaux avec les PMA de l’Afrique. Pour que le commerce équitable profite au maximum de personnes, des prix convenables et des salaires pouvant soutenir les moyens d’existence doivent être payés non seulement aux producteurs mais aussi aux travailleurs sur toute la chaîne de production, y compris ceux qui travaillent dans le conditionnement, le transport et l’expédition.

“Notre approche du commerce équitable vise à travailler directement avec les organisations de producteurs, et à assurer qu’elles exportent leurs propres produits”, déclare Eberhart. “Mais, en Afrique, nous avons observé que la plupart des producteurs comptent sur des exportateurs privés”.

Les agriculteurs perdent, par conséquent, les bénéfices sur les exportations qui sont généralement beaucoup plus élevés que ceux réalisés seulement sur la production.

“Cela n’aide pas les producteurs à atteindre une plus grande capacité ou autonomie”, se lamente Eberhart. “Au Madagascar, par exemple, très peu de producteurs et de coopératives exportent leurs produits directement. La plupart d’eux comptent sur un petit nombre de grands exportateurs qui détiennent tout le pouvoir des négociations”, ajoute-t-il.

LE COMMERCE EQUITABLE, UN LEVIER DU DEVELOPPEMENT

Comme dans tous les secteurs commerciaux, la taille compte. Même les producteurs bénéficiant de la hausse des prix du commerce équitable et de l’expertise doivent négocier les frais d’expédition. Les plus grandes organisations de producteurs ont plus d’influence.

“Les coopératives éthiopiennes productrices de café, par exemple, ont tendance à faire de bonnes affaires puisqu’elles ont des volumes plus grands et une expertise meilleure”, déclare Eberhart.

La ‘’Fairtrade Labelling Organisations’’ a élaboré une norme qui s’applique non seulement aux producteurs mais aussi aux commerçants. Son organe de certification, FLO-CERT, fait la vérification et la certification des producteurs et des commerçants avant le commencement des ventes. Mais les ressources limitées et les structures du marché rendent quasiment impossible le contrôle de toute la chaîne depuis les champs africains jusqu’aux rayons des supermarchés.

Pourtant, des réseaux s’étendent rapidement. L’Organisation mondiale du commerce équitable (OMCE) prétend avoir actuellement 600 organisations membres dans 70 pays. On estime que 1,5 million de travailleurs et de producteurs participent au commerce équitable en Asie, en Amérique Latine et en Afrique.

“Notre objectif, c’est pour que le commerce équitable soit un levier du développement”, déclare Eberhart. “Pour que cela arrive, il faut que nous aidions les petits agriculteurs à développer leur propre capacité locale à transformer leurs produits et non à faciliter simplement les ventes”. 


