Socialisez

FacebookTwitterRSS

Oyem /Vente des sachets biodégradables : Les commerçants sommés de s’aligner à la décision gouvernementales

Auteur/Source: · Date: 24 Sep 2010
Catégorie(s): Environnement,Société

Au cours de son inspection générale effectuée, mercredi dernier, dans sa localité, la Directrice adjointe du commerce intérieur de la ville d’Oyem (Woleu-Ntem, nord,), Christelle Ndjambou Onkra a décidé de sanctionner les contrevenants aux mesures d’interdiction de la commercialisation et de la vente de sachets biodégradables et des marmites « cocottes », rapporte le quotidien l’Union

Ainsi, au cours de sa visite auprès des commerçants de la place, MmeNjambou a indiqué que le non respect des décisions prises par

l’exécutif pourrait être passif d’une amende payable au trésor.

« Je constate que malgré les campagnes de sensibilisation sur toute l’étendue du territoire, au niveau d’Oyem, les opérateurs économiques
continuent d’importer les sachets non biodégradables et les marmites appelés cocottes », a-t-elle déclaré, à l’Union. S’agissant précisément de cet ustensile, « dangereux pour la santé », la directrice adjointe du commerce extérieur d’Oyem a souhaité que les femmes cessent de s’en procurer « pour notre bien à tous ».

A l’issue de cette visite, des stocks de sachets biodégradables appartenant aux commerçants ont été saisis par ses équipes.

Récemment, le « maire du cap Estérias (localité située au nord de Libreville), Séraphin Medico, invitait, lui aussi, les commerçants de
sa ville à mettre à disposition « dans les brefs délais », les sachets biodégradables ». Cet appel au respect de la loi, avait-il averti, devait être complété par des missions d’inspection sur le terrain.

A Mouila (province de la Ngounié, sud), c’est au contraire les commerçants eux-mêmes qui souhaitaient l’ « acheminement en quantité

des sachets bio par des majors qui en importent dans leurs localités » pour le bien de l’environnement et la santé des consommateurs.

Depuis le 1er Juillet 2010, les sacs plastiques, dont la dégradabilité oscille entre « 150 » et « 200 ans pour certains »,

sont interdits sur le territoire national et remplacés par des sacs « biodégradables et compostables Bio », qui se dégradent plus vite au contact de l’environnement.

