Socialisez

FacebookTwitterRSS

Oyem : « Les obus et roquettes enfouis (…) ne présentaient aucun danger », selon le ministère de la Défense

Auteur/Source: · Date: 23 Sep 2010
Catégorie(s): Photos,Politique,Société

Après la découverte de munitions sur un site du village Alloum, situé à 5 kilomètres de la ville d’Oyem (Woleu-Ntem), au nord du pays, le ministère gabonais de la Défense Nationale a publié, jeudi, une réponse dans les colonnes des deux quotidiens, Gabon Matin & l’Union, dans laquelle il « tient à rassurer la population locale que les obus et roquettes enfouis (…) ne présentaient aucun danger ».

Sur les pages de nos confrères, le ministère de la Défense précise que le terrain rural de « 500 000 » mètres carrés où ont été découverts lesdites munitions appartenait à MEYE Simon Pierre.

Tel que l’attestent un permis d’occupation, en date du 16 juillet 1983, signé du gouverneur de la province du Woleu-Ntem, à l’époque, Jean-Rémy Taty, ainsi qu’une attestation portant la signature du donateur ( copies publiées ce jeudi par le quotidien Gabon Matin), M. Meye a « remis gracieusement aux Forces Armées gabonaises la moitié de son domaine pour ériger un champ de tir ».

Dans sa réponse, le ministère de la Défense nationale indique que « les obus et les roquettes, comme toutes les autres munitions, ont une date de péremption après laquelle ils doivent systématiquement être détruits », par « explosion », « immersion » ou « enfouissement ».

Aussi, suite à une mission « d’inspection et de contrôle », mandatée par le Commandement en date du 16 mai 2008, les Forces armées gabonaises, qui « utilisent régulièrement ce terrain » avaient –elles décidé de la destruction, sur site, des obus et roquettes périmées.

EXPLOITATION DE LA CARRIERE DECLARE « ZONE MILITAIRE »

Conformément à la réglementation en vigueur, l’administration a retenu comme mode opératoire, l’enfouissement. C’est de cette manière qu’ont été détruits, à trois (3) mètres de profondeur, le 3 juin 2008, 96 obus et 62 roquettes.

Cependant, ces derniers mois, dans le cadre de travaux de réhabilitation de la route Oyel-Akok Medzing, une société de la place exploite la carrière de latérite sur le terrain militaire d’Alloum, « à l’insu des forces armées ».

Ainsi après avoir fortuitement déterré l’armement, ladite société a alerté les autorités locales, entre autre le procureur de la République, qui s’est rendu sur place le 17 septembre 2010. Saisies dans l’après-midi, les Forces armées ont dépêché une mission d’urgence, le 18 septembre dernier.

Tout en déplorant l’exploitation de la carrière déclarée « terrain militaire », le ministère de la Défense « tient à rassurer la population locale que les obus et roquettes enfouis dans ce terrain et déterrés par mégarde ne présentaient aucun danger ».

L’administration précise que ces munitions, « qui ne peuvent de nouveau être enfouis », eu égard aux activités d’extraction qui y sont menés, « ont été ramenés à Libreville en vue d’utiliser un autre mode opératoire ».

Le 16 septembre dernier, des obus et des roquettes avaient été découverts au village Alloum, situé à 5 kilomètre de la ville d’Oyem (Woleu Ntem). Cette découverte avait suscité de nombreuses rumeurs auprès de l’opinion ainsi que les interrogations de la presse nationale quant à la provenance de ces munitions et les objectifs que se fixaient éventuellement le ou les « propriétaires ».


