Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Le oui mais du FMI

Auteur/Source: · Date: 8 Sep 2010
Catégorie(s): Economie

Le Gabon s’est engagé dans un ambitieux programme d’assainissement de ses finances publiques, en annonçant plusieurs mesures pour la rationalisation des instruments de financement et le renforcement de l’efficacité de la chaîne de la dépense publique. Pour la réussite de ce projet, le Gabon a sollicité l’appui du Fonds monétaire international (FMI), qui lui recommande premièrement l’application stricte de la nouvelle Loi organique relative aux lois de finances et à l’exécution du budget (LOLF).

Soucieux de mener à bon port ses réformes dans les finances publiques, le Gabon a sollicité l’appui technique du Fonds monétaire international (FMI). Du 7 au 20 juillet, la mission du FMI dépêchée à Libreville, devait à cet effet analyser le système actuel de gestion des dépenses publiques et les réformes envisagées dans ce domaine; définir les conditions et élaborer une feuille de route pour la mise en œuvre progressive de la Loi organique relative aux lois de finances et à l’exécution du budget (LOLF) adoptée le même mois.

Ces réformes concernent notamment la création de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) et de la Société nationale pétrolière (Gabon Oil Compagny), la création d’une caisse de relance, d’une caisse de plus-value et d’un Fonds souverain stratégique, la réorganisation de la Direction générale des services du trésor (DGST) et la création de la Direction générale de la dette (DGdette), la fusion entre le ministère de la Fonction publique et celui du budget, l’application du principe d’unité de caisse, et enfin la mise en œuvre d’une stratégie d’apurement des arriérés.

S’il se félicite de la volonté politique du Gabon à rationnaliser ses instruments de financement et renforcer l’efficacité de la chaîne de la dépense publique, le FMI indique dans son rapport intitulé «Mettre en œuvre la Loi organique relative aux lois de finances et à l’exécution du budget», que «les obstacles à franchir et les défis à relever pour mettre en œuvre les dispositions de la LOLF restent considérables. Les faiblesses actuelles du système de gestion des finances publiques sont des obstacles majeurs à une gestion performante des finances publiques, et à la mise en œuvre future des budgets de programmes».

Selon ce rapport, les délais pour sa mise en œuvre, prévue à partir du 1er janvier 2011 sans mesure transitoire, sont extrêmement serrés par rapport à l’ampleur des travaux qu’il reste à accomplir. L’appropriation par les cadres et les agents concernés des objectifs et des résultats attendus des réformes reste insuffisante. L’absence d’une stratégie claire et réaliste pour accompagner les réformes, s’appuyant sur une feuille de route et un plan d’actions précis et cohérent, se fait ressentir.

Le FMI relève également que le lien entre budget et politiques publiques n’est pas assuré. «Malgré l’importance des recettes pétrolières, le Gabon est confronté à de sérieuses contraintes de trésorerie et de nombreux arriérés de paiement se sont accumulés. Les principales causes identifiées sont les suivantes : un budget irréaliste soumis notamment à la volatilité des prix du pétrole, l’absence de maîtrise de la masse salariale et de l’emploi public, un manque de discipline budgétaire avec de nombreux dépassements de crédits, une certaine confusion entre opérations budgétaires et opérations de trésorerie, l’absence de régulation des dépenses au niveau de l’engagement, et d’importantes carences dans l’enchaînement des exercices avec une clôture et un démarrage tardifs de l’année budgétaire, une budgétisation et un suivi déficients des engagements pluriannuels et l’absence de reports», indique le rapport.

Pour atteindre ces objectifs ambitieux et complexes, le FMI recommande ainsi une stratégie claire et réaliste s’appuyant sur une feuille de route et un plan d’actions précis, cohérent et chiffré, saisir l’opportunité de la mise en place de la LOLF pour remédier aux problèmes actuels de la gestion des finances publiques. «Par ailleurs, les autorités doivent veiller à ce que certaines des réformes annoncées ne s’éloignent par des bonnes pratiques en matière de gestion budgétaire et n’aillent pas à l’encontre de certaines des dispositions de la LOLF», conclu le FMI. Les dés sont jetés, il revient désormais au Gabon de jouer.

