- Bongo Doit Partir - https://www.bdpgabon.org -

Un homme tué par un éléphant dans le sud-est du Gabon

Un homme a été tué par un éléphant dans le regroupement de village Ossoulé, à plus de 80 km de Léconi, chef-lieu du département des Plateaux, dans la province du Haut-Ogooué, dans le sud-est du Gabon, a appris l’AGP.

Jérôme Wabissino (47 ans), père de sept enfants, a trouvé la mort la semaine dernière, tué par une horde d’éléphants qui dévastait son champ de manioc.

Wabissino tentait d’éloigner les prédateurs de son champ en tirant des coups de feu de sommation avec son fusil de chasse, lorsque les pachydermes ont fondu sur lui, le blessant grièvement au niveau du thorax.

En plus de plusieurs plaies au niveau du thorax, l’homme a eu un bras cassé, selon les forces de sécurité qui se sont rendus sur les lieux du drame.

Des accidents similaires sont légions dans le département des Plateaux, causés par les éléphants qui chargent les propriétaires des plantations qu’ils sont en train de dévaster.

Selon un spécialiste de la faune, les éléphants se rapprochent de plus en plus des villages et menacent les plantations parce que perturbés dans leur milieu naturel par l’exploitation forestière.

“Ne trouvant plus rien à manger dans la forêt, ils se rapprochent des villages et s’attaquent aux plantations”, a-t-il, ajoutant que les pachydermes peuvent ainsi parcourir cinquante à soixante km pour venir s’alimenter dans les champs et regagner la forêt profonde dans la même nuit.

Les villageois, pour leur part, mettent les accidents sur le compte de la hausse exponentielle de la population des éléphants depuis l’entrée en vigueur en 1981 de la mesure interdisant la “grande chasse”, notamment celle des espèces en voie d’extinction, prise par le gouvernement dans le cadre de la préservation de la biodiversité.

Face à l’ampleur des dégâts causés par les éléphants qui se comportent en véritables prédateurs, les autorités sont parfois contraintes de revenir de temps à autre sur leur décision.