SUR LE MÊME SUJET
Mesdames et Messieurs les journalistes, Chers compatriotes. Nous vous avons invités aujourd’hui à cette conférence de presse afin de vous faire part d’une situation alarmante qui concerne l’avenir de notre pays dont nous sommes soucieux et pour lequel nous œuvrons de toutes nos forces afin qu’il se déroule dans la paix et l’harmonie sociales. Le Cercle Odzamboga souhaite prendre à témoin l’ensemble de l’opinion gabonaise sur une situation dont l’épisode le plus récent nous oblige à sortir de notre réserve habituelle. Quels sont les faits ? Ayant constaté qu’une réserve de munitions était devenue dangereusement défectueuse, le commandant de la seconde région militaire basée à ...
Lire l'article
L’armée rassure sur les roquettes découvertes à Oyem
Le chef d’Etat major général des forces armées gabonaises, le général Ella Ekogha, a indiqué, dans un entretien exclusif au quotidien Gabon matin, que les roquettes découvertes sur l’axe reliant Oyem à Assock Medzeng, un village frontalier avec la Guinée-Equatoriale, étaient bel et bien la propriété de l’armée. Ces roquettes avaient été enfouies dans une zone servant de champ de tirs, depuis plusieurs années, au détachement militaire de la deuxième région du Woleu-Ntem (nord). Situé au village Aloum, sur la route de Mengomo, à 8 km d’Oyem, le chef-lieu de province, le site a été gracieusement cédé à l’armée par un ...
Lire l'article
Le 16 septembre dernier, des cultivatrices du village Alloum, situé à 5 Km environ de la ville d’Oyem en allant vers la Guinée Equatoriale, ont découvert des obus et des roquettes enterrées dans leurs plantations. Face à l’émoi suscité par cette découverte, le ministère de la Défense nationale a publié le communiqué de presse ci-dessous pour clarifier la situation. COMMUNIQUE DE PRESSE Suite à l'article de presse paru dans le journal « l'Union » du mardi 21 septembre 2010, intitulé « les roquettes d'Oyem » et aux nombreux commentaires à ce sujet, le Ministère de la Défense Nationale tient ...
Lire l'article
Gabon : Découverte de roquettes et obus militaires dans la forêt d’Oyem
Pris au départ pour des missiles, des obus et des roquettes militaires enterrés ont été découverts dans les forêts voisines de la ville d’Oyem dans le nord du Gabon. Survenue un an, jour pour jour, après la déclaration de Francis Sala Ngouah-Beaud accusant André Mba Obame d’avoir préparé un coup de force, la découverte a fait jaser, aussi bien dans la capitale du Woleu-Ntem qu’à Libreville. La version officieuse des officiels. La rumeur s’est répandue sur Oyem comme une trainée de poudre : Des missiles enterrés ont été découverts dans la forêt non loin d’Oyem. Dans la capitale du Woleu-Ntem et ...
Lire l'article
Le ministère gabonais de la Défense nationale a mis en garde toute personne qui troublerait l’ordre public, indique vendredi un communiqué de presse de ce département ministériel, faisant une mise au point suite aux propos tenus par André Mba Obame, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle par ailleurs, secrétaire exécutif de l’Union nationale (UN, opposition), un parti non encore légalisé lors d’une conférence de presse à l’étranger. ‘’Nous mettons en garde toute personne qui troublerait l’ordre public, la rendons responsable devant l’opinion nationale et internationale des conséquences qui pourraient en découler et appelons tous les militaires à la vigilance’’, indique ...
Lire l'article
La ministre gabonaise de la Défense nationale, Angélique Ngoma, a soutenu jeudi à Libreville, que l'environnement géostratégique du Gabon exige un système de défense hautement intensif, dans son adresse à l'occasion de la cérémonie de présentation des vœux au chef de l'Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba. ''Cette situation impose une impérieuse nécessité opérationnelle, à la fois pour la défense de l'intégrité du territoire et pour tenir nos engagements dans le cadre des mécanismes de sécurité commune dans la sous-région et en Afrique'', a-t-elle précisé. Aussi, a-t-elle poursuivi, que de se limiter sur un seul point, ces précautions devraient-elles également s'étendre sur l'environnement ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais par la voix de Guy Bertrand Mapangou, Secrétaire Général adjoint du ministère de la Défense nationale, a réagi mardi soir sur les antennes de la Radio Télévision Nationale Gabonaise (RTG1) au sujet des informations que détient Pierre Mamboundou, député et leader de l’opposition sur l’existence d’une « action militaire en préparation » au Gabon avec le soutien de quelques généraux. Répondant en direct à l’une des questions sur la connaissance par le ministère de la Défense nationale d’un acte de sédition en cours, Guy Bertrand Mapangou, a déclaré que ...
Lire l'article
L'armée congolaise a affirmé mardi que la foudre avait mis le feu la nuit précédente à des munitions stockées dans un camp militaire, ce qui a provoqué la chute de quatre obus sur le quartier populaire d'Ouenzé, dans le nord de Brazzaville, sans faire des victime. "Certaines installations pyrotechniques (..) ont été touchées par la foudre, entraînant la mise à feu des munitions en stockage et leur détonation", a indiqué un communiqué de l'Etat-major général des Forces armées congolaises (Fac) diffusé mardi en soirée. Le communiqué affirme que cet accident s'est déroulé dans "la zone de Mpila", sous-quartier de Ouenzé où ...
Lire l'article
La Caisse nationale d'assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS) a récemment signé une convention avec le ministère de la défense nationale pour permettre aux assurés de la CNAMGS de bénéficier quasi gratuitement des soins qu'offrent les hôpitaux militaires, notamment l'hôpital d'instruction des armées Omar Bongo Ondimba. Apres les premières structures sanitaires agrées pour recevoir ses ayants droit, la Caisse nationale d'assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS) et le ministère de la défense nationale viennent de signer une convention pour que les assurés de la toute nouvelle caisse soient pris en charge par les services médicaux des armées. C'est le ...
Lire l'article
Le ministère de la Défense nationale représenté, par son Secrétaire général, le général Mangolo, a reçu jeudi, dans l’enceinte du palais de la présidence de la République, un important lot de matériel sportif des mains d’une mission d’hommes d’affaires Coréens en terre gabonaise, conduite par M. Choi. Constitué essentiellement de gants de combat, de casques, de plastrons, de kimonos, ces équipements destinés au taekwondo arrivent à point nommé pour renforcer le stock réservé aux agents de cette Institution, qui ressentaient déjà un besoin de recyclage dans ce domaine. Les agents de la Défense nationale et pratiquants de l’art Coréen ont salué, à ...
Lire l'article
Déclaration de l’association « ODZAMBOGHA » sur l’affaire « Roquettes d’Oyem »
L’armée rassure sur les roquettes découvertes à Oyem
Gabon : L’explication du ministère de la Défense sur les roquettes d’Oyem
Gabon : Découverte de roquettes et obus militaires dans la forêt d’Oyem
Gabon: Le ministère de la Défense nationale met en garde toute personne qui troublerait l’ordre public
L’environnement géostratégique du Gabon exige un système de défense hautement intensifs, selon la ministre de la Défense nationale
Gabon: « Nous prenons acte que Pierre Mamboundou, citoyen qu’il est, député, détient des informations en relation avec la sécurité de l’Etat », (Ministère de
Congo: Obus sur Brazzaville: les explosions dues à la foudre, selon l’armée
Gabon: la CNAMGS signe une convention avec le ministère de la défense
Gabon: Coopération / Le ministère de la Défense reçoit un important lot de matériel sportif d’une délégation coréenne

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 23 Sep 2010
Catégorie(s): Photos,Politique,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*