Publié le 08-09-2010 Source : FMI Auteur : Gaboneco
 


SUR LE MÊME SUJET
Le Directeur du budget, Yves Fernand Manfoumbi, a procédé ce jeudi à Libreville, à l’ouverture du séminaire d’information et de sensibilisation sur la planification stratégique et le processus de mise en œuvre du cadre de dépense à moyen terme (CDMT) à l’auditorium d’Arambo, a constaté GABONEWS. L’objectif de ces assises est d’asseoir les acquis de base de manière équitable entre partenaires de la réforme; c'est-à-dire les directeurs centraux des affaires financières, la direction générale de l’Economie et de la Gestion fiscale, le comité statistique international et la Direction générale du Budget d’une part et d’autre part, de finaliser la feuille de ...
Lire l'article
Le chef de la délégation de l’Union européenne au Gabon, Thierry Mathisse, vient de signer à Libreville avec les ministres de l’Economie, Magloire Ngambia, et du Budget, Blaise Louembé, deux accords de financements pour la dynamisation du commerce et la gestion des finances publiques pour près de 2,5 milliards de FCFA. La coopération européenne vient d’inaugurer le 10e Fonds européen de développement (FED) avec la signature à Libreville de deux conventions de financements pour la dynamisation du commerce et l’amélioration de la gestion des finances publiques. Signé pour la partie gabonaise par le ministre de l’Economie, Magloire Ngambia, le premier ...
Lire l'article
Le Conseil économique et social (CES) a ouvert le 17 novembre à l’Institut d’économie et des finances (IEF) de Libreville une session extraordinaire consacrée à l’examen du projet de loi finances 2009 proposé par le ministre de tutelle, Blaise Louembé. Pendant cinq jours, les conseillers économiques et sociaux devront statuer sur la cohérence et la pertinence de la proposition de ce budget arrêtée à 2485,5 milliards de francs CFA pour l’exercice 2009 et dont les fondamentaux sont écornés par la chute du prix de baril dans la barre de 50 dollars. Les conseillers économiques et sociaux sont à nouveaux réunis ...
Lire l'article
Le nouveau ministre des Finances, Blaise Louembé, a présenté le projet de loi des finances 2009, qui a été adopté par le gouvernement lors du Conseil des ministres du 14 octobre à Libreville. Ce budget prévisionnel établit les charges à près de 2 485,5 milliards de francs CFA, en s’appuyant sur des estimations qui porteraient les ressources de l’Etat tous secteurs confondus à 2 414,9 milliards de francs CFA, soit une augmentation de 38% par rapport à 2008. Etant donné l’influence potentielle de la conjoncture financière mondiale sur l’économie nationale, une vigilance accrue de la cellule de veille a été ...
Lire l'article
Ministre d’Etat, ministre de l’Economie, des Finances, du Budget et de la Privatisation, Paul Toungui a été auditionné, mercredi en matinée, par la Commission des Finances, du Budget et de la Comptabilité publique de l’Assemblée nationale. Cette audition concernait le projet de loi de règlement portant sur la gestion 2006, ainsi que sur le projet de loi modifiant les dispositions de l’article n°5/85 du 27 juin 1985 inhérent au règlement général sur la comptabilité publique de l’Etat.
Lire l'article
Les travaux du séminaire atelier consacré à la formulation des stratégies financières à long terme pour le Gabon et destiné aux agents du ministère des Finances ont rendu leurs conclusions en termes de recommandations. L'objectif de ce séminaire ouvert du 7 au 18 juillet était de doter les agents de ce département ministériel des stratégies financières adaptées aux économies exportatrices et à l'instrumentalisation de la dette publique. Place maintenant à la formulation des politiques et stratégies adaptées à cet objectif. Réformes structurelles, mises en œuvres des stratégies de croissance, stabilisation macroéconomique, les travaux du séminaire atelier sur la formulation des stratégies ...
Lire l'article
En cette période de « vie chère » contre laquelle de plus en plus de voix s’élèvent à l’échelle du pays, le ministre d’Etat, ministre de l’Economie, des Finances, du Budget et de la Privatisation, Paul Toungui effectue un nouveau passage particulièrement attendu à l’Assemblée nationale, mercredi, dans l’après-midi, où il sera face à la Commission des Finances, du Budget et de la Comptabilité publique souvent bondée en pareille circonstance en vue de défendre le bien fondé de cinq projets de loi autorisant l’Etat gabonais à contracter des emprunts auprès des instances financières multilatérales, en tête desquelles la Banque mondiale ...
Lire l'article
Le ministre délégué auprès du ministre de l’Economie des Finances, du Budget et de la Privatisation, chargé dernier dans les locaux du ministère, la cérémonie de clôture de la deuxième édition des Journées du contrôleur financier après deux jours d’intenses travaux durant lesquels les experts financiers gabonais et français ont donné de nombreuses recommandations qui permettrons d’améliorer la gestion des finances publiques. Améliorer la compréhension des règles et procédures de contrôle de la direction générale du contrôleur financier (DGCF), pour une gestion plus efficace de crédits budgétaires, il en ressort que les contrôleurs financiers devront avoir comme meilleur instrument le respect ...
Lire l'article
La direction générale du budget et le commissariat général au plan et au développement ont ouvert le 25 mars dernier dans les locaux annexes du ministère gabonais de l'Economie, les assises du séminaire pour l'harmonisation et la validation du projet de tableau de bord budgétaire, pour le contrôle et la gestion des dépenses publiques. Pour répondre aux exigences des réformes budgétaires issues des récents accords avec le Fonds monétaire international (FMI), la direction générale du budget et le commissariat général au plan et au développement ont initié un séminaire de trois jours pour l'harmonisation et la validation du tableau de ...
Lire l'article
Le ministère de l'Economie et des Finances a ouvert le 25 février dans les locaux de l'annexe du ministère, l'immeuble Arambo, un séminaire d'information sur la nomenclature budgétaire et l'exécution du budget de l'Etat. Ce séminaire est destiné à former les administrations gabonaises à une meilleure gestion des budgets alloués par l'Etat. Le ministère des Finances organise du 25 au 29 février un séminaire d'information à l'intention des administrations gabonaises sur le thème "les nomenclatures budgétaires et l'exécution du budget de l'Etat". Présidés par le ministre délégué à l’Economie et aux Finances, Charles Mba, les travaux de ce séminaire est destinés ...
Lire l'article
Economie / Le cadre de dépense à moyen terme examiné dans un séminaire ouvert ce jeudi à Libreville
Gabon : Près de 2 milliards de FCFA de l’UE pour booster le commerce
Gabon : Le CES planche sur le budget 2009 écorné par la chute du prix de baril
Gabon : Louembé table sur un budget de 2 485,5 milliards de francs CFA en 2009
Gabon: Assemblée nationale / Paul Toungui face à la Commission des Finances
Gabon : Le ministère des Finances paré pour une formulation des stratégies financières
Gabon: Parlement /« Grand argentier » du pays, Paul Toungui devant la Commission des Finances au Palais Léon Mba
Gabon: Le séminaire des contrôleurs financiers s’achève sur une note de satisfaction à Libreville
Vers la mise en place d’un tableau de bord budgétaire
A l’école de la bonne gestion du budget de l’Etat


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 8 Sep 2010
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*