SUR LE MÊME SUJET
Gabon : harcelés par des éléphants, des villageois créés un comité des sinistrés
Des paysans vivant proche de Minvoul dans la province du Woleu Ntem (Nord du Gabon) ont décidé, la semaine écoulée, de créer un comité des sinistrés pour plaider leur cause auprès des autorités suite à la destruction répétitive de leurs plantations par un troupeau d’éléphants, a-t-on appris samedi auprès des autorités locales. Une famille de pachydermes composé d’un male, d’une femelle et d’un petit sème le désordre dans le quartier Elarmitang dans la périphérie de la ville de Minvoul, indiquent les autorités. Les pachydermes dévastent impunément les plantations des riverains très remontés contre ce sabotage devenu récurent dans la ville située non ...
Lire l'article [1]
Gironde: un homme retrouvé noyé dans la propriété de l’entraîneur Gernot Rohr
Le corps d'un homme a été découvert samedi matin dans la piscine d'une propriété appartenant à l'ancien joueur et ex-entraîneur des Girondins de Bordeaux, Gernot Rohr, située sur la commune de Lège-Cap-Ferret (Gironde), a-t-on appris auprès du parquet de Bordeaux. Le corps de l'homme, dont l'âge n'a pas été précisé, avait participé à une soirée vendredi dans la propriété, a précisé le parquet qui privilégie la thèse accidentelle. Une enquête pour recherche des causes de la mort a été diligentée. Gernot Rohr, 58 ans, ne se trouvait pas sur place au moment des faits. Entraîneur de l'équipe nationale du Gabon, ...
Lire l'article [2]
Un homme de 63 ans, Prospère Koumba Matamba, ancien employé du Centre régional hospitalier régional de Mouila (CHREM), a été retrouvé lundi sans vie dans la rivière Doutouni, un bras du fleuve Ngounié dans le premier arrondissement de la commune de Mouila (cenntre sud). L’ancien chef du personnel du CHREM avait disparu toute la journée de dimanche dernier après une partie de pêche dans la Doutouni où il avait l’habitude de passer certaine de ses journées. Lorsque les recherches ont été lancées par la famille et la police judiciaire sur place tous les lieux qu’il fréquentait ont été visités sans succès. ...
Lire l'article [3]
Un homme d’une trentaine d’années environ, qui semait la zizanie pendant le défilé militaire de ce mercredi à Libreville sur le front de mer, à l’occasion de la fête nationale, a été molesté par deux agents des forces de sécurité qui venaient de battre le bitume devant un parterre d’invités en tête desquels, le chef de l’Etat gabonais Ali Bongo Ondimba. Fait insolite, selon les témoignages, cet homme aurait commencé quelques minutes plutôt par importuner un officier supérieur qui, au vue de son état d’ivresse a jugé inutile de demander à ses subordonnés de l’éloigner du lieu de cette célébration. L’homme reviendra ...
Lire l'article [4]
Les cultivatrices de Ndendé, chef-lieu du département de la Dola, dans la province de la Ngounié (sud du Gabon), ont exprimé, le week-end dernier, leur exaspération face aux ravages causés par les éléphants dans leurs plantations, lors d'une réunion au Lycée Paul Marie Yembit, l'établissement secondaire le plus important de la localité. La rencontre a regroupé autour de Mme Edith Massounga de Langladela, présidente de la nouvelle association "Murime" pour le développement de la Dola, plus d’une centaine de femmes qui ont menacé de s’attaquer aux pachydermes qui les affament, bien que ceux-ci fassent désormais partie des espèces intégralement protégées ...
Lire l'article [5]
Les populations de Malinga et de Mbigou, à la périphérie du Parc national des Monts Birougou, dans la province de la Ngounié (sud), se sont insurgées contre la loi protégeant les éléphants alors que ces pachydermes représentent une véritable menace pour leurs plantations. "Nous ne mangeons plus, car nos plantations sont toutes dévastées", a déclaré Clément Léambouandja, un porte-parole des villageois, à l’occasion de l’atelier de restitution d’une enquête socio- économique sur les conditions de vie des populations vivant autour du parc, menée par le Réseau des aires protégées d’Afrique centrale (RAPAC). Commanditée par l’organisme américain Wild life Conservation Society (WCS) ...
Lire l'article [6]
Le Directeur général de la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB), Mathias Otounga Ossibadjouo, à la tête d’une forte délégation, constituée de technocrates, en homme de terrain, a sillonné, du 9 au 12 juillet, malgré parfois l’état quasi impraticable des voies de communication, les provinces du sud du Gabon, notamment la Ngounié en passant par le Moyen Ogooué et la Nyanga, en vue d’évaluer le programme de relance de la filière café-cacao dans cette partie du pays, a constaté GABONEWS. Projet mis en œuvre dès l’année 2008, dans la province de la Ngounié, inscrit au calendrier des fêtes tournantes, ...
Lire l'article [7]
Après les éléphants, les singes mandrills ont pris la relève dans la destruction des cultures dans les plantations à Ovan, rapporte lundi le correspondant local de l’AGP. Les agriculteurs propriétaires de ces produits vivriers s’en sont plaints jeudi dernier auprès du chef de cantonnement des Eaux et forêts. Régulièrement, ces bêtes sauvages surviennent dans les champs pour arracher de terre des semences et des plantes matures pour leur consommation, au grand désarroi des villageois. Rejets de bananes, tubercules et feuilles de manioc… tout y passe. Faute de solution idoine, les agriculteurs envisagent de mener « une chasse effrénée » à ses animaux ...
Lire l'article [8]
Les éléphants, espèces partiellement protégés, font les ravages des dans les plantations des cultivateurs de la province Tchibanga qui poussent des cris d’alarmes devant les torts et la famine que leur causent les pachydermes. Les populations rurales qu’elles soient de Mayumba, Moulengui-Binza, Mabanda, Moabi et des environs de Tchibanga, crient famine à cause des ravages causés par les pachydermes qui, s’attaquent à toutes formes de cultures, ‘’ Cette année à peine commencées, toutes les plantes ont été ravagées par les éléphants, cela va être la famine assurée toute l’année ‘’, dit Mr Pama au village Loubomo (Mayumba). ‘’ Ils viennent même derrière ...
Lire l'article [9]
Gabon : Omar Bongo ou le crapaud qui se prenait pour un éléphant
Jamais les fables de La Fontaine n’ont trouvé meilleur terrain d’application qu’au Gabon, où Omar Bongo pourrait bien être comparé au rat de La Fontaine qui, dans le conte « Le Rat et l’éléphant », apprit à ses dépends la leçon de modestie de sa vie, c’est-à-dire qu’il y a une logique à la massive grandeur de l’éléphant et une logique à la petitesse du rat. Pire, Omar Bongo pourrait également être vu comme la grenouille d’une autre fable de la Fontaine intitulée « La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Boeuf ». Dans cette fable, la ...
Lire l'article [10]
Gabon : harcelés par des éléphants, des villageois créés un comité des sinistrés
Gironde: un homme retrouvé noyé dans la propriété de l’entraîneur Gernot Rohr
Un homme de 63 ans retrouvé sans vie dans une rivière à Mouila
Un homme se fait molester pendant le défilé de la fête nationale
Des cultivatrices excédées par les ravages causés par les éléphants dans leurs plantations dans le sud Gabon
Les populations du sud Gabon dénoncent la loi protégeant les éléphants
Le Directeur général de la CAISTAB, en homme de terrain, évalue le Projet Ngounié 2008
Les singes mandrills détruisent les cultures à Ovan
Les éléphants font des ravages dans les plantations
Gabon : Omar Bongo ou le crapaud qui se prenait pour un éléphant