Source : l’Union/Gabon Matin 


SUR LE MÊME SUJET
Les commerçants installés anarchiquement au carrefour de la SNI, dans la commune d’Owendo, au sud de Libreville, opposent actuellement une résistance à la décision de la municipalité, qui les a invités à déguerpir et à libérer les trottoirs dans l’optique de l’aménagement de cette zone. Installés au carrefour, à l’entrée de la cité SNI d’Owendo, ces commerçants qui ont été maintes fois sommés par la municipalité de quitter les lieux, se sont à nouveau installés, nonobstant les risques auxquels ils sont exposés. Ils sont pour la plus part situés à proximité d’une voie d’intense circulation. Ces commerçants réclament à cet effet un ...
Lire l'article
Les autorités municipales de Libreville ont lancé une vaste opération de déguerpissement des opérateurs économiques et autres commerçants qui occupent illégalement les abords des principales artères de la ville pour exercer leurs activités, a constaté GABONEWS. Cette opération qui s’inscrit déjà dans la durée entre dans le cadre de la recherche des solutions pour l’embellissement de la ville, quelques mois avant le coup d’envoi de la Coupe d’Afrique de football (CAN 2012) que le Gabon va co-organiser avec la Guinée Equatoriale. « Cette opération vise à rendre la ville un peu plus propre dans la mesure où le Gabon, notamment Libreville va ...
Lire l'article
Une cérémonie officielle d'incinération des sachets plastiques non biodégradables et des ustensiles fabriqués à partir des matériaux de récupération sera organisée à Port-Gentil, la capitale économique gabonaise, a appris l'AGP. Le chef du service provincial de commerce de l'Ogooué-Maritime (sud-ouest), Brice Alain Mamboundou, se propose d'organiser l'opération lors de la prochaine journée citoyenne, instituée tous les premiers mercredi du mois, par le gouvernement gabonais, pour lutter contre l'insalubrité dans les villes et les villages gabonais. L'incinération a été préférée à l'enfouissement pour éviter que les populations ne soient tentées d'aller déterrer les produits enfouis, a expliqué M. Mamboundou, à l'issue d'une réunion, ...
Lire l'article
La population fustige la qualité des sachets biodégradables dans les quartiers de Libreville, alors que les autorités invitent les commerçants à s’aligner Depuis leur mise en vente à travers le pays, les sachets biodégradables font l’objet d’une controverse au sein des ménages gabonais au moment où les commerçants sont invités, par les autorités, à s’aligner sur ce mode d’emballage à la durée de vie limitée, afin de préserver l’environnement, a constaté GABONEWS. Au quotidien, de nombreux usagers du sachet biodégradable relèvent les inconvénients que présente cet objet devenu incontournable pour les ménagères. Marguerite M, employé au centre-ville de la capitale, fulmine : « ...
Lire l'article
Le maire de la commune du Cap Estérias, Séraphin Medico, a invité ce vendredi les commerçants de cette ville à mettre en circulation dans de brefs délais les sachets biodégradables, au cours d’une réunion, a constaté sur place un journaliste de l’AGP. Cette invite du maire répond d’une à sa volonté de lutter contre la pollution de l’environnement dans la commune du Cap Estérias et à faire appliquer la mesure gouvernementale interdisant l’utilisation des sachets-pollueurs dans toute l’étendue du territoire nationale. ‘’ Nous ne sommes pas opposés à la mesure gouvernementale ni au projet municipal de lutte contre la pollution et la ...
Lire l'article
Les grandes surfaces, les petits commerces de la commune de Mouila, ainsi que les boutiques et autres échoppes dans les départements de la province de la Ngounié (sud) éprouvent encore des difficultés à se procurer les nouveaux sachets biodégradables à usage d’emballages, subissant ainsi les humeurs des consommateurs, constate l’AGP. La décision gouvernementale interdisant l’utilisation des sachets non dégradables comme emballages est courageuse dès lors qu’elle rentre dans le cadre de la lutte contre l’insalubrité et de la conservation de l’environnement. Elle préoccupe plusieurs commerçants qui ne savent souvent quoi dire aux clients exigeants, alors qu’ils avaient la facilité de payer ...
Lire l'article
Les sachets biodégradables lancés le 1er juillet dernier sur le marché gabonais, en vue de remplacer les anciens sont quasi absents sur les grandes surfaces commerciales de la capitale provinciale de la Ngounié, a constaté GABONEWS. Si l’objectif du remplacement des anciens sachets plastiques, qui mettaient 4 à 500 ans avant de se dégrader, par des sachets biodégradables avec une durée de vie de 6 à 12 mois, est louable, il n’en demeure pas moins que ces derniers sont peu ou très insuffisants dans la province de la Ngounié, notamment à Mouila. Selon les commerçants de proximité, la rareté de ce ...
Lire l'article
Les sachets biodégradables qui doivent remplacer ceux encore utilisés dont la durée de vie est estimée à plus de 200 ans, sont finalement arrivés à Makokou, chef-lieu de la province de l’Ogooué-Ivindo (nord-est), a constaté l’AGP. Ces nouveaux emballages bios ne sont pas encore en nombre suffisant, sont toutefois visibles dans certains commerces de la cité. L’introduction de ces nouveaux sachets biodégradables au Gabon fait suite à une décision annoncée personnellement par le président Ali Bongo Ondimba lors du premier conseil des ministres délocalisé du gouvernement Paul Biyoghé Mba à Port-Gentil le 4 mars dernier. Une décision qui stipulait que l’utilisation des sachets ...
Lire l'article
Le ministre de l’Environnement, Martin Mabala, a procédé mercredi dernier, au lancement de l’opération de promotion des sacs biodégradables en remplacement du sachet plastique usuel en Polyéthylène dont l’utilisation est interdite dès le premier juillet sur l’étendu du territoire national. Cette décision avait été prise par le Conseil des ministres présidé, le 4 mars dernier à Port-Gentil par le président de la République, Ali Bongo Ondimba. Le ministre Mabala a indiqué lors de cette cérémonie de lancement que « le gouvernement a pris cette décision lors du Conseil des ministres du 4 mars dernier. Il s’agit donc d’interdire la commercialisation et ...
Lire l'article
La Vente de l'eau en sachet est une activité commerciale en expansion au Gabon, notamment dans les grandes villes où les travailleurs, surpris pas une rude soif dans les moments d’intense soleil, sont obligés de se désaltérer à partir de ces petits sachets d’eau vendus au prix de 25 francs CFA l'unité, a constaté GABONEWS. Ce produit de proximité vient suppléer à la pénurie, voire à l'absence d'eau potable dans les lieux publics. Les sachets d'eau ont envahi les rues et les places de marché, les écoles et les collèges, les aires de jeux et autres lieux publics où ...
Lire l'article
Les commerçants du carrefour SNI d’Owendo opposent une résistance à la décision de la mairie
Société / Les commerçants aux abords des rues sommés de déguerpir
Cérémonie officielle d’incinération des sachets plastiques à Port-Gentil
La population fustige la qualité des sachets biodégradables dans les quartiers de Libreville
Le maire du Cap Estérias appelle les commerçants à mettre en circulation les sachets biodégradables
Les commerces de Mouila éprouvent encore des difficultés pour se procurer des sachets biodégradables
Les sachets biodégradables absents des marchés à Mouila
Les sachets biodégradables sont arrivés à Makokou
Environnement / Les sachets biodégradables en lieu et place du sac plastique usuel au Gabon
Gabon: Vente d’eau en sachets plastiques, un marché en pleine expansion en saison sèche


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 24 Sep 2010
Catégorie(s): Environnement,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*