SUR LE MÊME SUJET
A Dakar, les étudiants sont contre Wade mais sans illusions
Ils sont les fers de lance de l'opposition à Abdoulaye Wade, mais ont peu d'espoir sur leur avenir et celui du pays... De notre envoyée spéciale à Dakar Un site merveilleux, à première vue. Le campus de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar n’est qu’à quelques encablures de la mer. Et même en plein mois de février, le soleil est là et la température douce. Mais à y regarder de plus près, le rêve a vite fait de prendre des allures de misère. Ici, 70 000 étudiants viennent quotidiennement fréquenter les bancs d’une faculté, qui devrait accueillir sept fois moins de monde. Les ...
Lire l'article
Placée sous le patronage de la Première Dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba, la Journée mondiale du Commerce équitable a été célébrée lundi dernier au Gabon, sous le sceau de « commerce équitable au service des populations gabonaises ». A-t-on constaté. Les manifestations ont été marquées à Libreville, par une exposition des opérateurs économiques du secteur de l’artisanat et par une conférence-débat sur « la sensibilisation et la promotion des enjeux du commerce équitable au Gabon ». On n’est pas sans savoir que Sylvia Bongo Ondimba est résolument engagée dans la lutte contre la fracture sociale et la précarité. C’est dans cette ...
Lire l'article
Invité à la célébration d’ouverture de la Journée mondiale du commerce équitable, le bureau dirigeant de l’Organisation gabonaise des consommateurs (OGC) s'est prononcé sur son rôle à jouer au côté du gouvernement par rapport à la mise en place du commerce équitable au plan national. S’exprimant le premier, le Président de l’OGC, Ibrahim Tsiendjet Mboulou, a signalé que « Nous sommes venus comme participants et saluons l’initiative et le fait que l’information s’intensifie désormais. Nous souhaitons par la même occasion que les consommateurs s’imprègnent du commerce équitable ». Conscient que le commerce équitable gabonais est encore à l’état embryonnaire, le Président ...
Lire l'article
Procédant, ce lundi, à l’ouverture des manifestations liée à la célébration en différée, ce lundi de la Journée mondiale du commerce équitable, le ministre des Petites et Moyennes Entreprises et de l’Artisanat, Jean Félix Mouloungui, s’est engagé à rouvrir la maison des acteurs de l’économie sociale pour renforcer le processus de la mise en œuvre du commerce équitable au Gabon. La Maison des acteurs de l’économie sociale avait été laissée à l’abandon depuis la surpression de l’ancien ministère de l’Economie Sociale et de l’Artisanat. Le ministre Jean Félix Mouloungui a pris l’engagement de la réhabiliter et de la rouvrir dès ...
Lire l'article
Sous le haut patronage de la Première Dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba, le ministère des Petites et Moyennes Entreprises et de l’Artisanat (MPEA), célèbre ce lundi en différé, sous le thème national « Le commerce équitable au service des populations gabonaises », la Journée mondiale du commerce équitable. Sur le plan international, cette journée est célébrée le 14 mai de chaque année. Pour un problème de calendrier, le Gabon a choisi de la commémorer en différé ce jour. Le commerce équitable est un partenariat commercial visant plus d’équité dans les échanges internationaux en se basant sur le dialogue, la transparence et ...
Lire l'article
115 candidats, dont 16 femmes, étaient en lice pour l’élection aux 56 postes de membres de l’Assemblée générale de la chambre de commerce, de l’Agriculture, de l’industrie et des mines du Gabon qui s’est déroulée, mardi dans les neuf provinces du pays, a appris l’AGP. Les résultats du scrutin, supervisé par l’administrateur de la chambre de commerce, de l’Agriculture, de l’industrie du Gabon, Roger Owono Mba, qui faisait office de président de la commission électorale, seront connus jeudi prochain alors que l’élection du président et du bureau de la chambre de commerce aura lieu samedi prochain. Selon M. ...
Lire l'article
Le Rassemblement pour le Gabon (RPG) a exigé mardi à Libreville un traitement ''équitable'' des candidats dans les médias publics, en vue de l'élection présidentielle du 30 août prochain, dans une déclaration lue à la presse. ''Ayant constaté que les médias d'Etat sont confisqués par le candidat du parti au pouvoir, nous exigeons ici et maintenant, un traitement équitable dans les médias de l'Etat de tous les candidats'', a affirmé le vice-président du RPG, Pierre Claver Mvelé, réitérant également l'appel lancé le 27 juillet dernier par huit partis politiques aux ministres candidats de se retirer du gouvernement. Deux candidats à cette élection ...
Lire l'article
L’administrateur de l’Office National du Baccalauréat, Jean Eyene Békalé qui s’est insurgé contre le mouvement de grève illimitée des enseignants membres de la Convention Nationale des Syndicats du Secteur de l’Education (CONASYSED), qui ont interrompu ce lundi à Libreville et jusqu’à nouvel ordre, la correction des épreuves du Baccalauréat 2009, a déclaré qu’ « Il y a des revendications qui sont tout à fait légitimes.Mais là, on est en train de saboter le BAC ». « Je crois que les enfants en ont avalé cette année. Ils ont perdu trois (3) mois de cours, ce qui est difficile. Je ...
Lire l'article
Les producteurs gabonais découvrent à la faveur d’un atelier de sensibilisation les avantages et les atouts du Programme d’accès au commerce équitable (PACE), organisé jeudi à la Chambre de commerce de Libreville par le ministère des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Economie Sociale de la Lutte contre la pauvreté. Pour le Directeur général de l’économie sociale, Boulanga Nguiendet, le slogan choisi pour cet atelier « produire et consommer responsable », a pour objectif de sensibiliser les producteurs nationaux sur la nécessité de revenir à la production originale et saine afin d’éviter la dépendance aux produits biologiques exportés et d’atteindre l’auto - ...
Lire l'article
La Vente de l'eau en sachet est une activité commerciale en expansion au Gabon, notamment dans les grandes villes où les travailleurs, surpris pas une rude soif dans les moments d’intense soleil, sont obligés de se désaltérer à partir de ces petits sachets d’eau vendus au prix de 25 francs CFA l'unité, a constaté GABONEWS. Ce produit de proximité vient suppléer à la pénurie, voire à l'absence d'eau potable dans les lieux publics. Les sachets d'eau ont envahi les rues et les places de marché, les écoles et les collèges, les aires de jeux et autres lieux publics où ...
Lire l'article
A Dakar, les étudiants sont contre Wade mais sans illusions
Gabon : Le commerce équitable, un levier de lutte contre la pauvreté
Economie / Ce que pense l’Organisation gabonaise des consommateurs sur le commerce équitable
Rouvrir la maison des acteurs de l’économie sociale pour renforcer le commerce équitable au Gabon
La Journée mondiale du commerce équitable célébrée en différé au Gabon
115 candidats en lice pour les 56 postes de l’assemblée générale de la chambre de commerce du Gabon
Gabon : Le RPG exige un traitement équitable des candidats dans les médias publics
Gabon: « Il y a des revendications qui sont tout à fait légitimes. Mais là, on est en train de saboter le BAC », Jean
Gabon: Economie sociale: les producteurs gabonais découvrent les avantages du PACE
Gabon: Vente d’eau en sachets plastiques, un marché en pleine expansion en saison sèche


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 3 Sep 2010
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*